[√] United States of America

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[√] United States of America

Message par Gosseau le Sam 29 Juil 2017 - 0:21

United States of America


Informations globales


Carte:


HD : http://image.noelshack.com/fichiers/2017/14/1491664672-687669.gif

The Star-Spangled Banner:

Nom : Forme courte : États-Unis | Forme longue : États-Unis d'Amérique
Devise nationale : E pluribus unum (de facto)
Capitale : Washington D.C.
Langue officielle : Anglais
Monnaie : Dollar américain
Population (1940) : 132,165,129 habitants.
Chômeurs (1940) : 14,6%
PIB (1941) : 1,110,029 milliards de milliards $
Croissance du PIB (1941) : +6,1%

Description

................Les États-Unis, en forme longue États-Unis d'Amérique, en anglais United States et United States of America, sont une république constitutionnelle fédérale à régime présidentiel d'Amérique du Nord. Les États-Unis sont une fédération de quarante-huits États, qui forment le Mainland. Celui-ci est encadré par l'océan Atlantique à l'est et l'océan Pacifique à l'ouest, et se trouve bordé au nord par le Canada et au sud par le Mexique. De plus, le pays comprend seize territoires insulaires disséminés. La capitale fédérale, Washington, est située dans le District de Columbia, un district fédéral hors des cinquante États. La langue nationale est l'anglais et la monnaie le dollar américain. Le drapeau se compose de treize bandes rouges et blanches ainsi que quarante-huits étoiles représentant les cinquante États fédérés de l'union. L'hymne national s'intitule The Star-Spangled Banner (La bannière étoilée). Avant d'être exploré et conquis par les Européens, le territoire américain a d'abord été occupé par les peuples amérindiens depuis la Préhistoire. Le 14 mai 1607, la colonie anglaise de Virginie est fondée, par la suite, douze autres colonies seront fondées le long de la côte Atlantique. Une série de conflits entre les colonies et la Grande-Bretagne mèneront à la guerre d'indépendance en 1775. Les treize colonies se fédérèrent le 4 juillet 1776 et formèrent les États-Unis d'Amérique, le premier État décolonisé du monde, reconnu par la Grande-Bretagne en 1783. L'histoire contemporaine des États-Unis a été marquée par la rivalité entre New-York et Philadelphie, puis par la conquête de l'ouest et la Guerre de Sécession. Depuis le début du XXe siècle, le pays est devenu une puissance industrielle qui a les moyens d'intervenir à l'extérieur de ses frontières. Il a participé à la Première Guerre mondiale et subit actuellement la Grande Dépression. En 1940, les États-Unis comptent environ 132 millions d'habitants. La population américaine augmente grâce à un solde naturel et un solde migratoire positifs. Elle est marquée par une grande diversité ethnique et culturelle en raison d'une immigration ancienne et diversifiée. L'économie nationale de type capitaliste est la plus importante au monde avec le PIB le plus élevé.

Politique


Caractéristiques du pays et description du système politique

Type de puissance : Première puissance mondiale
Type de gouvernement : République fédérale présidentielle

Description du système politique

................La politique des États-Unis s’inscrit dans le cadre d’une république présidentielle et fédérale où exercent le Président des États-Unis (le chef de l'État et chef du gouvernement), le Congrès des États-Unis, les puissances fédérales judiciaires et où s'établit la souveraineté par le gouvernement fédéral avec les gouvernements nationaux. Les élections fédérales et d’État ont lieu généralement dans les lignes d’un système bipartite, bien que ceci ne soit pas enchâssé légalement. La branche exécutive est dirigée par le président et est indépendante de la législature. La puissance législative est investie dans les deux chambres du Congrès, le Sénat et la Chambre des Représentants. La puissance juridique est exercée par la branche juridique (ou l’ordre judiciaire), composé de la Cour Suprême et des cours fédérales inférieures. La fonction de l’ordre judiciaire est d’interpréter la constitution des États-Unis aussi bien que des lois et des règlements fédéraux. Ceci inclut des conflits de résolution entre les branches exécutives et législatives. Le gouvernement fédéral des États-Unis est établi par la Constitution. La politique américaine a été dominée par deux partis, le Parti démocrate et le Parti républicain, depuis la guerre civile américaine, bien que d’autres partis aient également existé. Les différences importantes entre le système politique des États-Unis et celui de la plupart des autres démocraties développées sont la puissance du Sénat comme maison supérieure de la législature, la portée large de la puissance de la Cour Suprême, la séparation des pouvoirs entre la législature et le gouvernement exécutif et la dominance des deux partis principaux. Les États-Unis sont l’une des démocraties développées du monde dans lesquelles les partis tiers ont le moins d’influence politique.

Partis politiques

Parti au pouvoir : Parti républicain
Orientation politique : Conservatisme, laissez-faire.

Parti de l'opposition : Parti démocrate
Orientation politique : Libéralisme, progressisme, interventionnisme.

Composition de la Chambre des Représentants



Président de la Chambre des Représentants : James Wolcott Wadsworth Jr.

Composition du Sénat



Président du Sénat : Charles L. McNary

Principaux personnages de l’État



Président : Wendell Willkie (R)

................Le président des États-Unis d'Amérique (en anglais : President of the United States of America, parfois abrégé par l'acronyme POTUS ou PUS) est le chef du pouvoir exécutif, pouvoir prévu par la Constitution des États-Unis aux côtés des pouvoirs législatif et judiciaire. Selon la Constitution, il est également le commandant en chef des forces armées. Il existe un système complexe de contrôle et d'équilibre (checks and balances) entre ces trois pouvoirs. C'est ainsi que le président sélectionne les candidats aux postes gouvernementaux (exécutif) mais leur nomination dépend du Sénat (législatif). De même pour les juges de la Cour suprême (judiciaire). Inversement, le Congrès (législatif) dispose d'un droit d'opposition (majorité des deux tiers de la Chambre des représentants et du Sénat) à un véto du président. Il peut aussi engager une procédure de destitution (impeachment) du président. La Cour suprême (judiciaire) peut, elle, déclarer inconstitutionnelle une loi proposée par le président ou la Chambre des représentants. Le président est élu tous les quatre ans (généralement en fin d'années bissextiles) au suffrage universel indirect. Son mandat débute le 20 janvier de l'année suivante et dure quatre ans (avant 1937, le mandat présidentiel commençait le 4 mars). Il peut se représenter pour un nombre illimité de fois, mais il est communément admis qu'ils ne dépassent pas un second mandat.



Vice-président : Charles L. McNary (R)

................Le vice-président des États-Unis (en anglais : Vice President of the United States, parfois abrégé par le sigle VPOTUS) est le premier sur la ligne de succession présidentielle, il succède au président en cas de décès, démission, incapacité ou impeachment de ce dernier. Il est élu en même temps que ce dernier par le même collège électoral de grands électeurs. Constitutionnellement, il assure également la présidence du Sénat des États-Unis. Bien que considéré par tous comme le second personnage de l'exécutif américain, la Constitution américaine ne donne aucun rôle exécutif au vice-président. Il peut se voir attribuer des fonctions par le président des États-Unis mais il n'agit alors que comme un agent du président. Beaucoup de vice-présidents dans le passé n'ont exercé aucun rôle dans l'exécutif. En outre, le rôle que lui octroie la présidence ex officio du Sénat américain ne lui attribue que peu de pouvoir sur les affaires de l'État et le cantonne à un travail essentiellement procédural. Il est tenu de ne pas intervenir dans les débats de la Chambre haute. Cependant, il a la possibilité, en cas d'égalité de vote, de faire jouer sa voix pour éviter le blocage de cette dernière.

Cabinet

................Le cabinet est aux États-Unis la réunion des membres les plus importants de l'exécutif du gouvernement fédéral américain. Son existence remonte au premier président, George Washington, qui nomma un cabinet de quatre personnes pour le conseiller et l'assister dans ses tâches. Les membres du cabinet sont nommés par le président puis présentés au Sénat des États-Unis pour avis et consentement (advice and consent, termes utilisés dans la Constitution, procédure par laquelle le Sénat approuve et confirme cette nomination ou la rejette, par un vote à la majorité simple). Si la nomination est approuvée, le nouveau membre du cabinet prête serment, reçoit le titre de secrétaire (Secretary), puis débute son mandat.

Secrétaire d’État : Patrick J. Hurley
Secrétaire du Trésor : Thomas B. McCabe
Secrétaire à la Guerre : Henry L. Stimson
Secrétaire à la Marine : Theodore Roosevelt Jr.
Procureur général : Frederic René Coudert Jr.
Postmaster général : Everett Sanders
Secrétaire à l’Intérieur : Douglas McKay
Secrétaire à l’Agriculture : Ezra Taft Benson
Secrétaire du Commerce : Gerard Swope
Secrétaire au Travail : James P. Mitchell

United States Armed Forces


Effectifs totaux : 1,801,101 hommes

US Army



Effectifs : 1,462,315 hommes

Dotations en armes de poing :
Colt M1911
Colt M1903
Colt M1917 revolver
Colt M1927
Smith & Wesson M&P

Dotations en pistolets-mitrailleurs :
M1A1 Thompson

Dotations en grenades :
Mk 2 grenade

Dotations en carabines :
M1 carbine

Dotations en fusils :
M1 Garand
Springfield M1903A1
M1917 Enfield
M1941 Johnson rifle
Winchester Model 1895
Winchester Model 70

Dotations en fusils de précision :
M1D Garand
Springfield M1903A4
M1917 Enfield

Dotations en fusils à pompe :
Winchester M1897
Winchester M12
Browning Auto-5
Winchester Model 21
Remington 31
Ithaca 37
Stevens M520-30 et M620

Dotations en mitrailleuses :
Browning M1918A2
Lewis Gun
Browning M1917A1 Heavy Machine Gun
Browning M1919A4 Medium Machine Gun
Browning M1919A6 Medium Machine Gun
Browning M2HB Heavy Machine Gun
M1941 Johnson machine gun

Dotations en mortiers :
M1 Mortar
M2 4.2-inch mortar
M2 Mortar

Nombre de tanks : ~ 1876 tanks
113 M1 Combat Car
365 M2 light tank
? M3 Stuart
112 M2 Medium Tank
1250 M3 Lee

Nombre de chasseurs de char : 86 chasseurs de char
86 M3 Gun Motor Carriage

Nombre de canons antiaérien : ? canons antiaérien
M2 Browning
90 mm Gun M1

Nombre de canons de campagne : ? canons de campagne
96 M116 howitzer (75 mm)
? M101 howitzer (105mm)
? M114 155 mm howitzer
? M2 155 mm Field Gun (Long Tom)
? M115 203 mm howitzer
? 8-inch Gun M1

Nombre de canons de montagne : ~ 50
~ 50 QF 2.95-inch Mountain Gun

Nombre d'obusiers : ? obusiers
5"/51 caliber gun
8-inch M1888
8-inch Mk. VI railway gun
M1918 240 mm howitzer
8-inch Mk. VI railway gun
12-inch coast defense mortar
12-inch Gun M1895
14-inch M1920 railway gun
16"/50 caliber M1919 gun

Effectifs de l'aviation terrestre : 152,125 hommes

Composition de l'aviation terrestre : 2201 avions
110 A-17 (avion d'attaque au sol)
129 A-17A (avion d'attaque au sol)
2 A-17AS (avion d'attaque au sol)
18 A-18 (avion d'attaque au sol)
143 A-20A (avion d'attaque au sol)
10 A-27 (avion d'attaque au sol)
105 B-10B (bombardiers)
155 B-17 (bombardiers)
133 B-18 (bombardiers)
217 B-18A (bombardiers)
38 B-23 (bombardiers)
36 B-24 (bombardiers)
24 B-25 (bombardiers)
201 B-26 (bombardiers)
3 C-2 (avion utilitaire et/ou de transport)
8 C-2A (avion utilitaire et/ou de transport)
9 C3/C4 (avion utilitaire et/ou de transport)
7 TA-1/2/3 (avion utilitaire et/ou de transport)
10 C-6A (avion utilitaire et/ou de transport)
6 C-7A (avion utilitaire et/ou de transport)
14 C-8A (avion utilitaire et/ou de transport)
40 C-14 (avion utilitaire et/ou de transport)
24 C-32A (avion utilitaire et/ou de transport)
28 C-33 (avion utilitaire et/ou de transport)
3 C-36 (avion utilitaire et/ou de transport)
15 C-36A (avion utilitaire et/ou de transport)
1 C-38 (avion utilitaire et/ou de transport)
35 C-39 (avion utilitaire et/ou de transport)
2 C-40 (avion utilitaire et/ou de transport)
10 C-40A (avion utilitaire et/ou de transport)
1 C-40B (avion utilitaire et/ou de transport)
11 C-45 (avion utilitaire et/ou de transport)
20 C-45A (avion utilitaire et/ou de transport)
223 C-45B (avion utilitaire et/ou de transport)
138 C-49 (avion utilitaire et/ou de transport)
1 C-56A (avion utilitaire et/ou de transport)
13 C-56B (avion utilitaire et/ou de transport)
12 C-56C (avion utilitaire et/ou de transport)
60 P-35A (chasseurs)
215 P-36 (chasseurs)
524 P-40 (chasseurs)
176 O-19 (avion de reconnaissance)
24 O-43 (avion de reconnaissance)
90 O-46 (avion de reconnaissance)
239 O-47 (avion de reconnaissance)
203 O-52 (avion de reconnaissance)
142 L-1 (avion de reconnaissance)
8 L-9A (avion de reconnaissance)
12 L-9B (avion de reconnaissance)
24 Douglas Dolphin (patrouilleurs maritime)

US Navy




Effectifs : 284,427 hommes

Nombre de cuirassés : 16 cruirassés
2 de classe Wyoming
2 de classe New York
2 de classe Nevada
2 de classe Pennsylvania
3 de classe New Mexico
2 de classe Tennessee
3 de classe Colorado

Nombre de portes-avions : 7 portes-avions
2 de classe Lexington
1 de classe Ranger
2 de classe Yorktown
1 de classe Wright
1 de classe Langley
1 de classe Long Island

Nombre de croiseurs : 37 croiseurs
2 de classe Pensacola
6 de classe Northampton
2 de classe Portland
7 de classe New Orleans
1 de classe Wichita
10 de classe Omaha
9 de classe Brooklyn

Nombre de destroyers : 212 destroyers
1 de classe Sampson
3 de classe Caldwell
72 de classe Wickes
77 de classe Clemson
8 de classe Farragut
8 de classe Porter
16 de classe Mahan
4 de classe Gridley
5 de classe Somers
2 de classe Dunlap
10 de classe Benham
6 de classe Sims

Nombre de sous-marins : 100 sous-marins
8 de classe O
19 de classe R
24 de classe SI
7 de classe SIII
6 de classe SIV
1 de classe SV
3 de classe V1
1 de classe V4
2 de classe V5
1 de classe Dolphin
2 de classe Cachalot
2 de classe Porpoise
2 de classe Shark
6 de classe Perch
6 de classe Salmon
5 de classe Sargo
5 de classe Swordfish

Nombre d'escorteurs : 10 escorteurs
9 de classe Eagle
1 de classe Isabel

Nombre de divers navires armés : 11 divers navires armés
1 de classe Wilmington
1 de classe Sacremento
2 de classe Asherville
2 de classe Erie
2 de classe Guam
1 de classe Panay
2 de classe Luzon

Nombre de navires costal : 17 navire costal
9 de classe SC1
8 de classe Corwin

Nombre de navires amphibie : 1 navire amphibie
1 de classe AG28

Nombre de mouilleurs de mines : 10 mouilleurs de mines
2 de classe Aroostook
4 de classe Stribling
4 de classe Tracy

Nombre de drageurs de mines : 26 drageurs de mines
4 de classe Bird

Nombre de navires de garde côte : 345 navires de garde côte
1 de classe Pamlico
2 de classe Ossipee
7 de classe Treasury
4 de classe Haida
10 de classe Lake
1 de classe Northland
1 de classe Miami
6 de classe Algonquin
3 de classe Corwin
32 de classe Active
17 de classe Argo
4 de classe SC1
196 de classe CG100
6 de classe CG400
42 de classe CG2385
9 de classe CG406
2 de classe CG440
2 de classe CG442

Composition de l'aviation navale : 1460 avions
54 F3F-1 (chasseurs)
81 F3F-2 (chasseurs)
27 F3F-3 (chasseurs)
11 F2A-1 Buffalo (chasseurs)
130 TBD-1 Devastator (bombardier-torpilleur)
84 SBU-1 (bombardier en piqué)
40 SBU-2 (bombardier en piqué)
83 SBC-3 Helldiver (bombardier en piqué)
174 SBC-4 Helldiver (bombardier en piqué)
54 SB2U-1 Vindicator (bombardier en piqué)
58 SB2U-2 Vindicator (bombardier en piqué)
54 BT-1 (bombardier en piqué)
87 O3U-1 (avion de reconnaissance)
76 O3U-3 (avion de reconnaissance)
32 O3U-6 (avion de reconnaissance)
27 JF-1 (avion de reconnaissance)
15 JF-2 (avion de reconnaissance)
29 J2F-1 Duck (avion de reconnaissance)
30 J2F-2 Duck (avion de reconnaissance)
20 J2F-3 Duck (avion de reconnaissance)
32 J2F-4 Duck (avion de reconnaissance)
135 SOC-1 Seagull (avion de reconnaissance)
83 SOC-3 Seagull (avion de reconnaissance)
44 SON-1 Seagull (avion de reconnaissance)

US Marine Corps



Effectifs : 54,359 hommes

US Coast Guard



Organisation militaire


US Army:

First United States Army (Eastern Defense Command)




QG : Boston, MA, (1932 - aujourd’hui)
I Corps : 26th Infantry Division, 43rd Infantry Division, 5th Armored Division
II Corps : 1st Infantry Division, 27th Infantry Division, 44th Infantry Division, 3rd Armored Division
III Corps : 8th Infantry Division, 28th Infantry Division, 29th Infantry Division, 1st Armored Division
IV Corps : 4th Infantry Division, 30th Infantry Division, 31st Infantry Division, 6th Armored Division [+ 1st Chemical Artillery Regiment (officiellement : 21st Field Artillery Regiment), 2nd Chemical Artillery Regiment (officiellement : 22nd Field Artillery Regiment)]
XIV Corps : 81st Infantry Division, 82nd Airborne Division, 87th Infantry Division, 10th Armored Division
First Coast Artillery District
First Corps Area Service Command

Second United States Army (Central Defense Command)




QG : Mephis, TE, (1920 - aujourd’hui)
V Corps : 5th Infantry Division , 37th Infantry Division, 38th Infantry Division, 7th Armored Division
VI Corps : 6th Infantry Division, 32nd Infantry Division, 33rd Infantry Division, 8th Armored Division
VII Corps : 7th Infantry Division, 34th Infantry Division, 35th Infantry Division, 4th Armored Division
I Armored Corps : 3rd Infantry Division, 9th Infantry Division, 2nd Armored Division
XVII Corps : 88th Infantry Division, 89th Infantry Division, 11th Armored Division
Second Coast Artillery District
Second Corps Area Service Command
District of Puerto Rico

Third United States Army (Southern Defense Command)




QG : Fort Howard, MD, (1922 - aujourd’hui)
VIII Corps : 2nd Infantry Division, 36th Infantry Division, 45th Infantry Division, 9th Armored Division
XVIII Corps : 90th Infantry Division, 95th Infantry Division, 12th Armored Division
XVI Corps : 85th Infantry Division, 86th Infantry Division, 101st Airborne Division
I Cavalry Corps
1st Cavalry Division
24th School Wing
Third Coast Artillery District
Third Corps Area Service Command

Fourth United States Army (Western Defense Command)




QG : Fort McPherson, GA, (1927 - aujourd’hui)
IX Corps : 40th Infantry Division, 41st Infantry Division, 13th Armored Division
V Corps : 5th Infantry Division , 37th Infantry Division, 38th Infantry Division
XV Corps : 83rd Infantry Division, 84th Infantry Division, 100th Infantry Division
VI Corps : 6th Infantry Division, 32nd Infantry Division, 33rd Infantry Division
XIX Corps : 91st Infantry Division, 104th Infantry Division
Fourth Coast Artillery District
Fourth Corps Area Service Command

Hawaiian Department


QG : Fort Shafter, TH, (1921 - aujourd’hui)
Hawaiian Coast Artillery Brigade

Philippine Department


QG : Fort Santiago, PI, (1913 – aujourd’hui)
XI Corps : 76th Infantry Division, 94th Infantry Division, 97th Infantry Division, 14th Armored Division
XII Corps : 77th Infantry Division, 78th Infantry Division, 98th Infantry Division, 16th Armored Division
XIII Corps : 79th Infantry Division, 80th Infantry Division, 99th Infantry Division
Harbor Defenses of Manila and Subic Bays
US Army Forces in China

Panama Canal Department


QG : Quarry Heights, CZ, (1920 - aujourd’hui)
Panama Canal Division
Panama Coast Artillery District

Puerto Rico Department


QG : San Juan, PR, (1913 - aujourd’hui)
295th Infantry Regiments, 296th Infantry Regiments

US Navy:

United States Pacific Fleet


QG : Pearl Habar Naval Base, Hawai (1907 - aujourd’hui)
Battleship Division 1 : USS Pennsylvania, USS Arizona, USS Nevada
Battleship Division 2 : USS Tennessee, USS California, USS Oklahoma
Battleship Division 3 : USS Colorado, USS Maryland, USS West Virginia
Carrier Division 1 : USS Saratoga, USS Lexington
Carrier Division 2 : USS Enterprise
Cruiser Division 3 : USS Trenton, USS Richmond, USS Concord
Cruiser Division 4 : USS Chicago, USS Portland, USS Indianapolis
Cruiser Division 5 : USS Salt Lake City, USS Northampton, USS Chester
Cruiser Division 6 : USS Astoria, USS Minneapolis, USS New Orleans, USS San Francisco
Cruiser Division 9 : USS Honolulu, USS Boise, USS Phoenix, USS St. Louis, USS Helena

United States Asiatic Fleet


QG : Cavite Naval Base et Olongapo Naval Station, Luzon (1939 - aujourd’hui)
Croiseurs : 2 (Houston et Marblehead)
Destroyers : 13 destroyers de classe Clemson et 1 destroyer Black Hawk
Sous-Marins : 29 sous-marins
Canonnières : 5 canonnières
Dragueurs de mines : 6 dragueurs de mines
Pétroliers : 2 pétroliers
Remorqueurs : 1 remorqueur
Portes-avions : 4 portes-avions (Langley, Childs, Wikkiam B. Preston et Heron)
Torpilleurs : 6 navires torpilleurs

United States Atlantic Fleet


QG : Norfolk Naval Station, Virginia (1906 - aujourd’hui)
[Cuirassés : 9 cuirassés (New Mexico, Mississippi, Idaho, New York, Texas, Arkansas)
Croiseurs : 2 (Houston et Marblehead)
Destroyers : 13 destroyers de classe Clemson et 1 destroyer Black Hawk
De très nombreux destroyers et sous-marins.

US Marine Corps:

1st Marine Division




QG : Quantico, Virginia et Paris Island, South Carolina (1941 - aujourd’hui)
Régiments : 1st Marine Regiment, 5th Marine Regiment, 7th Marine Regiment, 11th Marine Regiment, 1st Tank Battalion, 1st Reconnaissance Battalion, 1st Combat Engineer Battalion

Relations extérieures des États-Unis d'Amérique


................La politique extérieure des États-Unis est marquée par un isolationnisme sur beaucoup de pan, excepté quand il est question de la menace communiste qui fut prise au sérieux par FDR dès le début de son mandat. Une opération de soutien à la Fédération chinoise pour lutter contre l'expansion de ce mal l'unique action en cours qui va dans ce sens. Sinon le pays entretient de bonnes relations avec les puissances démocratique du « vieux continent », les États fascistes sont regardés avec méfiance sans pour autant attirer une attention particulière tandis que le Japon inquiète de plus en plus le peuple américain.



Dernière édition par Gosseau le Sam 12 Aoû 2017 - 0:09, édité 4 fois
avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Vautour le Sam 29 Juil 2017 - 0:39

Validé.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2169
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Dim 30 Juil 2017 - 14:01

United States of America


Contexte

……….Alors que le sang coule en Asie et en Europe de l’Est, les Américains suivent avec la plus grande attention leur 39ᵉ élection présidentielle, dont l’issue est des plus incertaines*. Le Président sortant, Franklin Delano Roosevelt fut désavoué par l’opinion publique à cause de ses décisions très contestées tant sur le plus intérieur qu’extérieur. L’intervention militaire au Siam, bien qu’un succès militaire impressionnant fut un échec politique à cause de l’absence de consultation du Congrès pourtant seul habilité à décider ou non de l'entrée en guerre du pays. Si jamais le conflit c’était embourbé, il est était certain que Roosevelt aurait dû faire face à une procédure d’Impeachment, tant la fronde des sénateurs américains était forte en plus d’être soutenu par une bonne part de l’opinion publique. Roosevelt en plus d’être vu comme un « va-t’en en guerre » par le Congrès, accusait le coup de ses propres réformes sociales qui se retournait contre-lui, avec les ouvriers qui n’hésitèrent pas à se mettre en grève pour des raisons politiques. Malgré la reprise économique, Franklin Delano Roosevelt n’envisagea même pas de se représenter pour un troisième mandat consécutif au mépris des appels du pied de ses plus proches collaborateurs. Cela ouvrait la voie à une crise profonde au sein du Parti Démocrate, alors qu’approchait la convention nationale du parti.

Primaires et convention nationale démocrate

……….Sous une chaleur surprenante, en plein mois de juin à Chigago, les délégués allaient décider du sort de leur parti en désignant le ticket présidentiel démocrate. Au cours des primaires, la fracture du parti apparue au grand jour. Il n’y avait pourtant que quatre candidats qui se déclarèrent, on retrouvait ainsi le vice-président, John Nance Garner qui est un sudiste conservateur ayant rallié derrière lui les « dixiecrats », puissant bloc qui domine la vie politique du sud du pays depuis la fin de la Reconstruction. Face à lui, on retrouvait le « faiseur de rois » James Farley qui est un progressiste et partisan de la politique de Roosevelt, dont la renommé tient qu’il est le responsable des victoires électorales de ce dernier. Et enfin on retrouvait Millard Tydings un sénateur, conservateur fiscal, mais progressiste sociétal et le secrétaire d’État du cabinet actuel, Cordell Hull. Durant la campagne des primaires, Millard Tydings et Cordell Hull étaient clairement vu comme des outsiders, alors que John Nance Garner s’opposait frontalement à James Farley. John Nance Garner n’hésitait pas à qualifier Roosevelt « d’homme fou », « qui n’était plus le même homme depuis qu’il a touché au pouvoir, et n’hésite du coup plus à s’en prendre aux états internationaux et à violer la constitution ». James Farley essayait de recoller les morceaux lui qui était un partisan de la politique de Roosevelt, en rappelant que la politique menée ses dernières années avait pu permettre à l’économie américaine de reprendre son envol, mais les fiascos politiques de Roosevelt étaient trop gros. Garner qui avait remporté la majorité des états lors des primaires, fut sans surprise désigné avec une large avance avec les délégués démocrates, mais comme le titre si bien le New York Times c’est au prix d’une « sanglante guerre intestine » qu’il s’en ira en campagne pour la présidentielle. Sur un total de 1093 délégués disputés, 946 votèrent pour John Nance Garner, 72 pour Farley, 70 pour Millard Tydings ce qui était bien plus qu’attendu et enfin 9 pour Cordell Hull qui passa inaperçu. Assez logiquement, à l’issue du scrutin John Nance Garner annonça son ticket avec Millard Tydings dont la proximité sur les mesures fiscales rendait une union logique, en plus du poids électoral de ce dernier qui fut sans problème nominé à son tour par les délégués de la convention.

Le ticket démocrate Garner-Tydings:

Primaires et convention nationale républicaine

……….Une semaine après la convention nationale démocrate particulièrement sous tension, c’était celle des républicains qui avait lieu à Philadelphie. À contrario du camp démocrate, les républicains préparaient leur heure depuis plusieurs années. Bien sûr ,des divergences existaient entre les multiples courants idéologiques du parti, surtout entre les interventionnistes et les isolationnistes, mais l’appareil du parti a pu gagner en expérience le temps de la domination démocrate à la Maison Blanche, et n’attendait que les résultats de la convention pour lancer la machine pour remporter le scrutin face à l’âne du sud. Étrangement, on y retrouvait bien plus de candidats qu’à la convention démocrate, avec dix candidats au total, toutefois seul trois méritaient véritablement l’intention de la presse et des délégués. Il y a avait tout d’abord le grand favori Thomas E. Dewey, procureur du district de New-York dont la renommée nationale tenait du ménage qu’il avait réalisé parmi la pègre locale. Le très célèbre mafieux Lucky Luciano fut ainsi jugé par ce dernier. Dewey est un modéré du parti, soutenant un isolationnisme du pays et en rejetant en partie la politique de New Deal initié par Roosevelt. Son rival principal est Robert A. Taft sénateur bien dodu de l’Ohio qui est connu de tous les Américains à cause de son opposition féroce au Sénat à la politique de Roosevelt, réunissant même des opposants du New Deal dans le cadre d’une coalition bipartisane (rendu possible grâce aux sénateurs démocrates conservateurs, les « dixiecrats »), un bon nombre de lois dans le cadre du New Deal furent stoppés par son action. En résumé, c’est un conservateur, partisan d’un laisser-faire économique ce qui fait de lui le candidat typique de l’Establishment républicain. Enfin, le troisième candidat majeur était Wendell Willkie, avocat et libéral, il est soutenu par un nombre impressionnant de jeunes militants du parti et est vu comme le candidat des industriels voir de Wall Street. Il fut rapidement remarqué en étant le seul candidat interventionniste des républicains, et par ce terme cela englobe aussi bien les affaires domestiques avec une intervention au moins maintenue du gouvernement fédéral, mais aussi dans les affaires étrangères, où il estime que les États-Unis ont un rôle à jouer dans les tensions qui traversent le globe. Autre point important, c’est un total néophyte en politique, lui qui était encore membre du Parti démocrate en 1939, c’est le premier mandat électif auquel il concoure. Bien que sa candidature soit des plus atypiques, lui qui était vu comme un outsider avant le début de la convention se retrouve avec le soutien significatif de plusieurs barons de la presse républicaine comme Ogden Reid du New York Herald Tribune et son opinion libéral lui attire les sympathies des industriels et des militants de la côte-est. Le déroulement des primaires fut on ne peut plus normal, avec Dewey qui dominait ses rivaux, il menait la barge en ayant remporté 5 des 9 états des primaires, mais malgré tout rien n’était joué d’avance, rien n’empêchait les délégués de nommé une autre personne ce qui annonçait une convention républicaine palpitante. Près de 15 000 personnes assistaient à la convention, dans le flambant neuf Philadelphia Convention Hall and Civic Center, la salle était noire de monde et plusieurs heures furent nécessaires pour que les 1000 délégués prennent place à leurs emplacements respectifs. Lors du premier ballottage, la tendance suivie celle des sondages avec Dewey qui menait considérablement ses concurrents, mais alors que les ballottages s’enchaînaient, la vapeur s’inversait… Paradoxalement, Dewey se retrouvait comme étant trop « modéré » aux yeux des délégués républicains qui avaient peur que cela porte un coup fatal que ticket républicain, en conséquence, ses délégués passèrent petit à petit dans le camp de Taft et de Willkie qui étaient bien plus marqués idéologiquement. Puis vient un moment clé, alors que des centaines de partisans de Willkie criaient leurs slogans comme « We Want Willkie » du haut de l’étage de la salle, l’influent gouverneur du Minnesota Harold Stassen, annonça son soutien à la candidature de Wendell Willkie ! Tout s’enchaîna alors rapidement, l’avant-dernier jour, Willkie sentant un élan fit une apparition inattendue à la convention (traditionnellement, les candidats n’y assistant pas) pour rencontrer ses militants et prononça une courte phrase aux délégués « Si vous me nominer aujourd’hui, je promets de conduire une campagne vigoureuse et combative contre le collectivisme démocrate ». Simple, mais efficace. Dès le quatrième ballottage, Willkie prenait la tête du peloton, au cinquième Dewey avait perdu quasiment tous ses délégués, et au sixième ballottage qui se déroulait le jour final de la convention Willkie remportait la majorité grâce au ralliement des candidats mineurs à sa cause. Cette nomination provoqua un véritable coup de tonnerre dans la presse, l’outsider sorti de nul part, qui brise les traditions du parti se retrouve propulser comme candidat. Un peu pris au dépourvu, Willkie hésitait longuement sur son choix comme vice-président. Finalement, afin d’asseoir son assise sur le parti, il écoute les conseils de Joseph William Martin Jr qui dirigeait la minorité républicaine à la Chambre des Représentants. Celui-ci lui proposa comme nom Charles L. McNary qui inversement dirigeait la minorité républicaine au Sénat. Outre son poids dans le parti, il représente l’ouest agricole du pays à contrario de Willkie ce qui est parfaitement ce dont à besoin ce dernier pour sa campagne. Un vote rapide des délégués permis d’entériner le ticket Willkie-McNary. Les deux camps ayant choisi leurs tickets, la campagne pour l’élection présidentielle pouvait réellement débutait.

L’effervescence à la convention républicaine:

Ticket Willkie-McNary:

Affiche de Campagne républicaine:

Campagne présidentielle de 1940

……….Cinq mois, c’était la durée de cette campagne historique où les idéologies des deux partis historiques se sont ironiquement inversé. Les démocrates ont vu les conservateurs du sud prendre la tête du parti changeant radicalement la ligne du parti, tandis que les républicains avaient nominé un libéral. Ces révolutions internes et que le contexte international donne un intérêt inédit à cette campagne qui était intensivement suivie. Willkie avait bien compris cela et donna une tournure inédite à sa campagne, en faisant des passages réguliers à la radio. Plus surprenant encore, lui qui était vu comme le candidat de Wall Street par les ouvriers, il se rendait lui-même dans les zones industrielles du pays pour convaincre cet électorat pourtant acquis aux démocrates. Le succès de cette méthode était mitigé, mais le retentissement médiatique était fort. C’était d’ailleurs l’angle d’attaque choisi par les démocrates, John Nance Garner qualifiait Willkie comme étant un « fils de fermier qui n’y connaît rien aux problèmes des ouvriers de ce pays », argumentaire qui marcha plutôt bien auprès de l’électorat ouvrier, mais Garner en partisan de l’interventionnisme peinait à convaincre l’électorat urbain très sensible à cette cause. Willkie pourtant lui aussi interventionniste à la base, modéra d’avantage sa ligne sur ce sujet en mettant un point d’honneur sur le « pragmatisme » qui doit primer sur la conduite des affaires étrangères et que les affaires domestiques doivent reprendre une importance prépondérante. L’argumentaire républicain sur le New Deal rassura aussi l’opinion générale, qui grosso modo se résumait que l’idée de départ était bonne, mais que les républicains redresseront sur le droit chemin ce programme ambitieux en le rendant ainsi plus efficace. Les dérives du New Deal étaient vues pas Wilkie comme étant du « socialisme », il était inconcevable que l’État fédéral entre en concurrence avec les entreprises privées, toutefois, il admettait que les progrès sociaux du New Deal étaient tels que jamais l’initiative privée n’aurait pu faire mieux. Les sondages donnaient Willkie vainqueur, grâce à la récente accalmie dans le monde, mais la marge d’erreur était suffisante pour avoir un doute, après tout certaines personnes blâment toujours le camp républicain d’être le responsable de la grande dépression. Le jour du scrutin, le 5 novembre, les bureaux de votes rencontraient sur tout le territoire un nombre bien plus élevé d’électeurs qu’à la précédente élection, vraisemblablement l’élection mobilise massivement les Américains qui se soucient de l’avenir de leur pays. Aucun incident particulier ne fut relevé durant le scrutin. Le lendemain, matin, le peuple lisait sur leurs journaux ou entendait à la radio les résultats, Wendell Willkie était élu Président des États-Unis d’Amérique avec près de 27,581,991 de voix et 454 grands électeurs. La victoire républicaine fut écrasante sur le nombre d’états et de grands-électeurs, l’écart sur les voix populaires était un peu plus maigre, mais tout de même significatif. Le ticket républicain a donc fait l'unanimité auprès de la population, entre les industriels, les agriculteurs, les bourgeois, la classe moyenne émergente tout le monde semblent s'être ralliés majoritairement derrière les républicains, il n'y a que les ouvriers et les conservateurs du sud qui ont résistés à l'appel Willkie-McNaryAprès l’habituel Inauguration Day, le 33ᵉ Président des États-Unis d’Amérique Wendell Willkie et son Vice-Président Charles L. McNary prenaient enfin leurs fonctions...

Triomphe de Wendell Willkie:

Carte des résultats de l’élection présidentielle de 1940:

Élections du Sénat et de la Chambre des Représentants

……….En même temps que l’élection présidentielle, avait lieu les élections du Sénat et de la Chambre des Représentants. Les tendances observées durant la présidentielle influençaient bien évidemment ces deux scrutins. Concernant le Sénat, sur 96 sièges, 32 étaient disputés. Grâce à la campagne réussie de Willkie, les républicains qui étaient en minorité au Sénat on put inverser la tendance, sur les 32 sièges disputés, ils en gagnèrent 29 leur permettant de dégager une majorité absolue courte mais suffisante avec désormais 53 sénateurs républicains. Catastrophe politique pour les démocrates qui sans leur bastion du sud, aurait pu être marginalisés durablement, mais s’en sortent donc avec 43 sénateurs. Du côté de la Chambre des Représentants, la situation est identique : la vapeur s’inverse au profit des républicains qui remporte la encore la majorité absolue. L’ensemble des sièges étaient remis en jeu, soit 435, les républicains en remportèrent 273 tandis que les démocrates chutaient à 162 sièges. Ces circonstances sont une véritable aubaine pour le Parti Républicain qui s’assure de quoi mener sa politique durant les années à venir.

Diagrammes de la nouvelle composition du Sénat et de la Chambre des Représentants:



* J’ai bien entendu l’autorisation de l’administration, pour le rattrapage des élections de 1940.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Mar 1 Aoû 2017 - 16:05

United States of America


Affaires internes

……….Wendell Willkie l’avait promis, il était temps que le pays s’affaire à ses affaires domestiques au lieu de chercher le « foutoir » à l’étranger. C’était déjà la fin d’année, alors que jusqu’à maintenant la nouvelle administration, c’était contenté de gérer les affaires habituelles, qu’il fallait un coup d’éclat important pour revaloriser ce début de mandat. Symboliquement (et économiquement), Willkie visa comme objectif la fin de la prohibition. En effet, depuis 1920, tous les États (à l’exception du Connecticut et de Rhode Island) avaient ratifié le 18e amendement de la Constitution interdisant la fabrication, le transport et la vente des boissons alcoolisées (mais non leur consommation). La prohibition est le véritable point d'orgue de la « croisade morale » américaine contre l’alcool après la Première Guerre mondiale, pourtant les effets de cette mesure radicale sont très contrastés. Évidemment cela plaît aux religieux et moralistes en tout genre, mais c’était d’une part plutôt inefficace dans la plupart des régions, où la population persistait en ouvrant des bars clandestins à tout bout de champ ou en produisant leur propre alcool dans des distilleries artisanales. Il y avait aussi un problème de sécurité publique avec l’énorme recrudescence de contrebande et de corruption que cela engendrait ou encore un souci sanitaire avec des alcools de basse qualité qui pouvaient « retourner le cerveau » pour de bon à certains. La place que prenait dans le débat public la Protesting action des sénateurs Francis Ryan Duffy, du Wisconsin, et Ernest Lundeen, du Minnesota (qui ne sont tous deux plus sénateurs, le mouvement ayant était repris en mains par leurs successeurs républicains) et de l’« Association Against the Prohibition Amendment » arriva à convaincre Willkie d’aller plus loin que la paresse de son prédécesseur Roosevelt. L’abolition de la prohibition nécessitant un amendement à la Constitution, le processus d'abolition prendra un peu de temps. Le Congrès proposa le 15 décembre de déclencher la procédure, les deux chambres donnèrent largement leur aval (+ des deux tiers à chaque fois, conformément à la Constitution) déclenchant le processus de convention d’états. De janvier à décembre 1942, l’ensemble des États devront se prononcer sur la question par le biais de convention. L’administration Willkie espère retirer un peu plus de 500 millions d’USD de recettes grâce aux taxes qui seront imposés sur l’alcool.

En Europe les tensions se ravivent, mais au moins le peuple américain il sait ce qu’il veut:

Affaires étrangères

……….La commande d’armement du Dominion du Canada est validée par la Maison Blanche. Le contrat est évalué à 155 millions d’USD. Concernant la requête de la République de Chine, qu’au passage nous félicitons pour sa transition démocratique, nous attendons des preuves formelles de génocide. Toutefois, préoccupé par la question humanitaire, les États-Unis font don de plus tonnes de fournitures médicales à la République de Chine mais aussi à la Fédération chinoise.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Jeu 3 Aoû 2017 - 18:50

United States of America


Affaires étrangères

……….La diplomatie américaine fut prise un peu au dépourvu ces derniers jours, entre les demandes de rencontres allemandes puis australiennes auprès des pays américains qui appartiennent pourtant sous la « sphère bienveillante » des États-Unis, Washington n’apprécie guère ce genre d’actes sans son aval. Le pire étant l’Allemagne, la façon dont elle est agit est considéré comme un véritable incident diplomatique, celle-ci ne pouvant que chercher à saper clairement les intérêts américains dans la région. Quant à l’Australie, il s’agit plutôt d’une concurrence économique qui n’est pas le bienvenu sur le continent. En conséquence, par le biais du Secrétaire d’État, les ambassades américaines au Panama, de Colombie, d’Équateur, du Venezuela, du Chili, d’Argentine et enfin du Brésil reçurent comme instruction d’envoyer des télégrammes invitant les pays ci-dessus à se « retirer cordialement de toutes négociations » avec selon les cas l’Australie et/ou l’Allemagne et les invitent au contraire à chercher des « alternatives auprès des États-Unis qui seront plus à même de répondre à vos besoins ». Quelques sénateurs américains se sont d’ailleurs demandés si après le Japon, c’était pas au tour de l’Allemagne à recevoir des sanctions économiques, après tous celle-ci avait tout autant pratiqué des annexions illégales que le Japon. Évidemment à la Maison Blanche, aucuns commentaires ne fut fait mais cela exprime clairement le sentiment anti-allemand qui émerge dans les hautes sphères de la politique américaine. D’autant plus que l’Allemagne a fait le choix de ne pas inviter les États-Unis dans ses négociations pour mettre fin au blocus du Japon, et ce alors que les États-Unis représentaient 80 % des importations en pétrole du Japon... Par ailleurs, l’invitation du Brésil est amicalement acceptée, Wendell Willkie fera le déplacement d’ici les prochains moins à Rio de Janeiro marquant ainsi sa première visite à l’étranger. Concernant la question chinoise, Washington à déjà apporter un soutien humanitaire tant à la République qu’à la Fédération, mais exprime toujours des réserves concernant un soutien militaire compte tenu notamment qu’il semblerait que Nankin soit prêt à accorder des concessions à des puissances étrangères dont les États-Unis, ce qui est contraire à la vision de la région que possède la diplomatie américaine. La Maison Blanche suggère d’ailleurs à Chen Jitang d’accepter de former un front uni avec la République, mais lui invite aussi à préserver son indépendance. La Fédération et la République ne partageant manifestement pas les mêmes valeurs, ceci ne pourrait mener qu’à une nouvelle guerre civile ce qui aggraverait la situation actuelle.

Le retour de la politique du « Big Stick » ?:

Affaires intérieurs

……….Pendant ce temps, les conventions des États débutent et pose petit à petit les fondements de la fin de la prohibition. À la Maison Blanche, on songe plutôt aux récentes tentatives d’ingérences germano-australiennes sur le continent américain. Bien que l’influence des États-Unis sur le continent est plus forte que jamais, Willkie sous les conseils de son Secrétaire d’État souhaite rendre incontournable son autorité. Par ordre exécutif est crée l’Export–Import Bank of the United States, dont le rôle est d’aider à financer et à faciliter les exportations et les importations ainsi que l'échange de marchandises entre les États-Unis et d'autres nations ou les organismes ou ressortissants de ces pays. Cela impliquera dans l’idée de l’administration, d’accorder surtout des prêts financiers aux états étrangers dans le besoin, en échange d’avantages mutuelles. Il ne fallut que quelques semaines pour que le Congrès transforme cet organisme en une agence indépendante, faisant de cette dernière une agence de premier plan.

Sceau de l’Export–Import Bank of the United States:

……….Également, avec le conflit en Chine qui s’enlise, mais surtout les mobilisations successives des grandes puissances européennes, le Sénat estima que l’heure était suffisamment grave pour que les États-Unis réagissent à leur tour. Le sénateur démocrate du Nebraska Edward R. Burke et le sénateur république de New York James W. Wadsworth Jr proposèrent de rétablir pour la première fois en temps de paix de toute l’histoire des États-Unis, le service militaire. Le « Selective Training and Service Act of 1942 » qui s’inspire grandement si ce n’est copie le système utilisé pendant la Grande Guerre, implique que tous les citoyens américains âgés de 21 à 35 ans s’enregistrent auprès des services de l’armée afin d’être sélectionné au hasard pour le service militaire. La loi fixe le nombre de 900 000 réservistes dont le service durera 18 mois. Le texte fut validé par une courte majorité au Sénat et sans problèmes à la Chambre des Représentants. Une semaine après, le Président Wendell Willkie signait la loi qui entrait en application. Évidemment, ce fut pas sans provoquer la colère des non-interventionnistes qui manifestèrent dans les rues, mais ils étaient nettement moins nombreux que lors de la grande polémique du conflit siamois. Manifestement, l’élection successive de Wendell Willkie et le regain de tensions commencent à faire comprendre aux Américains, que le pays devra sans doute jouer un rôle et non pas rester les bras croisés...

Quelques manifestants à New York:


avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Jeu 3 Aoû 2017 - 20:08

United States of America


Affaires étrangères

……….Par la voix de son Secrétaire d’État, les États-Unis tiennent à clarifier leur position auprès du Président vénézuélien. Il ne s’agit nullement d’une attention d’isolationnisme, mais simplement d’une amertume américaine que le Venezuela engage des discussions auprès d’un dominion britannique alors que Caracas pourrait s’adresser directement à son allié américain sur ce genre de question, bien plus compétent pour proposer une solution de ce type. Les entreprises américaines ne c’étaient pas intéressé jusqu’à maintenant au cas ferroviaire du Venezuela, faute d’appel d’offre en la matière. Un consortium d’entreprises américaines est prêt à répondre aux besoins du Venezuela et mieux encore, l’Export–Import Bank of the United States est prêt à accorder un prêt financier contre bien entendu une série d’accords dont le bénéfice mutuel sera la clé de voûte.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:47

United States of America


Affaires étrangères

……….La déception pouvait se lire sur le visage de Patrick J. Hurley. Le vieux Secrétaire d’État après avoir entendu les arguments du ministre vénézuélien, se contenta de dire que c’était « une énorme déception pour l’administration américaine, mais aussi pour le peuple américain tout entier » et que « sans nul-doute, cela remet en cause l’amitié universelle pan-américaine qui traversait le continent, mais qui n’est plus tellement universelle maintenant que le Venezuela semble avoir une conception bien particulière de l’amitié quand il s’agit de coopération entre pays américains ». L’épisode vénézuélien maintenant considéré comme clos à Washington, sur un registre différent, les États-Unis s’inquiètent des tensions européennes en constatant notamment que la flotte ibérique était dans l’illégalité la plus totale. La nouvelle ligne diplomatique de la Norvège est saluée, le bon sens sur lequel elle s’appuie ne pouvant que déboucher sur la prospérité de celle-ci.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Mar 8 Aoû 2017 - 22:12

United States of America


Affaires étrangères

……….Le Secrétaire d’État fera le déplacement à Caracas accompagné d’une délégation d’industriels, le geste vénézuélien est apprécie à Washington. Concernant la proposition de rencontre allemande, elle est refusée sans la moindre hésitation, Washington ne veut rien avoir à faire avec un régime antisémite notoire. À la Maison Blanche, on est exaspéré par l’attitude japonaise. Le conflit dure, sans réelle volonté de paix des deux côtés, mais le Japon massacre dans le plus grand calme la population chinoise en rasant leurs villes. Dans la continuité donc des précédentes sanctions américaines à l’égard de Japon entrepris par l’administration Roosevelt, une « nouvelle salve est tirée ». Les États-Unis stoppent désormais l’exportation de ferraille (74,1 % des importations japonaises de ferraille provenaient des États-Unis) et de cuivre (93% des importations japonaises de cuivre provenaient des États-Unis). Le meilleur étant pour la fin, le canal du Panama est fermé à tous les navires battant pavillon japonais et/ou possédant un équipage japonais. Les événements en Argentine sont suivis de très près, Washington attend les élections avant de reconnaître ou non le nouveau régime qui semble se mettre en place.

Affaires intérieurs

……….La guerre se profilant toujours et la récente « punition » soviétique contre la flotte ibérique est une nouvelle escalade de violence qui ne fait pas démordre nombre de sénateurs que les États-Unis courent un grand danger et doivent impérativement continuer la politique d’expansion des forces armées. Pendant ce temps, plus secrètement un ordre exécutif marquant la création de l’Office of Scientific Research and Development (Bureau de recherches et de développement scientifiques). Cette agence gouvernementale a pour but de coordonner la recherche scientifique à des fins militaires (sans pour autant négliger des utilisations civiles bien entendu).

……….Bien que le peuple américain regarde attentivement le conflit sino-japonais et éprouve une véritable attention aux peuples chinois, une courte majorité des Américains ne souhaitent guère que leur pays s’implique d’avantage. L’administration au pouvoir l’avait bien compris et c’était l’une de ses principales préoccupations, comment convaincre le peuple américain qu’il faudra peut-être aller plus loin si la situation empire ? Les États-Unis étaient pourtant encore maîtres en la matière dans les années 20 avec la guerre des Bananes, mais maintenant l’opinion publique était d’avantage préoccupé par l’implication de leur pays dans des conflits à l’étranger mais cela pouvait être sujet à changement selon les républicains. Après tout, Wendell Willkie fut élu sur un programme promettant un interventionnisme accru, mais « pragmatique » pour rassurer les masses, mais maintenant il était temps de faire basculer artificiellement la balance pour de bons, afin que les Américains cessent de craindre de se mêler des affaires internationales. Willkie avait remporté les primaires en partie grâce à ses connexions avec les « barons de la presse » républicaine, évidemment, il leur devait déjà une faveur, mais Wendell demanda un autre service en échange d’un gros renvoi d’ascenseur. Si les médias républicains se mettaient à publier des tribunes ouvertement interventionnistes et à choisir dans leurs publicités des associations promouvant également l'interventionnisme, alors l’exécutif fédéral versera le double de leurs actuelles subventions. Les « barons » acceptèrent avec enthousiasme cette proposition fort bien lucrative pour eux. Les médias dont la ligne éditoriale s’affiche entre les deux partis historiques suivront sans doute le pas, par simple appât du gain. Le schéma est répété avec les stations de radio, afin d’élargir au maximum l’efficacité de cette méthode peu orthodoxe.

……….Pendant ce temps au Congrès, une bataille législative s’engage sur le déblocage de crédits militaires. La nouvelle administration républicaine cherche à moderniser et étendre massivement la quantité de matériel américain alloué aux forces armées. Normalement, le Congrès aurait voté les crédits sans broncher, mais c’était sans compter sur le blocage des quelques élus républicains isolationnistes qui bloquent pour l’instant le vote. Une réunion entre les élus du parti est prévu pour la rentrée en septembre, afin de trouver un consensus clair. Sur un autre sujet tout aussi important, où le Congrès, c’est largement uni, c’est concernant la menace que pouvait représenter des hommes ou des entités intérieures à la stabilité des États-Unis. C’étaient les nombreuses manifestations ouvrières qui avaient motivé les élus républicains à légiférer sur ce point au combien important, qui menaçait tant la sécurité intérieure que la production. La question était tellement importante que c’est un représentant démocrate qui présenta la loi devant ses confrères Howard W. Smith. La loi de Smith établie principalement des sanctions pénales fédérales qui incluent des amendes ou des emprisonnements jusqu'à vingt ans et interdisant tout emploi au sein du gouvernement fédéral pendant cinq ans à la suite d'une condamnation pour quiconque : ayant l'intention de provoquer le renversement ou la destruction nu gouvernement, imprime, publie, modifie, émet, diffuse, vend, distribue ou affiche publiquement toute matière écrite ou imprimée qui préconise, conseille ou enseigne le devoir, la nécessité, l'opportunité de renverser ou de détruire un gouvernement aux États-Unis par la force ou la violence, ou tente de le faire ; ou organise ou aide ou tente d'organiser toute société, groupe ou assemblée de personnes qui enseignent, préconisent ou encouragent le renversement ou la destruction d'un tel gouvernement par la force ou la violence; ou devient ou est membre ou affilié à une telle société, groupe ou assemblée de personnes, en connaissant les objectifs. Elle permet également la déportation des étrangers membres ou affilié à des organisations mettant en danger le peuple américain, au moment ou à la suite de leur entrée sur le sol des États-Unis. Le port d'armes ou de drogues comme l'héroïne figure aussi désormais comme des motifs d'expulsion qui sont donc élargis. Pour permettre un suivi des étrangers sur le sol américain, ils devront à leur arrivée demander un visa, chose concernant également les étrangers déjà présents sur le sol américain qui devront s'en procurer un sous 30 jours après la promulgation de la loi. Lors de l'acquisition du visa, les étrangers sont inscrits dans un registre comportant la date et le lieu d'entrée de l'étranger aux États-Unis ; leur empreinte digitale ; les activités dans lesquelles il a été et a l'intention d'être engagé ; la durée qu'il souhaite rester aux États-Unis ; le casier judiciaire si les autorités du pays d'origine les communiquent et enfin l'ensemble des questions additionnelles prescrites par le commissaire de l'immigration et de la naturalisation, avec l'approbation du procureur général. Pour faciliter les démarches, les bureaux de poste ont été désignés comme lieu d'enregistrement. Les étrangers devront aviser le gouvernement si leur lieu de résidence change et confirmé leur lieu de résidence tous les trois mois. En cas de non-respect de cette dernière règle, la loi prévoit des pénalités comprenant des amendes pouvant aller jusqu'à 1 000 $ et jusqu'à six mois d'emprisonnement.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Gosseau le Mar 15 Aoû 2017 - 23:57

United States of America



Affaires étrangères

……….La commande iranienne est acceptée, la facture s’élève à 2 millions de dollars, formation de l’équipage comprise (qui implique uniquement l’utilisation desdits navires). La commande brésilienne de Jeep est aussi acceptée pour 500 000 dollars. La demande d’aide romaine sur la question pétrolière est catégoriquement refusé, l’Empire romain est considéré au même titre que le Japon comme un état voyou. En ce sens, les états-Unis d’Amérique ne reconnaissent pas les annexions romaines sur la corne africaine. Wendell Willkie dépose avec le maire de Chicago la candidature de cette dernière au CIO pour être l’hôte des prochains jeux olympiques. Une missive confidentielle est envoyé à la Fédération chinoise, Washington souhaiterait organiser une rencontre historique entre Wendell Willkie et son homologue le président chinois Chen Jitang à Chengdu. Concernant le télégramme chinois, la Maison Blanche n’a pas de commentaires à faire..

Affaires intérieurs

……….Le premier avion à réaction américain a effectué dans le plus grand secret son premier vol. Après quelques mois de retard nécessaire au développement d’un turboréacteur entièrement américain par General Electric. Malgré le bond technologique, les différents observateurs des forces armées furent déçus des performances de l’appareil qui fut jugé bien peu raide et peu manoeuvrable selon son pilote d’essai. La technologie reste très prometteuse, c’est pourquoi l’armée maintiendra ses crédits dédiés à l'amélioration de l’appareil, toutefois les études commencent déjà concernant l’élaboration d’un nouvel appareil.

Bell XP-59:

……….La nouvelle du télégramme chinoise fut largement relayée par la presse américaine. Évidemment, rien ne confirme formellement que ce soit un vrai document, mais cela suffit pour allumer des étincelles un peu partout dans le pays. La presse républicaine s'est d’ailleurs pas gêné de prôner pour l'occasion un interventionnisme accrue et même des mesures préventives à l’égard de l’Empire du Japon qui serait devenu suffisamment dangereux pour la souveraineté des États-Unis d’Amérique. Si la Maison blanche s'est bien gardé de faire des commentaires, le peuple américain lui ne se gêne pas pour se forger son opinion de plus en plus interventionniste.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3760
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] United States of America

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum