[Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par galx le Jeu 13 Juil 2017 - 18:59

République Française:


Opération Irène:

Après avoir tenté de protéger de manière défensive le peuple grec des exactions bulgare, la France c’est bien rendu compte qu’il fallait changer de tactique. En effet malgré la présence des légionnaires le long de la frontière le gouvernement bulgare a choisi de poursuivre le combat en Thrace. A cause de leur inconscience 75 valeureux légionnaires et des centaines de grec ont perdu la vie. Ayant prévenu le gouvernement Bulgare à l’avance que tout attaque contre nos soldats entrainerait la guerre, la France se retrouve officiellement en lutte. De plus au lieu de sécuriser sa frontière, le gouvernement bulgare a préféré déclarer la guerre à la Roumanie démontrant par-là les connivences certaines entre les autorités et les terroristes. Au pied du mur, la France n’a donc pas d’autre choix que d’aller sécuriser cette frontière elle-même. Ainsi le 20 septembre, l’Assemblée réunit en session extraordinaire votait officiellement les crédits de guerre (non sans débat). Quelques heures plus tard, le Général Bruneau recevait l’ordre de lancer l’opération Irène.

Forces en présence:

France:
. 2 Régiments Etrangers d’Infanterie
. 1 Régiment Etranger de Génie
. 1 Division Cuirassée
. 1 Division d’Infanterie Motorisée
. Chasseurs : 65 D.520, 25 P-36, 25 MS.406
. Bombardiers : 75 Br.693, 25 LeO 451, 50 MB.200, 20 Potez 540, 50 LN402 et 25 MB.150
. Reconnaissances : 50 Potez 25
. 1 porte-avion (1 classe Joffre)
. 2 cuirassés (1 classe Dunkerque, 1 classe Richelieu)
. 2 croiseurs lourds (1 classe Algérie, 1 classe Saint-Louis)
. 3 croiseurs légers (2 classe La Gallissonnière, 1 classe De Grace)
. 10 destroyers (3 classes Mogador, 3 classe Le Fantasque, 1 classe Vauquelin)
. 10 torpilleurs (6 classe Bourrasque, 4 classe l’Adroit)
. 8 sous-marins (3 classe Minerve, 1 classe Surcouf, 3 classe Agosta, 1 classe Orion)
Grèce:
. 2 Divisions de Montagne (active)
. 15 Division d’Infanterie (active)
. 4 Brigades de Montagne (active)
. 3 Divisions de Cavalerie (active)
. L’ensemble de l’aviation nationale grec

Marche sur Plovdiv:


Effectifs français:
. 1 Division Cuirassée = 5000 hommes et 170 chars (B1 et H-39)
. 1 Division Motorisée = 16 000 hommes
. 1 Régiment Etranger d’Infanterie = 3000 hommes
. 50 Br.693, 25 LN402 25 LeO 451, 55 D.520 et reconnaissances aériennes
Effectifs grecs:
. 3 Division de Cavalerie = 48 000 hommes
. 3 Division d’Infanterie = 48 000 hommes
. Reconnaissances aériennes

Déroulement:
La marche sur Plovdiv a commencé par un important bombardement aérien sur les positions ennemies dans les villes de Svilengrad, Harmanli et Haskovo. Par ailleurs l’ensemble des positions bulgares repéré lors des nombreuses reconnaissances frontalière effectué depuis plus d’un mois on permit à l’artillerie d’entrer dans la danse. Une heure après ce raid aérien massif, la division cuirassée française s’élancera de la frontière pour s’emparer des alentours de Svilengrad. Pour l’aider dans sa mission elle sera appuyée par la division motorisée chargé de nettoyer véritablement la ville tandis que les chars l’encercleront progressivement. Pour conquérir la ville les forces françaises ont ordre de ne pas lésiné sur les moyens. A la moindre difficulté le soutient aérien ou l’artillerie au sol réduira en cendre les poches de résistance. La progression doit aller vite afin de créer le désordre dans les lignes ennemies.

Une fois la ligne frontalière percée au niveau de Scilengrad, les forces françaises et grecques devront s’engouffrer dans la brèche et foncer vers la ville d’Harmanli précédemment bombardé. Les deux divisions de cavalerie grecque couvriront les flancs de l’offensive tandis que la division blindée française réduira à néant les lignes bulgares. Pour le combat urbain, c’est la division motorisée qui sera chargé de nettoyer les rues avec le soutien de son artillerie divisionnaire mais aussi des Br693 qui attaqueront les bulgares depuis le ciel. Tandis que les troupes motorisées ou la cavalerie progresseront rapidement sur le sol Bulgare les trois divisions d’infanterie grecque ainsi que le régiment de légionnaire s’assureront qu’aucune contre-attaque n’encercle l’avant-garde.

Après avoir pris Harmanli, les troupes de la coalition franco-grec s’empareront d’Haskovo puis enfin arriveront devant Plovdiv. Là encore la stratégie sera la même : les défenseurs bulgares seront systématiquement écrasé sous une pluie d’obus et de bombe afin de les faire rapidement lâcher prise. La masse imposante des chars B1 couplé à l’absence de moyen antichar bulgare devrait rapidement jouer sur la morale de troupes ennemies. Enfin pour éviter de perdre de nombreux blindés bêtement ceux-ci ne seront engagé en combat urbain qu’accompagné de véhicule plus léger et surtout d’escouade d’infanterie afin de les protéger des attaques au cocktail incendiaire. Si Plovdiv tombe rapidement, les divisions de la coalition marqueront une courte pause afin de se réorganiser. Les divisions d’infanterie moins mobiles sécuriseront le terrain derrière la cavalerie grecque et les blindés français en construisant des défenses légères.

Marche sur Blagoevgrad:


Effectifs français:
. 1 Régiment Etranger du Génie = 3000 hommes
. 50 MB.200, 25 P-36 et reconnaissances aériennes
Effectifs grecs:
. 2 Division d’Infanterie de Montagne = 32 000 hommes
. 4 Division d’Infanterie = 64 000 hommes
. 6 Hwaker Horsley, 12 Blackburn Velos et reconnaissances aériennes

Déroulement:
La marche sur Blagoevgrad était extrêmement symbolique pour l’alliance franco-grec. En effet pour prendre cette ville il fallait absolument récupérer le fort Rupel tombé aux mains des terroristes. Pour cela, 50 MB.200 chargé de 50 tonnes de bombe prendront la direction du fort pour un bombardement en règle. Après cela, quelques pièces d’artillerie installé dans la montagne au prix de lourd effort prendront le relais et continueront de bombardé le fort et les positions bulgares repéré par reconnaissance aérienne. Pendant ce temps, une division de montagne grecque appuyée par le génie de la Légion étrangère entreprendra l’assaut du fort. Bien sûr juste avant l’attaque le barrage d’artillerie sera suspendu pour éviter les dommages collatéraux. Une fois les restes du fort en la possession de la Grèce, l’offensive générale pourra débuter sur ce front.

Enfin de garantir la réussite de la marche sur Blagoevgrad, les forces mobilisés sur ce front se sépareront en deux colonnes. La première composée d’une division de montagne et de deux divisions d’infanterie attaquera d’abord la ville de Gotsé Deltchev puis celle de Bansko. La deuxième colonne formée par une division de montagne, deux divisions d’infanterie et un régiment étranger du génie s’emparera de Sandanski puis de Simitli. C’est d’ailleurs dans cette ville que les deux colonnes effectueront leur liaison pour attaquer de manière groupé Blagoevgrad.

Pour s’emparer de ces différentes villes, la stratégie sera à peu de chose près identique. Les divisions de montagnes occuperont le plus rapidement possible les montagnes ou collines entourant la cité visée. Ensuite ils guideront les tirs d’artillerie depuis leur position en hauteur pendant que les divisions d’infanterie avanceront dans la vallée. La progression des troupes se fera bien sur sous le soutient bienveillant de l’aviation qui sera chargé de réduire les poches de résistance bulgare à néant. Une fois Blagoevgrad tombé, les troupes marqueront une pause pour se reformer.

Prise de Smolyan:


Effectifs français:
. 25 LN 402, 10 Potez 540, 25 P-36 et reconnaissance aériennes
Effectifs grecs:
. 2 Brigades de Montagne = 16 000 hommes
. 1 Division d’Infanterie = 16 000 hommes
. Reconnaissance aériennes

Déroulement:
Au centre du front, les troupes grecques auront pour mission de conquérir la ville de Smolyan en s’infiltrant dans le terrain montagneux. Pour les aider dans leur mission ils bénéficieront du soutien des bombardiers en piqué français LN 402. Une fois les hauteurs dégagées l’infanterie de montagne encerclera la ville avant la sécurisation par les troupes classiques. Les alentours seront aussi dégagés de toute présence bulgare. L’ensemble des positions bulgares étant bien sur bombardé sans relâche de même que les convois militaires.

Marche sur Momtchilgrad:


Effectifs français:
. 25 Br.693, 10 Potez 540 et 25 MB.150 et reconnaissance aériennes
Effectifs grecs:
. 2 Divisions d’Infanterie = 32 000 hommes
. 2 Brigades de Montagne = 16 000 hommes
. Reconnaissance aériennes

Déroulement:
Un quatrième front sera ouvert le long de la frontière greco-bulgare au niveau de la ville de Zlatograd. Encore une fois les brigades de montagnes se chargeront d’ouvrir la voie au reste des troupes qui s’empareront de la ville sous la couverture aérienne française. Une fois Zlatograd prise la route des plaines sera ouverte et les troupes d’infanterie progresseront rapidement vers Momtchilgrad. La stratégie reste toujours la même avec un encerclement de la cité par les soldats alpins tandis que l’infanterie classique sécurise la vallée. L’ensemble des positions bulgares étant bien sur bombardé sans relâche de même que les convois militaires.

Blocus Maritime:


Effectifs français:
.  1 porte-avion (1 classe Joffre)
. 2 cuirassés (1 classe Dunkerque, 1 classe Richelieu)
. 2 croiseurs lourds (1 classe Algérie, 1 classe Saint-Louis)
. 3 croiseurs légers (2 classe La Gallissonnière, 1 classe De Grace)
. 10 destroyers (3 classes Mogador, 3 classe Le Fantasque, 1 classe Vauquelin)
. 10 torpilleurs (6 classe Bourrasque, 4 classe l’Adroit)
. 8 sous-marins (3 classe Minerve, 1 classe Surcouf, 3 classe Agosta, 1 classe Orion)

Déroulement:
La flotte française située en mer Égée a reçu pour ordre de rejoindre la mer Noire afin d’imposer un blocus le long des côtes bulgares. L’ensemble des bateaux militaires bulgares seront coulé après une sommation d’usage. Pour les navires civils bulgares ceux-ci seront simplement détourné vers la Grèce tandis que ceux qui refusent d’obtempérer seront coulés.

Carte résumant les opérations franco-grecs:

Spoiler:

Communiqué au Tsar Bulgare:

Les combats entre la France, la Grèce et la Bulgarie cesseront à partir du moment où vous aurez choisi d’abdiquer en faveur de la personne de votre choix. Le parti anciennement au pouvoir devra être interdit et ses membres condamné à la réclusion. Par ailleurs, le gouvernement bulgare devra verser 200 millions de franc d’indemnisation au gouvernement grec pour les débats causés sur son sol. Enfin, les responsables de cette lâche attaque (qu’ils soient militaire ou civil) devront être livré aux autorités grecs afin que justice soit rendu. Si vous acceptez l’ensemble de ces conditions alors les combats cesseront immédiatement.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1733
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Shin le Jeu 13 Juil 2017 - 19:23





Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος



Communiqué aux ambassades des Pays-bas et de Grande-Bretagne

Nous avons reçu vos missives, et c'est avec joie que nous acceptons votre aide. Les destroyers britanniques pourront opérer comme ils l'entendent, et mouiller aux ports de leur choix.

avatar
Shin
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 14
Date d'inscription : 07/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par RedVladislav le Jeu 13 Juil 2017 - 21:17


République socialiste de Turquie - Türkiye Sosyalist Cumhuriyeti



Opération militaire de la République socialiste de Turquie en Bulgarie


Face aux ingérences bulgares en Turquie, les autorités ont pris la décision lourde de responsabilité - mais nécessaire - d’agir militairement en Bulgarie. L’assemblée nationale, à domination communiste et kémaliste, a autorisé l’exécutif à entrer en guerre contre son voisin Bulgare, afin d’assurer la sécurité nationale du pays, et de se prémunir contre toute forme de déstabilisation étrangère. La République Socialiste de Turquie, en plus d’agir pour sa propre sécurité, a choisi d’honorer son allié français : les sauveurs d’hier n’ont pas été oubliés, et ils ne le seront jamais. Or aujourd'hui, la lutte contre les déstabilisations conservatrices et fascistes sont primordiales pour assurer la légitimé des Etats.



Force en présence dans la région de Marmara


Armée de terre :

Premier corps d’armée, présent dans la Région de Marmara, à savoir : 12 divisions d’infanterie, 5 divisions d'infanterie de montagne, 5 brigades de cavalerie blindée.
- Une division d'infanterie est composée de 3 régiments d'infanterie, d'1 régiment de support, de 3 bataillons d'artillerie, de 3 bataillons radio, reconnaissance, ingénierie/génie.
Pour résumer il y a ~11.000 hommes, ~48 canons de 75mm, ~12 canons de 100mm ou +, ~12 canons Anti-char, ~12 canons Anti-aérien, dans une division d'infanterie.
- Une division d'infanterie de montagne est composée d'une structure similaire à celle de la division d'infanterie, sauf qu'il y a presque 2x moins d'hommes, et qu'ils sont spécialisés (bien évidemment) dans le combat dans les reliefs. Pour résumer, il y a, 5.500 hommes, ~28 canons de 75mm, ~8 canons de 100mm ou +, ~12 canons Anti-char, ~12 canons Anti-aérien, dans une division d'infanterie de montagne.
- Une brigade de cavalerie blindée est composée de 3 bataillons blindés, de 2 bataillons d'infanterie motorisée, d'1 compagnie radio, d'1 compagne d'artillerie, et d'1 section de reconnaissance. Soit, pour résumer, 4.500 hommes, ~93 blindés légers, ~200 camionettes, ~12 canons de 75 et de ~6 canons Anti-aérien.

Donc approximativement, il y a dans la région :
~182.000 hommes.
~776 canons 75mm.
~184 canons de 100mm ou +.
~288 canons anti-char.
~318 canons anti-aérien.
~1000 camionnettes.
~465 blindés légers.

Il faut aussi noter la construction depuis maintenant 3 ans d’une ligne de fortification à la frontière greco-bulgare (en secret). Les forces présentes, ainsi que les fortifications, peuvent être confirmées par le modérateur des secrets.

Armée de l’air :
La direction des opérations se fait par le premier commandement tactique aérien basé à Eskişehir, d’où partent les effectifs aériens. Les missions assurées par l’aviation, sont assez larges : supériorité aérienne, attaque au sol (support), bombardement en mer, reconnaissance, etc…

Marine :
Les deux commandements – d’Izmir et d’Instanbul – sont mobilisés lors de la tenue des opérations. La Marine turque doit mener des missions de blocus naval et de protection des détroits turcs.


Offensive sur la région de Burgas


Effectifs turcs impliqués dans l’offensive terrestre :
- 6 divisions d’infanterie : ~66.000 hommes, ~288 canons de 75mm, ~72 canons de 100mm ou +, ~72 canons Anti-char, ~72 canons Anti-aérien.
- 3 divisions d’infanterie de montagne : ~16.500 hommes, ~ 84 canons de 75mm, ~ 24 canons de 100mm ou +, ~ 36 canons Anti-char, ~36 canons Anti-aérien.
- 3 brigades de cavalerie blindée : ~13.500 hommes, ~ 279 blindés légers, ~600 camionnettes, ~36 canons de 75mm tractés, ~18 canons Anti-aérien tractés.

Effectifs turcs impliqués dans les opérations aériennes :
- 1 escadron de reconnaissance, composé de 15 appareils (Nieuport-Delage NiD.622 et Dewoitine D.27).
- 1 escadron de bombardement naval, composé de 20 appareils (Potez 630).
- 2 escadron d’appui au sol, composés chacun de 20 appareils – soit 40 au total (Potez 25 et Potez 630).
- 5 escadrons de chasse, composés chacun de 20 appareils – soit un total de 100 appareils (Loire-Nieuport LN 401).

Effectifs turcs impliqués dans les opérations maritimes :
- 1ère flotte, dont la mission est d’assurer le blocus des deux ports principaux de Bulgarie ; deux croiseurs de bataille (le Yavuz et le Turgut Reis), un destroyer (le Taşoz), deux sous-marins (İnönü I et İnönü II) et deux navires d'attaques rapides (Denizkuşu et Doğan).
- 2nd flotte, dont la mission est d’assurer la protection des détroits de Turquie : deux croiseurs (Hamidiye et Mecidiye), deux destroyers (Samsun et Basra), deux sous-marins (Dumlupınar et Sakarya), cinq contre-torpilleurs (Taşoz, Sultanhisar, Yunus, Akhisar, Dıraç, Musul, Berk Efşan) et un mouilleur de mine (Nusret).




Déroulement :


L’objectif de la 1ère armée turque est de lancer une large offensive sur la ville de Burgas, et de prendre par la même occasion, les villes de Karnobat, Aytos et Pomorie. Ainsi l’état-major de la jeune République socialiste espère priver l’ennemi bulgare de l’un de ses deux principaux ports, ainsi que d’une large partie de sa façade maritime.

L’efficacité de l’opération est rendue possible par le déploiement de 3 brigades de cavalerie blindée, qui doivent s’enfoncer au maximum dans le territoire bulgare. La mobilité des blindés légers (BT-7, Renault D1 et FT-17, Hotchkiss H35), couplée avec la motorisation de l’infanterie (camionnettes Citroën T23), doit assurer la rapidité de l’offensive. Les percées des brigades de cavalerie blindée sont soutenues par la puissance de feu de l’artillerie des divisions d’infanteries (divisions d’infanterie de montagne comprises) ; à savoir l’artillerie de 75mm, mais aussi l’artillerie de support de 100mm ou plus. Les divisions d’infanteries doivent ensuite, s’engouffrer rapidement dans les espaces libérés par les brigades de cavalerie blindée, pour occuper le territoire ennemi, et empêcher toute prise de revers bulgare.

Cette offensive terrestre est assurée par l’occupation aérienne de l’aviation turque (mais aussi française). Ainsi les escadrons de chasse doivent assurer la supériorité aérienne de la Turquie et de ses alliés, mais aussi permettre aux escadrons d’appui au sol, de bombardement naval et de reconnaissance, de pouvoir opérer efficacement.

Enfin, la flotte turque est mobilisée ; dans la mer Noire, aux larges des côtes bulgares, où elle assure le blocus des ports de Burgas, de Pomarie et de Varna, avec la 1ère flotte ; mais aussi dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore, où elle doit assurer la sécurité de ses derniers, et empêcher les navires bulgares ennemis (et de ses alliés) de passer, avec la 2nd flotte. La 1ère flotte – et notamment les deux croiseurs de bataille – peuvent aussi être amenés à apporter un support aux troupes lors de la prise des villes portuaires bulgares.



Carte des opérations


Spoiler:

https://cdn.discordapp.com/attachments/203504154247692288/335159282217779200/Offensive_1ere_tour_bulgarie_.jpg




avatar
RedVladislav
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 159
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Ankara

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par verbannter le Jeu 13 Juil 2017 - 22:17


Royaume des Pays-Bas / Koninkrijk der Nederlanden



Le Royaume des Pays déclare la guerre à la Bulgarie et commence les opérations de pacification en Bulgarie, les positions de nos forces seront communiqués aux acteurs sur le terrain (Grèce, France, Roumanie et Turquie) afin d'éviter tout accident), 10.000 réservistes parmi les plus disponible sont appelés en renfort de la Ière DI.

Lancement de l'opération choc et effroi

La Ière flotte a ordre de mobiliser 1 cuirassé, 1 croiseur, 4 torpilleurs et 5 sous marins et un grand nombre de convoie de transport pour les troupes, ces bâtiments après identification par les navires français auront ordre de pilonner (le pilonnage pour le Cuirassé Stier et le croiseur Java le reste en escorte et patrouille) de façon très dur la ville de Varna, le but est de démoraliser un maximum l'adversaire tout en mettant ses civils sur les routes. Après 12 heures d'artillerie la Ière DI habituée aux opérations conjointes avec la Marine devra prendre Varna par un débarquement (Objectif 1).

Une fois Varna prise 2 escadrons d'aviation renforcés de 15 Fokker D.XXI (pour remplacer des pertes éventuels) auront pour ordre d'établir la supériorité aérienne de la région dès que le terrain d'aviation sera sécurisé. Simultanément la IV DM aura pour ordre de prendre la voie rapide vers Shumen, de nettoyer la ville puis de positionner l'artillerie de 175mm afin de lourdement bombarder les grands axe routier plus à l'ouest (Objectif 2).

Dans le même temps 5000 hommes de la Ière DI (parmi les soldats de métiers)ont ordres de marcher sur Dobrich pour y établir un avant poste fortifié (Objectif 3), 15.000 hommes resteront affecté à Varna prêt à renforcer rapidement Dobrich ou Shumen.

La vitesse d'action et le minutage seront primordiaux raison pour laquelle le Général Winkelman dirigera personnellement les opérations.

Le but est de conjointement avec les opérations Turques d'interdire l'accès à la mer noire, de provoquer un exode de population vers l’intérieur afin de gêner toute contre attaque ennemis et surtout de couper une partie des divisions engagées en Roumanie de leurs base arrières en tenant ou bombardant les axes principaux du nord-est du pays. Nous devrions sérieusement perturber l'effort de guerre ennemis.

Forces engagées :
- 1 cuirassé, 1 croiseur, 4 torpilleurs et 5 sous marins
- Ière DI (10.000 soldats de métiers et 10.000 réservistes appelés)
- IV ème DM (10.000 soldats de métiers)
- 2 escadron de chasseur (24 appareils + 15)
Pour leur équipement voir ma fiche

Cartes des opérations



avatar
verbannter
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 216
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 27
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Sűltan Ilies le Ven 14 Juil 2017 - 10:32

avatar
Sűltan Ilies
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Ven 14 Juil 2017 - 20:10


UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRLAND


Le Premier Ministre a fait déposer à l’ambassade bulgare à Londres la déclaration de guerre du Royaume-Uni au Royaume de Bulgarie. Les 4 navires de guerre envoyés en Grèce pour surveiller ses mers sont placés sous le commandement de la France pour ses opérations en Mer Noire. Deux escadrons de chasseurs Hawker Hurricane et deux escadrons de bombardiers Armstrong Whitworth Whitley sont envoyés pour épauler l’offensive terrestre franco-grecque depuis la frontière nord.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Sam 15 Juil 2017 - 20:31


TOUR 1 - ATTAQUE : FRANCE / GRÈCE / TURQUIE / PAYS-BAS / ROUMANIE

FRONTS :

OFFENSIVE 1 : FRANCE & GRÈCE

Spoiler:
Les Grecs aidés par un grand nombre de troupes françaises ont une occasion en or : le personnel actif de la Bulgarie est plongé en Roumanie et sa réserve point mobilisée à la frontière; pis encore, les moyens déployés déséquilibrent totalement le rapport de force entre d’un côté plus d’une centaine de milliers d’hommes, une aviation moderne et des blindés en larges formations, de l’autre des forces dispersées, prises de surprise et sans autres soutiens que quelques canons.

Marche sur Blagoevgrad

Bien rapidement les troupes de l’Armée Intérieure, officiellement indépendante des forces armées bulgares, sont repoussées jusqu’au fameux Fort Roupel où n’ont pas encore été suffisamment colmatées les brèches qui ont permis sa conquête et sans la moindre défense anti-aérienne solide : ce faisant ce sont autant d’hommes qui se regroupent en un seul point facile à repérer pour les bombardiers qui s’acharnent dessus et rasent quasiment l’ensemble du bâtiment. Roupel, ou ce qu’il en reste, est donc bien facilement repris, et s’ouvre ainsi tout le sud-ouest de la Bulgarie. Les deux colonnes formées à partir des forces engagées continuent, chauffées à bloc et toujours aidées de l’aviation. La première toutefois, après avoir participé à l’assaut du fort, doit mener un détour pour poursuivre l’objectif de la prise de Gotsé Deltchev et de Bansko, puis Razlog, ce qui retarde d’une journée le moment de la jonction entre les deux : les Bulgares ont un peu plus de temps pour se réorganiser devant Blagoevgrad pour affronter leurs adversaires. Le combat est farouche mais encore une fois les Bulgares, submergés, malgré une vaillante résistance, ne peuvent tenir.

Prise de Smolyan

Les Grecs mènent là un exercice particulièrement difficile : depuis Xananto ils doivent emprunter de petits sentiers sinueux entre les montagnes pour se rendre jusqu’à la frontière et poursuivre selon les ordres en plein dans les montagnes, sur plusieurs kilomètres. C’est donc un parcours ardu à mener d’abord dans leur propre pays pour accéder au front, ensuite jusqu’à la Bulgarie. La reconnaissance aérienne leur permet de constamment connaître leur position et les objectifs mais alerte aussi les quelques soldats bulgares présents dans leur arrivée, lesquels profitent de la longueur de la ville d’ouest en est et de sa position pour organiser une sérieuse résistance, à travers les montagnes voisines, que les bombardiers en piqué ne peuvent viser dans la forêt. Après plusieurs heures de lutte toutefois, toujours sans canons ni sans aviation, la ville tombe.

Marche sur Momtchilgrad

La prise de Momtchilgrad s’annonce plus compliquée : dès le début de l’avancée les troupes, en plus grand nombre et moins expérimentées en terrain montagneux pour certains, doivent là encore se rendre vers Zlatograd en empruntant des montagnes, à l’arrière puis à l’avant de la frontière gréco-bulgare. Entre les villages grecs et dans les sentiers sinueux ce sont plus de 40 000 grecs qui cherchent à se frayer un chemin. Heureusement ce ne sont que 2-3 kilomètres qui sont à longer mais aucun canon ne peut être transporté et les formations d’artillerie sont forcées de rester à l’arrière, tandis que les hommes des deux divisions grecques peinent à avancer et ralentissent l’opération. L’effet de surprise reste à leur avantage néanmoins de ce fait quand Kirkovo paraissait comme une cible plus logique par l’état-major bulgare, mais la route de Koshia aurait été plus pratique et plusieurs soldats se blessent lors de descentes rapides. Dans la ville l’on n’entend que quelques tirs, mais rien de bien sérieux avant sa prise. Ils continuent jusqu’à Benkovski et capturent toute la vallée mais sans artillerie décident de ne pas aller plus loin, les ordres de l’état-major grec n’étant pas assez clairs notamment sur la sécurisation de Kirkovo, l’organisation des troupes pour une division en groupes vers le Nord et le Sud, ou sur l’ouest découvert de Zlatograd.

Marche sur Plovdiv


C’est sans doute là que la percée est la plus spectaculaire : sur terre ce sont 96 000 Grecs et près de 25 000 Français qui s’engouffrent dans le coeur de la Bulgarie. Là encore si la supériorité numérique ne suffisait pas, les chars de l’armée française ne rencontrent en face d’eux aucune résistance équivalente. À la frontière les troupes bulgares tentent bien à Svilengrad de combattre mais sont balayées, amorçant une déconvenue totale : Harmanli, Haskovo, Parvomay, se rendent dans une grande facilité. Devant Plovdiv, l’artillerie se déploie et dans un tonnerre de feu écrase les défenses mais aussi nombre de quartier de la deuxième ville de Bulgarie. Forcément, en tant que plus grand centre urbain, ses pertes civiles sont très importantes et les combats plus serrés : l’armée y dispose des quelques canons anti-aériens ou de mitrailleuses plus nombreuses qui endommagent de temps à autre l’aviation, mais surtout une fois les troupes rentrées les Bulgares

Pertes grecques :
* Tués : 3 900
* Blessés : 6 200
* Véhicules : 2 Blackburn Velos détruits, 1 Hawker Horsley endommagé

Pertes françaises :
* Tués : 800
* Blessés : 1 700
* Véhicules : 1 B1 détruit, 3 B1 endommagés, 4 H39 endommagés; 2 LeO 451 endommagés, 2 MB.200 endommagés

Pertes bulgares :
* Tués : 18 000 (dont 8 000 civils)
* Blessés : 24 000 (dont 10 000 civils)
* Véhicules : l’artillerie du front sud est quasiment complètement perdue à Plovdiv

OFFENSIVE 2 : TURQUIE

Spoiler:
Les Turcs se lancent dans cette guerre comme un seul homme, dans une seule poussée, et comme écrivant la page d’une histoire murie et espérée maintes fois. En face, la Ligne Levski apparaît comme bien moins fonctionnelle que prévue : les trois mois de travaux n’ont permis que d’établir quelques tranchées, quelques lotissements, mais non la construction ex nihilo de forts solides. De là le schéma est foncièrement semblable à ce que les Grecs et Français ont pu faire à Plovidiv, quoique dans un terrain plus boisé mais dans une zone de toute façon à l’altitude faible. Pour autant les ordres reçus de l’état-major sont quelque peu alambiqués : choisissant sans doute de ne pas faire emprunter les grandes routes pour éviter les sabotages, les lignes droite font passer par des plaines hautes, des villages perdus, sans route, ralentissant considérablement l’offensive avant l’arrivée, enfin, jusqu’à Rusokastro où les forces turques se divisent en trois groupes et foncent depuis les champs sur leurs trois objectifs qui sont écrasés. Bourgas, bombardée une heure par les navires et l’aviation simultanément, se rend sans mener de combats urbains, de même que Pomorie plus facilement encore.

Pertes turques :
* Tués : 3 200
* Blessés : 4 800
* Véhicules : 3 FT-17 endommagés, 3 H35 endommagés

Pertes bulgares :
* Tués : 17 000 (dont 6 000 civils)
* Blessés : 28 000 (dont 12 000 civils)
* Véhicules : l’artillerie du sud-est est complètement perdue; toute la flotte de Bourgas

OFFENSIVE 3 : ROUMANIE & PAYS-BAS

Spoiler:
Front I - La reprise de Constança

Les Roumains doivent reprendre la ville, mais il s’agit d’une ville roumaine : ne pas faire preuve de pitié pour reconquérir une perte d’un jour, c’est risquer le pire. Avec le départ des Soviétiques les Bulgares se savaient dans une position difficilement tenable et avaient donc rapidement pris plutôt position dans les quartiers denses avant de recevoir de nouveaux ordres et de potentiels renforts; bien mal leur en prit, car les Roumains à l’intérieur s’avérèrent de bien peu fiables collaborateurs menant plusieurs exactions contre les soldats, tandis que l’armée roumaine n’hésite pas à tirer sur toute zone hostile. Au prix d’importants dégâts collatéraux civils, l’armée roumaine reprend donc Constança.

Front II - La conquête de Varna

L’aviation fait toute la différence dans cette avancée parallèle qui s’annonce : les nombreux appareils que peut encore aligner l’aviation roumaine sont seuls dans les cieux roumains. Néanmoins l’état-major a trop insisté sur l’accélération de la contre-offensive et l’objectif de Varna et son bombardement si bien que si le port se retrouve largement endommagé, la reconnaissance n’aperçoit pas l’arrivée de canons à Dobritch qui pilonnent le flanc droit des troupes roumaines lors de leur arrivée, sur un terrain plat.

Les Roumains sont donc bloqués, d’autant qu’à Dobritch est présente de l’artillerie anti-aérienne avec les obusiers. Tenus ainsi de côté, ils doivent prendre le temps de localiser les tirs, reculer, puis mener le siège de Dobritch. Après quelques jours de combat la ville tombe mais ce sont alors les Néerlandais qui débarquent à Varna par surprise : la flotte néerlandaise attaque en effet sur un terrain sur lequel les Roumains ne pouvaient plus rien faire suite à l’anéantissement de leur flotte et continuent ainsi la lignée des placements maritimes gréco-turco-français. Les 30 000 soldats envoyés débarquent après un bombardement surprise et dévastateur du port et capturent la ville : immédiatement, c’est donc un verrou qui se relâche à Dobritch où les forces bulgares, s’apercevant qu’un étau se forme, se rendent ou retraitent dans une complète débandade.

Pour autant les forces roumaines ne savent pas encore la raison de ces reculs : il semble en effet que la communication n’ait pas été optimale entre eux et les Néerlandais, intervenus rapidement dans la foulée du sud. La conquête éclair des Néerlandais est donc déteinte par un bombardement ami, dont certains estiment qu’il aurait été ordonné en ayant pleinement conscience de la présence d’ « alliés » dans la ville, qui causent plusieurs pertes civiles inutiles et pertes militaires du côté des Pays-Bas.

Front III - Massacre sur le Danube


La tuerie en démoralise certains mais solidifie le moral d’autres et le sentiment anti-roumain de soldats qui, jusqu’à présent, avaient pu se représenter la guerre comme injuste. Lorsque les Roumains se mettent à abattre les prisonniers ainsi l’enfer de la guerre s’abat sur le Danube tandis que les troupes, quasiment, se toisent, armée contre armée, nation contre nation. La position défensive est bien souvent plus agréable que celle de l’attaquant et lorsque les rôles s’inversent cet état de fait se constate : au tour des Roumains de comprendre que le fleuve Danube n’est pas une frontière pour rien. Reprenant facilement les positions bulgares capturées de leur côté, les trois armées se lancent sur Svichtov, Roussé et Silistra, aidées de quelques PZL P.11 et de Potez 25 qui ne sont pas au meilleur de leur forme quand ce sont en face encore des dizaines de milliers de Bulgares cherchant à en découdre qui se positionnent avec le gros de l’artillerie bulgare (quelques obusiers, canons anti-aériens, et moins une demi-douzaine de chars italiens obsolètes). Les Roumains qui débarquent depuis des navires de fortune lancent plusieurs assauts contre Roussé mais sont repoussés, avant que ne tombent Svichtov et Silistra, respectivement à l’ouest et l’est, objectifs de la première et de la seconde armées au prix de très lourdes pertes des deux côtés. Ceux-ci, conformément au plan, se rendent de suite vers Roussé mais à des heures différentes, la première mettant plus de temps : les Bulgares disposant toujours de la supériorité numérique défendent bec et ongle les deux fronts, puis à l’ouverture du troisième sont pris dans une poche et coupés du soutien de Razgrad. La troisième armée parvient alors enfin à débarquer et pris d’un élan de folie, ou plutôt suivant les ordres, massacrent sur place dès la reddition 4 000 soldats bulgares.

Pertes roumaines :
* Tués : 22 000
* Blessés : 34 000
* Véhicules : 1 Potez 25 détruit, 2 Potez 25 endommagés, 40 canons de campagne (Skoda, Schenider)

Pertes néerlandaises :
* Tués : 1 500 (dont 50 lors de bombardements amis)
* Blessés : 3 500
* Véhicules : 2 Fokker D.XXI endommagés

Pertes bulgares :
* Tués : 44 000 (dont 8 000 prisonniers au total et 7 000 civils)
* Blessés : 37 000 (dont 10 000 civils)
* Véhicules : les derniers Fiat 3000, 60 Schneider-Canet 75mm field gun M. 1904, 15 Skoda 75 mm Model 15 mountain gun; toute la flotte de Varna

CARTE :

Spoiler:


Dernière édition par Vautour le Lun 17 Juil 2017 - 14:10, édité 4 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Colonel_NKR le Dim 16 Juil 2017 - 11:46

Bulgarie / България


Le désastre

Alors que les troupes coalisées entrent dans le pays, massacrant les soldats & la population bulgare, violent les femmes, assassinent les enfants... Le Tsar donne un dernier discours à la radio dénonçant les Français et appelant à tuer chaque Grec encore en vie, appelant à la résistance face aux vils envahisseurs il promet que si ce n'est pas lui qui le fait, ses enfants & ses petits-enfants le feront.

Après ce discours, le Tsar et ses plus proches collaborateur fuient à l'est, espérant peut-être organiser la résistance et lancer une contre-attaque désespérée contre la coalition criminelle. Mais il est déjà trop tard...


Apprenant la fuite du Tsar de Sofya, les communistes font défection et forment au nord leur propre gouvernement populaire provisoire de Bulgarie (GPPB), ils lancent un large assaut sur Varna avec leurs tout nouveaux tanks sortant tout droit des usines, ils annoncent par ailleurs continuer la guerre contre les vils capitalistes criminels mais demandent la paix avec la République socialiste turque. Le , des anarchistes arrêtant un train venant de Sofya, ils découvrent le Tsar, sa famille et ses collaborateurs. Ils sont tous massacrés et jeter comme des déchets au bords de la route, les villageois & soldats prennent des photos. Le peuple bulgare est subjugué, le Tsar a été tué, le pays n'a plus de gouvernement et les communistes n'ont aucun chance.

La nouvelle guérilla communiste bulgare.

C'est Stepjan Radic, communiste bulgare d'origine serbe, qui s'exprime à la radio, il appelle la République socialiste turque à soutenir son nouveau gouvernement & annonce être ouvert aux négociations avec la Grèce et la France, mais pas les fascistes roumains.

Face à cela, le démocrate libéral Zahari Stopanov étant revenu d'Amérique seulement quelques jours avant la déclaration de guerre à la Roumanie, décide avec son journal "Liberté & Bulgarie" de proclamer un nouveau gouvernement à Sofya : La République de Bulgarie, entièrement démocratique et libéral, et annonce la fabrication d'une constitution sous le modèle français dans les prochains mois. Il entre en contact avec les Français & les Grecs et leur demande la paix en revenant aux frontières d'avant-guerre et en - si les Français le veulent - postant des bases militaires françaises en Bulgarie dans le but de contre-carrer la nouvelle menace communiste grandissante au nord du pays.

La déclaration d'une république non-communiste séduit les fidèles aux Tsar, ainsi, les régiments bulgares du sud du pays font défection et rejoignent la nouvelle république, la Bulgarie est sectionnée en deux.

La Bulgarie est sectionnée en deux, mais les deux parties refusent de se combattre, au nord, les communistes lancent une grande offensive sur les Roumains grâce aux tanks sortant des usines bulgares. Ils attaquent avec toute leur ardeur Ruse & Silistra, se lancent à l'assaut de Varna avec une complicité intérieure dans le but de littéralement massacrer les Néerlandais.

De son côté, Stopanov annonce un cessez-le-feu sur tout les fronts & réitère ses conditions.

Le déchirement de la Bulgarie, au nord les communistes & anarchistes, au sud la nouvelle République démocrate & libéral.

En apprenant la mort du Tsar, les défections communiste et le nouveau gouvernement démocrate en place à Sofya, Kazhanov se suicide avec sa femme et sa fille, par crainte des représailles anarchistes ou bien d'être jugé & humilié par son propre pays. Il est considéré comme le principal responsable de ce grand désastre.
avatar
Colonel_NKR
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 23
Date d'inscription : 30/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Dim 16 Juil 2017 - 18:05


TOUR 2 - DÉFENSE & CONTRE-ATTAQUE : BULGARIE

FRONTS :

Spoiler:
Établis à Shumen, les communistes pro-soviétiques et en faveur d’une paix séparée avec les Turcs surestiment grandement les capacités industrielles de la Bulgarie - eux qui pourtant, pour un grand nombre, été au plus près des usines : jamais 30 000 chars n’auraient pu en sortir, ni une quelconque variante d’un modèle non-commandé encore, et ce n’est qu’un seul prototype qui était en projet au-delà des annonces fantasmées de l’état-major.

Pis encore, les annonces des deux figures des camps ayant divisé la Bulgarie sont très loin de correspondre à la réalité : à Sofia, Pernik, Stara Zagora, dans la zone républicaine, de multiples bulles du Parti Communiste Bulgare redoré éclatent, toutes les villes du sud sont paralysées par leurs travailleurs qui refusent la scission. Au nord, les dizaines de milliers de soldats envoyés au front ne sont pas du tout favorables aux idéaux communistes qu’ils sont censés défendre et les généraux bulgares refusent tous d’obéir au gouvernement de Shumen. Faisant sécession, ils décident bien plutôt de marcher sur cette même Shumen avec à leur tête le général Pencho Zlatev, fervent royaliste, bien décidé à rétablir un Tsar en Bulgarie. Ce dernier reprend Razgrad à quelques insurgés de ce fait et envoie plusieurs émissaires aux forces roumaines pour une cessation des combats et une coordination des efforts de guerre.

Ce ne sont au final que 10 000 hommes qui constituent des milices communistes pour se rendre à Varna, rassemblés par le Parti Communiste Bulgare : toujours sans aviation, sans char, et quasiment sans canons après les cruels combats des débuts de la guerre balkanique. Ils s’y écrasent sans être en capacité de reprendre le moindre lopin de terre, contre-harcelé au contraire par la marine néerlandaise quand ils se sont trop approchés ou l’aviation.

Par ailleurs Stepjan Radic est évidemment un avatar pour éviter de reconnaître le vrai leader opportuniste de la rébellion communiste - Radic ayant été tué 12 ans auparavant - qui semble en réalité être Dimitar Blagoev; de même côté républicain où c’est bien plutôt Nikola Mushanov, ancien Premier Ministre chassé du pouvoir, qui a pris la tête de la jeune République pour en devenir le chef provisoire et non un Zahari Stoyanov fantomatique utilisé seulement comme référent révolutionnaire pour tenter de rassembler les Bulgares. Il peut compter sur les Agrariens, les Démocrates et les Libéraux, qui forment ensemble l’Alliance Républicaine pour le soutenir dans les défis qu’il aura à relever, aidé d’Andrey Toshev qui devient provisoirement son délégué aux affaires étrangères et est envoyé à Blagoevgrad négocier avec les forces franco-grecques; un autre représentant bulgare souhaite négocier de même avec la Turquie.

CARTE :

Spoiler:



Dernière édition par Vautour le Dim 16 Juil 2017 - 22:36, édité 2 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Dim 16 Juil 2017 - 18:21


Le joueur Colonel NKR ne pourra désormais jouer que l'une des trois factions qui divisent la Bulgarie.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par RedVladislav le Dim 16 Juil 2017 - 22:30


République socialiste de Turquie - Türkiye Sosyalist Cumhuriyeti



Opération militaire de la République socialiste de Turquie en Bulgarie

Suite à l’évolution de la situation en Bulgarie, des négociations s’imposent immédiatement. La République socialiste de Turquie souhaite que une rencontre soit organisée avec l’ensemble des participants de l’opération militaire contre suite aux actions du précédent régime bulgare, mais aussi avec la participation des factions qui se déchirent dans la guerre civile qui frappe le pays.

Afin d’assurer la sécurité et la souveraineté de l’Etat Bulgare, la République socialiste de Turquie déploie son premier corps d’armée en Bulgarie, dans son intégralité ; et ce avec l'accord du gouvernement de la nouvelle République socialiste de Bulgarie. Ce déploiement se fait par les réseaux ferrés et routiers. C’est ainsi que, 12 divisions d’infanterie, 5 divisions d'infanterie de montagne, 5 brigades de cavalerie blindée, assurent l’intégrité territoriale de la Bulgarie sous le gouvernement communiste provisoire de Dimitar Blagoev. Le premier corps d’armée est principalement déployée le long de la frontière roumaine, sur le Danube, et jusqu’aux côtes de la mer Noire. Les forces aériennes et les forces navales continuent d’assurer leurs missions, et restent parées à l’éventualité d’une reprise des hostilités.

Aussi, les 10.000 partisans bulgares ont été structurés en 1 division d’infanterie, armée et équipée par la Turquie. Cette division reste déployée à la périphérie de Varna. Le gouvernement turc veillera à ce que l’incident ayant eu lieu quelques jours auparavant – notamment l’accrochage entre les partisans et les forces armées des Pays-Bas – ne se répète pas.

La Turquie accepte la proposition des Pays-Bas, de signer un pacte de non-agression dans les plus brefs délais.

Enfin, Ankara garanti l’indépendance de la République socialiste de Bulgarie. Le maintien  de la stabilité régionale impose au gouvernement turc d’assurer la survie de la jeune République socialiste face aux menaces extérieures.

Ankara souhaite aussi développer le plus rapidement possible, des discussions sincères avec la France, et les forces démocrates du sud de la Bulgarie, afin de trouver un terrain d’entente quant à l’avenir de l’Etat Bulgare.

Concernant la stratégie de Défense turque ; le quatrième corps d’armée – composé de 3 divisions d’infanterie, 1 division d’infanterie de montagne – présent dans la région de la mer Noire, est déployé dans la région de Marmara.


Carte du déploiement du premier corps d'armée (en rouge les forces turques, en blue les forces communistes bulgares):
http://i.imgur.com/hhpQW2k.jpg

avatar
RedVladislav
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 159
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 22
Localisation : Ankara

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par galx le Lun 17 Juil 2017 - 10:16

République Française:


Secret:

En attendant le début des négociations entre les différents parti, les troupes françaises présente en Bulgarie reste à leur place. Par ailleurs de nombreux militaires français sont chargé d'aider les forces démocratique a installer leur autorité sur le territoire qu'elles contrôlent. Les officiers français se chargeront aussi d'encadrer provisoirement certaine unité de l'Alliance Démocratique afin de les former au mieux. Dans le domaine civile, les administrateurs de la zone démocratique recevront bien sur les conseils d'expert français ainsi qu'un soutient financier pour l'instant établis à un un million de francs.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1733
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Iska le Lun 17 Juil 2017 - 11:05



Union des Républiques Socialistes Soviétiques




Troisième guerre balkanique


Eaux bulgares :

Afin de contrer toute menace maritime de la Bulgarie la Marine déploie ses 9 sous-marins Shchuka ainsi que ses 4 Destroyers classe Gnevny fraîchement sortis de chantiers navals. Ils patrouilleront aux abords des eaux bulgares, sans effectuer de blocus.


Un destroyer classe Gnevny

Communistes bulgares :

Les communistes bulgares en détresse ont besoin d'armes pour mener cette guerre pour la sécurité de la nouvelle République. La Grande Armée Rouge peut se permettre de fournir les bulgares. D'ici la fin de l'année ils recevront :

- 300 Chenillette T-27
- 120 Ford-A Izhorskiy, idéal pour le combat urbain.
- 1 500 PPD-34
- 500 DP 28
- 20 Canon anti-char de 45 mm M1937 (53-K)
- 5 000 Kbk wz. 1929 (récupérées à la Pologne)

:mac: 200 instructeurs s'en iront aux côtés des troupes turques afin de former les communistes bulgares :mac:

Spetsnazs :

Afin de s'aguerrir dans le combat urbain, les Spetnazs effectueront des entrainements dans les ruines moldaves. Au plus proche de la réalité. Ils resteront en Moldavie pendant une année.

avatar
Iska
Graphiste

Messages : 344
Date d'inscription : 01/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Sűltan Ilies le Lun 17 Juil 2017 - 11:25

ETAT LÉGIONNAIRE ROUMAIN.


LIGNE DE DÉFENSE ROUMAINE


En réponse aux annonces d'occupation turc l'état-major roumain reporte ces offensives contre Shumen mais met en place sa propre ligne de défense face à cette menace inacceptable à notre frontière.

3 divisions sont positionnés à l'Ouest du Danube pour prévenir de toute violation de notre frontière.

Avec l'autorisation des tsaristes nous proposons de faire une ligne de 5 divisions roumaines + les forces tsaristes qui surveilleront les délimitations du district de Ruse et Razgrad.

Dans les districts de Sillistra et Dobrich la situation est bien plus dangereuse. Il n'y a pas de frontière naturel qui protège le territoire roumain et Dobrich risque d'être enclavé.

Pour éviter tout cela l' état major avance ses pions.
Avec une centaine de bataillons accompagnée d'une trentaine de char et deux régiments de parachutistes, est sécurisé ce qui reste du district de Dobrich ainsi que les villages aux alentours de Sillistra avant l'arrivé des forces turc.

Si quelque prisonniers sont fait ils seront cette fois ci pas exécuté.  




Ensuite 6  divisions prendront place dans ces territoires sécurisés pour ce qui est là suite de notre ligne de défense.

Nos troupes planteront le drapeaux roumain devant elles et occuperont les positions défensives de la région.
Un contact radio constant sera fait avec nos bases aériennes et notre ligne de défense pour qu'à tout combat qui pourrai éclater, l'aviation roumaine sera présente en soutient le plus rapidement possible.



un rectangle = une division.


_______________________________

Malgré les provocations et les tentatives d'offensives ratés à notre égard du à la grande impopularité du gouvernement communiste ( ses troupe se sont retournés contre lui ) alors qu'il réclame de vastes territoires en Bulgarie. nous nous assoirons aux tables des négociations et nous appelons Ankara à s'en tenir à sa ligne de défense comme nous, une attaque contre nos troupes précipitera la guerre.
avatar
Sűltan Ilies
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par galx le Lun 17 Juil 2017 - 13:42


Bilan matériel et humain de la troisième guerre balkanique* :

Spoiler:
Grèce:
. 4630 tués
. 7326 blessés
. 2 avions détruits

Bulgarie:
. 92 499 tués
. 99 847 blessés
. 11 000 prisonniers
. 53 000 civils tués ou blessés
. L'ensemble de la flotte de Bourgas et de Varna

France:
. 875 tués
. 1852 blessés
. 1 chars détruits

URSS:
. 16 580 tués
. 25 800 blessés
. 113 chars détruits
. 43 avions détruits

Roumanie:
. 43 750 tués
. 65 900 blessés
. 7100 prisonniers
. 60 chars détruits
. 102 avions détruits
. 6 navires et 1 sous-marin coulés

Turquie:
. 3200 tués
. 4800 blessés

Pays-Bas:
. 1500 tués
. 3500 blessés

Total:
. Morts (militaire): 163 034
. Blessés (militaire): 209 025
. Civils morts ou blessés: 53 000

Résumé visuel (par Iska) :

Spoiler:


* La Troisième guerre balkanique regroupe finalement trois conflits: la révolte de Thrace, l'invasion de la Roumanie et l'invasion de la Bulgarie.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1733
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par verbannter le Lun 17 Juil 2017 - 18:27


Royaume des Pays-Bas / Koninkrijk der Nederlanden



Seules les troupes régulières de la Ière DI resteront à Varna pour défendre et maintenir l'ordre avec l'appui d'un escadron de chasseur et de la flottille le temps de négociations, les Pays-Bas rappellent qu'ils restent très hostile aux communistes qui ont donné l'ordre de massacrer les Néerlandais.
avatar
verbannter
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 216
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 27
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Lun 17 Juil 2017 - 19:27


TOUR 3 - DÉFENSE (& CONTRE-ATTAQUE) : FRANCE / GRÈCE / TURQUIE / PAYS-BAS / ROUMANIE

FRONTS :

Spoiler:
Pour le moment les révoltes communistes dans la zone de l’Alliance Républicaine se sont calmées, après l’annonce de la tenue de négociations à Sofia, bien que de nombreux grévistes continuent de refuser de travailler pour le moment, en attente des résultats.

Au nord la Roumanie dispose de l’avantage temporel : le temps que la Turquie s’aperçoive de l’arrivée de communistes au pouvoir dans une moitié du pays, de négocier le libre-passage des troupes, s’avancer par la suite jusqu’aux frontières pour la protéger dans des zones parfois hautes, les Roumains ont pu prendre possession des terres qu’ils convoitaient avec l’appui des militaires bulgares insurgés, reliant leurs prises de l’ouest aux côtes jouxtant leurs frontières. La « Sainte Alliance Nationaliste », comme l’appellent certains, n’eut aucun mal à le faire : le reste de l’armée bulgare envoyée n’avait été que très peu morcelé par le morcellement idéologique du pays, réagissant comme leur général à la mort du Tsar; parallèlement les communistes disposent de très peu de réserves, essentiellement des milices mobilisées pour les circonstances et de quelques dizaines de déserteurs de la réserve, si bien que les territoires considérés comme placés sous leur autorité ne sont finalement que des zones poreuses où dans quelques villes des militants sont parvenus à asseoir l’autorité du PCB - ce qui ne s’est pas arrangé avec la folle tentative de prendre Varna. Joignant leurs forces, Bulgares et Roumains ont ainsi en peu de temps capturé plusieurs villes, soit Yazenkovo et Izgrev, Dulovo, Tervel; à l’est Kavarna, qui s’est rendue sans combattre. Lorsque les Turcs sont arrivés très vite le ton est monté ce faisant, Roumains et Bulgares étant pris par la frénésie des victoires faciles et ayant même grignoté des terres au-delà des commandements de l’état-major, et plusieurs tirs ont été échangés au sud de Yasenkovo ainsi qu’à Balchik, pour le moment découpée en deux, bien que sa baie soit totalement contrôlée par la flotte turque.

CARTES :

Spoiler:


avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Sűltan Ilies le Lun 17 Juil 2017 - 22:01

ROYAUME ROUMAIN


Les troupes qui ont lancés le combat contre les turcs ont obligations de se replier dans nos positions tel que Kavarna ou Izgrev avec les grandes division qui forment la ligne de défense. L’appelle au cessez le feu est lancé.



vert ligne : de défense dont est exclu Balchik et Yasenkovo.
Rouge : territoire administré par les tsaristes.
avatar
Sűltan Ilies
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Sam 22 Juil 2017 - 13:09


Plusieurs heurts ont éclaté les deux derniers mois entre les Bulgares et les Roumains qui cohabitent actuellement au nord de la Bulgarie, surtout à Izgrev prise entièrement par des Tsaristes qui n’ont pas accepté d’y faire entrer leurs alliés d’un jour. Sans réponse de la part de l’état-major roumain c’est un violent sentiment d’humiliation et de haine qui se crée à l’égard de troupes qui n’ont finalement utilisé les militaires que pour leur propre profit, alors que ne viennent pas les fournitures ou équipements demandés. De la même façon pour le moment nul ne peut dire si ce sont plus de Roumains ou de Bulgares qui tiennent Kubrat par exemple, les Bulgares n’acceptant pas de laisser une miette de leur ancien territoire ou de leurs conquêtes tant que la Roumanie n’a pas entamé de sérieuses mesures pour l’aider dans sa lutte contre le bolchévisme. Une haine se crée qui se traduit donc pas des incidents de plus en plus nombreux comme à Dulovo où trois soldats roumains ont été retrouvés morts dans un fossé.

En réalité, l’armée bulgare toujours debout se décrépit : plusieurs soldats dont la famille se trouve en zone républicaine négocie un passage vers Sofia auprès des communistes et font défection, l’autorité du général étant mise à mal par son entente avec Bucarest. De toute façon les tsaristes bulgares reçoivent trop peu de soutien et contrôle un trop petit territoire pour pouvoir maintenir des soldes décentes et garantir un mode de vie supportable aux soldats. Tandis que des milliers d’hommes arrêtent les combats parallèlement ce sont autant qui créent des milices tsaristes de « résistants à l’occupation turco-communiste » aux leaders douteux, éclatés sur le territoire. À Vidin, Kozloduy ou Pleven l’autorité de la République Socialiste de Bulgarie est quasi-nulle, bien qu’il s’agisse d’autant d’enclaves qu’elle revendique. À Varna nombreux désirent que la protection néerlandaise soit maintenue et la ville reliée à la République de Bulgarie.

Au sud les provocations continuent aussi vis-à-vis des Turcs, des imitations du drapeau de la République Socialiste sont brûlés, des balles tirées au l’air.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par hujjj18 le Dim 23 Juil 2017 - 21:52

Magyar Királyság



SECRET




L'état-major hongrois ordonne d'envoyer du matériel aux Tsaristes en passant par la Roumanie car quand un allié idéologique a besoin de soutien la Hongrie a le devoir de l'aider.





  • 5 canons anti-aérien
  • 5 canon mitrailleurs anti-aérien
  • 5  15 cm schwere Feldhaubitze M. 15
  • 10 3,7-cm PaK 36
  • 20 Stridsvagn L-60
avatar
hujjj18
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 10
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 19
Localisation : Budapest,hongrie.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Sűltan Ilies le Dim 23 Juil 2017 - 23:18

ROUMANIE




Secret.

Nous ouvrons bien évidemment aux convoies de soutiens hongrois un chemin jusqu'aux possessions tsaristes traversant notre territoire.


De plus nos amis tsaristes recevront une nouvelle cargaison d'arme à Razgrad pour assurer la réussite de leurs offensive.
-30 cannons anti char remorquables ( 753 Reşiţa, modèle 1940. )
-30 mortier Brandt Mle 27/31.
-19 canon anti aérien leger.
-la totalité des fusils et munitions capturés sur le front bulgare.

Et suite à la fin des principaux chantiers de reconstruction. Bucarest a proposé a 6000 détenus bulgares le choix de continuer leur incarcération ou de rejoindre le futur front tsariste. La plus part ont bien évidement choisi la liberté et seront raccompagné jusqu'à Razgrad ou officiellement ils seront sous l'autorité du géneral Pencho Zlatev et ses hommes.
avatar
Sűltan Ilies
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Vautour le Lun 24 Juil 2017 - 21:02


TOUR 4 - ATTAQUE : TSARISTES BULGARES

FRONTS :

Spoiler:
Quand le Géneral Pencho Zlatev lance l’attaque contre la République Socialiste de Bulgarie en Mai 1941, 40 000 hommes lui sont encore fidèles. Il a échappé à deux tentatives d’attentat, les troupes sont affamées autant que les habitants qu’ils extorquent quand ils ne travaillent pas ensemble à la constitution d’un marché noir. Alors que dans les deux autres entités bulgares se stabilisent au fil du temps, développent leurs gouvernements, établissent leurs institutions (surtout à Sofia où il est plus facile de simplement récupérer l’héritage), le Général, dans le doute, concentre le pouvoir sur sa personne et son projet sur la seule haine des Communistes, quand la conquête de la capitale semble s’éloigner et que l’affaiblissement de son armée signifie essentiellement le grossissement de la défense des Républicains.

Partant d’Izgrev, prenant les récentes livraisons hongroises et roumaines comme un signal et un encouragement, il parvient le 17 à percer les défenses turques dans une offensive surprise à l’aube, moins sur leurs gardes après des mois à garder la frontière. Face à des Turcs quatre fois moins nombreux pour la défense de Shumen et renforcés par de l’artillerie capable de repousser des blindés et même quelques chars apportés par la Hongrie, il est parvenu en quelques heures à avancer considérablement jusqu’à quelques kilomètres de la capitale provisoire des Communistes bulgares - les Turcs ayant creusé des tranchées tout autour - lesquels face au danger et sous les tirs, ont convaincu de nouveaux militants de devenir des miliciens pour la défense de la ville.

Pertes turques :
* Tués : 820
* Blessés : 1700
* Véhicules : 2 FT-17 détruits, 12 canons détruits, 5 canons capturés

Pertes bulgares (tsaristes) :
* Tués : 960
* Blessés : 2100
* Véhicules : 1 Stridsvagn L-60 détruit, 8 canons détruits

Pertes bulgares (communistes) :
* Tués : 340
* Blessés : 1200
* Véhicules : /

CARTES :

Spoiler:



Dernière édition par Vautour le Jeu 27 Juil 2017 - 22:29, édité 1 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1939
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Sűltan Ilies Hier à 11:58

ROUMANIE



le Maréchal Pietre Dumitriscu avance ses pions. Les territoires et les populations du Nord délaissés par les forces du général Pencho Zlatev pour son offensive à laquelle personne ne croit vraiment du cotés de l'état major roumain, vont passer entièrement et en toute logique sous notre défense. Des régiments venant des divisions stationnées dans les districts de Ruse et Dobritch seront envoyés occuper les territoires tsaristes: Doulovo, Tsar Koloyane, Izgrev, Byala et surtout Razgrad. Soit 30 000 hommes
Dans tout le Nord Est de ce qui est appelé encore et par erreur ? Bulgarie. C'est 11 divisions roumaines soit 150 000 hommes qui sont présents en tout pour assurer la sécurité et tenir une ligne de défense face aux menaces turc et autre.
avatar
Sűltan Ilies
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Troisième Guerre Balkanique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum