[Rencontre] Visites latines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Rencontre] Visites latines.

Message par Vautour le Mar 27 Juin 2017 - 17:00

UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRLAND


Argentine

L’Argentine et le Royaume-Uni sont déjà liés par un accord tenant, surtout, sur des importations de boeuf et des exportations de charbon. Ces contrats font de l’Argentine un pays au rôle, à la position, aux avantages, à la proximité, quasiment similaire du point de vue économique aux États considérés comme favorisés par la préférence impériale. De là le Royaume-Uni souhaiterait accroître les liens financiers profonds entre les deux pays, en faisant entrer l’Argentine dans le Bloc Sterling, c’est-à-dire en indexant sa monnaie sur celle de la Livre Sterling, zone de stabilité à laquelle participe quasiment tout l’Empire et plus encore assurant à ses nouveaux membres des partenaires à travers le monde entier, une base solide de transactions depuis l’abandon de l’étalon-or, des taux de change de fait fixes et à l’accès favorisé à une immense zone de libre-échange. La Banque d’Angleterre, actuellement l’Imperial Bank, a de toute façon participé à l’élaboration et dispose de larges intérêts dans la Banque Centrale d’Argentine, organe encore privé et peu contrôlé par le gouvernement.

Il propose la fondation de la Hurlingham University des Sciences économiques et culturelles à Buenos Aires, non forcément dans la ville du même nom mais faisant au Club des Anglo-Argentins du même nom présents dans la capitale, à la fondation de laquelle participeront le président et des enseignants de la London School of Economics.

Le Secrétaire d’État propose sinon, en plus de l’actuel statut d’important exportateur de l’Argentine, de laisser entrer l’aide britannique en Argentine pour améliorer ses capacités de production : Hochschild Mining est une entreprise britannique très présente dans les Amériques qui se ferait un grand plaisir de prospecter et exploiter dans des concessions à 70%, des sites miniers argentins favorablement considérés par les géologues pour leur potentiel en cuivre, or, argent, zinc, dans le centre-ouest ; en partenariat avec la British Aluminium pour l’aluminium, comme son nom l’indique.

Sur le plan militaire la Couronne souhaite garantir au gouvernement, dans une sphère politique toujours instable, sa pleine protection et l’assurance que s’il venait à être menacé d’une quelconque façon par des militaristes, nationalistes de toute sorte, le Royaume-Uni lui porterait assistance de suite. Dans le but d’officialiser des relations étroites et le respect de l’intégrité de chacun, le Secrétaire d’État propose la signature d’un pacte de sécurité.

Chili

Le Royaume-Uni garantit au Chili que sa volonté de rapprochement avec l’Argentine ne veut point signifier qu’elle transfère son eau dans un autre récipient, mais bien plutôt qu’elle en démultiplie les versements. De la même façon que pour l’Argentine, il propose qu’Hochschild Mining mène plusieurs prospections sur le territoire dans le but de chercher du cuivre, ainsi que la l’Imperial Iron & Steel Company pour le fer, toutes deux essentiellement dans le désert Atacama, et garantit là encore au gouvernement officiel son plein soutien depuis les événements de septembre 1938. Très proches idéologiquement, les travaillistes toujours au pouvoir pour quelques semaines souhaitent entamer de suite, au cas où, un rapprochement avec leurs homologues et l’aide aux investissements directs de la Production Development Corporation, très favorable au développement d’une industrie chilienne nationale capable de répondre à ses propres besoins.

Le Royaume-Uni propose aussi la constitution de la Anglo-Chilian Railways - sur les bases d’un savoir-faire et d’une présence très forte de compagnies britanniques en Argentine - qui, avec ces mêmes compagnies de l’autre côté de la frontière aura pour mission le développement du réseau ferroviaire national, notamment au nord mal raccordé, dans le but d’aménager la ligne d’Iquique à la capitale mais aussi, et surtout, d’entamer une ligne entre Santiago et Buenos Aires.

Les gouvernements argentin et chilien étant tout deux pour la paix et la constitution d’un fort bloc de défense en Amérique du Sud, le Secrétaire d’État propose en effet, d’abord un pacte de sécurité comme avec l’Argentine au Chili, mais aussi les bases d’une coopération chilo-argentine par la fondation de la Anglo-Chilio-Argentine Steel Company de fabrication et de vente d’acier constitué à partir des réserves de fer dénichées dans les deux pays. Le Royaume-Uni apporterait le savoir-faire dans la construction de fourneaux et complexes sidérurgiques partagés près des centres d’extraction. De même, est proposé la signature d’un Accord d’Entente Sud-Américaine fusionnant les pactes de sécurité qui seraient signés entre le Royaume-Uni et l’Argentine et le Chili, au profit d’une alliance tripartite et du respect et de la préservation mutuel de chaque signataire de l’intégralité territoriale des deux autres. Si le gouvernement chilien est convaincu, il pourrait même intégrer lui aussi le Bloc Sterling.

Colombie

En Colombie, le Secrétaire d’État se plaît là aussi dans la « République libérale » tant les mesures sociales ont eu de l’écho dans le monde politique britannique, surtout travailliste. Il sait néanmoins que la Colombie reste affaiblie par une baisse des investissements étrangers et propose de faire du Royaume-Uni un partenaire plus sérieux de Bogota par l’investissement dans la construction d’habitations via la British Building Association, qui pourra favoriser l’importation de ciment d’Inde par exemple; ainsi que la constitution de l’Anglo-Colombian Airways, aidée de l’Imperial Airways, pour développer davantage de lignes aériennes dans le pays; de l’Anglo-Colombian Railways, pour la construction ou la rénovation de lignes autour de la capitale (vers Medellin, Cali) dont une liaison jusqu’à Apartado.

Dans les régions intérieures, à la frontière avec le Venezuela qui développe de plus en plus son industrie pétrochimique, il propose aussi la signature de premiers contrats de prospection et d’extraction potentielle avec Premier Oil pour dénicher d’éventuelles réserves de pétrole dans le pays, qui lui serait une manne très efficace et une rente supplémentaire pour le Royaume-Uni qui garantirait le transfert de 40% des bénéfices, dont 10% sous forme d’investissements notamment dans les secteurs sus-mentionnés.


Dernière édition par Vautour le Sam 1 Juil 2017 - 0:32, édité 1 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1874
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rencontre] Visites latines.

Message par Durin le Sam 1 Juil 2017 - 0:16

Modération :

Argentine

L'Argentine accepte de rentrer dans le Bloc Sterling et accepte également la création d'une université sur son sol. Néanmoins au niveau de l'exploitation des matières premières, la proposition faite par Londres ressemble trop à une entente entre exploitant et exploité. Buenos Aires aimerait une proposition qui s'approcherait plus d'une entente équitable entre les deux pays. De même, l'assurance que la main d’œuvre argentine sera employé est posée comme condition indispensable à tout accord, du fait de l'important taux de chômage dans le pays. Sur le plan militaire, Buenos Aires demande plus de détails sur ce "Pacte de sécurité" avec des clauses concrètes et non pas une vague histoire de protection gracieusement accordée par le si glorieux Empire Britannique. En effet, si la coopération économique semble aujourd'hui nécessaire pour l'Argentine afin de se tirer de sa mauvaise situation, des accords militaires avec le Royaume-Uni provoquent de forts débats en raison de la revendication centaine de l'Argentine sur les îles Malouines.

Chili

Le Chili se dit très enthousiasmé par les propositions britanniques. Si il accepte la première, sur le minage, il aimerait néanmoins savoir par qui serait possédé la compagnie de chemin de fer. Contrairement à l'Argentine, le Chili semble très enclin à accepter l'accord militaire proposé par Londres. Il aimerait cependant comme son voisin en connaitre les détails.

Colombie

La Colombie accepte la première et la seconde proposition britannique. Elle aimerait néanmoins savoir par qui sera possédée la Anglo-Colombian Airways. D'autre part, la Colombie fait une contre-proposition concernant l'exploitation du pétrole, avec un partage des bénéfices à 50/50, dont 15% sous formes d'investissement en ce qui concerne la part chilienne.
avatar
Durin
Modérateur
Modérateur

Messages : 1357
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rencontre] Visites latines.

Message par Vautour le Sam 1 Juil 2017 - 3:01

UNITED KINGDOM OF GREAT BRITAIN AND NORTHERN IRLAND


Le Secrétaire d’État propose aux gouvernements argentins puis colombiens des concessions à 60% britanniques et dont 15% du reste sera versé sous forme d’investissements dans les secteurs de l’agriculture et de la construction notamment. Les concessions concernent les bénéfices mais aussi les sommes investies s’il fallait le rappeler : or ce sont des compagnies britanniques qui apporteront les machines, outils, expertises, personnels qualifiés, pour des prospections demandant plusieurs forages pour parfois peu de résultats, et il s’agit non pas de saigner les États où ces opérations auront lieu mais simplement garantir que les investissements trouveront des retours. Les pourcentages sont par ailleurs honnêtes et les conversions directes permettront de stimuler les économies nationales des deux pays avec une grande rapidité. Dans les deux cas, évidemment, le personnel non-qualifié proviendra des pays en question.

Le Secrétaire d’Etat mentionnait cette protection et assurance en rapport avec les menaces militaro-fascistes qui pèsent sur le gouvernement : il ne s’agissait aucunement d’une tutelle. Les pactes de sécurité contiennent très concrètement le fait qu’en cas d’attaque de l’un des signataires par un autre pays, l’autre signataire devra entrer en guerre pour lui porter secours; il affirme la souveraineté et le respect des deux pays sur leurs actuelles possessions territoriales et l’assurance d’une non-agression; il provient aussi à la menace intérieure, comme précisé, en ce que si le régime politique argentin était menacé à ses bases il pourrait faire appel au Royaume-Uni qui aurait le devoir de l’aider dans sa lutte intérieure (et seulement en cas de demande d’aide). Les détails de la proposition faite au Chili sont les mêmes, ainsi que celui pour un groupement des deux pactes.

Au représentant chilien est précisé que l’Anglo-Chilian Railways serait possédée pour moitié par la British Railways, pour moitié par la Empresa de los Ferrocarriles del Estado.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1874
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rencontre] Visites latines.

Message par Durin le Sam 1 Juil 2017 - 23:36

Modération :

Le Chili et la Colombie accepte les propositions britanniques.

L'Argentine quant à elle refuse. Le pillage des ressources argentines par des nations étrangères n'est plus tolérable aurait déclaré un des principaux opposants au traité. Mais c'est surtout l'accord de défense qui a été rejeté en bloc. L'Argentine est un pays en paix avec ses voisins et un tel accord ne ferait que lui apporter une possible guerre.
avatar
Durin
Modérateur
Modérateur

Messages : 1357
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rencontre] Visites latines.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum