[Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Traian le Mar 6 Juin 2017 - 13:26

Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國




TOUR 1 - ATTAQUE

Le peuple japonais, guidé par son éminent et éternel Empereur, est de la race supérieure. En cela, il se doit d'agrandir son territoire, car l'Asie est de jure terre japonaise, et elle le deviendra dans les faits.
La Chine nationaliste, également appelée Kuomintang, contrôle tout le littoral occidental chinois, ce qui lui offre un accès privilégié à des ressources précieuses ainsi qu'une position confortable pour le commerce et encore plus confortable pour les opérations militaires d'envergure dans le Pacifique. Enfin, ce pays a à plus d'une reprise proclamé haut et fort ses revendications envers notre possession de Taiwan. Il est temps pour l'Empire du Japon de sévir et de soumettre.

La guerre est déclarée. Tous les autres pays de la région sont sommés de rester en dehors de ce conflit sous peine d'anéantissement.



Attaque - Phase 1 : La prise de Pékin

Spoiler:
Effectifs déployés :

100.000 hommes
100 chars Type 89 I-Go
180 canons anti-aériens Type 88 75mm
500 canons de campagne Type 38 75mm
224 obusiers Type 38 15cm
50 obusiers de siège Type 45 240mm
40 biplans de reconnaissance Kawasaki Army Type Otsu 1
208 chasseurs NiD 29
38 bombardiers Mitsubishi 2MB1
1 porte-avion léger de classe Wakamiya
3 croiseurs de classe Izumo
15 destroyers de classe Mutsuki
1 destroyer de classe Urakaze
2 dragueurs de mines de classe W5
Des navires de transport
Des avions de transport



Des navires de transport escortés par la flotte militaire et surveillés par l'aviation impériale ont ordre de partir de Corée et du sud du Japon afin d'acheminer la moitié des troupes et de l'équipement à Tianjin, à l'est de Pékin. L'autre moitié des troupes arrivera par la terre.
Une fois la jonction faite, le siège sera mis en place et l'assaut sera immédiatement donné. L'armée japonaise va employer une tactique ayant déjà fait ses preuves précédemment en Mandchourie : les bombardiers sont envoyés nettoyer une zone restreinte et précise de la ville, escortés par des chasseurs ayant ordre d'abattre tous les avions ennemis dans le périmètre. Suite à cela, ce sont plusieurs centaines d'hommes qui seront parachutés sur la position nettoyée en l'espace de quelques heures. Leur but est de créer une tête de pont, et de diviser le feu de la garnison chinoise de la ville.
Attaquer Pékin par l'est, c'est esquiver les montagnes qui entourent la ville au profit des plaines. L'avancée jusqu'à la ville elle-même devrait être rapide, et le franchissement du fleuve jaune juste à l'extérieur de la ville devrait être d'une facilité déconcertante. L'artillerie se chargera de pilonner les places fortes ennemies, tandis que les blindés devraient aider à franchir les barricades. L'objectif est simple : la ville doit être prise.



Attaque - Phase 2 : Avancée en territoire ennemi

Spoiler:
Effectifs déployés :

375.000 hommes
450 chars Type 89 I-Go
200 canons anti-aériens Type 88 75mm
800 canons de campagne Type 38 75mm
740 canons de montagne Type 41 75mm
280 obusiers Type 4 15cm
107 biplans de reconnaissance Type 88-I/II
450 chasseurs NiD 29
80 bombardiers Mitsubishi 2MB1



Cette armée partira de Mandchourie, et aura pour but de conquérir tous les territoires du Kuomintang qui sont parallèles à la Mandchourie japonaise. Il s'agit d'une force d'invasion brute, contenant un grand nombre d'hommes dont la plupart sont très expérimentés, des chars et des obusiers pour la puissance de feu, des bombardiers pour anéantir les poches de résistance ennemie, et des chasseurs pour protéger les bombardiers. Les avions de reconnaissance ont pour rôle de cartographier le terrain avec précision, afin que les soldats sachent à chaque instant vers quoi ils marchent. Cette armée, commandée par l'expérimenté Général Ueda qui a été ré-affecté pour l'occasion grâce à sa grande connaissance des chinois et de la guerre terrestre, aura pour mission d'avancer coûte que coûte et peu importe les pertes, et d'établir la ligne de front indiquée sur la carte.



Attaque - Phase 3 : Zone d'exclusion aérienne

Spoiler:
Effectifs déployés :
1.500 canons anti-aériens Type 88 75mm
250 chasseurs NiD 29
1 chasseur Nieuport 24
1 chasseur Nieuport 27
1 chasseur SPAD S.VII
1 porte-avions de classe Kaga
1 porte-avions de classe Hosho
3 croiseurs de classe Sendai
23 destroyers de classe Momi
16 sous-marins de classe J1
208 chasseurs A1N1
159 biplans de reconnaissance C1M1



Grâce aux tout nouveaux radars dont sont équipés les armements japonais, il devient tout à fait possible et même facile de repérer des avions ennemis n'étant pas en mesure de dissimuler leur signature thermique. Il s'agit donc ici d'abattre à vue tout avion chinois qui dépasserait une certaine zone au delà de la ligne de front établie par l'armée d'invasion terrestre. Les canons sont postés sur cette même ligne de front, avec des chasseurs en renfort, et d'autres chasseurs déployables depuis les porte-avions, qui sont eux-mêmes protégés contre tout type d'attaque par les croiseurs, les destroyers, et les sous-marins. Il va de soi que la protection des porte-avions est l'objectif le plus prioritaire, juste derrière la mise en place de la zone d'exclusion aérienne.



Défense - Phase 1 : Protection de Taiwan et des îles

Spoiler:
Effectifs déployés :
6 cuirassés de classe Kongo
3 cuirassés de classe Fuso
8 croiseurs de classe Nagara
7 croiseurs de classe Kuma
6 croiseurs de classe Nachi
19 destroyers de classe Minekaze
11 destroyers de classe Fubuki
10 destroyers de classe Kava
9 destroyers de classe Kamikaze
21 sous-marins de classe K3
20 sous-marins de classe L4
10 mouilleurs de mines de classe Natsuhima
5 dragueurs de mines de classe de classe W1
Des navires de ravitaillement



Cette flotte attaquera à vue tout bâtiment, avion ou navire, escadrille ou flotte hostiles pénétrant dans sa zone de patrouille. Elle n'a cependant pas vocation à prendre en chasse les flottes ennemies ou à entreprendre des missions d'attaque, mais simplement à assurer la sécurité.

Traian
Ministre d'État
Ministre d'État

Messages : 903
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 21
Localisation : Aubagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx le Mar 6 Juin 2017 - 22:32

Modération:


TOUR 1 - ATTAQUE

Bataille de Tianjin et siège de Pékin:


Alors que l’hiver s’étendait sur le nord de la Chine, la ville de Tianjin fut officiellement la première cité chinoise à tomber aux mains des japonais. En à peine une journée de combat l’ensemble des poches de résistance chinoise s’enfuirent vers Pékin sans demander leur reste. La pacification complète de la ville pris cependant quelques jours puisque des tireurs isolés ou des groupes de nationalistes chinois continuèrent le combat en se cachant aux alentours de Tianjin. Cependant face à la puissance de feu terrestre et aérienne des japonais la résistance fut vaine. Pendant que 50 000 japonais sécurisait Tianjin, 50 000 autres marchaient en direction de Pékin afin d’y établir le siège.
Le 13 février 1938, le bombardement d’un quartier de Pékin par l’aviation japonaise marqua le début du siège. Les ravages parmi la population civile furent immense et on vit bientôt une foule mêlant femme, enfant, soldat chinois se presser devant les concessions européennes pour demander asile. Dans l’heure qui suivit, une unité de parachutiste fut larguée au-dessus de ce même quartier pour tenter de désorganiser les défenses chinoises. Malheureusement pour le Japon, une bonne partie des parachutistes se blessèrent en tombant sur des bâtiments en ruine. Une partie des hommes atterrirent sur les toits des maisons encore debout tandis que d’autre se perdirent dans les ruelles. Pendant ce temps les forces chinoises qui encerclaient les paras japonais les harcelèrent de toute part. Les derniers survivants de l’unité parachutiste furent ainsi obligé de se cacher dans des bâtiments en attendant l’arrivée du reste de l’infanterie. Au même moment les premières divisions japonaises lancèrent l’assaut contre Pékin. L’artillerie entra aussi en action en pilonnant les points de résistance avéré ou supposé de l’ennemi. Globalement la progression des japonais dans la cité fut rapide. Il est quand même à noter que certains résistants chinois réussirent à endommager plusieurs blindés japonais à l’aide de cocktail incendiaire. Après quatre jours de combat, l’épisode malheureux des parachutistes était oublié. La ville de Pékin tomba entièrement sous le contrôle de l’assaillant.

Pertes Japonaises:
. 4300 tués et 7500 blessés
. 15 chars Type 89 détruit
. 6 chasseurs Nid 29 abattu
Pertes Chinoises:
. 12 400 tués et 8200 blessés
. 10 600 civils tués dans les bombardements et les combats urbains

Conquête de la Mongolie Intérieure et bataille de Shijiazhuang:


Une fois Pékin et Tianjin sécurisé, les forces japonaises se lancèrent à l’assaut de la Mongolie intérieure. Le terrain quasi désertique ou les routes sont des pistes ne serait pas facile à sécuriser. Malgré ces difficultés, l’armée de la république chinoise subit une série de cuisant revers et n’est pas parvenu à endiguer la progression japonaise. La seule victoire pour les chinois fut la bataille de Xilin Gol où 5000 soldats nationalistes tendent une embuscade à 15 000 japonais. Profitant des montagnes qui entouraient la route les chinois réussirent à prendre par surprise les japonais et à submerger leur défense sommaire. Cette victoire permis aux nationalistes d’infliger de lourdes pertes au Japon mais aussi de récupérer du matériel militaire notamment de l’artillerie. En dehors de cette victoire, l’armée japonaise agit dans la région comme un véritable rouleau compresseur écrasant toute résistance sur son passage. Cependant cette apparente victoire cache de nombreux problèmes. Tout d’abord l’immensité de la Mongolie intérieure et sa géographie particulière a permis à de nombreux groupes de partisan de s’y dissimuler. Ces groupes de guérilla harcèle les convois de ravitaillement japonais et désorganise les arrières de l’armée. En réponse, les exactions japonaises dans la région se sont multipliées. Les officiers n’hésitent pas à fusiller des villages entiers pour communisme ou pour nationalisme. Enfin, l’avancé japonaise dans la région a été stoppé au niveau d’Ulaan Chab ou la résistance chinoise s’est largement intensifié. Les combats acharnés qui s’y sont déroulé ont d’ailleurs obligé l’Etat-major à marquer une pause de leur avance.
Pour sécuriser le sud de Pékin, l’armée japonaise à poursuivit sa route vers Shijiazhuang. La prise de cette ville stratégique marquerait ainsi la fin de la deuxième phase de l’offensive nippone en Chine. Comme d’habitude, le bombardement aérien et terrestre fit de très nombreuses victimes parmi les soldats comme les civiles. Un incendie se déclara même dans la ville et détruit une bonne partie des quartiers ouest. Après une résistance intense mais brève ainsi que plusieurs combat de rue, les chinois furent obligé de reculer et les japonais prirent totalement possession de la cité ou du moins de ce qu’il en reste.

Pertes Japonaises:
. 37 300 tués et 65 00 blessés
. 120 chars hors de combat
. 30 Biplan Type 88 et 15 chasseurs Nid 29 abattu
Pertes Chinoises:
. 118 000 soldats tués ou blessés
. 25 000 civils tués ou blessés

Bilan Global:

. Pékin et les grandes villes du nord de la République chinoise sont tombés aux mains des japonais.
. La Mongolie Intérieure est en théorie sous contrôle japonais mais des nombreux groupes de partisan sévissent dans la région et attaquent les arrières de l’occupant.
. Le front s’établit sur la ligne formé par les villes suivantes : Cangzhou – Shijiazhuang – Datong – Ulaan Chab.

Carte:
Spoiler:


Provinces en rouge: ligne de front
Province en rose: zone occupée par le Japon
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Traian le Ven 9 Juin 2017 - 23:18

Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國




TOUR 2 - ATTAQUE



Attaque - Phase 1 : Bataille d'Ulaan Chab

Spoiler:
Effectifs déployés :

88.200 hommes
85 chars Type 89 I-Go
180 canons anti-aériens Type 88 75mm
500 canons de campagne Type 38 75mm
224 obusiers Type 38 15cm
50 obusiers de siège Type 45 240mm
40 biplans de reconnaissance Kawasaki Army Type Otsu 1
202 chasseurs NiD 29
38 bombardiers Mitsubishi 2MB1



Face à la résistance farouche des unités chinoises sur la ligne de front nouvellement établie, bloquant de facto l'avancée de la grande armée d'invasion japonaise, l'état major impérial a décidé d'adopter une stratégie de contournement. En effet, l'armée qui venait de s'emparer Pékin deux mois en arrière avait reçu pour ordre de se mettre en marche forcée, de franchir en force les lignes ennemies dans la périphérie de la ville - moins bien défendues que le reste de la ligne de front - puis de rebrousser chemin afin de coincer le gros de l'armée chinoise entre deux feux : celui de l'armée de la prise de Pékin, et celui de l'armée de la prise de la Mongolie Intérieure. Il s'agit là de créer un véritable charnier dont aucun soldat chinois ne se sortira vivant, et cette bataille s'annonce très probablement être la plus sanglante que l'époque contemporaine n'ait jamais vu.  



Attaque - Phase 2 : Le siège de Xi'an

Spoiler:
Effectifs déployés :

272.700 hommes
330 chars Type 89 I-Go
200 canons anti-aériens Type 88 75mm
800 canons de campagne Type 38 75mm
740 canons de montagne Type 41 75mm
280 obusiers Type 4 15cm
77 biplans de reconnaissance Type 88-I/II
435 chasseurs NiD 29
80 bombardiers Mitsubishi 2MB1

200.000 réservistes



Après la percée de la ligne de front avec l'appui de l'armée de Pékin, cette armée aux ordres du Général Ueda devra continuer à user de sa force numérique en maintenant sa tactique de "rouleau compresseur". La bataille d'Ulaan Chab devrait lui laisser le champ libre pour avancer jusqu'à la ville de Xi'An, au centre de la Chine. Après en avoir établi le siège et s'être reposé, les hommes ont pour ordre de se lancer à l'assaut de la ville.
Dans le même temps, une force 200.000 réservistes est déployée afin de s'emparer des plaines à l'ouest de Xi'An et au sud de la Mongolie Intérieure. Ils auront aussi pour but de se lancer à la poursuivre des fuyards ou éventuels survivants chinois de la bataille d'Ulaan Chab.



Attaque - Phase 3 : Débarquements de Fuzhou et Hangzhou

Spoiler:
Effectifs déployés :

250.000 hommes
17 chars Type 89 I-Go
13 chars Renault FT
10 chars Renault D1
10 chars Renault NC-27
200 canons anti-aériens Type 88 75mm
800 canons de campagne Type 38 75mm
300 canons de montagne Type 41 75mm
224 obusiers Type 38 15cm  
100 biplans de reconnaissance Type 88-I/II
350 chasseurs NiD 29
47 bombardiers Kawasaki Ka 87
57 bombardiers légers Type 88
3 porte-avions de classe Akagi
1 porte-avion léger de classe Wakamiya
6 cuirassés de classe Kongo
3 cuirassés de classe Fuso
8 croiseurs de classe Nagara
7 croiseurs de classe Kuma
6 croiseurs de classe Nachi
3 croiseurs de classe Izumo
19 destroyers de classe Minekaze
11 destroyers de classe Fubuki
10 destroyers de classe Kava
9 destroyers de classe Kamikaze
15 destroyers de classe Mutsuki
1 destroyer de classe Urakaze
21 sous-marins de classe K3
20 sous-marins de classe L4
10 mouilleurs de mines de classe Natsuhima
5 dragueurs de mines de classe de classe W1
2 dragueurs de mines de classe W5
Des navires de transport
Des avions de transport
Des navires de ravitaillement



La ville de Taipei est une base avancée, autant pour l'armée que pour la marine japonaise. Elle sera donc le point de départ d'une opération visant à accélérer la conquête de la Chine. L'ironie de la situation est notable : la province impériale de Taiwan fut jadis l'un des motifs de tensions entre l'Empire du Japon et le Kuomintang, qui en réclamait la légitimité. Aujourd'hui, elle sera simplement l'instrument de sa perte.
Les villes de Fuzhou et Hangzhou sont des villes côtières, ce qui permet à la marine japonaise d'entrer en action. Après que la flotte militaire ait annihilé toute tentative vaine de résistance navale de la part de l'hypothétique marine chinoise, les cuirassés se mettront à bombarder ces villes de manière continue, sans distinguer les cibles civiles des cibles militaires, car contrairement aux mandchous, les chinois du Kuomintang n'ont pas gagné le droit de vivre, et le massacre de populations inférieures sied à l'Empereur.
Après une semaine de bombardements incessants, les bombardiers et bombardiers légers viendront finir le travail des cuirassés, afin de réduire au minimum la potentielle résistance de ces villes. En annihiler toute la population afin d'en faciliter la prise n'est pas une option gênante pour l'état major japonais, bien au contraire.
Une fois que les bombardements auront cessé, les troupes et les équipements terrestres pourront enfin débarquer : la moitié des effectifs susmentionnés dans chacune des deux villes susnommées. Les hommes ont pour ordre d'avancer à travers les ruines, et d'éliminer tout chinois tenant une arme à la main, ne serait-ce qu'un couteau, ou exprimant une opposition ou une hostilité à l'égard des japonais, même verbale. Ils doivent ensuite prendre position dans la ville et dans ses environs, et attendre les ordres.



Défense - Phase 1 : Sécurisation

Spoiler:
Effectifs déployés :

300.000 réservistes

Ce sont 200.000 réservistes qui sont déployés en Mongolie Intérieure afin de sécuriser ces terres et de débusquer tous les militaires ou militants hostiles à l'Empire du Japon.
Quelques 100.000 réservistes sont également déployés en Mandchourie, et ont ordre de réprimer dans le sang et de tirer sans sommation sur tout manifestant clamant son soutien au Kuomintang, ou sur tout partisan d'une quelconque idéologie pan-chinoise.

Traian
Ministre d'État
Ministre d'État

Messages : 903
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 21
Localisation : Aubagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Shikkoku le Mer 14 Juin 2017 - 10:43

Modération :

Attaque - Phase 1 : Bataille d'Ulaan Chab

Tandis que l'armée japonaise franchit les frontières de Pékin pour poursuivre son offensive en territoire chinois, la République de Chine organise sa défense. Un repli stratégique est ordonné par le commandant général des forces armées républicaines. En effet, la topographie de la région est propice à une guérilla qui pourrait coûter cher en vies humaines à l'Armée Impériale Japonaise.

L'avancée nippone est un succès devant la tactique de repli utilisé par l'armée chinoise, mais les effectifs relativement faibles envoyés au front par Tokyo et l'établissement d'une résistance républicaine, une nouvelle forme de combat pour les troupes de Nankin, pourrait conduire à de lourdes pertes prochainement.

Pertes japonaises :
7 500 hommes
12 chars Type 89 I-Go
4 canons anti-aériens Type 88 75mm
45 canons de campagne Type 38 75mm
2 obusiers Type 38 15cm
3 obusiers de siège Type 45 240mm
1 biplans de reconnaissance Kawasaki Army Type Otsu 1
3 chasseurs NiD 29
0 bombardiers Mitsubishi 2MB1

Pertes chinoises :
15 000 soldats
23 000 civils tués

Attaque - Phase 2 : Le siège de Xi'an

Xi'an, ville très ancienne de Chine, fut le théâtre de batailles entre le Japon et le gouvernement républicain d'une violence inouïe. En effet, malgré l'absence de front uni entre Tchang et ce qu'il reste des milices communistes, le nord de la province, profondément ancré dans l'idéologie maoïste, a vu des soulèvements populaires se lever contre l'Armée Impériale Japonaise.
Des dizaines de milliers d'hommes et de femmes ont repris les armes pour défendre leurs terres de l'avancée ennemie. Ces paysans chinois, faiblement armés mais dotés d'une volonté de résistance farouche et d'une bonne connaissance du terrain du Shaanbei, livrent une résistance sans merci aux japonais, tandis que plus proche de la métropole locale de Xi'an, les armées républicaines prennent le taureau par les cornes et résistent du mieux qu'elles peuvent.


Paysages du Shaanbei

La ville n'est pas tombée, les pertes sont gigantesques pour les deux côtés. Les miliciens japonais n'ont pas effectué leur mission, la phase I ne s'étant pas déroulée exactement comme prévu.

Pertes japonaises :
35 000 hommes
120 chars Type 89 I-Go
40 canons anti-aériens Type 88 75mm
120 canons de campagne Type 38 75mm
100 canons de montagne Type 41 75mm
40 obusiers Type 4 15cm
10 biplans de reconnaissance Type 88-I/II
23 chasseurs NiD 29
12 bombardiers Mitsubishi 2MB1

Pertes chinoises :
4 000 miliciens communistes tués
40 000 soldats républicains tués
10 000 civils tués

Débarquements côtiers de la Phase 3 :

Les débarquements sont un grand succès repris par la propagande sur l'archipel impérial. Les villes visées tombent quasiment sans résistance, même si l'avancée plus loin dans les terres est impossible, notamment à Fuzhou, cerclée de montagnes. Le drapeau au soleil levant est hissé sur les bâtiments de la ville tandis que les troupes très peu motivées et peu entraînés n'offrent pratiquement aucune résistance.

Pertes japonaises :
Minimes

Pertes chinoises :
Minimes

La perte de ces deux ville est une honte pour le gouvernement de Nankin, qui se voit menacé directement par le débarquement de Hangzhou sans qu'aucune résistance n'ait été offerte par les généraux sur place. L'image du régime du KMT est très mauvaise parmi la population de ces régions qui se sentent abandonnées.

Carte de l'Asie de l'Est:
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5405
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Vautour le Ven 14 Juil 2017 - 1:44


Tout le long des années précédentes c'est comme une guerre de position qui s'est mise en place en Chine et les frontières n'ont quasiment pas bougé : l'armée nippone, à l'intérieur des terres (notamment en Mongolie) malgré de multiples tentatives n'est pas parvenue à percer des forces républicaines réorganisées et surtout formées pour des combats de guérilla en terrain difficile, menant de petites mais meurtrières actions et établissant de solides réseaux de résistance dans les villes conquises rendant les ravitaillements ardus et abaissant le moral des Japonais. Xi'an n'est toujours pas tombée face à un siège comme en décomposition tandis que début 1940 Tchang Kaï-Tchek, rappelé et prenant un rôle quasiment messianique de héros de la nation face à l'invasion impérialiste organisait de spectaculaires opérations conclues par la récupération de Fuzhou, mal prise en main par les Japonais qui n'avaient pas établi d'autorité plus loin dans le territoire, au prix de dizaines de milliers de vies (et de nombreuses arrestations et exécutions parmi la population de la région) depuis les villes alentours. Kyoto subit en effet de plein fouet les sévices d'abord d'embargos menés tôt par plusieurs puissances voisines sur le pétrole et l'acier qui ne furent que peu équilibrés par les importations d'une URSS en pleine crise; ensuite de violents affrontements politiques internes sur la politique menée vis-à-vis de cette même URSS, considérée par beaucoup - des généraux prestigieux aux soldats au plus bas de la hiérarchie - comme ennemie sur le plan idéologique comme historique.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2147
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Colonel_NKR le Dim 30 Juil 2017 - 21:20


中華民國 / République de Chine

神圣的地面作业 / Opération Terre sacrée

La terre sacrée de Chine ne saurait attendre sa libération. Le 1er Octobre, c'est la fin du cessez-le-feu mais le gouvernement japonais semble réticent à livrer bataille. Le peuple chinois, lui, n'attends plus que ça et est avide de la reconquête de son territoire national. Nos soldats, tous récemment équipés par l'armée française, sont pressés d'en découdre avec l'armée nippone.

Effectifs:
-520 000 hommes (soit 74 divisions/brigades d'infanteries, 12 de cavaleries)
-200 canons de 75mm
-10 chars Panzer I et 20 Vickers-6
-814 chasseurs & bombardiers (toute notre aviation)



Le plan de bataille élaboré par Tchang Kaï-shek & supervisé par lui-même est très simple : Il suffit d'encercler les japonais et de les étouffer, ensuite, sachant qu'ils font partie d'un système anachronique, ils se suicideront pour ne pas se rendre.

230 000 hommes auront pour ordre de lancer une offensive des deux côtés de la poche de Shanxi pour ensuite faire jonction à Datong, 175 000 autre auront pour ordre d'attaquer plus au nord, en Mongolie intérieure, pour retarder & repousser l'ennemi et l'empêcher de désenclaver la poche, nos tanks seront là pour soutenir cette offensive tandis que notre aviation sera présente pour gagner une supériorité aérienne contre l'ennemi. L'effet de surprise sera total.
Pour tenir le siège, nous aurons l'artillerie française nouvelle livrée qui nous aidera : Nous nous en servirons comme des anti-aériens et abattront l'aviation légère de l'ennemi. Outre tout cela, grâce à l'équipement français, nous espérons avoir une victoire rapide & fulgurante.

Cette opération sera accompagnée d'une autre, plus subversive, destinée à rendre la vie dure aux japonais dans les zones occupées de Mongolie intérieure.

Grâce à cette opération, nous espérons être en position de force dans les négociations.
avatar
Colonel_NKR
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 53
Date d'inscription : 30/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx le Mar 1 Aoû 2017 - 10:34


TOUR 3 : ATTAQUE CHINE NATIONALISTE

Rappel des forces en présence :

Japon :
. 472 000 hommes
. 330 chars
. 435 chasseurs et 80 bombardiers

Quing :
. 70 000 hommes (à Pékin)

République de Chine :
. 520 000 hommes
. 30 chars

Bataille de Shanxi :


Dans les froides lueurs de l’aube, 230 000 nationalistes chinois s’élancent à l’assaut des positions japonaises. Il s’agit tout simplement d’une des plus grande bataille jamais enregistré depuis le début du conflit. Dans les premières heures de la bataille, l’artillerie livrée par les français permet aux chinois de progresser rapidement. Du côté japonais la surprise est grande et les pertes sont lourdes. Cependant l’aviation japonaise entre rapidement en action et une trentaine de bombardiers Mitsubishi 2MB1 commence à pilonner de manière systématique les positions d’artillerie chinoise.  L’utilisation des canons de 75mm comme antiaérien permet d’infliger quelques pertes aux nippons sans pour autant réussir à stopper leur opération aérienne.
De part et d’autre de la poche de Shanxi, la bataille fait donc rage. D’abord rapide grâce aux canons de 75 et aux mortiers français, la progression des chinois finit par s’enliser. L’hiver n’épargne pas non plus le champ de bataille qui est progressivement recouvert de neige. Les températures décèdent autour de -10 degrés ce qui affaiblit grandement les combattants. Dans les deux camps les pertes sont lourdes. L’attaque frontale des chinois et ce sans soutient blindé décime leur rang mais il en va de même pour les japonais qui refusent de céder du terrain. Le terrain très montagneux favorise quand même grandement le défenseur qui dispose de position en hauteur pour contre-attaquer ou résister. Après une semaine de combat, la gauche du dispositif chinois parvient devant les faubourgs de Danton. C’est à ce moment que les chars japonais tentent de surgir pour repousser les vagues chinoises. Les Types 89 I-Go largement obsolète infligent quand même de lourde perte aux nationalistes qui ne dispose pas de moyen antichar adéquat. Les canons de 75mm réussissent cependant à en détruire quelqu’un grâce à des tirs répétés. Pour s’en débarrasser, les chinois attaquent les blindés au cocktail incendiaire parfois avec succès. Profitant de leur nombre les chinois parviennent quand même à se glisser dans Datong. Un combat urbain d’une violence sans pareil s’engage alors entre les deux armées.
A l’heure actuelle, l’offensive chinoise dans le Shanxi semble avoir pris du plomb dans l’aile. L’aile gauche du dispositif a réussi à s’emparer de l’ouest de Datong menaçant ainsi d’encerclement les troupes japonaises du Shanxi. La colonne Est à eu elle moins de succès puisqu’elle n’a pu refermer complétement la tenaille comme le prévoyait le plan. Ses combattants sont en effet restés bloquer sur les défenses japonaises dans les montagnes sans réussir à s’en dégager. Dans les deux camps l’hiver couplé au manque de ravitaillement provoque une forte attrition. De nombreuses maladies circulent parmi les soldats tandis que la malnutrition règne. A l’état-major, la panique liée à l’encerclement possible dans le Shanxi est grande. Il faudra réagir rapidement pour sauver l’armée concerné.

Pertes japonaises :
. 31 500 tués et 51 600 blessés
. 45 Types 89 I-Go détruits
. 15 NiD 29 et 17 Mitsubishi 2MB1 détruits
Pertes chinoises :
. 43 200 tués et 76 700 blessés
. 12 Vickers-6 détruits

Bataille en Mongolie Intérieure :


Au même moment, 175 000 nationalistes s’élance en Mongolie Intérieure afin d’empêcher les japonais d’acheminer des renforts vers le Shanxi. Cette opération de diversion bien pensé a globalement remplit son rôle. Des milliers de soldats japonais ont ainsi été fixé en Mongolie permettant ainsi aux colonnes nationalistes du sud de progresser plus rapidement. Cependant, les soldats participant à cette « diversion » ont payé le prix fort. Dans les territoires arides et gelés du nord, mieux vaut ne pas être en position d’assaillant. Qui plus est, les convois nationalistes chargé de ravitailler les troupes ont été régulièrement bombardé par l’aviation nippone entrainement ainsi d’importante carence en nourriture, munition, vêtement chaud,… Du côté japonais la situation était légèrement meilleure sans pour autant être fantastique. Les convois nippons ne sont certes pas attaqué par l’aviation chinoise mais ils tombent régulièrement dans des embuscades tendu par des partisans nationalistes (ou par des bandits). Sur le plan purement stratégique, l’offensive de diversion chinoise manquant de soutient, elle s’est cassé les dents sur la défense japonaise rapidement réorganisé. Malgré l’avantage numérique, les nationalistes n’ont pas réussi à faire basculer la bataille à leur avantage. Cependant cette attaque sanglante à au moins eu le mérite de fixer une importante quantité de soldat japonais en Mongolie Intérieure.

Pertes japonaises :
. 11 500 tués et 19 000 blessés
. 12 Types 89 I-Go détruits
. 7 Nid 29 et 4 Mitsubishi 2MB1 détruits
Pertes chinoises :
. 24 600 tués et 35 700 blessés

Carte:

Spoiler:


Rouge: territoires conquis par les nationalistes pendant l’offensive
Hachuré Rouge: combat actuellement en cours
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Gelebor le Jeu 3 Aoû 2017 - 13:47

Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


TOUR 4 - CONTRE-OFFENSIVE


Phase 1 - Bataille de Shanxi

Tandis que les soldats nippons avaient reçu l'ordre de se retrancher dans des places fortes durant les premières semaines du conflit, ceux-ci furent avertis qu'une contre offensive du nord destinée à prendre à revers les troupes chinoises dans leur tentative d'encercler le Shanxi. Celle-ci, composée et de soldats japonais et impériaux, devait rompre les prémices de l'encerclement puis frapper au coeur des forces ennemies après que l'artillerie ainsi que les bombardiers se soient chargés de pilonner les positions ennemies et que les blindés aient forcé les lignes adverses.

Effectifs supplémentaires :

Spoiler:

- 210 000 soldats
- 350 canons de campagne Type 38 75mm
- 115 obusiers Type 38 15cm
- 20 chasseurs Nid 29
- 45 bombardiers Kawasaki Ka 87
- 30 bombardiers légers Type 88
- 100 chars Type 89 I-Go

2. Front Est

A cela s'ajoutera 115 000 soldats impériaux en provenance de Pekin qui s'avanceront jusqu'au front-est dans l'optique de liquider les lambeaux de l'aile droite, qui s'était elle-même heurtée à la virulence des positions japonaise placées dans les montagnes pour prévenir toutes tentatives similaires. Le but premier de cette action militaire consistera à libérer ce front afin qu'impériaux et nippons puissent soutenir leurs frères d'armes et prendre en tenaille les forces chinoises de l'aile gauche en Mongolie intérieure.

3. Front Ouest - Mongolie inférieure - Dantong

La situation à Dantong étant alarmante, l'etat-major japonais consent à envoyer de multiple escadres de chasseurs, bombardiers et avions de transport afin d'une part, accélérer et accroître la cadence des bombardements sur les convois d'approvisionnement chinois, et d'autre part assurer aux troupes nippones une logistique autrement plus performante. Une guerre d'usure débutait donc.

Effectifs déployés :

Spoiler:

- 180 avions de transports assignés à l'approvisionnement
- 75 chasseurs Nid29
- 90 bombardiers Kawasaki Ka 87
- 50 000 hommes

Phase 2 - Annexion des côtes chinoises

Effectifs déployés :

Spoiler:

- 400.000 hommes
- 17 chars Type 89 I-Go
- 13 chars Renault FT
- 10 chars Renault D1
- 10 chars Renault NC-27
- 80 Type 89 I-Go
- 300 canons anti-aériens Type 88 75mm
- 900 canons de campagne Type 38 75mm
- 400 canons de montagne Type 41 75mm
- 224 obusiers Type 38 15cm  
- 100 biplans de reconnaissance Type 88-I/II
- 350 chasseurs NiD 29
- 110 bombardiers Kawasaki Ka 87
- 90 bombardiers légers Type 88
- 3 porte-avions de classe Akagi
- 1 porte-avion léger de classe Wakamiya
- 6 cuirassés de classe Kongo
- 3 cuirassés de classe Fuso
- 8 croiseurs de classe Nagara
- 7 croiseurs de classe Kuma
- 6 croiseurs de classe Nachi
- 3 croiseurs de classe Izumo
- 19 destroyers de classe Minekaze
- 11 destroyers de classe Fubuki
- 10 destroyers de classe Kava
- 9 destroyers de classe Kamikaze
- 15 destroyers de classe Mutsuki
- 1 destroyer de classe Urakaze
- 21 sous-marins de classe K3
- 20 sous-marins de classe L4
- 10 mouilleurs de mines de classe Natsuhima
- 5 dragueurs de mines de classe de classe W1
- 2 dragueurs de mines de classe W5
- Des navires de transport
- Des avions de transport
- Des navires de ravitaillement

Carte :

Spoiler:

Etape 1 : Conquérir les côtes du Kuomintang.

Consécutivement aux débarquements réussis de Fuzhou et Hangzhou, les deux armées auront désormais pour objectif d'annexer l'ensemble des côtes chinoises. Appuyée par leur forte artillerie, une aviation polyvalente ainsi  qu'un puissant soutien naval - qui n'hésiteront pas à rayer de la carte les villes qui oseraient leur résister, en les soumettant à un bombardement intensif et prolongé les troupes nippones feront office de rouleau-compresseur et abattront tous soldats chinois sur leur passage. En revanche, les éventuels excès commit par l'armée nippone à l'égard des populations soumises seront sévèrement punis.

Etape 2 : Assiéger Qinqdao

Lorsque la glorieuse armada nippone aura anéanti les éventuelles défenses navales ceinturant la ville de Qingdao, les destroyers ainsi que l'aviation devront soumettre en cas de résistance avérée ladite ville à une série de bombardements destructeurs en "s'employant" à distinguer civils et militaires ; l'etat-major nippon voyant dans la violence des destructions un moyen efficace de décourager les velléités de résistance. Cette tâche réalisée, les bombardiers légers devront achever la bête mourante, afin d'éradiquer toutes garnisons survivantes. Ensuite, quand cesseront les bombardements, les soldats nippons débarqueront et auront pour ordre d'investir les ruines de la ville, et d'abattre tous individus armés avant de tenir la position et de recevoir les renforts impériaux. Tous déchaînements de violence injustifiés seront rapportés à l'Etat-major.


Gelebor
Gratte-papier
Gratte-papier

Messages : 16
Date d'inscription : 30/06/2017
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Khan le Jeu 3 Aoû 2017 - 14:22

大清帝國
Empire Qing





Spoiler:


Alors que les provinces impériales se font agresser par des traitres à la soldes des étrangers, 115.000 hommes de l'armée Qing sont déjà partis se battre en coordination avec les forces nippones. De ce fait la capitale impériale étant menacée et l'empereur et les siens également, une large mobilisation de 300.000 hommes sera effectuée en puisant dans les réserves de l'empire afin de protéger la frontière et de fournir des renforts aux troupes lancées à la contre-attaque en cas de besoin.

Afin d'assurer une avancée correcte et plus rapide au détachement de 50.000 nippons en Mongolie inférieure, 100.000 hommes de l'armée régulière impériale Qing sont envoyé en soutient au Front Ouest.

Effectifs

Front Ouest : 100.000 soldats
Front Est : 115.000 soldats
En retrait frontière en guerre : 200.000 réservistes
En retrait Mandchourie : 205.000 hommes et 100.000 réservistes





avatar
Khan
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 94
Date d'inscription : 10/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx le Mar 8 Aoû 2017 - 11:30


TOUR 4 - ATTAQUE : JAPON & EMPIRE QING

Rappel des forces en présence:

Japon:
. 918 400 hommes
. 503 chars
. 783 chasseurs et 424 bombardiers

Empire Qing:
. 720 000 hommes

République de Chine:
. 339 800 hommes et 70 divisions d’infanterie le long des côtes
. 18 chars

Bataille du Shanxi:


Au cœur du Shanxi, la bataille entre les forces chinoises et les japonais avait tourné depuis plusieurs mois en une sanglante guerre de position dont Datong était l’épicentre. En ce mois de juin 1942, les généraux nippons lancèrent une nouvelle fois leur troupe à l’assaut dans l’espoir de repousser définitivement la menace d’encerclement qui pesait toujours sur le Shanxi.

Sur le front est, 115 000 japonais tente de prendre à revers les 115 000 chinois déjà bloqué par les défenses nippones. L’appui des blindés et de l’aviation est déterminant et permet ainsi aux soldats impériaux de progresser rapidement à travers les lignes ennemies. La résistance des chinois est forte mais le manque de matériel les empêche de stopper réellement l’avance étrangère. Dans leur contre-offensive à l’est, les japonais subissent des pertes légères contrairement aux chinois pour qui la bataille tourne rapidement à la débandade générale. En moins d’une semaine les troupes nationalistes sont renvoyé à leur position initiale sans avoir pu véritablement retarder l’avancé nippone. Les conquêtes à l’Est de Datong sont donc perdu ce qui permet de relâcher énormément la pression d’encerclement.

Autour de Datong, la stratégie d’usure voulue par les généraux japonais n’a pas eu le même résultat qu’à l’Est. Les pilonnages incessants ont bien détruit entièrement la ville mais ils n’ont points réussi à en expulser les nationalistes chinois qui s’y accrochent au péril de leur vie. A l’intérieur les conditions de combat sont extrêmement rudes et chaque rue s’arrache dans des corps à corps sanglant. Du côté chinois le manque de munition oblige une partie des troupes à combattre uniquement à l’arme blanche en profitant des ruines parsemant le champ de bataille. Les bombardiers japonais pilonnent par ailleurs leur ligne de ravitaillement mais cela n’empêche cependant pas de stopper à 100% l’approvisionnement des nationalistes dans la ville. Rapidement les chinois ont mis en place des convois de nuit qui permettent d’éviter les raids des vieux bombardiers japonais. D’ailleurs une certains nombre d’entre eux sont régulièrement abattu grâce à des mitrailleuses ou à des tirs groupés chinois. Finalement malgré l’impressionnante puissance de feu japonaise, le manque de consigne claire d’offensive autour de Datong a enlisé durablement la bataille. Les pertes sont particulièrement lourdes tandis que les gains territoires sont quasiment anecdotiques.

Pertes japonaises:
. 38 100 tués et 63 300 blessés
. 20 chars Type 89 I-Go détruits
. 14 Kawasaki Ka 87, 5 NiD 29 et 10 Mitsubishi 2MB1 détruit
Pertes qings:
. 15 000 tués et 21 400 blessés
Pertes chinoises:
. 64 500 tués et 105 100 blessés
. 12 chars détruits

Bataille de Qingdao:


Au même moment dans le Shandong débutait la terrible bataille de Qingdao qui marquera surement l’histoire par sa brutalité. Dès les premiers jours de combat, les bombardements navals et aériens déclenchèrent de nombreux incendie partout dans la ville. Les bombes tuant au hasard femmes, enfants, militaires ou vieillards. Surpris par l’attaque la population locale n’eut pas le temps d’évacuer la cité ce qui explique en grande partie l’importance des pertes civiles liés aux bombardements. Une fois les défenseurs assommés par cette pluie de feu et d’acier, les japonais commencèrent à débarquer dans le port de Qingdao. La résistance des chinois fut la aussi plus importante qui prévue. Caché dans les ruines des bâtiments, des petits groupes de chinois tentèrent de tendre de nombreuses embuscades aux forces nippones. Malheureusement devant la puissance de feu japonaise, cet héroïsme ne suffit pas et rapidement la ville passa sous contrôle impérial. Malgré leur progression rapide dans les ruelles de la cité, les japonais n’en avait pas encore finit avec Qingdao. En effet un nombre important de tireur embusqué continuèrent de défendre la ville. Pour les soldats nippons cette situation angoissante tourna au cauchemar. En effet, nombre de leur camarade tombait sous les balles de ces tireurs sans qu’ils puissent réagir rapidement. Face à cette menace fantôme, les nippons ne tardèrent pas à appliquer une solution radicale : abattre tout individus sans sommation et détruit tout bâtiment encore debout. Ainsi les derniers civils ou militaires survivants furent systématiquement fusillés tandis que les restes de Qingdao furent incendiés. Finalement après une semaine d’un tel traitement la résistance à Qingdao fut anéantit au pris bien d’une extermination de 90% de ses habitants. La cité elle, n’est plus qu’un amas de ruine fumante. Dans la foulé, les soldats nippons sécurisèrent les alentours pour pouvoir acheminer rapidement les renforts prévus.

Pertes japonaises:
. 4300 tués et 6700 blessés
. 10 chars FT et 7 NC-27 détruits
. 18 Kawasaki Ka 87 et 19 Nid 29 détruits
Pertes chinoises:
. 8500 tués et 13 000 blessés
. 90% de la population civile tuée

Opérations secrètes

Spoiler:
RÉPUBLIQUE DE CHINE
Article

Evénement


Plusieurs événements importants ont secoué la République Chinoise ces derniers jours. Tout d’abord, de nombreux bombardiers japonais ont été aperçus au-dessus du sud-est de la Chine. Ces avions ont provoqués d’importante panique au sein de la population locale mais fort heureusement ceux-ci n’ont largué que des cadeaux à la population chinoise. Voyant bien l’objectif des japonais, les autorités ont bien tenté de confisquer rapidement les largages nippons. Malheureusement pour eux, tous les objets n’ont bien sûr pas été retrouvés. Ainsi de nombreux vêtements, aliments de luxe et affiches de propagande sont tombé aux mains des habitants du Fujian. Ces largages si ils ne sont pas grave dans l’immédiat pourrait cependant à terme entacher la popularité du gouvernement nationaliste auprès des populations chinoises.

Dans un domaine bien plus grave, plusieurs cas de peste ont été déclarés dans les villes de Fuzhou, Quanzhou et Xiamen. De nombreux cadavres ont été retrouvé victime de ce début d’épidémie. Sur place les autorités chinoises sont quelque peu dépasser devant la rapidité de propagation de la maladie. Des communiqués d’alerte sont remonté jusqu’au gouvernement centrale pour demander un soutient rapide afin de mettre la région en quarantaine. En effet avec les déplacements de population liée à la guerre la peste pourrait se rependre extrêmement rapidement. Pour l’instant quelques centaines de personnes sont déjà décédé tandis que la population tente de fuir les villes concernées.
Parallèlement à cette épidémie de peste, une autre maladie semble frapper la région. Dans certains villages les habitants développe de petite vésicule qui se transforme ensuite en escarre recouvert d’une croûte noirâtre. Quelques jours plus tard, les personnes infectées meurent sans qu’on ne puisse rien faire pour les sauver. Quelques cas ont été recensés au sein même des villes de Fuzhou, Quanzhou et Xiamen. Le pic des cas a été atteint il y a quelques jours avant que le nombre de personne atteint diminue brusquement. Par ailleurs le nombre de personne atteinte de cette maladie reste bien moins inférieur aux cas de pestes détectés.

Une chose est sur le gouvernement central dans réagir vite si il veut endiguer l’épidémie.

Carte:

Spoiler:


Rouge: territoires conquis ou reconquis par le Japon
Hachure Rouge: territoires actuellement disputés.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par verbannter le Jeu 10 Aoû 2017 - 15:46

Provinces Unies du Benelux


A destination de la Chine nationaliste:
Révolté par les massacres des populations Chinoises les Provinces-Unies font parvenir des canons anti chars de 47mm (Belge à l'origine) et de l'artillerie anti aérienne à la Chine nationaliste (20 de chaque).
avatar
verbannter
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 255
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 27
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Colonel_NKR le Ven 11 Aoû 2017 - 18:33


中華民國 / République de Chine

Guérilla nationaliste chinoise

Spoiler:
La guérilla est enclenchée ! Des passeurs d'armes ont transférés des armes depuis la Mongolie vers les insurgés en Mongolie-intérieure, le but est de ralentir et anéantir les convois nippons et lancer des attaques de guérilla loin derrière le front pour leur prouver que même si ils nous repoussent, nous sommes toujours là.

La première action d'envergure aura pour but d'embusquer un convoi rempli de ravitaillement pour les soldats japonais : Les insurgés poseront des dynamites en dessous du pont où le convoi est censé passer et feront tout exploser lors du passage du convoi japonais, les autres soldats impériaux devront être massacré, il ne doit y avoir aucun survivant, l'opération a été décidé par la chef du Conseil de la Résistance Chinoise, Mei Ling.



S'en suivra après cela d'une vague d'assassinat contre les dignitaires chinois ayant accepté de collaborer avec l'infâme ennemi, pour cela, il suffira de faire passer des agents dans la zone occupée, ils devront faire ces assassinats au couteau ou au revolver dans le but de marquer les esprits.

Conseil de la Résistance Chinoise / 在中国抗战理事会

Spoiler:


Le Conseil de la Résistance Chinoise a pour but de lutter dans les territoires occupés contre l'oppression mandchous et japonaise, pour se faire, ils utiliseront un grand réseau de résistance à travers tout le territoire qui aura pour but de mener des actions d'envergure dans les villes & les campagnes pour réveiller le peuple chinois et terroriser l'envahisseur, ils mèneront aussi des opérations de propagande en posant des affiches la nuit ou en attaquant des postes radios pour diffuser des messages importants et des appels à l'insurrection. Ils seront aidés par la République de Chine grâce à des passeurs présents en Mongolie qui feront passer toute sorte d'armes et d'informations au Conseil.
La président de celui-ci, Mei Ling, est chargée de faire triompher la résistance partout en Chine.

La Confrérie du Dragon

Spoiler:


La Confrérie du Dragon, elle, a envoyé onze officiers expérimentés à travers les lignes ennemis pour atteindre Pékin, ils seront habillés comme des vagabonds et auront pour ordre de se procurer et/ou de fabriquer une six énormes charges explosives. Nous profiterons de la relative "tolérance" japonaise à l'égard des civils chinois pour bien exécuter notre plan, trois des onze officiers doivent d'abords mettre la charge explosive dans un sac solide qui pourra être considéré comme inoffensif car porté par un vagabond mais il n'en est rien :

L'un posera son sac dans le Q.G central de la police militaire japonaise, il aura cinq minutes entre le temps de poser la bombe, de partir, et de la faire exploser, si les militaires japonais tirent dessus comme ils en ont l'habitude, ils auront également une terrible surprise.

L'autre ira dans le siège administratif japonais de la ville : La mairie, même plan que le premier sauf que celui-ci n'aura seulement trois minutes dû à la vigilance des japonais dans ce lieu. Il se présentera pour signaler un problème avec ses papiers, quand les japonais l'enverront dans salle d'attente c'est là que le plan sera violemment exécuté.

Le dernier aura pour ordre de faire ceci dans le tribunal militaire nippon de Pékin : il anéantira par ailleurs toute la tête judiciaire du semblant d'administration japonaise à Pékin.

Pendant ce temps, les officiers en question partiront retraverser les lignes ennemis pour rejoindre la Chine & revendiquer cette attaque glorieuse au nom de la Confrérie du Dragon.

Opération Dragon Bleu

Spoiler:

神圣的地面作业 / Opération Terre sacrée II

Spoiler:
La terre sacrée de Chine ne saurait attendre sa libération. Le 1er Octobre, c'est la fin du cessez-le-feu mais le gouvernement japonais semble réticent à livrer bataille. Le peuple chinois, lui, n'attends plus que ça et est avide de la reconquête de son territoire national. Nos soldats, tous récemment équipés par l'armée française, sont pressés d'en découdre avec l'armée nippone.

Effectifs:
-600 000 soldats(soit 74 divisions/brigades d'infanteries, 12 de cavaleries)
- 15 Flak 88mm
- 45 Panzerabwehrkanone 36
- 60 Light Tank Mk VI
- 40 Hawker Hind
- 40 Vickers Vidlebeest



Alors qu'une tentative de coup d'état secoue Tokyo, nous espérons frapper extrêmement fort en refermant la poche du Shanxi sur les vils Japonais.

Grâce à nous nouveaux armements, nous lançons à l'aube du 11 Juillet la seconde phase de l'Opération Terre Sacrée qui consiste à refermer la poche du Shanxi et la rendre hermétique. De chaque côté de Datong, 175 000 soldats lancerons l'assaut sur la ville avec l'appuie de l'aviation et de l'artillerie en espérant un soutien populaire. Plus au nord, en Mongolie-intérieure, c'est 115 000 soldats accompagnés des tanks britanniques qui enfonceront les lignes de défenses japonaises en longeant la frontière avec la Mongolie, tandis que les deux armées qui auront fait jonction à Datong lanceront une offensive sur l'Est pour consolider l'encerclement du Shanxi.

Au sud-est, c'est 135 000 hommes qui attaqueront dans le but de perturber les défenses japonaises à l'Ouest et permettre une avancée chinoise conséquente comme mentionnée plus haut.

Autour de la poche de Shanxi, c'est une véritable ceinture qui prendra forme pour étouffer les japonais, nos Vickers Vidlebeest les harcèleront tandis qu'ils ne pourront pas s'échapper d'un territoire ayant une population largement hostile à eux, leur sort est scellé.

Ordre est de ne pas faire de prisonnier, l'opération a été approuvée par le gouvernement & l'état-major grâce au décret militaire n°29.

Opération Joyaux des Hans / 汉斯的珠宝

Spoiler:

Effectifs:
-1 200 000 soldats (soit 100 divisions/brigades d'infanteries, 17 de cavaleries, 24 régiments d'artilleries)
- 80 Light Tank Mk VI
- 60 Infantry Tank Mk II (Matilda II)
- 12 Leichter Panzerspähwagen (Sd Kfz 221 et Sd Kfz 222)
- 79 Panzerabwehrkanone 36
- 80 Hawker Hind
- 80 Vickers Vidlebeest
- 40 de Havilland Dragon Rapide



Toute la force de frappe brut chinoise a été rassemblée ici pendant des semaines dans le but de reprendre le joyaux des Han: Pékin. Nous enfonçons les lignes japonaises avec 1 200 000 hommes simultanément en lançant une gigantesque blitzkrieg: L'artillerie & l'aviation impliquée ont pour ordre de frapper dès les premières minutes de l'assaut terrestre mené avec les tanks, l'effet doit être dévastateur et doit mener à l'effondrement complet de l'armée japonaise dans la région de Pékin. Des affiches de propagandes chinoises seront larguées sur Pékin pour annoncer la libération de la ville et ainsi mener à une insurrection générale contre les troupes mandchous stationnées ici. L'opération a pour but d'être exécuté extrêmement violemment [c-à-d rapidement] pour surprendre au maximum l'armée japonaise & son état-major décimé qui tardera à prendre des décisions décisives.

Une fois l'opération terminée, l'aviation sera stationnée dans l'aérodrome de Pékin et aura pour ordre de frapper les cibles stratégiques en Mandchourie. Ordre est de ne pas faire de prisonnier, l'opération a été approuvée par le gouvernement & l'état-major grâce au décret militaire n°30.

Opération Vengeance de Qingdao / 青岛复仇

Spoiler:
Effectifs:
- 85 000 soldats (soit 89 divisions/brigades d'infanteries)
- 10 Panzer I
- 30 X-9
- 12 Henschel Hs 123



Après l'infâme massacre de Qingdao, des soldats fanatisés par la mort de leur famille et/ou de leurs amis dans la ville ont demandé dans une lettre ouverte à Tchang Kaï-shek de se venger, celui-ci à élaborer un plan pour permettre à ces gens de se venger. 89 divisions & brigades d'infanteries ont été rassemblés autour de Qingdao, 48 000 d'entre eux passeront par la forêt de Laoshan pour lancer une attaque surprise contre les Japonais tandis que juste avant le reste de nos troupes attaqueront avec un appui aérien et les Panzer I saisis à la délégation militaire allemande. Les soldats doivent rapidement traverser la ville par le sud puis s'emparer du port pour couper court tout ravitaillement de l'armée japonaise, au cas où les nippons décideraient de faire débarquer des troupes, 5 avions X-9 ont été remplis de bombes et un 5 hommes sont prêts à s'écraser sur les navires japonais qui tenteraient de faire débarquer quoique ce soit.
Nous prendrons également contrôle de la grande distillerie de Qingdao pour pouvoir produire très rapidement des cocktails Hirohito pour les utiliser contre les japonais.

Si les Japonais résistent encore alors qu'ils sont encerclés, nos soldats auront pour ordre de s'embusquer dans les ruines de la villes et de les abattre comme les chiens qu'ils sont, aucun prisonnier n'est toléré et les japonais capturés ici doivent être décapité sur place, celui qui ramènera un prisonnier en vie sera exécuté pour haute trahison.

L'opération a été approuvée par le gouvernement & l'état-major grâce au décret militaire n°31.

Opération Sauvetage du Peuple / 抢救人

Spoiler:

Les régions touchées par les épidémies sont rapidement traitées : Une aide médicale de grande ampleur est distribuée [grâce à l'aide australienne] ainsi que des hôpitaux qui sont crées avec l'aide de l'état, les milices formées lors de la mobilisation partielle décrétée ont pour ordre de maintenir le calme et de prendre en charge les malades dans un état critique.
De plus en plus de médecins militaires s'engagent & commencent leurs études pou pouvoir participer comme il se doit à la guerre.

Dans les régions où les japonais ont largués des biens matériels et des affiches de propagandes, nous rétorquons en envoyant les chefs des milices faire des discours dans ces zone-là pour leur rappeler qu'aucun luxe ne pourra les sauver de la mort si les soldats japonais tombaient par hasard sur eux, et qu'il fallait être quelqu'un sans fierté ni dignité pour se rallier à quelqu'un qui tue son propre peuple.
avatar
Colonel_NKR
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 53
Date d'inscription : 30/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx le Sam 12 Aoû 2017 - 13:09



TOUR 5 – ATTAQUE CHINE NATIONALISTE

Rappel des forces en présence:

Japon:
. 806 000 hommes
. 466 chars
. 759 chasseurs et 382 bombardiers

Qing:
. 683 000 hommes

République de Chine:
. 1 885 000 hommes
. 210 chars
. 252 bombardiers

Guérilla Nationaliste:


Dans la Mongolie intérieure, de nombreux groupes de résistant chinois se sont formé à l’appel du gouvernement nationaliste. Comptant pas moins de 30 000 membres non unifié, les différents groupes sillonnent les territoires reculés en quête de convoi japonais à attaquer. Si certain de ces groupes sont clairement sous l'autorité de la République, d'autre se revendique du communisme.  Leur première attaque symbolique contre un convoi japonais a d’ailleurs été un succès. Même si plusieurs partisans sont morts dans leur mission, ils ont réussi à capturer du matériel ainsi que du ravitaillement après avoir achevé l’ensemble des défenseurs nippons. Suite à cette réussite, les attaques et les opérations d’harcèlement se sont multiplié. Les tireurs embusqués récompensé pour chaque japonais abattu se font de plus en plus nombreux. Parallèlement plusieurs officiers chargés de l’administration des territoires conquis ont été assassiné. Les groupes de guérilla ont aussi réussi à endommager certaines voies ferrées en direction du front afin de ralentir la progression des renforts impériaux. La réponse japonaise à ces attaques a bien sûr été impitoyable. Dans les provinces conquise la moindre action des rebelles entraine automatique des représailles plus ou moins aveugle. Ainsi des villages entiers soupçonnés d’aider les nationalistes ont été vidés de leur habitant puis brûlé.

Malgré ces succès, la situation n’est pas toute rose pour les nationalistes. En effet le ravitaillement ainsi que l’équipement militaire peine parfois à franchir les lignes japonaises ce qui oblige les guérilleros à vivre uniquement de leur prise. Ensuite, les services secrets japonais sont très très actifs et ont déjà infiltré certain réseau pour en exécuter les membres importants.

De son côté la confrérie du Dragon a rempli sa mission avec plus ou moins de succès. En tentant de passer les lignes japonaises discrètement, un des agents c’est fait repérer avec ses explosifs. Pour ne pas tomber entre les mains des japonais il a fait directement exploser sa bombe tuant ainsi quatre soldats nippons. Après cette incident, les autorités japonaises fut mise en alerte ce qui ne facilitât pas la tâche des « résistants ». Malgré cela, l’agent chargé de poser la bombe devant le QG des MP a réussi son coup. La façade du bâtiment a été totalement soufflée par l’explosion provoquant au passage la mort de cinq soldats japonais, trois civils nippons et six soldats mandchous. Au même moment celui qui devait faire exploser sa bombe devant la mairie n’a pas réussi à entrer dans le bâtiment. La bombe a donc explosé à l’extérieur tuant ainsi six soldats présent sur place.

Pertes chinoises:
. 1100 rebelles tués ou blessés
. 4500 civils tués en représailles ou dans les combats
Pertes japonaises:
. Plusieurs convois de ravitaillement
. 250 soldats tués ou blessés
Pertes qing:
. 460 soldats tués ou blessés

Bataille du Shanxi:


Autour de Datong, la bataille fait toujours rage pour tenter de refermer définitivement la poche du Shanxi. Repousser à l’est par les japonais, les chinois ont décidé de retenter leur chance. Malheureusement pour eux la surprise n’y est plus ce qui rend difficile cet assaut en territoire montagneux. Malgré cela les nationalistes réussissent quand même à progresser en profitant de la pagaille provoquée par le coup d’Etat à Tokyo. Les quelques canons aériens dont dispose les républicains chinois permettent de protéger relativement l’avancé de leurs unités. A vrai dire les vieux Nid 29 employé par les japonais font des cibles faciles même pour des mitrailleuses antiaériennes légères. Les bombardiers chinois tentent aussi quelques sorties pour réduire les positions d’artillerie nippone sans grand succès. En effet la chasse ennemis est bien plus nombreuses ce qui rend toute tentative d’approche suicidaire. Le manque d’artillerie lourde complique largement l’offensive chinoise dans le sens ou les japonais ne sont pas assommés par un barrage de feu suffisant. Pour les nationalistes les pertes grimpes donc rapidement tandis que les japonais parviennent à limiter la casse. La bonne nouvelle pour les chinois réside dans le fait que les contre-attaques blindées japonaise lancé par les vieux chars Type 89 I-Go sont systématiquement stoppé par les pièces antichars hollandaises ou allemandes. En effet les 17mm du Type 89 ne peuvent résister aux obus tiré depuis les packs 36 ou les canons de 47mm belges. Finalement après quatre à cinq jours de combat dans le nord-est du Shanxi, la progression chinoise est définitivement stoppée.

A Datong, la guerre de position entre dans une nouvelle phase avec un assaut massif des chinois depuis l’Ouest de la ville. Pas moins de 175 000 hommes se ruent dans les ruines fumantes de la cité pour tenter dans déloger les japonais. Les combats au corps à corps sont d’une férocité sans égale et rapidement la ville semble basculée aux mains des nationalistes. Cependant la défense nippone se ressaisit dans les faubourgs est. Avec le soutien des bombardiers les impériaux infligent de lourde perte à l’infanterie chinoise. Malgré cela, en moins d’une semaine la ville bascule entièrement sous domination chinoise. Cependant cette victoire à un goût amère pour les chinois qui ont perdu énormément d’homme faute de soutien matériel conséquent.  

Au niveau de la Mongolie intérieure, 115 000 chinois accompagné par 60 blindés ont tenté de percer les lignes japonaises. Heureusement pour les japonais, ils ont reçu le soutien de 100 000 manchous pour résister à cette vague humaine. Dans cette région aride et désertique les combats ont été particulièrement sanglants. Les blindés légers chinois ont réussi à infliger quelques pertes aux vieux Type 89 mais ils ont rapidement été stoppés par les canons antichars et l’aviation nippones. Cette offensive au nord a permis de distraire les japonais mais n’a pas réussi à percer véritablement la ligne de front.

Pertes japonaises:
. 32 500 tués et 49 200 blessés
. 45 Type 89 I-Go détruit
. 35 Nid 29 et 23 Mitsubishi 2MB1 détruits
Pertes qing:
. 17 200 tués et 27 800 blessés
Pertes chinoises:
. 59 000 tués et 72 100 blessés
. 20 Ligth tank Mk VI détruits
. 12 Hawker Hind et 10 Vickers Vidlebeest détruits

Deuxième bataille de Pékin:


A l’aube, 1.2 millions de chinois s’élance à l’assaut de la capitale Qing. Avec le soutien de 140 chars les nationalistes espèrent bien arriver rapidement à Pékin. Hautement symbolique, cette bataille s’annonce d’une terrible férocité. Dans les premières heures, les défenses japonaises sont terriblement malmené et cela malgré le soutien de 200 000 réservistes, 100 000 soldats et 100 000 gardes de l’armée impériale Qing. Malgré ces effectifs impressionnants, les réservistes mandchous sont à peine mieux équipés que les chinois. Pour la plus part il s’agit de paysans arraché à leur terre de force et qui d’ailleurs n‘hésite pas à se débander à la moindre charge. Les pertes dans leur rang sont bien plus élevé que les japonais faut d’un entrainement adéquat. Par ailleurs les japonais doivent aussi se charger du ravitaillement de ces 200 000 hommes puisque l’Empire Qing n’en a pas véritablement les moyens à l’heure actuelle. Du côté des chinois la situation n’est guère mieux. Les 1.2 millions d’homme lancé à l’assaut sont extrêmement difficiles à coordonner mais aussi à ravitailler. Beaucoup ne sont même pas équipé d’arme à feu ou doivent piller la région pour se nourrir.

C’est dans ces conditions extrême que les chinois progressent vers Pékin. Sous le nombre et les raids aériens, Tianjin tombent rapidement entrainant le reflux de centaine de réservistes Qing. Les 140 blindés quoique souvent stoppé par des pièces antichars réussissent à appuyer correctement la progression des divisions chinoises. Dans le ciel la situation tourne rapidement en faveur des japonais grâce à leur important surnombre. Cependant les pièces antiaériennes ou les tirs de mitrailleuses classiques infligent d’importante perte aérienne aux nippons. Après deux semaines de combat, les chinois sont enfin aux pertes de Pékin. Prévenu depuis longtemps, les gardes impériaux avaient établis plusieurs mesures consécutives au siège qui s’annonce. Les rues de la capitale sont ainsi parcourues de barricades tandis que la population civile a été jetée dehors. Lorsque les combats s’engagent, les chinois tentent bien sûr d’encercler la ville. Après de lourde perte à l’ouest comme l’est c’est chose faite. Pas moins de 120 000 hommes sont encerclé dans la capitale dont environ 85 000 gardes Qing et 35 000 japonais. Manquant d’artillerie lourde, les assauts chinois contre Pékin se sont pour l’instant traduits par des boucheries. En attendant chaque minute qui passe permet aux nationalistes de renforcer leur position autour de la ville.

Pertes japonaises:
. 8 600  tués et 12 300 blessés
. 26 Type 89 I-Go détruits
. 14 Nid 29 et 12 Type 88 détruits
Pertes Qing:
. 45 400 tués et 71 200 blessés
Pertes chinoises:
. 61 300 tués et 85 200 blessés
. 31 Ligth tank Mk VI détruits
. 17 Hawker Hind et 15 Vickers Vidlebeest détruits

Bataille de Qingdao:


A Qingdao, les forces chinoises se sont regroupées à l’Est de la ville pour tenter de contre-attaquer. Malheureusement pour eux leur mouvement a bien vite été repéré par les japonais qui débarquent toujours plus nombreux dans le port de la ville. Résultat, les nationalistes chinois se retrouve en infériorité numérique (environ 85 000 contre 250 000 nippons) et sans soutien aérien ou terrestre. Malgré cela, l’assaut est quand même donné mais rapidement l’opération tourne au fiasco. Harcelé toute la journée par les bombardiers, les chinois se terrent dans les maisons en ruine à l’est de la ville. Chaque tentative d’attaque s’écrase devant la puissance de feu japonaise. D’ailleurs les nippons n’hésitent pas à faire entrer en action leur artillerie de marine qui réduit en cendre les derniers bâtiments de Qingdao. Après quatre jours de combat la situation est sans appel : les forces chinoises se repli en désordre aux alentours. Dans un geste ultime de désespoir, cinq X-9 bourré d’explosif tentent de s’écraser sur des navires japonais. Deux premiers sont abattus avant d’avoir rempli leur mission, deux autres s’écrasent sur un navire de transport et un dernier touche un croiseur de classe Nagara. Inlassablement, les japonais poursuivent donc le débarquement de l’ensemble de leur équipement dans la cité.

Pertes japonaises:
. 3500 tués et 4800 blessés
. 3 FT, 2 D1 et 20 Type 89 I-Go détruit
. 5 Nid 29 et 4 Type 88 détruits
. 1 navire de transport coulé et 1 croiseur classe Nagara endommagé gravement.
Pertes chinoises:
. 6600 tués et 8400 blessés
. 6 Panzer I détruits
. 5 X-9 et 6 Hs 123 détruits

Carte:

Spoiler:


Rouge: territoires conquis lors de l'offensive chinoise
Hachure rouge: territoires disputés actuellement entre chinois et japonais.


Dernière édition par galx le Sam 12 Aoû 2017 - 21:07, édité 1 fois
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx le Sam 12 Aoû 2017 - 14:12


Bilan des pertes:

Japon:
. 214 350 morts
. 279 400 blessés
. 457 détruits
. 302 avions détruits
. 1 croiseur endommagé

Qing:
. 78 060 tués
. 120 400 blessés

République de Chine:
. 458 200 tués
. 404 400 blessés
. 81 chars détruits
. 65 avions détruits

Merci de tenir compte de vos pertes dans les posts de guerre à venir !
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Dhia Eddine Gam le Dim 13 Aoû 2017 - 16:24




Spoiler:

La crise diplomatique qui oppose l’Allemagne et la Chine incitait déjà le Troisième Reich à intervenir dans le conflit sino-japonais, l’aide étrangère de livraisons d’armes à la source inconnue n’a fait que la précipiter.
Il est temps maintenant pour les forces armées allemandes d’agir, et de venger l’emprisonnement d’officiers et de membres allemands de la mission allemande en Chine. Hitler et ses siens n’espéraient pas de tendresse après avoir rompu les relations diplomatiques qui la lient à la nation chinoise, mais condamne l’acte plus que belliqueux de la République de Chine.
« Il faut que l'Allemagne comprenne qu'elle n'est maître de rien du tout et qu'ils n'ont aucun poids diplomatique. » avait récemment déclaré la Chine. L’issue de cette guerre nous le dira.

Passage des troupes allemandes jusqu’à destination

Normalement accompagnée d’une partie considérable de la flotte ibère, la nation allemande devrait passer du sud de l’Argentine vers Taïwan. Une traversée jugée limite en termes d’autonomie, et très probablement impossible avec le nombre d’effectifs allemands que veut transporter le Troisième Reich hitlérien.
L’ensemble de la Reichsmarine donc, plus une aide ibère par voie navale, seront suffisants pour porter l’ensemble des forces armées allemandes en Chine.
Ce sont donc pas moins de 50 000 hommes et 400 chasseurs Messerschmitt Bf 109 mais aussi 200 Sd.Kfz. 10 qui sont retirés des opérations pour rester au pays (les changements ont été faits concernant les forces en présence).

PHASE I – MOBILISATION : Arrivée à Taïpei

Forces et éléments en présence

Reichsheer
. 200 000 hommes, tous armés (50k hommes du corps d’armée I, 150k hommes du corps d’armée IV)
. 5 régiments de 40 000 soldats allemands / 5 dirigeants pour les 5 régiments respectifs : Wilhelm Keitel – Karl Dönitz - Johannes Blaskowitz - Walter von Reichenau – Heinz Guderian
. 400 chars d’assaut Panzer II
. 175 chars d’assaut Panzer III
. 80 chars d’assaut Panzer IV
. 300 Sturmgeschütz III
. 600 Sd.Kfz. 11
. 250 Sd.Kfz. 10

Luftwaffe
. 4 000 hommes
. 2 régiments de 2 000 hommes / 2 dirigeants pour les 2 régiments respectifs : Robert von Greim -  Albert Kesselring
. 325 bombardiers légers Dornier Do 17
. 240 bombardiers moyens Dorner Do 217
. 420 bombardiers en piqué Junkers Ju 88
. 15 bombardiers tactiques Junkers Ju 188
. 600 chasseurs Messerschmitt Bf 109
. 30 bombardiers légers/de transport Focke Wulf Fw 200

Déroulement du plan : Le Japon disposant de bases militaires à Taïpei, capitale du Taïwan, c’est donc là-bas que l’ensemble des forces armées allemandes va se diriger et se poser.
En dehors des hommes mobilisés pour les attaques au sein du territoire chinois, le reste des hommes de la Reichsheer et de la Luftwaffe font office de garnison censé protéger, au côté des forces armées ibériques mais aussi des forces armées japonaise, les bases militaires japonaises de Taïpei.
La flotte japonaise est jugée suffisante pour envahir la Chine et coordonner les actions militaires sino-germaniques, ce qui explique l’absence de la Reichsmarine.
Les forces armées allemandes en présence à Taïpei vont ainsi pouvoir se rabattre sur la Chine, visant des zones stratégiques, s’emparant de zones chinoises importantes et libérant les prisonniers allemands.


PHASE II – ATTAQUE : Opération Rache von Wuhan

Forces et éléments en présence

Reichsheer
. 60 000 hommes, tous armés (10k hommes du corps d’armée I, 50k hommes du corps d’armée IV) : soit 1 régiment de 50 000 hommes (celui qui est dirigé par Karl Dönitz) et une partie d’un régiment équivalent à 10 000 hommes (celui qui est dirigé par Wilhelm Keitel)
. 100 chars d’assaut Panzer II
. 50 chars d’assaut Panzer III
. 20 chars d’assaut Panzer IV
. 70 Sturmgeschütz III
. 300 Sd.Kfz. 11

Luftwaffe
. 500 hommes
. Une partie d’un des deux régiments équivalent à 500 hommes (celui dirigé par Albert Kesselring)
. 50 bombardiers légers Dornier Do 17
. 30 bombardiers moyens Dorner Do 217
. 200 chasseurs Messerschmitt Bf 109

Déroulement du plan : Pour débarquer à Wuhan, ville chinoise où se trouvent les prisonniers de nationalité allemande emprisonnés par la République de Chine ce qui a causé l’entrée en guerre de l’Allemagne au sein du conflit sino-japonais, les autorités nazies vont débarquer à Hangzhou (ville sous domination japonaise) pour ensuite se diriger directement et à grande vitesse vers la ville de Wuhan.
L’attaque devrait connaître un succès retentissant puisque l’effet de surprise est absolument inattendue : afin d’empêcher les forces armées chinoises présentes à Wuhan de s’échapper ou de se replier vers une autre ville non assiégée, l’Allemagne a décidé d’encercler la ville.

L’objectif premier est de libérer la prison militaire de Wuhan où sont détenus les prisonniers allemands à cause de la crise diplomatique germano-chinoise, mais les autorités allemandes se sont aussi fixés comme objectif de libérer la ville de toute présence militaire chinoise et de la fortifier pour empêcher une reprise de la ville par l’armée chinoise.
Pour faire court, les forces armées chinoises présentes à Wuhan sont prises au piège et devront affronter leur sort qui ne peut être qu’une issue désastreuse et fatale.

Une fois les prisonniers allemands libérés, si l’opération militaire réussit, ils seront reconduits à Taïpei puis par voie navale vers le territoire allemand où ils pourront retrouver leurs familles et une sérénité permanente.

Si Wuhan est libéré des forces armées chinoises, ce qui sera très probablement le cas étant donnée la mobilisation militaire très conséquente d’hommes et de matériels, elle sera utile au Troisième Reich pour mener d’autres opérations militaires visant à s’emparer d’autres villes chinoises.


Spoiler:


PHASE III - ATTAQUE :  Bombardements aériens sur le territoire chinois

Forces et éléments en présence

Luftwaffe
. 250 hommes
. Une partie d’un régiment équivalent à 250 hommes (celui qui est dirigé par Robert von Greim)
. 25 bombardiers légers Dornier Do 17
. 70 bombardiers moyens Dorner Do 217 (40 pour Taizhou, 20 pour Wenzhou et 10 pour Hefei)
. 30 bombardiers en piqué Junkers Ju 88 (5 pour Taizhou, 20 pour Wenzhou et 5 pour Hefei)
. 2 bombardiers tactiques Junkers Ju 188 (2 pour Hefei)
. 148 chasseurs Messerschmitt Bf 109 (40 pour Taizhou, 40 pour Wenzhou et 68 pour Hefei)

Déroulement du plan : Après Wuhan, l’Allemagne ne sera pas en reste. Pour se venger définitivement des actes de la République de Chine totalement agressifs et inexcusables, le Troisième Reich a décidé d’anéantir trois villes chinoises que le Japon veut voir s’effondrer : Taizhou, Wenzhou et Hefei.

Avant tout acte, un communiqué est transmis aux autorités japonaises pour leur avertir des bombardements. De cette façon, toute présence japonaise sur ces villes se devra de quitter les lieux pour ne pas être atteint par l’offensive nazie.

Pour bombarder et détruire la ville chinoise de Taizhou, le plan est le suivant : en partant initialement de Taïpei, les avions de combat allemands de la Luftwaffe se dirigent ensuite directement à Taizhou pour la bombarder intensivement avant de se poser à Hangzhou (ville chinoise sous contrôle japonais) où ils pourront se ravitailler et reprendre des forces. Un deuxième raid est ensuite effectué pour anéantir l’ensemble de la ville, tuant ainsi militaires et civils chinois, tout aussi intensif que le premier. Une fois le deuxième raid effectué, les avions de combat du Troisième Reich utilisés et ses pilotes peuvent soit repartir directement vers Taïpei soit repartir vers Hangzhou pour se ravitailler et se reposer momentanément avant de repartir vers les bases militaires japonaises situés sur le territoire taïwanais.


Spoiler:


Pour bombarder et détruire la ville chinoise de Hefei, le plan est le même que celui de Taizhou étant donné la proximité de la ville concernée avec Hangzhou.

Spoiler:


Pour bombarder et détruire la ville chinoise de Wenzhou, le plan est le même que celui de Taizhou et de Hefei étant donné la proximité de la ville concernée avec Hangzhou.

Spoiler:

avatar
Dhia Eddine Gam
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 222
Date d'inscription : 09/04/2017
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Oldarick le Dim 13 Aoû 2017 - 17:19





UNION IBÉRIQUE



Aide aux Allemands

Voyant que l'Allemagne peine à transporter ses effectifs au nombre considérable, l'Union Ibérique en tant qu'allié majeur du Troisième Reich a mobilisé deux de ses flottes, la 3ème et la 4ème, pour aider les allemands à parvenir jusqu'en Chine. Elle s'offre également garante pour mobiliser les autorités allemandes à Macao, sous contrôle ibère.
avatar
Oldarick
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 191
Date d'inscription : 23/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Thalassin le Lun 14 Aoû 2017 - 0:18

Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


TOUR 5 - OFFENSIVE

Effectifs totaux

L'ordre de mobilisation a abouti à la mise sur pied d'une des plus puissantes armées japonaises de l'histoire, armée de matériel moderne destiné à remplacer l'équipement obsolète autrefois utilisé. :mac: Cependant, l'ampleur de celle-ci a nécessité la mobilisation pleine et entière des réserves déjà affaiblies de pétrole de l'Empire, aussi un succès est nécessaire afin de continuer l'offensive à partir des stocks récupérés dans les dépôts de ravitaillement chinois :mac: L'artillerie largement supérieure en nombre à celle des Chinois aura pour but de faire un maximum de pertes et de causer fracas et tumulte avant l'arrivée de l'offensive principale. Pour éviter un nouveau Qingdao, un protocole de protection des civils a été mis en place : Une fois les Japonais arrivés dans une ville 30 minutes seront laissées aux civils pour rentrer chez eux, ensuite les sorties seront contrôlées par l'armée et toute personne en armes sera abattue sans sommation. Les troupes auront à leur disposition des lance-flammes pour éliminer d'éventuelles poches de résistance urbaines ou des bunkers.

Carte:

NOIR : Première armée
BLEU : Seconde armée
ROSE : Troisième armée
ORANGE : Quatrième armée

Première Armée

Total :
- 500 000 soldats japonais, 150 000 soldats coréens
- Une mitrailleuse légère Type 11 pour 30 soldats
- 500 chars légers Type 95 Ha-Go
- 400 canons de campagne type 38 75mm
- 50 canons de campagne type 89 150mm
- 250 canons de campagne type 38 100mm
- 200 canons de campagne type 90 75mm
- 50 canons de campagne type 95 75mm
- 50 canons de campagne type 92 100mm
- 1 000 canons antichar Type 94 37mm
- 300 canons de montagne Type 41 75mm
- 200 canons de montagne Type 31 75mm
- 500 canons de montagne Type 94 75mm
- 200 obusiers Type 38 12cm
- 80 obusiers Type 4 15cm
- 150 obusiers Type 38 15cm
- 300 obusiers Type 91 105mm
- 150 obusiers Type 96 15cm

Premier corps d'armée - Général Toshizo Nishio
- 200 000 soldats japonais, 90 000 soldats coréens
- 250 chars légers Type 95 Ha-Go
- 130 canons de campagne type 38 75mm
- 20 canons de campagne type 89 150mm
- 100 canons de campagne type 38 100mm
- 50 canons de campagne type 90 75mm
- 20 canons de campagne type 95 75mm
- 20 canons de campagne type 92 100mm
- 400 canons antichar Type 94 37mm
- 90 canons de montagne Type 41 75mm
- 80 canons de montagne Type 31 75mm
- 200 canons de montagne Type 94 75mm
- 80 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 45 obusiers Type 38 15cm
- 90 obusiers Type 91 105mm
- 45 obusiers Type 96 15cm

Second corps d'armée - Général Shigeru Katagiri
- 100 000 soldats japonais, 20 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 90 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 10 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 70 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 35 obusiers Type 38 15cm
- 70 obusiers Type 91 105mm
- 35 obusiers Type 96 15cm

Troisième corps d'armée - Général Yukio Kasahara
- 100 000 soldats japonais, 20 000 soldats coréens
- 90 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 10 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 70 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 35 obusiers Type 38 15cm
- 70 obusiers Type 91 105mm
- 35 obusiers Type 96 15cm

Quatrième corps d'armée - Général Kim Suk-won
- 100 000 soldats japonais, 20 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 90 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 10 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 70 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 35 obusiers Type 38 15cm
- 70 obusiers Type 91 105mm
- 35 obusiers Type 96 15cm

Seconde Armée

Total :
- 500 000 soldats japonais, 150 000 soldats coréens
- Une mitrailleuse légère Type 11 pour 30 soldats
- 500 chars légers Type 95 Ha-Go
- 400 canons de campagne type 38 75mm
- 50 canons de campagne type 89 150mm
- 250 canons de campagne type 38 100mm
- 200 canons de campagne type 90 75mm
- 50 canons de campagne type 95 75mm
- 50 canons de campagne type 92 100mm
- 1 000 canons antichar Type 94 37mm
- 300 canons de montagne Type 41 75mm
- 200 canons de montagne Type 31 75mm
- 500 canons de montagne Type 94 75mm
- 200 obusiers Type 38 12cm
- 80 obusiers Type 4 15cm
- 150 obusiers Type 38 15cm
- 300 obusiers Type 91 105mm
- 150 obusiers Type 96 15cm

Premier corps d'armée - Général Masatane Kanda
- 100 000 soldats japonais, 30 000 soldats coréens
- 100 chars légers Type 95 Ha-Go
- 80 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 40 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 60 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 16 obusiers Type 4 15cm
- 30 obusiers Type 38 15cm
- 60 obusiers Type 91 105mm
- 30 obusiers Type 96 15cm

Second corps d'armée - Général Hatazo Adachi
- 100 000 soldats japonais, 30 000 soldats coréens
- 100 chars légers Type 95 Ha-Go
- 80 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 40 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 60 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 16 obusiers Type 4 15cm
- 30 obusiers Type 38 15cm
- 60 obusiers Type 91 105mm
- 30 obusiers Type 96 15cm

Troisième corps d'armée - Général Rikichi Ando
- 100 000 soldats japonais, 30 000 soldats coréens
- 100 chars légers Type 95 Ha-Go
- 80 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 40 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 60 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 16 obusiers Type 4 15cm
- 30 obusiers Type 38 15cm
- 60 obusiers Type 91 105mm
- 30 obusiers Type 96 15cm

Quatrième corps d'armée - Général Kunio Nakagawa
- 100 000 soldats japonais, 30 000 soldats coréens
- 100 chars légers Type 95 Ha-Go
- 80 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 40 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 60 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 16 obusiers Type 4 15cm
- 30 obusiers Type 38 15cm
- 60 obusiers Type 91 105mm
- 30 obusiers Type 96 15cm

Cinquième corps d'armée - Général Kesago Nakajima
- 100 000 soldats japonais, 30 000 soldats coréens
- 100 chars légers Type 95 Ha-Go
- 80 canons de campagne type 38 75mm
- 10 canons de campagne type 89 150mm
- 50 canons de campagne type 38 100mm
- 40 canons de campagne type 90 75mm
- 10 canons de campagne type 95 75mm
- 10 canons de campagne type 92 100mm
- 200 canons antichar Type 94 37mm
- 60 canons de montagne Type 41 75mm
- 40 canons de montagne Type 31 75mm
- 100 canons de montagne Type 94 75mm
- 40 obusiers Type 38 12cm
- 16 obusiers Type 4 15cm
- 30 obusiers Type 38 15cm
- 60 obusiers Type 91 105mm
- 30 obusiers Type 96 15cm

Troisième Armée

Total :
- 250 000 soldats japonais, 100 000 soldats coréens
- Une mitrailleuse légère Type 11 pour 30 soldats
- 250 chars légers Type 95 Ha-Go
- 200 canons de campagne type 38 75mm
- 25 canons de campagne type 89 150mm
- 125 canons de campagne type 38 100mm
- 100 canons de campagne type 90 75mm
- 25 canons de campagne type 95 75mm
- 25 canons de campagne type 92 100mm
- 500 canons antichar Type 94 37mm
- 150 canons de montagne Type 41 75mm
- 100 canons de montagne Type 31 75mm
- 250 canons de montagne Type 94 75mm
- 100 obusiers Type 38 12cm
- 40 obusiers Type 4 15cm
- 75 obusiers Type 38 15cm
- 150 obusiers Type 91 105mm
- 75 obusiers Type 96 15cm

Premier corps d'armée - Général Kiyonao Ichiki
- 125 000 soldats japonais, 50 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 100 canons de campagne type 38 75mm
- 12 canons de campagne type 89 150mm
- 62 canons de campagne type 38 100mm
- 50 canons de campagne type 90 75mm
- 12 canons de campagne type 95 75mm
- 12 canons de campagne type 92 100mm
- 250 canons antichar Type 94 37mm
- 75 canons de montagne Type 41 75mm
- 50 canons de montagne Type 31 75mm
- 125 canons de montagne Type 94 75mm
- 50 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 37 obusiers Type 38 15cm
- 75 obusiers Type 91 105mm
- 37 obusiers Type 96 15cm

Second corps d'armée - Général Waichiro Sonobe
- 125 000 soldats japonais, 50 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 100 canons de campagne type 38 75mm
- 13 canons de campagne type 89 150mm
- 63 canons de campagne type 38 100mm
- 50 canons de campagne type 90 75mm
- 13 canons de campagne type 95 75mm
- 13 canons de campagne type 92 100mm
- 250 canons antichar Type 94 37mm
- 75 canons de montagne Type 41 75mm
- 50 canons de montagne Type 31 75mm
- 125 canons de montagne Type 94 75mm
- 50 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 38 obusiers Type 38 15cm
- 75 obusiers Type 91 105mm
- 38 obusiers Type 96 15cm

Quatrième Armée

Total :
 - 250 000 soldats japonais, 100 000 soldats coréens
- Une mitrailleuse légère Type 11 pour 30 soldats
- 250 chars légers Type 95 Ha-Go
- 200 canons de campagne type 38 75mm
- 25 canons de campagne type 89 150mm
- 125 canons de campagne type 38 100mm
- 100 canons de campagne type 90 75mm
- 25 canons de campagne type 95 75mm
- 25 canons de campagne type 92 100mm
- 500 canons antichar Type 94 37mm
- 150 canons de montagne Type 41 75mm
- 100 canons de montagne Type 31 75mm
- 250 canons de montagne Type 94 75mm
- 100 obusiers Type 38 12cm
- 40 obusiers Type 4 15cm
- 75 obusiers Type 38 15cm
- 150 obusiers Type 91 105mm
- 75 obusiers Type 96 15cm

Premier corps d'armée - Général Hideyoshi Obata
- 125 000 soldats japonais, 50 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 100 canons de campagne type 38 75mm
- 12 canons de campagne type 89 150mm
- 62 canons de campagne type 38 100mm
- 50 canons de campagne type 90 75mm
- 12 canons de campagne type 95 75mm
- 12 canons de campagne type 92 100mm
- 250 canons antichar Type 94 37mm
- 75 canons de montagne Type 41 75mm
- 50 canons de montagne Type 31 75mm
- 125 canons de montagne Type 94 75mm
- 50 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 37 obusiers Type 38 15cm
- 75 obusiers Type 91 105mm
- 37 obusiers Type 96 15cm

Second corps d'armée - Général Jotaro Watanabe
- 125 000 soldats japonais, 50 000 soldats coréens
- 125 chars légers Type 95 Ha-Go
- 100 canons de campagne type 38 75mm
- 13 canons de campagne type 89 150mm
- 63 canons de campagne type 38 100mm
- 50 canons de campagne type 90 75mm
- 13 canons de campagne type 95 75mm
- 13 canons de campagne type 92 100mm
- 250 canons antichar Type 94 37mm
- 75 canons de montagne Type 41 75mm
- 50 canons de montagne Type 31 75mm
- 125 canons de montagne Type 94 75mm
- 50 obusiers Type 38 12cm
- 20 obusiers Type 4 15cm
- 38 obusiers Type 38 15cm
- 75 obusiers Type 91 105mm
- 38 obusiers Type 96 15cm


Première armée

Carte:


  • Le premier corps d'armée (vert pâle), le plus nombreux, se voit confiée une mission simple : encercler Datong pour permettre aux troupes japonaises dans la ville d'écraser les Chinois coupés de leurs lignes de ravitaillement, et de les capturer compte tenu de l'impossibilité pour eux de s'enfuir une fois encerclés, avant de s'élancer près de la frontière mongole pour faire reculer le front au maximum.
  • Le second corps d'armée (orange) portera assistance au premier en s'attaquant lui aussi aux lignes de ravitaillement chinoises, fixant en plus de ça de nombreuses troupes qui pourraient aller soutenir une tentative de contre-offensive sur Datong.
  • Le troisième corps d'armée (bleu) tiendra ses positions et renforcera son système défensif, c'est d'ailleurs pour ça qu'il ne possède pas de chars.
  • Le quatrième corps d'armée (rose) a pour but de renforcer les positions japonaises dans le Shanxi tout en mobilisant ici aussi des troupes chinoises qui pourraient gêner ailleurs. Si le front chinois est ici totalement percé et mis en déroute le général en charge du corps d'armée a reçu l'ordre de pousser vers Zhengzhou.


Deuxième armée

Carte:


  • Le premier corps d'armée (orange), doit mener l'offensive contre l'arrière du front chinois, obligeant les nationalistes à rappeler des troupes des positions plus au nord pour tenter d'empêcher des lignes de ravitaillement précieuses d'être coupées, et en faisant peser une menace d'encerclement.
  • Le second corps d'armée (rose) mènera l'offensive conjointement avec le premier corps d'armée pour repousser les Chinois de l'ouest de Baoding et sécuriser les troupes au Shanxi en les préservant d'une nouvelle tentative d'encerclement chinoise.
  • Le troisième et le quatrième corps d'armée (vert et bleu) effectueront un mouvement en tenaille afin d'encercler les Chinois encerclant Pékin et reprendre les territoires récemment reconquis par les Chinois, notamment les villes de Baoding et Tianjin.
  • Le cinquième corps d'armée (blanc) se voit chargé de percer l'encerclement de Pékin, aidé en cela par la rupture des lignes de ravitaillement dû aux offensives des autres corps d'armée. Comme à Datong, un grand nombre de soldats et miliciens seront capturés du fait de l'impossibilité de s'enfuir.


Troisième armée

Carte:


  • Le premier corps d'armée (bleu), a pour mission de conquérir la péninsule de Qingdao. En sur-nombre, l'armée japonaise mieux entraînée et mieux organisée ne devrait avoir aucun problème à atteindre son objectif
  • Le second corps d'armée (rose) devra s'emparer de l'ouest de la péninsule, ceci pour deux raisons. D'abord cela coupe une partie de la liaison entre le front nord et le gouvernement de la Chine nationaliste, mais en plus cela crée une nouvelle pression sur le commandement chinois, puisque ici aussi c'est l'arrière du front principal qui sera menacé d'être pris par les Japonais, et une fois de plus les Chinois devront disperser leurs troupes pour y répondre.


Quatrième armée

Carte:


  • Le premier corps d'armée (bleu), doit s'emparer du coeur économique de la Chine, peu doté en troupes chinoises comparé au front nord. Pour prendre rapidement Shanghai, une exception sera faite dans le protocole de réduction des dommages collatéraux : deux jours avant l'assaut, les civils seront appelés à se réfugier dans la concession internationale qui sera épargnée de toute activité hostile et bombardements de la part de l'Empire du Japon. Lors du nettoyage de la ville des forces rebelles toute personne en dehors de la concession sera considérée comme un rebelle et abattu sans sommation.
  • Le second corps d'armée (rose/jaune) fera une attaque pour s'emparer d'une plus grande part des côtes chinoises, mais également pour fixer ici encore toujours plus de troupes chinoises, tout en protégeant le port d'Hangzhou


Aviation

Effectifs pour l'ensemble des fronts:
- 400 avions de reconnaissance Ki-46
- 2 000 chasseurs Ki-43
- 400 chasseurs lourds Ki-45
- 2 000 chasseurs Ki-27
- 2 000 avions d'assaut Ki-51
- 1 000 avions de support au sol Ki-36
- 1 500 bombardiers Ki-48
- 1 000 bombardiers G4M
- 2 000 bombardiers Ki-21


  • Les chasseurs, de par leur surnombre et leur avantage technologique, s'empareront de la supériorité aérienne afin de clouer au sol les forces chinoises
  • Les avions d'assaut et de support au sol frapperont les positions d'artillerie, les bunkers et autres points importants du dispositif ennemi, en lien avec les troupes au sol
  • Les bombardiers détruiront prioritairement le réseau ferré de la République de Chine afin de bloquer le ravitaillement ennemi, avec une attention toute particulière sur la destruction de ceux reliant la République de Chine à la Fédération chinoise : le fait que des importations d'armes parviennent à l'ennemi par ce biais pour contourner le blocus est en effet un secret de polichinelle. En second lieu les centres industriels de l'ennemi seront visés.

avatar
Thalassin
Modérateur
Modérateur

Messages : 919
Date d'inscription : 27/10/2013
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Khan le Lun 14 Aoû 2017 - 0:57

大清帝國
Empire Qing



Spoiler:


L'ensemble des forces obligé de se battre pour la capitale ont pour ordre de la protéger jusqu'à la mort. Depuis 9 mois 400.000 réservistes ont été équipé et entrainé en Mandchourie, désormais 300.000 de ces derniers se rendront en Mongolie intérieur à fin d'effectuer une mission de lutte anti-terroriste en effet, les convois de ravitaillement des alliés nippons se faisant harceler ne laisse pas les qings inerte à la situation le ravitaillement de l'empire chinois lui même fournis par ces derniers. La seule issue possible à cette pénétration en territoire impériale est le passage par les territoires mongoles si l'ont se fit aux rapports des attaques subites. Epaulé par 100.000 soldats de l'armée impériale Qing qui soutenait l'effort japonais au front sera donc rappeler et prendra en charge la frontière Mongole-Qing. Les mongols frère des mandchous de langue et de culture sont sollicité à indiquer aux forces impériales une quelconque information. La frontière sera contrôlée et protégée par 100.000 soldats et 150.000 réservistes. Le reste des réservistes à savoir 150.000 réservistes effectueront des missions de protection, de chasse à l'homme ( ennemis politique, traitres, espions, chinois républicains etc... ) toute personne recevant le titre de traitre verront le ou les impliqués décapité, leurs familles ne seront cependant pas touché pour les actions des dissidents mais porteront le titre de traitre pour le déshonneur qui sévit alors sur leurs maisons. La police militaire sera active dans ces coins là, les étrangers capturé subiront d'intense torture pour des informations et si toujours vivant seront exécuté.
Les troupes sur le front de Pékin aideront les troupes nippones pour repousser l'invasion des traitres chinois mais n'ira pas plus loin que les provinces et villes à récupérer. Les réservistes auront pour ordre de reconstruire les villes pour aider la population à se remettre de ce choc sanglant.

Spoiler:

zone de la mission

Troupes totale:

Mongolie intérieur:


100.000 soldats
300.000 réservistes
Troupes totales: 400.000

Front de Pékin :

90.000 soldats
95.000 gardes impériaux
169.600 réservistes
Total: 354.600 hommes

Total: 754.600 hommes





avatar
Khan
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 94
Date d'inscription : 10/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par galx Hier à 14:25


TOUR 6 : ATTAQUE JAPON/QING

Rappel des forces en présence:

Japon:
. 2 Millions d’homme
. 1500 chars
. 4400 chasseurs et 7500 bombardiers

Qing:
. 754 600 hommes

Allemagne:
. 200 000 hommes
. 655 chars
. 637 bombardiers et 600 chasseurs
. 250 bâtiments (navires et sous-marins)

Union Ibérique:
. 50 batiments

Chine Nationaliste:
. 1 588 400 hommes (hors guérilla)
. 153 chars
. 187 bombardiers

Corps expéditionnaires germano-ibérique:


Le 12 octobre au soir, la flotte germano-ibérique appareillait depuis l’Allemagne pour tenter de rejoindre la Chine. Cette folle opération dénoncée en catimini par de nombreux généraux avait vraisemblablement été décidé sur un coup de tête d’Hitler. Malgré ça le 12 au matin, 200 000 soldats se tenaient entassé sur des navires de transport dans des conditions plutôt insalubre. En effet pour faire de la place aux avions et aux chars, les soldats allemands ont du s’entasser sur les ponts des navires ibériques. Au port la cohue était totale puisque le manque de navire posait d’énorme problème logistique. Après avoir abandonné une partie du matériel sur terre, la flotte se mit finalement en route vers l’Union Ibérique. Sur le trajet les conditions de vie des soldats entassés se dégradèrent rapidement. Une grogne générale parcouru même la troupe devant une mission qui semblait absurde et très lointaine. Par ailleurs le trajet s’annonçait long puisque les allemands ne pouvaient emprunter le canal de Suez ni celui de Panama. La flotte se dirigea donc vers l’Argentine alors qu’aucune demande de mouillage n’avait été préalablement effectuée. Ainsi plus d’un mois d traverser la flotte atteignit enfin le cap Horn. Malheureusement les mauvaises conditions climatiques rendait impossible sa traverser par une telle flotte. Ainsi coincé, avec un ravitaillement qui commençait a décliné rapidement, le moral des troupes s’effondra. Devant le fiasco engendré par l’opération et sans moyen de se ravitailler, les amiraux prirent la décision de suspendre la progression de la flotte qui de toute manière commence déjà à manquer d'essence. Pour se sortir de se mauvais pas les amiraux pris leur gouvernement respectif d'obtenir rapidement des autorisations de se ravitailler en Argentine ou ailleurs. Sans ces autorisations la situation pourrait tourner au cauchemar sachant que les réserves alimentaires ne sont pas éternels.

Bataille du Shanxi:


En ce mois d’octobre 1942, les japonais déclenchèrent une opération militaire d’une envergure sans précédente. Rien que dans le Shanxi, 650 000 nippons soutenu par des milliers de pièce d’artillerie partirent à l’assaut afin de terminer cette bataille qui durait déjà depuis plusieurs mois. A l’aube, l’artillerie impériale fit pleuvoir un déluge de feu sur les positions défensives chinoises. Plusieurs villes ou bourgades furent rayé de la carte par les bombardiers stratégiques nippons. Sous ce déluge de feux, des milliers de chinois furent tué avant même le début des affrontements. Quelques heures après le premier corps d’armée entra en action autour de Datong. L’infanterie nippone progressa rapidement dans les montagnes entourant la ville. Le Japon perdit quand même quelques chars dans les collines notamment à cause de l’avantage défensif du terrain. Cependant dans l’opération de bombardement, la plus part des positions d’artillerie antichar avaient été détruite ce qui empêcha les chinois de véritablement réagir. Rapidement, le front autour de Datong fut cassé par la poussée japonaise et les troupes chinoises se replièrent dans un certain désordre. Malheureusement pour les japonais la manœuvre d’encerclement échoua à cause du terrain montagneux qui ralentit la progression du premier corps. Cependant, les ruines formant la ville de Datong sont retombées aux mains des japonais. Dans le même temps le second corps attaqua plus au sud pour couper les lignes de ravitaillement chinoises. Les défenseurs furent une nouvelle fois submergés et brisé par la puissance de l’assaut. Au nord du Shanxi, l’assaut japonais fut donc un succès total avec des pertes limitées par rapport aux batailles précédentes.

Au sud, les japonais du quatrième corps reportèrent aussi une importante victoire. Cependant la configuration du terrain et une résistance plus accru dans chinois dans cette zone impliqua de plus lourde perte. Après deux semaines de combat les villes de Linfen et de Yuncheng tombèrent aux mains des assaillants. Les pertes blindés furent relativement faible hormis dans les zones urbaines ou les chinois attaquèrent les chars avec des cocktails incendiaires. Finalement devant la puissance de feu japonaise les nationalistes lâchèrent prise et se replièrent derrière le fleuve jaune au sud. A l’est des lignes de défenses chinoises furent établis pour protéger la ville de Changzhi.

Pertes japonaises:
. 22 600 tués et 48 000 blessés
. 45 chars Type 95 Ha-Go détruit
. 10 chasseurs Ki-43 et 25 bombardiers Ki-36 détruits
Pertes chinoises:
. 41 500 tués et 76 300 blessés
. 15 Light Tank Mk VI détruits
. 10 Hawker Hind et 5 Vickers Vindlebeest détruits

Bataille du Hebei et de Pékin:


A l’Est de la chine, 1 053 500 nationalistes se tenaient prêts à encaisser l’offensive de 650 000 japonais. Après une intense préparation d’artillerie et un bombardement aérien, les nippons de la deuxième armée se lancèrent à l’assaut. Pour atteindre les objectifs prévus par le plan impérial, les japonais devait franchir rapidement la chaine montagneuse bordant la région du Hebei. Malgré le bombardement et les canons de montagne déployée, la progression fut dès le début très lente. Couverte de forêt, les collines servirent de protection naturelle aux défenseurs contre les reconnaissances aériennes japonaises. La progression des nippons même lente obligea quand même les généraux chinois à déplacer une partie de leur troupe pour la bloquer définitivement. Après plusieurs jours de combat, le premier corps fut définitivement stoppé dans les collines à l’Ouest du Hebei. Un peu plus au nord le deuxième corps et le troisième eurent le même problème que les premiers. Les collines avantagèrent fortement les chinois qui subirent cependant de lourde perte pour bloquer les japonais. L’avantage aérien fut perdu dans les denses forêts de la région. La sécurisation des quelques zones conquis couta aussi cher aux japonais puisque les chinois maître du terrain pouvaient se cacher n’importe où. Les combats dans cette région furent donc féroce mais tournèrent en faveur des défenseurs avec cependant des pertes plus importantes.

Le quatrième corps eu lui un plus grand succès dans la prise de Tianjin. Dans cette partie du front, le bombardement aérien fut d’une plus grande efficacité bien que destructeurs pour la ville en elle-même. Malgré leur surnombre impressionnant les chinois ne purent véritablement tenir le terrain faute de matériel militaire. Cependant, les japonais connurent de lourde perte dans les zones urbaines à cause notamment de tireur isolé ou de combat au corps à corps. Après une forte résistance, les nationalistes chinois se replièrent en dehors de Tianjin pour ainsi éviter l’encerclement. Malgré le protocole mis en place par les autorités, la haine des soldats japonais pour les chinois conduit à quelques massacres de civils d’une portée moindre que celui de Qingdao. Enfin le cinquième corps soutenu en partie par les troupes mandchoues attaqua directement la ville de Pékin afin de briser l’encerclement. Sur le flanc droit les chinois lâchèrent rapidement prise à cause notamment de la progression du quatrième corps. De manière générale les forces nationalistes préfèrent se retirer plutôt que de se faire encercler bêtement. Ainsi après quelques jours de combat l’encerclement de Pékin était rompu. Les bombardements des deux camps ont quand même causé de nombreux dégâts à la capitale mais dans des proportions minimes par rapport à Datong ou à Tianjin.

Pertes japonaises:
. 36 500 tués et 59 400 blessés
. 65 chars Type 95 Ha-Go détruits
. 5 Ki-27, 6 Ki-47 et 9 Ki-48 détruits
Pertes mandchoues:
. 17 900 tués et 25 650 blessés
Pertes chinoises:
. 58 000 tués et 76 200 blessés
. 20 Light Tank Mk. VI détruits
. 14 de Havilland Dragon Rapide, 5 Vickers Vidlebeest et 7 Hawker Hind détruits

Bataille de la Péninsule du Shandong:


A Qingdao, la réorganisation des forces et du matériel a permis au Japon de repartir à l’assaut. La progression des deux corps d’armée est plutôt rapide car en face les chinois sont peu nombreux et mal équipé. Après neufs jours de combat, la ville de Yantai tombe sans trop de combat aux mains des japonais. En effet les forces chinoises sont plus occupées à fuir la péninsule pour éviter l’encerclement qu’à résister. En moins de deux semaines et aux prix de perte légère, les nippons contrôle l’ensemble de la péninsule. De leur côté les chinois se sont replié dans Weifang qu’ils ont lourdement fortifié pour protéger les troupes plus au nord. Malgré d’important bombardement les premiers assauts japonais sur la ville ont été des échecs. En effet la rivière Weihe fournit une défense naturelle solide que les chinois ont su utilisé pour contre les attaques impériales. Au Sud de Quingdao, les japonais ont par contre avancé sans trop de difficulté.

Pertes japonaises:
. 3700 tués et 9 200 blessés
. 10 chars Type 95 Ha-Go détruits
. 5 Ki-27 et 3 Ki-27 détruits
Pertes chinoises:
. 9 400 tués et 15 700 blessés
. 4 Panzer I détruits
. 10 X-9 et 3 Hs 123 détruits

Bataille de Shanghai:


Quelques jours avant l’assaut terrestre, les bombardiers japonais prirent la direction de Shanghai pour y bombarder les défenses japonaises. L’appel aux civils lancé par les japonais provoqua d’important mouvement de panique dans la ville. Débordée, les concessions étrangères ne purent accueillir l’ensemble de la population chinoise. Une autre partie de la population tenta donc de fuirent vers le nord. Lorsque les bombardiers japonais entrèrent en action il restait encore de nombreux civiles dans la cité. L’intensité de l’attaque aérienne provoqua d’ailleurs une série d’incendie et d’accident. Plusieurs bombes tombèrent en effet sur les concessions anglaises mais aussi françaises. En tout 320 civils occidentaux sont morts ou blessés dans les raids aériens nippons. Cependant grâce à ces frappes les positions chinoises autour et dans la ville ont été grandement fragilisé. Suzhou une ville voisine de Shanghai est tombé presque sans combat tellement les positions chinoises avaient été pilonné. Les deux jours de sommation lancé par les japonais avait quand même permis aux chinois de grouper et de bien organisé leur défense de Shanghai. Ainsi quelques unités de renforts étaient déjà en route avant même que la bataille commence. Dans les campagnes au Sud de la ville les japonais progressèrent rapidement mais une fois dans les faubourgs les combats furent beaucoup plus féroces. Les défenseurs avaient en effet installé de nombreuses barricades pour ralentir la progression des assaillants. Plus les japonais approchèrent du centre-ville et plus les combats furent rudes. Chaque pièce de chaque bâtiment devait être nettoyée pour continuer à avancer. Une semaine après l’ultimatum japonais aux civils, les 60 000 hommes de la garde républicaine se joignirent au combat ce qui compliqué la tâche des japonais. Tandis que Shanghai résistait encore, les autres villes des alentours tombèrent les unes après les autres (Shaoxing, Ningbo, Zhoushan,…). Dans les rues de Shanghai, les cadavres s’entassaient tandis que le nombre de bâtiments encore debout diminuait à vue d’œil. Après deux semaines de combat le sud de la rivière Huangpu était définitivement sous contrôle japonais. Environ cinq jours plus tard les japonais contrôlaient l’ensemble de la ville derrière la rivière Yunzaobang. Les chinois ayant fait sauter la plus part des ponts, le franchissement des rivières fut transformer en un horrible calvaire. Par ailleurs, les nombreuses « boody traps » creusé par les défenseurs à l’extérieur ou dans la ville firent de nombreux blessés parmi les japonais. Il ne fallut pas moins d’une semaine supplémentaire pour définitivement chassé les derniers résistants chinois et sécuriser la ville qui comptait encore de nombreux tireurs embusqués. Après la chute de Shanghai, les nationalistes chinois se replièrent dans Nantong et Changzhou. Malheureusement les japonais les poursuivirent et deux autres batailles urbaines s’engagèrent. Celles-ci tournèrent cependant rapidement en faveur des japonais qui s’emparèrent des points stratégiques avant de forcer les chinois aux replis.

Pertes japonaises:
. 21 000 tués et 39 500 blessés
. 52 chars Type 95 Ha-Go détruits
. 7 Ki-46, 5 Ki-36 et 9 Ki-43 détruits
Pertes chinoises:
. 38 700 tués et 47 400 blessés

Bombardements stratégiques:


Un peu partout à travers le pays mais surtout dans le sud de la République chinoise les infrastructures stratégiques sont victime de bombardement à répétition. Les gares, les ponts et les voies ferrées sont les principales cibles des appareils japonais qui agissent dans une impunité quasi-totale. Si ces attaques désorganisent l’acheminement d’arme et de renfort vers le front, elles causent aussi de nombreuse perte civile notamment lorsqu’elle frappe des gares urbaines. Ainsi depuis les débuts des opérations de bombardement on estime que plus de 45 000 civils ont perdu la vie. A côté de ça seul une dizaine de bombardier japonais ont été abattu.

Guérilla en Mongolie Intérieure:


En Mongolie intérieure les forces Qing se charge de la lutte antiguérilla et de l’escorte des convois. Cependant leur manque de moyen militaire le permet difficilement de réussir une telle mission. Sans reconnaissance aérienne impossible de localiser les déplacements ennemis sans parler de l’hostilité de la population locale. De plus parmi la résistance les communistes ont pris une place importante et sont d’ailleurs plutôt bien équipé probablement grâce l’aide de la Mongolie voisine. Ainsi beaucoup de Mandchous qui ne connaissent pas bien la région sont victime d’embuscade et d’embuche de toute sorte. Les officiers sont les cibles prioritaires des résistants qui n’hésitent pas à les assassiner dès qu’ils s’isolent un minimum. Malgré les arrestations effectuées par les services secrets japonais, les guérilleros profitent toujours d’un terrain particulier qu’ils connaissent sur le bout des doigts. En tout cas la lutte à mort entre les « résistants/terroristes » et les troupes sino-mandchoues ne fait que commencer.

Pertes mandchoues:
. 3500 tués et 6200 blessés
Pertes chinoises:
. 1500 tués et 3200 blessés
. 20 000 civils tués dans les diverses formes de répressions

Carte:

Spoiler:


Rouge: territoires conquis par le Japon lors de son offensive.
Hachure Rouge: territoires actuellement disputé entre la Chine et le Japon.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Dhia Eddine Gam Aujourd'hui à 0:04






L’opération militaire visant la Chine, et plus précisément la libération des prisonniers allemands de Wuhan, est un fiasco.
En effet, alors que l’Allemagne croyait avoir une force de projection suffisante pour passer de l’Argentine au Japon, tout a été fait à la va-vite et les conséquences de cet empressement sont graves.
Les troupes, matériel et navires de transport/de combat sont bloqués au cap Horn et seul un pays d’Amérique peut aider le Troisième Reich. Exceptionnellement, l’Allemagne demande aux USA de ravitailler et nourrir ses troupes ou flottes. En échange, l’Allemagne s’engage à appliquer des contreparties à la lettre (comme ne pas intervenir en Chine aux dépens des prisonniers allemands de Wuhan et d’annuler la décision d’annuler la dette auprès des puissances occidentales).

Les troupes et autres rentreront au bercail, en Allemagne.

avatar
Dhia Eddine Gam
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 222
Date d'inscription : 09/04/2017
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Gosseau Aujourd'hui à 0:50

United States of America



Affaires étrangères

……….L’exaspération, c’est bien le mot qui résonne à la tête des pontes de l’administration républicaine. L’incompétence allemande amène à une crise humanitaire sans précédent. Washington accepte la demande d’aide de son homologue allemand en échange des contreparties déjà cités (mais nuancé en stipulant la reprise du remboursement de l’ensemble des dettes comprises celle de guerre donc, de l’Allemagne qu’elle doit aux puissances occidentales et un coup d’arrêt aux ingérences allemandes dans les affaires chinoises mais aussi américaines) en plus d’une prise en charge totale des frais de l’opération de sauvetage par l’Allemagne. La majeur partie de la flotte Atlantique de l’US Navy sera chargé de ravitailler puis d’escorter les navires de leurs homologues à proximité de leurs eaux territoriales.


avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3758
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Chine Nationaliste - Kuomintang

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum