[Guerre civile] Guerre civile tibétaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Guerre civile] Guerre civile tibétaine

Message par Vautour le Mar 30 Mai 2017 - 0:39

Modération :

Après la mort du 13ème Dalaï Lama une délégation chinoise a été envoyée pour transmettre les condoléances du Président de la République de Chine Lin Sen. Elle tâta aussi le terrain pour évaluer la degré d’hostilité quant à une annexion en règle du Tibet - au statut encore incertain à l’heure actuelle - après sa défaite dans la guerre sino-tibétaine et la perte de plusieurs de ses territoires en 1932. Devant le refus des autorités, le chef des armées Tchang Kaï-chek a alors décidé, en secret et sans en tenir informé le gouvernement central de la République, de soutenir les Pandatsang pour entamer une rébellion : contre Lhassa et la clique du Sichuan ceux-ci affaiblirent ainsi dans les premiers mois de l’année 1934 et un gouvernement quasi-ennemi, et un seigneur de guerre peu apprécié par Tchang (qui lui préfère son fils).
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1522
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Guerre civile tibétaine

Message par Vautour le Mar 30 Mai 2017 - 1:05

Modération :

Spoiler:


La situation avant la rébellion.

N’ayant pas eu à affronter des communistes en marche suite à leur écrasement par les forces nationalistes, Pandatsang Rapga a pu s’étendre davantage qu’espéré et la révolte des tribus du Khamba s’étendre au sein du Tibet indépendant et de certaines contrées contrôlées par Liu Wenhui, de la Clique des Sichuan. Pour autant les forces tibétaines, aidées de la Clique, ont sévèrement réprimé ces insurgés mal préparés et mal équipés, profitant aussi d’une situation géographique avantageuse puisque permettant une rapide prise en étau. Le mouvement reste toutefois populaire et a pris ses racines d’abord parmi les agriculteurs et travailleurs mécontents, rendant la vie difficile aux soldats s’insérant dans des zones où la population ne leur est plus favorable. Des moines se sont aussi joints à la lutte suite à l’appel de Pandatsang Rapga : peu nombreux et tardivement, leur soutien était dans tous les cas une brique de plus sur l’édifice qu’il souhaitait construire.

L’éloignement par l’autorité nationaliste chinoise de Tchank Kaï-chek en début d’année 1936 a forcé ce dernier à calmer ses initiatives non-mandatées, son soutien à la révolte compris, si bien que plusieurs conquêtes arrachées durant les deux années précédentes furent perdues dans le Kham, réduisant les ambitions du leader. Ainsi son objectif, s’il est avant tout de faire survivre son mouvement, n’est plus tant de prendre Lhassa et de prendre le plus de terres possibles, mais bien de solidifier les prises dans le Kham pour y fonder un État autonome. Il appelle évidemment les puissances voisines mais aussi les cliques locales à intervenir directement ou non.

Spoiler:


La situation en janvier 1937 :
Vert : Tibet
Orange : Conquêtes de la Rébellion Khamba
Jaune : Territoire revendiqué
Marron : Clique Sinchuan
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1522
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum