[Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Message par Aetius le Ven 19 Mai - 18:17

Opération "Sur la route d'Addis Abeba"

Nature de l'action : Invasion de l’Ethiopie
Contexte
Suite à la défaite d’Adoua, l’Italie profondément humiliée profite des récents accrochages aux frontières italo-éthiopiennes pour lancer une invasion de grande ampleur. Les objectifs de Rome sont doubles : satisfaire la propagande fasciste en « lavant » l’honneur d’Adoua et constituer un empire colonial italien capable d’aider l’autarcie de la Botte. La région a été lentement étudiée par les généraux italiens qui connaissent très bien le terrain, la mobilisation dure depuis quelques temps.

Effectifs, équipements, organisations :
Spoiler:
Forces terrestres :
15 divisions d’infanterie
5 divisions blindées :
Sur le front nord :
Division Ariete
Division Fiamme
Sur le front sud :
Division Centurio
Division Aetius
Division Scipion
Division Marcus-Aurelus
Les divisions blindées sont composées d’un bataillon de bersagliers, de plusieurs brigades blindées, de groupes d’artilleries motorisées et d’un peloton mixte du génie.
- 450 000 soldats dont 150 000 fantassins coloniaux mobilisés et 50 000 bersagliers
- 2 500 canons de campagne
- 1 500 carro veloce
- 180 carro veloce « lanciaflamme
Forces maritimes :
Flotte de la mer rouge mobilisée (logistique uniquement)
Forces aériennes :
- 51 SM-81
- 90 Sm-79
- 150 C-133
- 32 Macchi M-24
- 80 Junker Ju-52
Carte :
Spoiler:



Merci à Iska de pallier à mes maigres talents de graphiste  :erf: .

Invasion du Nord, commandée par le général Graziani
200 000 hommes dont 20 000 bersagliers
400 carro veloce
150 carro veloce « lanciaflamme »
1 200 canons

La colonne italienne qui pénètre l’Ethiopie par le nord est divisée en trois formations, disposées sur un front de 95 km25. Adoua, Enticho et Adigrat sont les premières cibles de ces trois formations. La formation Est commandée par Graziani lui-même  est composée de 3 divisions d’infanteries et d’une division blindée (celle qui comporte le plus de « lanciaflamme »). Cette formation devra se déporter sur Aksoum une fois Adoua prise. Les deux autres formations avanceront plus lentement.
L’avancée nord sera lente, le terrain escarpé est idéal pour défendre. Equipé de « lanciaflamme » et disposant d’une artillerie impressionnante, les Italiens savent que les positions retranchées éthiopiennes ne tiendront pas longtemps. Ils ont tout intérêt à fixer les troupes éthiopiennes si prêt de l’Erythrée.
L’avancée par le front nord sera donc prudente. En plus de bénéficier d’effectifs larges et d’un armement lourd, Graziani peut se targuer d’un soutien aérien considérable.
Les agents du SIM ont pour mission de tester de nouvelles techniques d’infiltration : des commandos coloniaux sont envoyés vêtus des uniformes ennemis pour infiltrer les lignes adverses. L’objectif c’est d’identifier les lignes de ravitaillement ennemi pour permettre aux sparvieros et aux C-133 de détruire les munitions éthiopiennes. Ils sèmeront ainsi la zizanie chez les rangs adverses.
L’Aviation italienne n’est pas utilisée comme un simple outil de bombardement, en effet l’idée de rendre les commandos prioritaires sur les demandes de bombardements est naît au sein du Bureau pour une aviation moderne présidé par Italo Balbo. Avant de bêtement utiliser l’aviation comme un outil de bombardement contre l’infanterie ennemie, Italo Balbo veut tester l’efficacité des bombardiers à détruire les casernes ennemies, les dépôts et les lignes de ravitaillement. Des cibles symboliques sont également étudiées à l’instar du siège du  Negusse Negest.
De Bono qui avance en formation serrée vers Enticho pourrait face à une trop grande résistance des armées de l’Abyssinie faire appel à l’utilisation du gaz moutarde. Toutefois, le staff militaire ne décidera de l’emploi qu’en cas de vent favorable et de manière marginale. Plusieurs tonnes de grenades à l’arsine pour l’artillerie et plusieurs tonnes de bombes à Ypérite sont également disponibles.
L’avancée italienne est suivie par l’envoie par le SIM de propositions d’alliances avec les gouverneurs militaires Ethiopiens. Par exemple le titre de Ras est proposé au gouverneur de Tigray, Haïlé Sélassié Gougsa, s’il passe du côté italien.

Invasion du Sud, commandée par le général Messe

100 000 homme
300 canons
1 100 carro veloce
30 carro veloce "lancia flamme"

Le général Messe était un riche habitué des salons huppés de Rome. Général noble et cynique : il l'avait bien la tête de l'emploi : boucles brunes clairsemées avec une raie tracée par un dieu, carnation sanguine, beau visage de patricien romain, bronzage en V de golfeur, regard bleu d'acier.
La décadence faîte homme, la classe à l’italienne.
Depuis son QG au Somaliland, il déclara « Terrain plus dégagé rime avec manœuvre plus rapide. ». En effet, l’invasion par la frontière sud se faisait sur un terrain où les manœuvres motorisées étaient plus simples. Ce qui explique le fait que Messe ait réussit à obtenir l’essentiel des forces blindées ainsi que nombreux camions pour constituer des divisions blindées indépendantes opérationnellement. Les divisions de carro veloce devraient miser sur la rapidité des engins. Equipés de mitrailleuses, les trois premières divisions blindées  « Scipion », « Centurio », « Marcus-Aurélus » taillader en pièce l’infanterie adverse, là où elles progresseront. L’invasion de l’Odagen par l’Italie devrait être également symbolisée par l’utilisation de la division blindée « Aetius » qui devra s’attaquer principalement à des cibles logistiques en profitant de la porosité des lignes éthiopiennes.

- Bilan -
Les troupes italiennes mènent un double assaut : rythme lent pour l’invasion du nord et rythme effréné pour le sud. Le Negusse negest peut encore sauver son trône, s’il accepte un protectorat italien. Dans le cas contraire, c’est Victor-Emmanuel II qui sera le nouvel empereur de l’Afrique de l’Est.
Le phénix italien renaîtra des cendres d'Adoua !
avatar
Aetius
Modérateur
Modérateur

Messages : 1729
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Message par Shikkoku le Mar 23 Mai - 9:50

Modération :

L'avancée italienne est très rapide face à une Ethiopie qui ne possède pas de moyens de s'opposer ni aux blindés, ni à l'aviation italienne, en forte présence. Les troupes royales d'Italie peuvent donc avancer soutenus par ces formidables forces modernes.


Si l'offensive se déroule pour l'instant de manière concluante, les Italiens doivent faire face à des soldats ennemis utilisant des balles dum-dum, causant d'énormes blessures en cas d'impact sur un soldat italien. Ces balles, interdites par de multiples conventions de guerre, effrayent les soldats de Victor-Emmanuel II.

Les Ethiopiens eux, ont reçu l'ordre de se retirer dans les montagnes autour d'Addis Abeba pour défendre le Négus et son gouvernement. Sa Majesté Hailé Selassié Ier a appelé la communauté internationale à dénoncer les actions italiennes.

Pertes italiennes :
2 300 tués
4 000 blessés
Perte mineure de matériel

Pertes éthiopiennes :
8 000 tués
11 000 blessés
4 500 civils tués
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Message par Aetius le Mar 23 Mai - 22:18

Opération "Sur la route d'Addis Abeba"

Nature de l'action : Invasion de l’Ethiopie

Contexte

Suite à la défaite d’Adoua, l’Italie profondément humiliée profite des récents accrochages aux frontières italo-éthiopiennes pour lancer une invasion de grande ampleur. Les objectifs de Rome sont doubles : satisfaire la propagande fasciste en « lavant » l’honneur d’Adoua et constituer un empire colonial italien capable d’aider l’autarcie de la Botte. La région a été lentement étudiée par les généraux italiens qui connaissent très bien le terrain, la mobilisation dure depuis quelques temps.

Effectifs, équipements, organisations :
Spoiler:
Forces terrestres :
15 divisions d’infanterie
5 légions blindées :
Sur le front nord :
Légion Ariete
Légion Fiamme
Sur le front sud :
Légion Centurio
Légion Aetius
Légion Scipion
Légion Marcus-Aurelus
Les Légions blindées sont composées d’une centuria de bersagliers, de plusieurs cohortes blindées, de groupes d’artilleries motorisées et d’un peloton mixte du génie.
- 450 000 soldats dont 150 000 fantassins coloniaux mobilisés et 50 000 bersagliers
- 2 500 canons de campagne
- 1 500 carro veloce
- 180 carro veloce « lanciaflamme
Forces maritimes :
Flotte de la mer rouge mobilisée (logistique uniquement)
Forces aériennes :
- 51 SM-81
- 90 Sm-79
- 150 C-133
- 32 Macchi M-24
- 80 Junker Ju-52

Carte :
Spoiler:



Merci à Iska de pallier à mes maigres talents de graphiste  :erf: .

Invasion du Nord, commandée par le général Graziani
200 000 hommes dont 20 000 bersagliers
400 carro veloce
150 carro veloce « lanciaflamme »
1 200 canons

Arrivée de nouvelles unités :

  • 2 000 parachutistes de la légion Folgore
  • Plusieurs milliers d'occupants dont des cohortes de cavaliers askaris


Dans un village éthiopien fraîchement conquis, le général Graziani fixait à l'horizon la nuée de poussière que laissait derrière elles les cohortes de cavaliers askaris lancées à vive allure. "Les occupants indigènes sont arrivés, monsieur on peut décoller !
- Parfait, donnez l'ordre aux avions de reconnaissance de décoller"
répliqua le général, heureux d'attendre cette bonne nouvelle. Il était en effet impatient de mettre en pratique la suite de son plan, qu'il jugeait moderne.
L'armée abyssinienne s'était repliée derrière des crêtes montagneuses, décidée à défendre le Negusse Negest. Les Italiens se préparent à sortir de leurs régions montagneuses pour passer à une autre région montagneuse. L'armée éthiopienne est nombreuse quantitativement, mais la qualité de cette armée est douteuse. Elle risque à tout moment de se désagréger face au caractère aléatoire de sa logistique. Bien décidée à renforcer la dynamique de cette situation, l'armée italienne devrait opérer à des parachutages. Les 2 000 hommes de la légion Folgore seront parachutées dans les zones les plus délaissées par les troupes éthiopiennes, elles pour ordre de déstabiliser le ravitaillement de l'armée principale. Avant que les SM-73 ne parachutent ces vaillantes troupes, des bombardements auront lieu. Les bombardiers couvriront les parachutistes et accroîtront la déstabilisation de l'armée éthiopienne. Une fois déstabilisée, l'armée éthiopienne subira une attaque de plein fouet de l'armée italienne. Graziani élabore un excellent plan. Ses divisions avanceront pendent la nuit en trois colonnes jusqu'à des positions reconnues sur la première ligne de créte (orientale) séparant les armées. Sur ces hauteurs elles formeront une solide ligne défensive orientée nord-sud. Et attendront que le Négusse Negest sorte de sa cachette et s'aventure sous les feus des canons italiens. Les troupes les plus lourdes sont placées au centre, tandis que les troupes légères (dont les bersagliers) devraient tenir les ailes. Une force de réserve importante est constituée, elle devra porter secours aux formations les plus en difficultés pour qu'elles puissent tenir la ligne.

Invasion du Sud, commandée par le général Messe

100 000 homme
300 canons
1 100 carro veloce
30 carro veloce "lancia flamme"

L'armée éthiopienne ayant désertée le terrain trop dégagé, l'armée italienne avance rapidement. Après avoir submergé l'Odagen, Messe fort de ses nombreuses légions blindées soumettra le reste des vallées abyssiniennes. Une fois les régions montagneuses atteintes, Messe devra réorganisa son armée. Plus aérée, elle devrait s'axer autours de l'artillerie, de lance-flamme et des bombardements la regia aeronautica.

- Bilan -

L'avancée spectaculaire de l'armée italienne sur les deux fronts de l'invasion permet à Messe et à Graziani d'envisager une "guerre éclair". Les armées éthiopiennes n'ont pas finit d'en baver, les Italiens continuent d'innover et de déploient leurs techniques de guerre modernes. Les zones conquises sont occupées par les 150 000 fantassins restés à l'arrière des combats.
avatar
Aetius
Modérateur
Modérateur

Messages : 1729
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Message par Vautour le Sam 27 Mai - 19:28

Modération :

Le reste du conflit est marqué par une complète déconfiture éthiopienne : les quelques tentatives d’offensives d’ Haïlé Sélassié Ier sont un désastre, les retraites se font sous le feu italien et sous leur gaz. Dressé est occupée en juin 1936, Addis-Abeba est capturée le 25 juillet d’où Haïlé Sélassié Ie a fui - pour se rendre d’abord dans le sud, ensuite à Djibouti -, marquant la victoire de l’Italie. Pour autant la victoire n’est pas un contrôle total du territoire non plus : Nekemte n’est prise qu’en septembre; Jimma, Goré, et tout le sud-ouest de l’Éthiopie sont encore libres, gardé par la noblesse impériale étant restée sur place tandis qu’une résistance dans les territoires occupés.

Pertes italiennes :
- Tués : 1100
- Blessés : 1900

Pertes éthiopiennes :
- Tués : 23 000
- Blessés : 32 000



Vert clair : conquêtes italiennes en Éthiopie
Violet : régions éthiopiennes
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1548
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Seconde guerre italo-éthiopienne - Opération "sur la route d'Addis Abeba"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum