[x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Jeu 18 Mai 2017 - 7:54



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Informations Générales


Capitale : Athènes.

Régime politique : Dictature avec des apparences monarchiques.

Premier ministre : Ioannis Metaxas.

Langue : Grec moderne.

Religion majoritaire et d'Etat : Christianisme Orthodoxe.

Population en 1936 : 7 086 200 personnes (+ 150 000 habitants entre 1936 et 1937)

Courte description du pays : La Grèce contemporaine, héritière de milliers d'années d'histoire, s'est libérée du joug ottoman entre 1821 et 1829. A ses débuts, le royaume des grecs a pataugé dans les difficultés administratives et économiques, héritage du système ottoman qui n'est gommé qu'au début du 20ème siècle. Trop petit, le territoire hellénique ne convenait pas à l'ambition démesurée de son peuple, qu'il soit à l'intérieur ou hors des frontières nationales, en territoire turc notamment. La réalisation du grand rêve nationaliste des grecs, la "Megali Idea", s'est formée, a prospérée puis s'est effondrée avec l'instabilité politique des pro-républicains face aux pro-monarchistes et la trahison finale des régimes alliés. Ainsi, l'ultime guerre gréco-turque s'achève par la victoire des turcs sur les armées grecques et la déportation ou le massacre de nombreuses populations hellénophones vivant en terre anatolienne. En crise, le régime politique hellénique décline et sur la base d'une économie instable se hisse peu à peu le KKE (parti communiste grec), désirant un changement social radical tandis que les nationalistes rêvent de reprendre ce qui fut perdu lors du traité de Lausanne. A la fin de l'année 1935, le ministre de la défense Ioannis Metaxas se proclame premier ministre et met fin aux gesticulations du parlement, ambitionnant de fonder une troisième civilisation hellénique. Le début du premier quinquennal grec en 1936 coïncide avec l'achèvement des tranches les plus aisées du plan de construction ferroviaire et une centralisation de l'administration hellénique.

Economie


Croissance économique : +4.3% (1937-1938)

Produit Intérieur Brut : 17'905'445'108 en dollars internationaux Geary-Khamis (01/01/1938).

Forces Armées


Effectif des forces armées :
Spoiler:
* Total : 140 000 militaires actifs.
* Total : 750 000 réservistes.

Armée de terre :
* 124 000 militaires actifs en temps de paix.
* 750 000 réservistes.

Marine nationale :
* 15 000 militaires actifs en temps de paix.

Armée de l'air :
* 1 000 militaires actifs.

Structure de l'armée hellénique en temps de paix :

Armée Hellénique - 1937:
Thème du Péloponnèse:
2 division d'infanterie
1 brigade d'infanterie de montagne

Crête:
1 division d'infanterie
1 brigade d'infanterie de montagne

Thème d'Hellade:
3 divisions d'infanterie

Thème de Grande Thessalie:
3 divisions d'infanterie
1 division de cavalerie
2 brigades de cavalerie dont une expérimentale (en voie de motorisation/mécanisation)

Epire:
3 divisions d'infanterie de montagne
1 brigade d'infanterie de montagne

Macédoine-Thrace:
2 divisions de montagne
6 divisions d'infanterie
3 brigades d'infanterie de montagne

Carte des Thèmes - 1937:

Forces navales et aériennes:
Marine nationale :
* Flotte Hellénique : Port militaire de Salamine

Armée de l'air :
* Déploiement trop limité pour être identifié

Équipement :
Spoiler:
Armée de terre :
Spoiler:
* Artillerie (sol-sol et antiaérienne) :
- M1906 65mm canon d'infanterie
- Schneider-Canet M1907 75mm
- Schneider-Danglis M1906/09 75mm canon de montagne
- M1919 75mm canon de montagne
- M1919 105mm canon de montagne
- M1917 155mm obusier
-

Marine nationale :
Spoiler:

* Sous-marins :
- 2 classe Katsonis
- 4 classe Protefs
* Croiseurs légers :
- 1 classe Elli
* Croiseurs-cuirassés :
- 1 classe Georgios Averof (Pisa)
* Cuirassés :
- 2 classe Mississippi

* Destroyers :
- 4 classes Freccia
- 4 classes Wild Beast
- 2 classes Niki
- 2 classes Thyella

Armée de l'air :
Spoiler:
* Chasseurs :
- Blackburn Velos : 12
* Entrainement :
- Morane-Saulnier MoS 137 : 16
- Morane-Saulnier MoS 147 : 20
- Morane-Saulnier MS-230 :
- Potez 25 : 24
- Avro Tutor : 80
* Bombardiers :
- Hwaker Horsley : 6
* Avions de reconnaissance :
- Avro 504 : 6

SOURCES


* Source - armée de terre (réduite pour les besoins de l'époque) : https://ww2-weapons.com/greek-armed-forces/
* Source - équipement de l'armée de terre : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_historical_equipment_of_the_Hellenic_Army#Artillery
* Source - armée de l'air (réduite pour coller aux commandes faites IG) : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_historic_aircraft_of_the_Hellenic_Air_Force
* Source - marine nationale (selon les dates) : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_decommissioned_ships_of_the_Hellenic_Navy
* Source - économie : http://socialdemocracy21stcentury.blogspot.fr/2013/07/the-great-depression-in-europe-real-gdp.html
……….



Dernière édition par Prishayev le Mar 6 Juin 2017 - 10:32, édité 15 fois
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par galx le Jeu 18 Mai 2017 - 9:18

Validé.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1699
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Ven 19 Mai 2017 - 11:35



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Coup du 9 décembre 1935




Ioánnis Metaxás / Ιωάννης Μεταξάς


Alors que le premier ministre Konstantinos Demertzis réalise une allocution devant le parlement hellénique, la tête de l'Etat se met à vaciller et succombe d'une crise cardiaque devant son auditoire. Mort le 4 novembre 1935, le premier ministre laisse une assemblée divisée. La dite assemblée, après quelques officiels jours de deuil mais aussi après de longues et officieuses tractations, ne peut établir un gouvernement, les députés des petits partis faisant obstacle à la victoire des libéraux. En conséquence, c'est auprès des hommes forts que se tournent la masse des politiciens de la droite conservatrice, préparant une nouvelle tentative de conquérir le pouvoir par la force. Le général Metaxás est approché par les monarchistes du parlement à la fin du mois, de même de nombreux membres de la droite conservatrice se tournent vers lui, mais c'est bien l'armée qui le propulse au pouvoir, de nombreux généraux apportant leur soutien au complot qui se trame dans les couloirs du palais athénien. Le soutien de l'armée obtenu, il passe à l'action lorsqu'éclate une grève des tabaculteurs du nord face à leur misère et à la richesse des propriétaires terriens de Thrace et de Macédoine. Devant une assemblée rassemblée pour ce jour décisif, il déclare sa dissolution et s'octroie les pleins pouvoirs. Le règne de Metaxás passe par la restauration du Roi Georges II qui reprend place en février 1936 en son palais, presque vide à cette heure. Symbolique, cet acte de restauration vise à fédérer définitivement autour de la personne de Metaxás les monarchistes.


Metaxasime



L'économie grecque tourne au ralentit depuis longtemps, la courte dynamique industrialiste de la décennie précédente s'est avérée être un feu de paille. L'inflation, autrefois galopante, est atone aujourd'hui. L'économie hellénique connait un creux dicté par le relèvement des taux de la banque centrale athénienne et par la fin de l'absorbions des malheureux ayant vécu l'exode suite à la "Grande Catastrophe". Sur le front de l'emploi, la fonctionnarisation massive de la population sur fond de clientélisme politique est un enjeu aussi bien politique qu'économique. Peu productif ce système est hérité du modèle ottoman, désuet et déjà peu productif en son temps. Le tissu industriel demeure faible, l'agriculture est la principale source de richesse de la patrie des grecs. C'est sur ce constat alarmant, celui d'une stagnation économique, d'une arriération de la société et d'une corruption galopante que le premier ministre Metaxás projette devant ses compagnons de route l'ambitieux plan du nom de son auteur. Il annonce à la radio et devant un parterre de gens de son camp l'importance de ce programme. En substance, il vise à la modernisation en cinq à dix ans de l'économie et son industrialisation à marche forcée, d'une réforme profonde de l'administration grecque, d'une reprise en main de la société toute entière sur la base d'une idéologie nouvelle, celle de la troisième civilisation hellénique (Metaxisme).

Cette idéologie, celle d'une nouvelle civilisation, reprend (contrairement à la réalité historique) un large emprunt au monde romain oriental et au christianisme orthodoxe ainsi qu'aux idées socialistes d'Europe de l'Ouest et aux idéaux nationalistes. Les grecs doivent (contrairement à la réalité historique) bâtir une civilisation connectée à la culture romaine orientale mais avec pour centre de gravité l'occident et avec lui l'ouverture renouvelée aux idées du temps. En l'occurrence, ces idées nouvelles émanent d'un contexte de crise. Economique tout d'abord avec la faillite du modèle d'avant le grand crash, politique avec la crise politique ayant précédé la montée en puissance de Metaxás, sociale avec les conséquences de la "Grande Catastrophe" et des deux crises précédemment évoqués. Le premier ministre veut relever la Grèce et la projeter vers un nouvel âge d'or à l'ombre des oliviers et des usines qu'il compte faire émerger.


La Réforme Metaxas



La propriété foncière et terrienne et l'essentiel de ses revenus imposables ne sont pas captés par l'Etat mais par des particuliers, enrichis et politisés, dotés de clientèles ils représentent le premier contre-pouvoir à l'action du premier ministre. En conséquence deux réformes voient le jour. La première n'est autre que la réforme agraire promise dans le long discours de Metaxás et enfin l'établissement d'un cadastre universel. Ces deux réformes devraient permettre de remodeler le paysage agricole et urbain grec et doter l'Etat des moyens nécessaires à une industrialisation saine du pays.

Produisant mal et commercialisant peu, l'économie agricole hellénique n'atteint pas son plein rendement, et de loin. En conséquence, le pré-requis au plan industriel majeur exige une réforme agraire. Cette dernière vise à la centralisation des terres cultivées par incitation, ces terres sont rachetées par l'Etat Athénien et vendu aux paysans les plus productifs, souvent les plus riches et les mieux implantés, des paysans moyens. La surface par exploitation doit passer de quelques hectares à plus de quinze. Le projet, devant faire passer la surface cultivée de 1.5 millions d'hectares à 3.5 millions d'hectares (soit 30% de la surface du territoire) la stratégie hellénique doit reposer sur la spécialisation et non l'autosuffisance alimentaire. Intégrée au marché mondial, l'économie grecque peut en tirer de conséquents bénéfices lorsque la reprise générale aura été amorcée. Les principaux produits visés par l'expansion des cultures excluent l'élevage, considéré comme fort lucratif mais au rapport consommation/production trop lourd pour le démarrage de l'économie. L'axe principal de développement vise le raisin et son vin, l'olive et son huile, les légumineux, maïs et agrumes. Le coton et le tabac étant traités à part dans des projets d'irrigation en Thrace et en Macédoine, la production de ces produits devant quadrupler en quelques années. Sur le plan de la pêche, les chantiers navals vont être sollicités pour fournir des navires au tonnage plus important afin de transformer au fur et à mesure la pêcherie hellénique d'une production très locale et limitée en une industrie performante. Enfin, la propriété foncière doit être imposée, l'Etat doit drainer chaque drachme disponible pour soutenir le développement de la Grèce. En conséquence, un cadastre est étudié et réalisé, il sera activé en 1937.


Premier Plan Quinquennal





Véritable pont entre l'ancien et le nouveau monde grec, ce premier plan pose les bases durables d'une économie plus autonome et à la croissance saine. L'Etat étant voué à piloter l'économie sans pour autant mettre un terme au marché. La croissance attendue et l'inflation qui la suivra vont permettre de décupler les moyens et engager à la fin du premier plan les préparatifs d'un second plan, plus ambitieux.

- Relancer la production nationale et stimuler les exportations est le leitmotiv du nouveau gouvernement. En fonction des besoins actuels, le taux directeur de la banque centrale est abaissé à 2.5%, soit un électrochoc pour le crédit grec. Metaxás compte sur une commercialisation compétitive des denrées alimentaires produites par le pays afin de financer sa politique d'industrialisation. La dépréciation de la monnaie est inévitable, avec elle la restauration de la compétitivité et paradoxalement de la monétarisation de l'économie agricole débutera. La mécanisation sera soutenue par des crédits aux agriculteurs afin d'acquérir des outils de production produits en Grèce, tracteurs et machines de toute sorte nécessaires à la culture et au transport des marchandises.
- Dans le même temps, le gouvernement fixe un salaire minimum, celui ci augmente clairement le salaire des travailleurs des champs et le place à égalité avec celui des ouvriers des villes. Le renchérissement du prix du travail dans les campagnes devrait en toute logique accroitre la productivité des exploitations par leur mécanisation et la diminution des effectifs paysans au profit d'un exode rural vers les villes.

- La construction d'un réseau de chemin de fer efficace doit permettre de désenclaver les régions et ainsi de les ouvrir économiquement. Pour ce faire, le Péloponnèse va être relié à Athènes via une ligne à double voies le long des côtes, empruntant Corinthe, Patras et Kalamata. Le Pirée est relié à Athènes par chemin de fer via quatre voies tandis que la ligne principale Lamia-Athènes est étendue jusqu'à Thessalonique. Une ligne secondaire à deux voies traverse la Thessalie et permet de relier Volos à Larisa et jusqu'à Ioannina. Enfin, une ultime voie secondaire doit relier la Thrace, d'Alexandroúpolis à Thessalonique. Cet ambitieux projet va mobiliser l'essentiel des moyens de l'Etat en matière d'investissement pendant cinq ans. L'Etat a pour stratégie de déléguer à des entreprises privés le soin de la construction des lignes, l'exploitation des lignes sera confiée à une seule entreprise, d'Etat. Le développement de l'industrie sera soutenu par l'acquisition d'acier grec de qualité produit via du charbon hellénique et du fer de préférence national. Un premier site de production d'aluminium visant la production annuelle de 240 000 tonnes d'aluminium et le double d'alumine verra le jour avant la fin du premier plan.

- Afin d'obtenir des devises étrangère, le gouvernement grec entame la prospection intense et l'exploitation importante du charbon et du fer de Macédoine, de la Bauxite et de l'argent et de l'or de Chalcidique. Cette politique va permettre de rendre à la Grèce son indépendance minière et permettre de placer les bases de l'industrie de transformation et manufacturière du pays. L'argent et l'or seront stockés et employés afin de restaurer à terme la monnaie du Phénix et de garantir le stock de monnaie fiduciaire produit. Promesse d'une réforme monétaire et d'une réévaluation, à terme, de la monnaie courante grecque.

Ministère de la Guerre


70 000 réservistes se voient mobilisés, préventivement, face à la Bulgarie. Renforçant ainsi les divisions de Macédoine et de Thrace. Le service militaire est temporairement étendu pour les conscrits de l'année 1935 et 1936 afin de prévenir toute incursion Bulgare en terre Hellénique.


……….



Dernière édition par Prishayev le Mar 23 Mai 2017 - 17:34, édité 1 fois
avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Mar 23 Mai 2017 - 12:04



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Système administratif



L'impôt Hellénique, affermé à des particuliers depuis l'indépendance, forme la base du système corrompu dont les ramifications atteignent Athènes avec pour épicentre l'ancien parlement. Le parlement dissout, les réseaux s'activent à servir le plus corrompu des gouvernants, des administrateurs, des juges ou des hommes chargés du Plan. Pour contrer la corruption un ambitieux projet nait en janvier 1936, ce projet vise la fin progressive de l'antique système d'imposition, au fur et à mesure des avancées du rail et du désenclavement des régions grecques. Il sera remplacé par la constitution de régions administratives centralisées et puissantes par leur budget de fonctionnement et d'investissement. Dans la région de l'Hellade (ancien Thème Romain Oriental) l'impôt est progressivement prélevé dans l'année 1936 par un service dédié n'ayant de compte à rendre qu'à l'administration centrale d'Athènes. Si l'Hellade a été choisie c'est parce qu'elle ne compte que peux de reliefs, se trouve mieux gérée puisque proche de la capitale et plus facilement adaptable aux exigences d'Athènes. Elle concentre également une bonne part de l'agriculture grecque. L'impôt payé, transféré en monnaie (et non plus en nature) au gouvernement central se retrouve redistribué aux régions et au Plan. Le premier Thème (Hellade) et le premier district (Attique) voit le jour dès 1936. Le recrutement des fonctionnaires en charge des services de prélèvement de l'impôt et des bureaucrates du Thème de l'Hellade et du District de l'Attique se fait au mérite, via une sélection dès la sortie des écoles par des hommes fiables adoubés par le gouvernement. Recrutés dans les écoles du pays, ces fonctionnaires, jeunes, n'auront aucune expérience mais une compétence bien réelle en matière de droit, fiscalité et administration. Les mairies du Thème de l'Hellade, plus ou moins corrompues, vont être diminuées en nombre en créant des communautés d'agglomérations, captant les impôts locaux en leur entièreté, faisant disparaitre la clientèle précédente et percevant deux gouverneurs par communauté, un élu et l'autre nommé, le consensus, obtenu de fait par Athènes et les deux gouverneurs du Thème, permet d'en sécuriser la situation politique et son administration du territoire. Lorsque sera achevé le chemin de fer du Péloponnèse et qu'il sera relié à Athènes, un système identique y sera appliqué, fin 1937.


Famille






Face au besoin de main d'œuvre dans les années à venir et face à la tendance qui consiste en une diminution de la natalité, il est important de relancer la machine sur le long terme. L'Etat Hellénique met donc en place un puissant mécanisme visant à doper la démographie de la Grèce. En premier lieu, une allocation familiale nait, elle est allouée pour moitié à l'homme du foyer et pour moitié à la femme en fonction du nombre d'enfants présents au sein de la famille. Les femmes seules en disposent dans son entièreté. Une allocation au logement dédiée aux familles complète cette politique incitative, universel ou presque ce programme nataliste ne s'applique pas à la Thrace. La rente pour deux enfants équivaut au salaire moyen pratiqué en Grèce et évidement l'allocation familiale augmente au même titre que l'allocation logement à partir du troisième enfant de façon conséquente. La hausse des allocations est indexée sur l'inflation et sur le salaire moyen dans ses différentes phases d'évolution. Ce puissant complément va peser lourd dans la balance de la natalité.


Standardisation et modernisation des forces armées



Première puissance balkanique, l'armée hellénique souffre de forces évidentes, mais aussi de faiblesses patentes. Dossier du premier ministre Metaxás lorsqu'il était ministre de la guerre, désormais en charge de l'ensemble du pays il peut enfin allouer des crédits à l'armée, par emprunt. Un budget d'acquisition est débloqué afin d'équiper l'armée d'armes légères plus robustes, contemporaines et adaptées aux conditions d'engagement possibles de l'armée hellénique sur des théâtres montagneux notamment. En outre, un soin particulier est accordé à l'aviation dont les bases doivent être renforcées. Enfin, l'artillerie et ses tubes doivent être peut à peut modernisés


Complexe militaro-industriel





Forte de plus de quatorze divisions et de nombreuses brigades, l'armée hellénique se gonfle d'avantage encore avec la création d'une brigade indépendante de cavalerie. Sa différence par rapport à l'unique division de cavalerie en service dans l'armée n'est autre que l'introduction de véhicules motorisés en grand nombre en sa formation. Ces derniers sortirons de l'usine numéro vingt-six, c'est à dire du premier complexe motorisé de Grèce. Véhicules utilitaires et motocyclettes prennent place en cette unité dont le but affiché n'est autre que l'expérimentation et le dépassement de la tranchée en vue d'atteindre des objectifs plus lointains. Un premier régiment mécanisé (fait de chars et de véhicules motorisés) va voir le jour en 1937.

L'industrie du premier plan pose ses bases au cours de l'année 1936 avec la création d'un proto-complexe (Numéro 26) capable de cracher 500 tracteurs ou véhicules mécanisés légers par an, 3 500 camions et automobiles par an et 7 000 motocyclettes par an. Dédiées à l'armée comme aux civils (afin d'en rentabiliser la construction), les productions de 1936-1941 visent à l'équipement parcellaire de la première division de cavalerie et à la totalité de la nouvelle brigade de cavalerie - mécanisée - indépendante. La recherche d'un châssis blindé universel, afin d'en limiter l'emprunte budgétaire et logistique, pousse à l'étude des Vickers 6 tonnes déjà disponibles à titre d'expérimentation depuis 1931. Un lot de six prototypes sera mis à disposition de l'armée en 1937 avec trois déclinaisons : un véhicule de transport blindé non armé dédié au transport matériel et humain (TP-6T), similaire aux productions d'époque en URSS ou en France ou dans bien d'autres pays. Un char 6T revisité afin de correspondre aux besoins de la géographie et de l'armée hellénique, notamment une meilleure motorisation, une boite de vitesse et une transmission renforcée ou nouvelle et un armement plus léger (probablement un canon automatique) ainsi qu'une nouvelle tourelle (M1-6T). Un canon automoteur (AM-6T) pouvant porter un feu de soutien à une distance où les canons à traction conventionnelle ne peuvent approcher, besoin indispensable au combat en montagne ou l'affrontement peut être aussi lointain que rapproché du fait des gorges et des vallées.


Au gouvernement Finlandais



Désireux d'acquérir des armements conçus par les ingénieurs finlandais, les militaires grecs préparent une commande, avec l'accord du premier ministre Metaxás et l'envoi d'une délégation militaire en Finlande. C'est en vue d'acquérir et de produire sous licence des armes légères que le gouvernement grec s'avance vers la Finlande, en effet les capacités de ce pays étant réduites en matière de production la production en Grèce s'avère une nécessité incontournable. Le Lahti L-35 attire particulièrement l'attention des sous-officiers, officiers et cavaliers grecs, ce pistolet réputé pourrait faire office d'arme de poing de service des forces armées helléniques. Pour un total de 15 000 pistolets produits en Finlande et un total de 25 000 pistolets produits en Grèce avec option sur 40 000 autres, la commande devrait être honorée avant la fin de l'année 1941. En outre, l'armée désire acquérir le Suomi KP-31 dans sa version calibrée en 9x19 pour un total de 20 000 pistolets mitrailleurs produits en Finlande et 40 000 en Grèce avec option sur 40 000 autres. En tout et pour tout, 40 000 pistolets et 60 000 pistolets mitrailleurs seraient produits, principalement pour le corps des officiers et surtout des unités de choc ayant besoin d'une puissance de feu importante pour assurer le nettoyage des tranchées adverses et assurer leur supériorité à courte portée.


Au gouvernement Tchécoslovaque



Votre dernière pièce d'artillerie, le Skoda de 75mm Modèle 1936, intéresse particulièrement les officiers et artilleurs de l'armée hellénique. Sa valeur sur les terrains montagneux est louée, sa facilité à être démonté, son poids en fait le meilleur compagnon qui soit de l'armée hellénique et de son troupier, finalement son cout permet à l'armée du Roi de se porter acquéreuse pour nombre élevé de pièces. Puisque vos capacité de production sont limitées, le gouvernement du Roi passe commande pour 300 pièces fabriquées et assemblées en République Tchèque et 900 pièces fabriquées et assemblées (sous licence) en Grèce, livrées graduellement entre 1936 et 1941.


Appel d'offre au monde



Le gouvernement hellénique exprime son besoin : 24 appareils d'entrainement sont souhaités. Point essentiel, l'avion doit être monoplan, éliminant ainsi les profus mais si limités biplans déjà à la disposition de l'armée hellénique. Numérotés de 1 à 24, ces appareils formeront deux escadrilles d'entrainement rattachées à un régiment de formation structuré et organisé comme tel.


……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Mer 24 Mai 2017 - 10:23



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère de la Guerre - Marine




Classe Amiral Hipper


Décidé à accroitre la demande nationale d'acier, le gouvernement grec lance un appel d'offre à l'adresse de l'Allemagne et de l'Italie. Il désire, sur cinq ans, produire trois croiseurs lourds, des navires qui feront la fierté de la Grèce mais aussi le bonheur des équipementiers et métallurgistes grecs. La classe Amiral Hipper (Allemagne) s'avère particulièrement intéressante, cette classe alliant vitesse, puissance de feu et de remarquables innovations techniques. Des négociations directes et de fond sont souhaitées avec l'ambassadeur allemand en Grèce. La production des équipements vitaux moins les canons pourrait être assurée en Allemagne, le reste, le plus lourd, serait construit en série en Grèce. La production du Ar-196 (avion de reconnaissance embarqué) pourrait être assurée par la Grèce à raison de 18 exemplaires ou commandés en Allemagne. La classe Zara d'Italie est également fort intéressante, pouvant prendre la place de la classe allemande.


Ministère des Affaires Etrangères - URSS




Relations greco-soviétiques


Au début du mois de février de l'année 1936, le nouveau gouvernement grec se trouve dans une situation périlleuse. Difficile en effet de mener à bien les premières étapes du Plan sans aide extérieure, difficile de réaliser les objectifs fixés sans expertise technique et transfert technologique, difficile de prévoir les rentrées fiscales si les exportations et leurs débouchés demeurent floues. C'est dans cette situation que Metaxás réalise un tour de force auprès de ses collèges en évoquant la possibilité de se tourner, contre toute attente et face revirement de l'antique alliance des nations civilisées au profit de la Turquie depuis une décennie, vers l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques afin de pourvoir aux besoins inédits de la Grèce. L'ambassadeur soviétique à Athènes, approché par le ministre des affaires extérieures de la Grèce, peut ainsi transmettre à Moscou l'offre hellénique.

En premier lieu, Athènes offre son concours à l'approvisionnement des magasins soviétiques qui, bien que certainement remplis de bien des denrées, doivent manquer des produits grecs traditionnellement importés par l'antique régime impérial russe. Le coton, le tabac, les agrumes, les raisins et leurs vins, l'olive ainsi que son huile et le maïs composent la grande majorité de la production agricole grecque. Les quantités actuellement exportables peineraient à contenter la demande soviétique si cette dernière dépasse celle de l'Empire, c'est pourquoi le pouvoir grec offre ses services pour assister le développement de la production d'agrumes et de raisins en RSS de Géorgie, d'Azerbaïdjan et d'Arménie ainsi qu'en RSSA de Crimée. Des milliers de plants seraient importés de Grèce et le personnel des champs instruit à une culture optimale des dits plants. Progressivement l'URSS parviendrait à constituer une production nationale digne de ce nom.

D'un autre côté, l'Etat Hellénique a un besoin criant de machines outils et de compétences techniques afin de développer l'extraction minière et l'industrie lourde, manufacturière et la construction navale. L'Etat grec a besoin de savoirs et de machines afin de démarrer de puissants complexes de tracteurs et d'automobiles et de véhicules utilitaires afin de mécaniser rapidement l'agriculture grecque et d'assurer sa logistique. De même que le transport ferroviaire, déficient en terre hellénique, nécessite des aides et des ingénieurs pour s'allonger et accroitre le volume de fret transporté. La construction navale a un besoin urgent d'investissement, d'expansion et de modernisation.

L'aide soviétique permettrait de développer les exportations et la spécialisation de l'agriculture hellénique vers ses meilleures productions. Tourné vers l'URSS le commerce de denrées alimentaires permettrait d'améliorer la situation alimentaire de l'Union, offrir des débouchés aux usines soviétiques qui capteraient des devises étrangères via l'acquisition à crédit de machines outils, de capter la production de nombreux gisements de Bauxite à destination de l'industrie aéronautique soviétique, de bâtir un partenariat durable et d'améliorer singulièrement les relation soviéto-helléniques. Cet accord, à terme bénéficiera équitablement aux deux Etats, recréant un lien économique fort en bien des domaines.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Ven 26 Mai 2017 - 9:47



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère au Plan






Ioannis Metaxas, premier ministre du Royaume de Grèce.


Devant les photographes et reporters, le premier ministre scelle les dix premiers mètres de voie ferrée de la ligne devant pénétrer et drainer l'Hellade, de l'Attique à la Thessalie un nouvel âge d'or s'annonce. La construction du réseau hellénique est le projet phare du gouvernement Metaxás, prioritaire il prime sur toutes les réalisations, ou presque. Si un projet grec égale le projet de chemin de fer hellénique il s'agit de la Basilique de la Nativité et du Plan d'urbanisme d'Athènes. Localisée dans la capitale, cette réalisation a pour mandat le dépassement de toutes les réalisations architecturales et religieuses du monde. Financée par des donations privées, par l'Eglise et l'Etat et réalisée en vingt ans, elle doit compter 20 000 places, mesurer 86 mètres de hauteur, disposer du plus beau marbre de Grèce, des mosaïques les plus fascinantes et d'un dôme recouvert de feuilles d'or. Faite à l'image de Sainte-Sophie, elle doit la dépasser et symboliser d'ici deux générations l'avènement de la troisième civilisation hellénique. Intégrée au projet d'urbanisme d'Athènes, la ville se découvre un nouveau visage. 10 000 immeubles de six à huit logements, d'un style architectural néo-classique, émergeront en cinq ans. Les chemins seront pavés, les ruelles interdites à la circulation automobile, les voies principales émergeront et seront recouvertes de bitume et dotés d'un réseau de tramways. Le district d'Attique est dès à présent doté d'un budget dédié au développement du Port du Pirée, la région et le pays doivent s'ouvrir au commerce international et développer la construction navale afin d'alimenter le transport via le canal de Suez.



A la sortie des mines Macédoniennes, 1936.


D'un point de vue industriel, l'extraction minière en Macédoine et surtout en Hellade est relancée vigoureusement. L'extraction de fer doit passer de 200 000 tonnes par an à 400 000 tonnes par an à la fin du premier plan, en 1941. L'extraction de Bauxite doit passer de moins de 200 000 tonnes par an à 800 000 tonnes par an en 1941. La transformation du fer grec (à haute teneur de surcroit) doit passer de presque rien à 200 000 tonnes d'acier produit chaque année et la Bauxite grecque doit être convertie en aluminium et alumine et atteindre 600 000 tonnes par an dont un tiers, d'aluminium en barre. De nouvelles mines d'or sont découvertes en Chalcidique, les quantités productibles s'estiment à dix-huit tonnes raffinées par an en 1941. Frappé, cet or permettra de soutenir le second plan quinquennal et la politique monétaire hellénique.

Le phénix d'or et le phénix d'argent commencent à être lentement frappés. Ces monnaies n'entreront néanmoins pas en circulation avant la fin du second plan quinquennal, le remplacement du Drachme étant prématuré et le retour à l'étalon-or également.


Ministère de la Guerre




Troupe de conscrits grecs en marche, en plein printemps boueux, 1936.


Face aux dangers du monde et conformément à ses intentions, la grande armée hellénique, la plus expérimentée des Balkans avec celle de la Yougoslavie, entreprend une réforme de fond. Aussi bien doctrinale que matérielle. L'esprit néo-Napoléonien de l'offensive à tout prix retrouve ses marques de noblesses avec la mécanisation progressive des armées européennes. Nul n'est dupe, l'armée hellénique s'est reposée trop longtemps sur une infanterie mal préparée, il est temps de retrouver l'esprit de l'hoplite antique et médiéval, défendant son foyer et la patrie toute entière contre les hordes barbares. D'Alexandre et son père Philippe II à Constantin XI la Grèce a brillée sur les champs de bataille, en infériorité numérique écrasante face aux hordes barbares elle a su insuffler au monde des ténèbres la civilisation et jusqu'à son dernier soupir n'a jamais pensé à autre chose qu'à son message prophétique et apostolique, chrétien et donc universaliste. Cet idéal, vanté avec verve à la radio par Ioannis Metaxás le 17 mars 1936 a déclenché des manifestations patriotiques dans tout le pays, notamment à Athènes, Larissa et Thessalonique. L'armée n'a pas été oubliée, elle peut compter sur un premier ministre attaché à la grandeur de la Grèce et de ses armes. En ce sens, le service de conscription est réformé. La conscription par la propriété (celui qui possède combat) est abandonnée au profit d'un système centralisé et bureaucratique, brassant large et plus conforme aux exigences d'un Etat contemporain. Les exemptions ne sont distribuées qu'à condition qu'un des médecins militaires d'Athènes valide les demandes chaque année du début à la fin de l'âge de service militaire (de 18 à 48 ans), éliminant par cette surveillance les lâches et récalcitrants au service des armes. Le jeune grec est versé dans les rangs de l'armée à partir de 18 ans, l'engagement est possible dans les cadets dès 16 ans. Aucun grade n'est atteignable sans avoir servit comme conscrit, cadet ou engagé volontaire pour une durée de 30 mois, le service peut être prolongé avec l'accord du conscrit vers un contrat de six mois ou de cinq ans et six mois. Enfin, après le service, la réserve mobilise les anciens conscrits et volontaires deux mois durant pendant l'année et pendant cinq à dix ans supplémentaires. Le service dans la réserve permet de maintenir un niveau acceptable des conscrits et faciliter la levée le jour venu. Le service militaire et lui seul octroie à partir de 1936 le droit de vote, les femmes servant dans les services de l'armée disposent automatiquement du droit de vote. Les services féminins dans les forces auxiliaires sont fortement encouragés, en médecine notamment.

Passant progressivement, en trois ans, de 14 divisions à 18 divisions (donc de 84 000 à 108 000 personnels endivisionnés, soit 6 000 personnels par division en temps de paix au lieu de 12 000 en temps de guerre) et de quatre brigades à huit (donc de 6 000 à 16 000 personnels embrigadés, soit 2 000 personnels par division en temps de paix au lieu de 6 000 en temps de guerre), l'armée de terre hellénique s'élève à 124 000 personnels en temps de paix au lieu de 90 000 personnels les années précédentes. Le total des réservistes s'accroit, passant de 500 000 à 700 000 en trois ans. Le matériel nécessaire, à savoir des armes légères, des armes lourdes et de soutien, des uniformes et les structures (casernes) seront prises sur la réserve de la première guerre mondiale jusqu'à l'acquisition de matériels plus contemporains. Un appel d'offre pour un fusil à répétition manuelle est lancé.

Ministère de la Fonction Publique



Le fonctionnaire ne doit plus être cet être ventripotent, vivant sur le dos des travailleurs grecs. Il doit incarner l'élite de la société, un modèle de servitude et de loyauté envers l'Etat. Pour ce faire, pour diminuer la fonctionnarisation de la société et renforcer l'efficacité de l'administration, des plafonds de fonctionnaires sont fixés aux élus locaux, le recrutement et la paye de ces derniers se réalise à l'échelle du Thème (Hellade) ou par l'Etat central. Le parachutage est privilégié aux liens locaux, l'Epirote servira en Thrace ou en Attique, pas en Epire. Une campagne de recrutement à la sortie des universités est lancée, visant à combler les manques humains dans l'administration centrale et renouveler l'administration et réduire son âge moyen de dix à quinze ans. La rémunération moyenne des fonctionnaires n'ayant pas été remerciés est majorée de 7.5% par rapport à la rémunération ayant eu cours en 1936. En l'espace de deux ans, le nombre de fonctionnaires doit avoir diminué de 1/5 et dans cinq avoir diminué de moitié. Cette saignée, progressive, est nécessaire à la santé des finances publiques qui couvrent les dépenses pharamineuses des élus vis à vis de leurs clients fonctionnarisés.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Ven 26 Mai 2017 - 19:16



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère de l'Agriculture




Culture du coton, Thrace.


Développer la production agricole est l'enjeu majeur du premier Plan et de la réforme agraire de Metaxás. Réunir des parcelles morcelées, mécaniser les cultures et permettre l'exportation vers les pays déficitaires de denrées alimentaires afin d'obtenir des devises étrangères est un enjeu de taille. La Macédoine et la Thrace produisent 55 000 tonnes de tabac en 1930, un programme d'irrigation digne de ce nom doit permettre le développement de la production au dessus des 85 000 tonnes et ainsi poursuivre la production de matière première à haute valeur ajoutée au détriment de la production de céréales. La production de coton, estimée à moins de 100 000 tonnes, doit augmenter jusqu'à atteindre 250 000 tonnes grâce à l'espace gagné sur le forêts, les cultures de moindre valeur et via des projets d'irrigation, voir jusqu'à 350 000 en 1946 à l'achèvement du second plan quinquennal. Le blé de toutes les provinces du nord, sauf celui de Thessalie, est victime de ce plan. La production pourrait diminuer du tiers en cinq ans, augmentant la dépendance au marché mondial de la Grèce mais améliorant considérablement le niveau de vie des exploitants et de leurs travailleurs. Pour éviter la pression sur les ressources en eau, le gouvernement planifie la consommation d'eau maximale et envoi des agents sonder les sols, inspecter les cultures et déterminer qui surconsomme et comment résoudre ces problèmes. Sans parler d'écologisme, la planification partielle de l'agriculture aura pour mandat d'assurer la pérennité de la production et une unité des compagnies d'extraction et de distribution d'eau au travers d'une entreprise d'Etat qui en prend le contrôle progressif lors du premier Plan. La mécanisation via l'octroie de crédits à l'achat de machines agricoles motorisées du complexe 26 (Thessalonique) doit permettre de diminuer la masse laborieuse nécessaire à la production et engager l'exode rural tant attendu. Les ambitions affichées du gouvernement en matière de production permettent d'espérer un triplement (au minimum) de la valeur des productions agricoles en quelques années, un quintuplement et bien au delà dans les années à venir.


Ministère de l'Industrie



L'antique production de soie et de coton est révolue, l'industrialisation pousse en avant le secteur du textile et le gouvernement recourt à d'importants emprunts afin de relancer le secteur. Obsolète par ses méthodes et désuet par ses réseaux de distributions, il est intégralement à rénover. La production de soie va être décuplée, la Thrace étant historiquement productrice de cette richesse, c'est là bas que le Plan engage des financements afin de faire émerger de nouvelles industries et remplacer les antiques manufactures des juifs par des complexes éliminant les couts de production au profit de produits de qualité et dans des volumes permettant une grande rentabilité de l'investissement. Le coton, traité dans la même région ainsi qu'au Péloponnèse et en Macédoine, devient une industrie, le fil est traité, teint et tissé à Thessalonique. Le port est agrandis lors du premier Plan afin de répondre aux besoins d'un stockage et d'un commerce intense avec l'Europe de l'Ouest en déclin face aux productions asiatiques. Plus de quantités, plus de machines, moins d'hommes, plus de devises, telle est la maxime du Plan.


Ministère de l'Enseignement



Subtilisé par l'Etat aux religieux au 19ème siècle, l'enseignement est partiellement réformé afin d'assurer le développement de générations instruites et très capables en matière agricole et industrielle. L'université des métiers industriels de Thessalonique, d'un style architectural néo-classique et brassant 4 500 élèves s'élève au cours du premier Plan et sera achevé en 1941 au plus tard. Les enseignants sont tirés du monde entiers et l'enseignement se fait généralement en Français, Allemand ou Anglais. La compatibilité linguistique est assurée par des traducteurs et un effort de formation obligatoire aux langues étrangères, l'Anglais, l'Allemand et le Français étant les trois langues enseignées avant et à l'université en plus du Grec. Les cours religieux sont obligatoires et prennent 4 heures de cours supplémentaires en plus des deux heures déjà en vigueur, le retour des religieux dans les classes masque une volonté progressive de cadrer la jeunesse via un corpus de valeurs transmises par l'Eglise, l'Etat et l'EON (Organisation Nationale de la Jeunesse) dont la tendance nationaliste s'affirme au fil du temps et qui devient quasi obligatoire pour tous les jeunes et jusqu'au service militaire ou l'entrée dans les cadets (eux même relais à la formation d'officiers nouveaux et moulés selon l'idéal de Metaxás).



E.O.N


Ministère des Affaires Etrangères - Royaume de Grèce / Etats-Unis d'Amérique




Usine du DC-3.


Le gouvernement grec et le Roi accueillent l'offre Etats-unienne avec entrain. La commande serait portée à 36 machines de ce type, toutes produites aux Etats-Unis. Le contrat comprendrait l'ouverture d'une usine aéronautique et d'une école de formation d'ingénieurs, techniciens et ouvriers en aéronautique à Thessalonique. D'une capacité de production de 20 machines par mois, l'usine produirait des appareils sous licence venus des Etats-Unis et d'ailleurs selon les commandes. La production sous licence du DC-3 est dans ce cas souhaitée.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Dim 28 Mai 2017 - 16:17



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère des Affaires Etrangères



Etats-Unis d'Amérique / Royaume de Grèce




Le gouvernement grec ratifie l'accord proposé par les Etats-Unis d'Amérique.


Royaume-Uni / Royaume de Grèce




Le ministère des affaires étrangères propose au Royaume-Uni un traité de libre échange portant sur les productions agricoles. Ce traité une fois ratifié ouvrirait le bal des échanges entre les deux pays comme jadis au siècle précédent. L'agriculture britannique s'est spécialisée comme l'agriculture hellénique se spéciale aujourd'hui. Les productions des deux pays ne se font pas compétition mais se complètent. La réexportation de céréales Canadiens fait partie de cet accord.


Ministère au Plan




Rayan ST


L'industrie aéronautique, inexistante en Grèce avant la seconde moitié des années trente, se développe progressivement. La filière remonte des mines de Bauxite d'Hellade jusqu'aux ateliers d'assemblage d'Athènes (Usine 34 - vendue clef en main par les Etats-Unis d'Amérique) en passant par les puissantes unités de transformation et les presses dédiées à la fabrication de l'aluminium en barre et de pièces dédiées à l'assemblage et aux remplacements. Cet effort de financement est assuré par l'emprunt, encore une fois, à la banque de Grèce. L'inflation qui en résulte, importante, est la contre partie au financement autonome du Plan. Ces conséquences provoquent une hausse rapide des prix et une baisse tendancielle du Drachme continuant ainsi à valoriser les exportations helléniques sur le marché mondial.

Les constructeurs automobiles sont sollicités afin d'installer une capacité de production (Grecque) en Grèce de l'ordre de 40 000 véhicules par an dont 10 000 véhicules utilitaires et afin de vendre au gouvernement les licences. D'Opel à Ford, tous les constructeurs sont bienvenue.


Ministère de la Guerre



La réforme de la conscription voulue depuis si longtemps par les militaires se met en marche, annonçant le début de la reconstruction de l'armée hellénique. Mais en matière d'infrastructures militaires le territoires ne compte que peu de casernes dignes d'être habitées et encore moins d'aérodromes susceptibles de permettre l'emploi d'une flotte aérienne contemporaine. Enfin la proto-motorisation débutée par les armées européenne n'a pas été suivie dans les Balkans, provoquant un retard évident en matière logistique.

Pour résoudre à moindre cout ces problèmes, Le ministre de la guerre, Alexandros Koryzis, donne des directives très claires en la matière : le soldat grec est une mule, il peut tout faire ! Les infrastructures manquantes ou insalubres vont être remises en état par génie et le troupier hellénique, chaque division aura ses complexes de casernement, à chaque régiment de bâtir et de payer par son labeur et par une partie de sa solde le cadre de vie qu'ils doit avoir. Les aérodromes militaires se développent, passant de l'usage de pistes privés à de véritables pistes d'entrainement. Une base se situe à Larissa, une autre à Tanagra en Attique et une dernière à Thessalonique. Trois escadrilles d'entrainement équipées d'avions monoplans constitués de métal vont voir le jour et sur ces bases 36 machines vont remplacer les biplans d'entrainement, dangereux et désuets, qui servent dans les rangs de la flotte aérienne.

Les rares moyens allouables sont dirigés vers la motorisation partielle des unités de cavalerie, désormais estimées à une division et trois brigades et surtout à la motorisation du parc logistique. Si des camions de la première guerre mondiale sont produits par l'usine 26, principalement à destination du domaine civil, ce n'est pas suffisant, le complexe est voué à se spécialiser dans les tracteurs et à évoluer.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Mar 30 Mai 2017 - 11:02



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère à la Fonction Publique




"Mes frères et soeurs, l'heure est venue de restaurer notre antique splendeur administrative ! Réputée pour la valeur de ses hommes, son large éventail de compétences et pour son efficacité à drainer les richesses de l'Empire, l'administration des Romains doit être une source d'inspiration pour tous ceux qui se réclament des héros de notre glorieux passé et qui désirent aller de l'avant. Sur les traces de ces gens ayant fusionné avec notre antique civilisation, nous venons d'achever la ligne de chemin de fer Lamia-Larissa et avec elle c'est les portes de la restauration administrative et politique de notre Patrie qui s'ouvrent à nous ! Alors ne relâchez pas vos efforts, frères et sœurs, la troisième civilisation que nous bâtissons durera des milliers d'années et sa grandeur ne sera dépassée que par la seule excellence d'une civilisation hellénique vivant son apothéose ! Que Christ tout Puissant bénisse le Roi et notre peuple !" - Ioannis Metaxás, 2 février 1937, discours radiodiffusé.

Mieux administrer et imposer tout ce qui peut l'être fut l'obsession des Empereurs d'Orient, de Constantin I à Constantin XI. La richesse existe et les magnats aussi, certains offrent de l'argent au gouvernement grec pour l'aider à subsister, l'évergétisme existe encore, preuve que la Grèce n'est pas dépourvue de ressources. Ce qui pose problème à Athènes c'est l'absence de lien entre la capitale et les régions profondes, l'Epire profonde étant encore un réduit coupé du monde. L'année dernière l'effort s'est concentré sur l'Attique et l'Hellade, en l'année 1937 deux nouveaux territoires deviennent partie prenante du régime administratif thématique. Le Péloponnèse s'ouvre au commerce international via la construction du chemin de fer sur son territoire, entourant les terres intérieures d'un territoire essentiellement agricole. Le Thème prend pour capitale Corinthe, l'administration y est concentrée et avec elle les efforts commerciaux et industriels du Thème. Le seconde Thème à ouvrir ses bureaux n'est autre que le Thème de Grande Thessalie, il englobe des territoires montagneux à l'Ouest ainsi que d'immenses plaines à l'Est. Les administrateurs Athéniens y débarquent au milieu du printemps et établissent progressivement la réforme agraire de Metaxás, achevant la centralisation des terres autour de quelques grandes propriétés, accordant des subventions à la mécanisation. Les gouverneurs des trois Thèmes et du District d'Attique disposent désormais d'un troisième personnage par zone de gouvernance, il s'agit d'un Stratège nommé par Athènes, tous les trois ans. Le Stratège administre le système de conscription et a pour mandat de veiller à la bonne tenue des troupes, à leur approvisionnement et à leur moral. Il est le commandant régional de l'armée en temps de paix et en temps de guerre avec le grade de général de corps. Pour en revenir aux Thèmes, un Pont va relier Patras à Naupacte, débutant l'ouverture de l'Epire à Athènes par voie terrestre. La nouvelle ligne de chemin de fer devra atteindre Ioannina en 1940. A la même date deux nouveaux Thèmes seront crées, le Thème d'Epire et Céphalonie ainsi que le Thème de Macédoine. Le Thème d'Egée, comprenant les Iles, Naxos et la Crête va connaitre un développement parallèle et avant tout basé sur les infrastructures portuaires.


Ministère de la Guerre



Structure de l'armée hellénique en temps de paix :

Armée Hellénique - 1937:
Thème du Péloponnèse:
2 division d'infanterie
1 brigade d'infanterie de montagne

Crête:
1 division d'infanterie
1 brigade d'infanterie de montagne

Thème d'Hellade:
3 divisions d'infanterie

Thème de Grande Thessalie:
3 divisions d'infanterie
1 division de cavalerie
2 brigades de cavalerie dont une expérimentale (en voie de motorisation/mécanisation)

Epire:
3 divisions d'infanterie de montagne
1 brigade d'infanterie de montagne

Macédoine-Thrace:
2 divisions de montagne
6 divisions d'infanterie
3 brigades d'infanterie de montagne

Carte des Thèmes - 1937:

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Mer 31 Mai 2017 - 9:40



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère de la Guerre et Ministère de la Santé




Ioannis Metaxas.


En ce 6 avril et de beau matin, à Athènes, les jeunes de l'EON (Organisation Nationale de la Jeunesse) se présentent devant le Palais royal et entonnent des chants nationalistes. La fièvre monte et se joignent à eux de nombreux citadins, attendant pendant près d'une heure, les yeux rivés sur le balcon du monarque. Les journaux viennent d'être distribués et tout le monde a dans les têtes ce qui se trame dans celle du premier ministre. Pendant ce temps afflue les véhicules amenant de toute la province d'Hellade des jeunes et leurs organisateurs, la place du Palais Royal se gonfle de minutes en minutes. Rangés en rangs serrés, les jeunes finissent par applaudir à tout rompre lorsque le Roi et le premier ministre apparaissent au balcon.

Après les acclamations, viennent les paroles. Tour à tour le Roi et le premier ministre s'expriment sur la situation, celle-ci semble clair, limpide même. Le gouvernement des grecs, conscient de la faiblesse démographique de sa nation, engage une nouvelle réforme de fond visant à relever la natalité sur la durée et muscler l'armée de contingents nouveaux. En l'occurrence, la réforme dite "Koryzis" (du nom du ministre de la guerre ayant rédigé la réforme) vise ni plus ni moins qu'à doubler le volume des aides octroyées aux familles, à développer les centres hospitaliers et les maternités et, point d'orge et de friction de la réforme : former une jeunesse féminine d'avantage investie dans la défense nationale avec comme principal mandat les postes auxiliaires de l'armée c'est à dire les services arrières non combattants. Le service militaire réformé fait des auxiliaires féminines une partie intégrante de l'armée et de la levée, obligatoire le service féminin ne s'adresse qu'aux femmes de 18 à 38 ans n'ayant pas d'enfants ou n'étant pas enceintes. Pour 24 mois chaque femme ciblée par la levée devra servir l'armée, le service peut-être accru de 6 mois. Comprenant une formation initiale de 12 à 18 mois, le service forme une main d'œuvre non qualifiée à des travaux médicaux, mécaniques ou éducatifs, tous demandés dans le domaine civil. La levée ne s'adresse finalement qu'à 22 000 jeunes femmes tandis la levée de l'année 1937 affiche l'essentiel de la classe d'âge masculine concernée. Probablement stable dans les années à venir, cette levée ne militarise pas les femmes comme plus tard en Israël mais les fait contribuer au service de la nation, leur octroie le droit de vote et mieux encore libère des effectifs masculins pour les rangs des combattants, comme en Finlande. Portant à 21 divisions (soit trois de plus) et 12 brigades l'effectif de l'armée, cette réforme porte à 126 000 personnels endivisionnés et 24 000 personnels embrigadés soit 150 000 personnels dans les rangs de l'armée en temps de paix. Les jeunes filles de l'EON sont les premières à se porter volontaires pour le service féminin, enivrées par un nationalisme inspiré par l'organisation.

Du point de vue des aides et des infrastructures médicales, le gouvernement augmente de moitié des aides dédiés aux familles, permettant de faire vivre fort confortablement une famille ou une femme seule disposant de plus quatre enfants ou plus. Un congé maternité de 24 mois compensé par l'Etat à hauteur de 40% du précédent salaire est établit. Les aides sont étendues à la Thrace, mais pas aux familles des minorités religieuses. En outre, le gouvernement débute la construction de complexes hospitaliers comprenant des maternités d'importance notable à savoir celle de Thessalonique, celle de Larissa, une de Lamia, deux d'Athènes, une de Patras, une de Corinthe et une de Ioannina. Cet effort s'accompagne d'une première ébauche de couverture maladie universelle, cette dernière est financée par une cotisation patronale et par une modique cotisation sur les salaires. Peu chère et ne couvrant que les soins liés aux besoins de l'accouchement et de la maternité et les maladies les plus courantes ainsi que des accidents aux conséquences les plus limitées, la couverture médicale d'Etat fait partie des innovations visionnaires du premier ministre en la matière qui, secret de polichinelle, est bien la tête pensante de la réforme.

Ministère des Affaires Etrangères - Accord de Corinthe




Acrocorinthe.


Point d'orge de la défense jusqu'au-boutiste de Léon Sgouros et de ses légionnaires, la forteresse de l'Acrocorinthe a vu d'antiques guerriers combattre devant ses enceintes et s'effondrer par vagues face aux défenseurs de la Grèce éternelle. La forteresse est tombée plus d'une fois, elle s'est relevée et ses défenseurs furent ceux de multiples époques, de l'époque classique jusqu'aux derniers feux du moyen-âge.

C'est sous une tente, devant la forteresse de l'Acrocorinthe que Metaxás reçoit l'ambassadeur allemand. Buvant le thé aux agrumes préparé et judicieusement glacé par sa femme. Alors que des enfants jouent autour de la tente, que des cadets et evzones montent la garde à tour de rôle sous un soleil de plomb, la discussion porte sur les relations économiques que pourraient nouer les deux nations, allemandes et grecques, forgées dans des luttes communes par des siècles de combats acharnés qui ont vu les hordes germaniques ravager les campagnes du Péloponnèse et assiéger l'Acrocorinthe, prendre Rome et finalement être vaincues par Bélisaire, trouvant en Germanie et en France la terre où se développer et où prospérer. La destinée manifeste de l'Allemagne Impériale sous l'égide du guide Adolf Hitler accroit l'intérêt d'une Grèce sous développée envers cette puissance Européenne. Celle ci pourrait, selon les termes du premier ministre grec, réaliser un "échange de bonnes devises" et pour cause, l'Allemagne manque depuis des années d'Aluminium, sa production nationale, réduite, est soutenue à bout de bras par des subventions de l'Etat. En ce sens, la découverte dans les années vingt d'une grande richesse minière en terre grecque provoque l'intérêt de Berlin et plus encore de ses industriels. Le gros du travail reste à faire, mais la voie de la coopération économique est tracée. Bauxite, Aluminium et Alumine contre machines outils, transferts technologiques, expertise technique et matériels divers dont de l'armement.

Les spécialistes et industriels rassemblés sous la tente suffoquent sous le flot de paroles des traducteurs, sous l'avalanche des hypothétiques volumes de production et des moyens à engager pour y parvenir. De quoi donner le vertige, la production d'aluminium grec pourrait dépasser la production mondiale actuelle d'ici dix ans, mais à moyen terme 240 000 tonnes d'aluminium et 480 000 tonnes d'alumine sont productibles, la Bauxite exploitée en Grèce à l'heure suffirait à peine à produire ces quantités. Le troc s'impose, les industriels allemands fourniront des machines à la Grèce, cette dernière livrera en contre partie et selon un calendrier tout aussi précis les quantités de Bauxite désirées par l'Allemagne.

Calendrier évoqué en rapport au premier plan quinquennal.

Côté Grec:
1937 : 400 000 tonnes de Bauxite.
1938 : 600 000 tonnes de Bauxite.
1939 : 100 000 tonnes de Bauxite, 180 000 tonnes d'Aluminium et 360 000 tonnes d'Alumine (soit 3/4 de la production hellénique).
1940 : 300 000 tonnes de Bauxite, 180 000 tonnes d'Aluminium et 360 000 tonnes d'Alumine (soit 3/4 de la production hellénique).
1941 : 100 000 tonnes de Bauxite, 360 000 tonnes d'Aluminium et 720 000 tonnes d'Alumine (soit 3/4 de la production hellénique).

Côté Allemand:
1937 : Machines industrielles nécessaires à l'accomplissement du premier Plan, transferts technologiques et expertises techniques dans la limite de la valeur des marchandises expédiées par la Grèce.
1938 : Exactement la même chose ainsi que des prêts à bas taux pour subvenir à la construction de centrales au charbon et hydroélectriques dédiés ainsi que de deux complexes de production d'aluminium.
1939 : Machines industrielles nécessaires à l'accomplissement du premier Plan, transferts technologiques et expertises techniques dans la limite de la valeur des marchandises expédiées par la Grèce.
1940 : Exactement la même chose.
1941 : Exactement la même chose ainsi que des prêts à bas taux pour subvenir à la construction de centrales au charbon et hydroélectriques dédiés ainsi que de deux complexes de production d'aluminium.

Important : En outre, la Grèce renouvelle sa proposition d'acquisition d'une licence pour produire en son intégralité la classe Amiral Hipper et y ajoute le désir d'acquérir éventuellement, à terme, d'autres licences dans le domaine naval.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Jeu 1 Juin 2017 - 21:52



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère au Plan - Electronique




Radio.


Le développement de l'électronique est prévu par le premier Plan quinquennal. Un embryon de production nationale de radios fixes ou mobiles de toutes tailles est nécessaire à l'indépendance nationale. L'armée commande des radios portatives afin d'équiper les unités de cavalerie, quelques radios pour les avions d'entrainement helléniques, des radios moyenne et longue portée montées dans des véhicules de commandement, deux systèmes électroniques sophistiqués pour les deux croiseurs commandés. Ce développement se fait à Athènes et le Plan a bien l'intention de faire décoller par ces commandes audacieuses la production privé et publique de moyens électroniques.


Ministère de la Guerre



Sur le plan maritime, deux croiseurs de classe Amiral Hipper sont prévus et lancés dans chantiers navals helléniques à l'été 1937. La durée de construction a été évaluée à quatre ans pour le navire de tête (réceptionné en 1941), cinq ans pour le second bâtiment (réceptionné en 1942). Le retard du second navire s'explique par des ressources limitées du pays tant en matière financière que matérielle, la production d'acier ayant du mal à suivre et d'autres navires étant prévus le gouvernement à planifié une construction échelonnée dans le temps afin de ne pas surcharger plus que nécessaire les finances de l'Etat. De 1937 à 1942 les chantiers de la marine tourneront donc à un régime moyen afin assurer le développement de la flotte hellénique. Les chantiers responsables de cette réalisation draineront le district de l'Attique, l'industrie du pays tout entier et principalement à Athènes. Comme au XIXe siècle l'Etat entend drainer la production nationale via de lourdes commandes et ainsi embrayer la marche avant pour l'économie toute entière. Le premier navire à voir le jour sera le Νικηφόρος Β΄ Φωκᾶς (Nicéphore II Phocas), et le second le Ιωάννης Β' Κομνηνός (Jean II Comnène). Ces deux navires seront réceptionnés avant l'achèvement du premier Plan quinquennal. Partageant une vitesse de croisière et de pointe élevée, un armement polyvalent et un cout en acier assez réduit comparativement aux avantages procurés, classe Hipper formera la tête de la flotte de surface hellénique. Une nouvelle classe de destroyers est sollicitée sous forme de licence, quatre à huit exemplaires seraient productibles en Grèce entre 1938 et 1942. Les préférences de la marine hellénique vont aux classes Tribal britannique et Type 1936A allemande.

Sur le plan terrestre et conformément à la violation précédente du traité de Lausanne de la part de l'Etat Bulgare, l'armée hellénique entreprend la militarisation de sa zone de contact avec la Bulgarie avec le lancement de la Ligne Metaxás. Ce dernier, estimant les traités de Lausanne et de Montreux caducs, déclare que l'heure est venue de protéger le monde hellénique face à la menace bulgare, apparue dans toute sa dimension aux frontières de la Grèce. Les effectifs prélevés parmi les réservistes en 1936 sont démobilisés, à la place le contingent conscrit voit ses exemptions diminuer afin de pourvoir aux besoins actuels de la défense de la Grèce. La division passe d'effectifs réduits à des effectifs intermédiaires, la structure divisionnaire évolue. Le format moyen de la division est porté à 8 000 personnels en temps de paix, diminuant la structure de l'armée jusqu'à revenir à 18 divisions soit 144 000 personnels endivisionnés. Les brigades prennent de l'importance avec le renforcement de ces dernières, 4 000 personnels par brigade fait monter l'effectif embrigadé à 32 000 personnels. L'armée hellénique totalise donc 176 000 personnels à la fin de l'année 1937.

La Ligne Metaxás n'est pas une fortification continue, mais une fortification en points d'appuis espacés dans la profondeur. L'année 1937 est dédiée au terrassement de certains points, à l'aménagement de postes de reconnaissance, à l'édification de secteurs défensifs de campagne où se déploient des régiments. Pour l'occasion, l'armée de Macédoine et de Thrace est formée sur la base de deux corps d'armée stationnés au nord, le général Ioannis Pitsikas (Lieutenant Général) et le général Dimitrios Papadopoulos (Lieutenant Général) commandent sous les ordre d'Alexandros Papagos (Général d'Armée). La réserve, activable rapidement, est présente en Thessalie dont le terrain plus propice permet notamment l'entrainement et l'équipement des unités mécaniques. Huit divisions dont deux de montagne et quatre brigades de montagne forment l'effectif de cette armée.



Général Papagos.


Sur le plan matériel, l'armée passe commande de 100 TP-6T Vickers (Transport Polyvalent sur base du chars 6 tonnes Vickers) par an pendant quatre ans à partir de 1938 afin d'équiper ses deux brigades de cavalerie mécanisée. Bien qu'obsolète, ce véhicule est le premier à être productible en série à peu de frais par le Royaume de Grèce (du fait de sa masse réduite et de sa simplicité). Pouvant tracter des pièces légères, emporter quatorze fantassins et les protéger des balles légères, le véhicule n'est pas une réussite et souffre déjà de nombreuses critiques, mais c'est bien la seule chose que peut s'offrir à l'heure actuelle l'armée hellénique. De même, une version lourde destinée à tracter l'artillerie est mise à l'étude (TM-6T Vickers) ainsi que de nouveaux moteurs de 110 chevaux (Type 2) à 160 chevaux (Type 3).


TP-6T Vickers:
Equipage : 2 pilote et chef de char ainsi que 14 passagers.
Masse au combat : 11 tonnes.
Blindage : 12 à 22 mm.
Moteur : Armstrong Siddeley Puma.
Puissance : 98 chevaux.
Suspension : Ressorts à lames sur boggies.
Vitesse sur route : 28 km/h.
Puissance massique : 8.9 chevaux à la tonne.
Autonomie : 130 km


Ministère des affaires étrangères - République Tchécoslovaquie




105 mm Skoda M35.


Le gouvernement grec sollicite une nouvelle fois la Tchécoslovaquie. Le canon de 75mm livré et produit en grande série tant en Grèce qu'en République Tchécoslovaque satisfait grandement les militaires grecs. La modernisation de l'artillerie hellénique étant l'enjeu de cette décennie, l'armée hellénique se porte acquéreuse de 400 tubes de 75 M36 de chez Skoda (portant la commande totale à 900 pièces dont 300 produites en Grèce). En outre, 3500 mortiers de 81 mm M36 sont commandés dont 1500 produits en Grèce sous licence ou par une coentreprise en partenariat avec Skoda. Le canon de 105mm M35 de chez Skoda est également en vue pour une cible de 1500 pièces dont 500 produits en Grèce. Enfin le canon K4 de chez Skoda est visé, à hauteur de 900 pièces. L'emprunte budgétaire de cette commande étant significative, tout aussi onéreuse que la futur ligne Metaxás, le paiement s'effectuerait au fur et à mesure, graduellement et en partie (pour la moitié du cout) à crédit sur une décennie. La production et la livraison se ferait sur cinq ans.


Ministère des affaires étrangères - Royaume d'Italie




Usine automobile.


Le ministère au Plan et le gouvernement grec tout entier se montre fort intéressé par l'industrie automobile italienne. Le pouvoir hellénique souhaiterait organiser l'entrée de marques italiennes dans l'économie hellénique. A raison de 40 000 véhicules produits par an et 10 000 motocyclettes par an, le total des filiales installées en Grèce se verraient commandées des véhicules à destination des civils (essentiellement) et occasionnellement de la part des militaires grecs. Afla Romeo, Lancia, Fiat et isotta Fraschini sont sollicités. En outre, le Plan souhaite acquérir un complexe de tracteurs afin de produire 3000 tracteurs Velite à l'année.


Ministère des affaires étrangères - Royaume de Bulgarie



Face à la situation tragique dans laquelle se trouvent nos pays, acculés par votre précédente violation du traité de Lausanne et du traité de Neuilly, il est possible pour votre Roi et son gouvernement de s'adresser au pouvoir hellénique via l'entremise de l'ambassade grecque à Sofia. La rencontre est pour le moment prématurée.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Ven 2 Juin 2017 - 5:29



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère des Affaires Etrangères - Balkans



La Guerre a éclaté, l'heure de tous les dangers est arrivée. La mobilisation germano-polonaise portera bientôt le combat d'un fleuve à un autre, d'un monde à un autre. Les antiques barbares slaves se soulèvent donc contre la volonté de la race allemande, point de doute le conflit qui s'annonce sera d'une rare violence, le souvenir de la boucherie inutile de 1914-1918 hante les vieilles têtes des personnes civilisés.

Bulgarie : La guerre est aux portes de la Grèce, la Bulgarie menace depuis de nombreuses années. Pour autant, les dangers nouveaux appellent à de nouveaux défis et à des ententes nouvelles. Rompant avec sa stricte ligne de front contre front, le gouvernement hellénique envoi un télégramme codé à l'ambassade grecque à Sofia et de là au gouvernement bulgare. En substance, il propose une stabilisation progressive des effectifs grecs présents à la frontière bulgare contre la signature d'un Pacte de Non Agression. Ce Pacte serait doublé d'un volet d'ouverture des deux économies l'une à l'autre en matière agricole afin d'assurer l'unité Balkanique via l'interdépendance de ses membres en matière économique. Le commerce passant par Thessalonique soit une bonne partie des échanges Bulgares avec le monde occidental et méditerranéen en particulier serait garantit et ne ferait plus partie des moyens de pression du gouvernement grec. Le réarmement Bulgare est acté, la paix doit régner. Une organisation de coopération économique dédiée à valoriser les échanges et l'ouverture commerciale aux partenaires Balkaniques est proposée par la Grèce. L'adhésion de la Bulgarie à cette dernière serait un gage de paix autant que de prospérité entre les deux pays frères. Le volet militaire ne serait pas abordé autrement que par un Pacte de Non Agression ratifié entre chaque membre de l'organisation afin d'en garantir la stabilité.

Yougoslavie : Le sang des yougoslaves est vivace, il a défait les austro-hongrois à de nombreuses reprises, face à des rapports numériques terrifiants les lignes Yougoslaves tiennent face à la déferlante. Cette réputation de courage, presque suicidaire, fait encore écho en Grèce où le pouvoir hellénique revalorise le service des armes face aux dangers extérieurs. Face aux dangers de la guerre, les intérêts économiques peuvent rapprocher les peuples. L'organisation de coopération Balkanique, moyen dédié à la valorisation de la production et du commerce entre pays Balkaniques, est en ligne de mire d'Athènes. L'organisation aurait pour but d'ouvrir des parties communes des économies de chaque Etat membre en vue de créer une sphère de prospérité et de paix pour ses membres. Le volet militaire ne serait pas abordé autrement que par un Pacte de Non Agression ratifié entre chaque membre de l'organisation afin d'en garantir la stabilité.

Roumanie : Le Danube est notre mère à tous, la Roumanie ne peut que sortir grandie d'une adhésion au projet d'organisation de coopération Balkanique qui vise à l'essor et à la spécialisation des agricultures, à l'intensification des échanges et à l'amitié entre les peuples. L'idée même d'organisation est née du conflit latent qui ruine les relations gréco-bulgares depuis deux ans, l'organisation n'a pas pour mandat de s'armer mais cherche à faire l'unité via les leviers que forment les questions économiques.

Tous : L'Organisation de Coopération Balkanique (OCB) proposée aurait pour siège le site choisit par la nation qui la préside, pour quatre ans. L'élection de la présidence ce ferait à la majorité absolue, prenant ainsi en compte les aspirations de chaque Etat. Le cadre de l'organisation serait voté par les membre et le budget de fonctionnement de l'organisation serait garantit, à part proportionnelle à leur richesse, par les Etats membres. Le budget d'investissement, occasionnel, viserait à faire démarrer par des projets communs des activités qui seraient ensuite privatisées ou vendues à un prix réduit voir données à un Etat membre.

……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Ven 9 Juin 2017 - 8:59



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère de la Culture et de l'Education





Point de palabres, le monde antique et médiéval n'a pas brillé dans les tréfonds de la Germanie ou de la Gaulle et plus tard de la France, elle a brillée là où la civilisation gréco-romaine a prospéré puis subsisté. Pour marquer son temps à l'ombre de puissantes architectures pleines de symboles, le premier ministre Ioannis Metaxás lance un ambitieux projet de restauration culturelle, ressuscitant l'identité mixte, tantôt à l'Ouest, tantôt à l'Est, de la Grèce. Pour ce faire, il fait élever des monuments à Athènes sur de nouvelles places entourées par des jardins et de nouveaux immeubles. Ces monuments célèbrent les savants, les empereurs et généraux de l'antique empire romain, unifié puis partitionné ainsi que de la Grèce antique. Il célèbre les pieuses personnalités de l'Empire des romains et du christianisme, sa construction chrétienne et ses heures glorieuses mais aussi terrifiantes avec l'élévation d'une statue monumentale (68 mètres de haut) de Constantin XI, sabre au clair, sur un pan en ruine du rempart théodosien, faisant face aux hordes altaïques. A travers la Grèce, des monuments sur les hoplites, les légionnaires et soldats de la guerre d'indépendance font leur apparition, des bibliothèques d'Etat (une à Thessalonique et une plus grande encore à Athènes) et des universités littéraires ouvrent peu à peu leurs portes, visant à la recherche et même au culte de ce passé disparu, enseveli sous des siècles de règne étranger. Abreuvant un nationalisme croissant, cette idéologie diluée dans la masse de la population s'accompagne d'un embrigadement plus marqué de la jeunesse au travers de l'éducation. L'EON structure avec rigueur la jeunesse, la suprématie de la race grecque est apprise comme un dogme dès six ans, la valeur du travailleur et de l'entrepreneur se mesure à sa loyauté envers l'Etat et à son labeur pour accomplir devant Dieu son vœux qui sans relâche le guide vers la perfection, l'homme nouveau se dessine peut à peut.

Sur le "front du travail" la productivité doit croitre par l'instruction, la population hellénique n'a pas le nombre de ses voisins mais peut raisonnablement espérer de conséquents dividendes de l'amélioration de l'instruction technique du peuple. A cette fin, une seconde université d'ingénierie ouvre ses portes à Thessalonique, une université d'agronomie à Larissa et divers collèges et lycées professionnels travaillant en lien avec les jeunes et les plus âgés des travailleurs, la rotation des effectifs industriels et l'envoi de jeunes ouvriers pendant six à dix-huit mois dans ces écoles vise à développer les compétences pratiques et théoriques des travailleurs grecs.


Ministère du travail et Ministère au Plan



Le premier ministre ne peut exiger moralement de son peuple plus qu'il ne fournit lui même, celui ci travaille sans relâche, six jour sur sept, plus de dix heures par jour. Pour abattre les objectifs du Plan le vivier humain est la clef, le "front du travail" comme le nomme Ioannis Metaxás devant les journalistes doit être investit par toutes les "forces productives de la nation". Pour ce faire, le temps de travail est régulé et le syndicat unique de Grèce en approuve évidement les limites. Cinq jours et demi de travail par semaine, voici la limite officielle au travail, dans les faits les grecs doivent abattre un minimum de 46 heures pour toucher un salaire minimum revalorisé de sept pourcents. Un système méritocratique et productiviste est imposé aux entreprises industrielles helléniques. Les quotas dépassés par les équipes de travail sont tout simplement remplacés par de nouveaux quotas, les récompenses sur le "dépassement de soit et du groupe" sont nombreuses, le pouvoir instaure l'introduction de la paye à la pièce, la cadence chronométrée et le suivit draconien de la production, le contrôle qualité veille en fin des fins à la valeur des produits livrés au Plan (en l'occurrence les biens d'équipement et les productions d'aluminium). Les écarts de rémunération à l'intérieur des entreprises sont limitées de 1 à 30, reprenant ainsi l'idéal exprimé par Ford lui même. Cette mesure doit permettre d'accroitre naturellement les salaires et surtout l'investissement.

Un complément d'impôt fait son apparition, l'impôt sur les sociétés augmente de 3.5% afin de financer chaque année un fond dédié à l'acquisition de machines outils étrangères, revendues à bas prix aux entreprises réalisant les meilleurs résultats. Cette mutualisation de la croissance vise à la constitution de grandes entreprises, de véritables puissances qui sauront se développer progressivement indépendamment du Plan et s'ouvrir à l'international.


Ministère des affaires étrangères - République Française



- Des cuirassés obsolètes de la flotte hellénique, l'un des deux navires (Lemnos) de classe Mississippi à disposition de la Grèce se voit proposé à la modernisation aux ingénieurs français. La reconstruction partielle du navire étant nécessaire ainsi que de longues années de travail et des essais en mer et un réentrainement des équipages du bâtiment en question il convient de renforcer au plus tôt ce navire.

Classe Mississippi Modernisée

Type : Cuirassé.
Longueur : 116.43m.
Déplacement : 15 000 tonnes.
Propulsion : 2 moteurs diesels à deux ligne d'arbre.
Puissance : 21 000 chevaux.
Vitesse : 27.5 nœuds.
Effectifs : 690 personnels.
Blindage : ceinture = 228 mm ; barbette = 254 mm ; tourelles = 305 mm ; passerelle = 229 mm ; pont = 25 mm.
Armement principal : 2x3 canons de 380/45 M 1935.
Armement secondaire : 24 canons de 37mm M 1936 et 48 mitrailleuses de 13.2mm M 1929.



Cuirassé en reconstruction.


Du fait du retrait de nombreux armements lourds et leur remplacement par des pièces anti-aériennes plus nombreuses, la refonte des tourelles et de leur système d'approvisionnement, de la modernisation des communications internes et de la motorisation, l'effectif a été purgé de cinquante hommes. Le navire mise sur la portée de ses pièces et la mobilité garantie par une nouvelle motorisation aux nomes de l'actuelle décennie.

- Une commande ferme de 48 Potez 63 (36 de chasse en version 631, 12 de reconnaissance en version 637) est adressée aux autorités françaises compétentes afin de fournir le premier avion de chasse lourde de Grèce. Une possible remotorisation est souhaitée afin d'augmenter la vitesse des appareils. Livrés progressivement à raison d'un tiers en 1938, un tiers en 1939 et un tiers en 1940 les appareils, commandés à crédit, seraient payés progressivement entre 1940 et 1943.



Potez 631.


……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Prishayev le Dim 11 Juin 2017 - 11:35



Royaume de Grèce
Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος






Ministère des Affaires Etrangères - République Française



Comptant sur une demande intérieure annuelle de 30 000 tracteurs, le gouvernement grec désire ouvrir son marché aux industriels français. 8 000 tracteurs Type VI seraient importés chaque année et 7 000 Type VI seraient produits localement par Renault via une filiale, chaque année. Un accord de libre échange sur les olives, l'huile d'olive, le raisin et ses dérivés, le tabac, le coton et diverses productions non céréalières, ovines ou bovines est proposé, la France étant déficitaire en la matière mais excédentaire en matière céréalière. L'acquisition de pièces d'artillerie de 380mm/45 M1935 est souhaitée à raison de 48 pièces destinées à être intégrées au réseau défensif de la ligne Metaxas ou de forts côtiers.



La fameuse huile d'olive.


Ministère des Affaires Etrangères - Royaume d'Italie



Comptant sur une demande intérieure annuelle de 30 000 tracteurs, le gouvernement grec désire ouvrir son marché aux industriels Italiens. 7 000 tracteurs Velite seraient produits localement et chaque année durant via une filiale italienne, 4 000 tracteurs seraient importés chaque année pour le marche hellénique. Un accord de libre échange sur les olives, l'huile d'olive, le raisin et ses dérivés, le tabac, le coton et diverses productions non céréalières, ovines ou bovines est proposé, l'Italie étant déficitaire en la matière mais excédentaire en matière céréalière (du fait de la bataille du blé). Le gouvernement grec émet sa décision d'acquérir six bâtiments de classe Oriani, produits en Italie et livrés à la Grèce entre la fin 1939 et le milieu 1941.



Les fameux raisins de Corinthe, très prisés en Europe de l'Ouest.


……….

avatar
Prishayev
Maître d'armes
Maître d'armes

Messages : 433
Date d'inscription : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Vautour le Lun 26 Juin 2017 - 13:01

Abandon pour la Finlande.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1580
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Grèce / Βασίλειον τῆς Ἑλλάδος

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum