[Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Gosseau le Lun 24 Avr 2017 - 0:35

Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


● Contexte ●

……….Depuis quelques années, les relations qu'entretiennent l'Empire du Japon et son voisin, la République de Chine, sont tendues. Ce régime républicain est l'héritier des mouvements réformateurs puis révolutionnaires chinois, incarnés par Sun Yat-sen. La révolution chinoise de 1911 renverse l'Empire, la République étant proclamée en 1912, mais elle sombre dans l'instabilité politique dès ses premières années : les révolutionnaires ont dû céder la présidence de la République à Yuan Shikai, en 1913, chef de l'armée, en échange de son soutien. Le gouvernement est de facto sous le contrôle des militaires de l'armée de Beiyang, d'où son surnom de gouvernement de Beiyang. Yuan Shikai réalise un coup d'État en 1913 et tente de rétablir l'empire à son profit ce qui déclenche la guerre de protection de la nation. Son échec laisse la Chine sans gouvernement central fort. La Chine connaît une période de confusion et de conflits internes dus aux seigneurs de guerre, le pays étant la proie de factions militaires rivales qui se disputent le pouvoir. Sun Yat-sen, chef du Kuomintang, établit un gouvernement militaire à Canton dans le but de rétablir l'ordre en Chine, mais n'obtient pas de reconnaissance internationale. En 1926, après la mort de Sun Yat-sen, le pouvoir revient de fait à Tchang Kaï-chek, commandant de l'Armée nationale révolutionnaire, qui établit son autorité sur le Kuomintang. Il lance l'expédition du Nord, qui lui permet de soumettre une partie des seigneurs de guerre et de revendiquer la souveraineté sur l'ensemble de la Chine en 1928. Mais entretemps, le Kuomintang a rompu avec ses alliés du Parti communiste chinois : la guerre civile entre communistes et nationalistes débute dès 1927. Le régime prend à partir de 1928 l'aspect d'une dictature militaire dominée par Tchang Kaï-chek qui demeure chef de l'armée, y compris dans les périodes où il n'est pas officiellement chef de l'État ou du gouvernement. En Mandchourie, dans le nord-est de la Chine, le Japon est le soutien principal de la clique du Fengtian car il possède des intérêts économiques et politiques dans la région depuis la fin de la guerre russo-japonaise et il est intéressé par l'exploitation des ressources naturelles encore largement sous-développée. L'armée japonaise du Kwantung a également la responsabilité de protéger le chemin de fer de Mandchourie du Sud, et a ainsi des troupes stationnées en Mandchourie qui fournissent un soutien matériel et logistique à la clique du Fengtian. Cependant, depuis l'expédition du Nord, la clique du Fengtian dirigée par le militariste Zhang Xueliang fidèle au Kuomintang cherche à se débarrasser de l’influence japonaise, Zhang Xueliang faisant exécuter deux éminents officiels pro-japonais au cours d’un dîner en présence de nombreux hôtes en janvier 1929 par exemple. Zhang essaie aussi de lutter contre l’influence de l’Union soviétique voisine de la Mandchourie, notamment en tentant en 1929 de mettre la main sur l'ensemble du réseau du chemin de fer de l’Est chinois, déclenchant ainsi le conflit sino-soviétique. Ainsi, depuis 1928, les intérêts économiques nippons et des autres puissances mondiales en Mandchourie sont mis en danger par l'incapacité de la République de Chine d'organiser un pouvoir central fort, en plus d'être dirigée par une dictature militariste et nationaliste. En dehors de la Mandchourie, la République de Chine est contestée par les cliques de Guangxi, de Guizhou, du Guangdong et de Guominjun, ainsi que par les communistes chinois. C'est dans ce contexte que s'est produit l'incident de Wanpaoshan au début de l'année 1930, où la xénophobie chinoise contre les Coréens et les Japonais fut démontrée. La tension fut cristallisée à partir de ce moment, le Japon réclamant des réparations. Seulement, le temps ne fut pas assez long pour ouvrir de potentielles négociations : en effet, dès le mois de septembre 1931, un nouvel incident venait déstabiliser la région.

Situation politique dans la région :

● Incident de Mukden ●

……….Le 18 septembre 1931, à 22h20, un groupe de terroristes chinois fait exploser la voie de chemin de fer près de la ville de Mukden en Mandchourie. Le choix de l’endroit où les terroristes placent leur bombe, Liutiao, autrement dit le « Pont de Liao », ou la « Tranchée de Liao », selon les traductions, démontre la volonté des terroristes de mener des opérations de sabotage dans des lieux stratégiques appartenant à l’Empire japonais. Des gardes japonais du réseau ferré de Mandchourie, présents non loin et alertés par l’explosion, se précipitent vers son origine. La garnison chinoise de Baideyang se trouvant à seulement huit cents mètres du site, l’identité du coupable ne semble faire aucun doute et les Japonais cernent la garnison. Le lendemain de l’attentat, des journalistes japonais des grands médias sont invités à se rendre sur les lieux. Ils y découvrent un rail défoncé et deux cadavres de terroristes chinois. L’événement fait la Une des journaux et suscite sur l’archipel l’indignation la plus vive. Dès le lendemain de l'incident, le Premier ministre conservateur Takahashi Korekiyo demande une réunion de la Diète impériale en session extraordinaire pour répondre à cet énième incident qui met encore en danger les intérêts nippons sur le continent. Après un rapide discours exposant la situation, le chef du gouvernement japonais termina son propos par les mots suivants : « Mes chers collègues, encore une fois le gouvernement autoritaire du Kuomintang démontre son incapacité à assumer les prérogatives de l’État de droit sur son propre territoire, mettant en danger aussi bien ses citoyens que les sujets de Sa Majesté, ainsi que les nombreux intérêts internationaux et ceux de notre pays. Les gouvernements libéraux précédents ont préféré la voie diplomatique face aux incidents qui émaillent ces dernières années ; c'est tout à leur honneur. Cependant, l'accumulation des fautes chinoises et la portée terroriste de l'incident de Mukden ne permettent pas, cette fois-ci, une réponse strictement pacifique : l'attaque des citoyens chinois à l'encontre des sujets japonais laisse une profonde cicatrice dans l'âme de notre nation. Mais sachez que la détermination de notre gouvernement n'a jamais été aussi grande : il est de notre devoir de contrôler la clique du Fengtian si la République de Chine n'en est pas capable. Le temps de la discussion est donc terminé. Pour garantir la sécurité dans la continuité et la stabilité, mon gouvernement propose à la Diète impériale de Sa Majesté la proposition de déclaration de guerre immédiate à l'encontre de la clique du Fengtian, pour une Mandchourie fondée sur l'ordre et la sécurité. » Ces mots, reçus par un tonnerre d'applaudissements venant des bancs conservateurs, furent rapidement illustrés par une large majorité en faveur de la guerre. La proposition fut transmise par la suite au Conseil privé de l'empereur Hirohito, qui l'accepta.

Des journalistes et militaires posant devant le matériel des terroristes chinois :

● Invasion de la Mandchourie ●

……….Aussitôt la décision du gouvernement communiquée à la presse, une déclaration de guerre fut envoyée à Zhang Xueliang, dirigeant de la clique du Fengtian. Le Conseil suprême de guerre de l'Empire du Japon s'était réuni par la suite le 21 septembre 1931 pour lancer officiellement l'invasion. La Marine impériale avait reçu pour objectif de défendre les possessions nippones face à toute intervention extérieure : Tokyo considère en effet la clique du Fengtian indépendante de la République de Chine, la déclaration de guerre ne concernant donc pas le Kuomintang ; toutefois, ce dernier pourrait réagir, tout comme la communauté internationale, et la Marine impériale doit se tenir prête à réagir. Concernant l'Armée impériale, c'est le principal artisan de la conquête : les gouverneurs-généraux de Corée et du Kwantung furent prévenus des décisions par téléphone, ainsi que les états-majors des différents armées. La stratégie générale adoptée par le Conseil suprême de guerre est de contrôler rapidement (grâce aux chemins de fer) les principales villes de Mandchourie en y délogeant les garnisons chinoises : pour y parvenir, il se base sur la supériorité technologique et logistique de l'Armée impériale, face à la désorganisation et au manque d'équipement de la clique du Fengtian. De ce fait, l'armée du Kwantung, dispersée de part et d'autre de la frontière séparant la Mandchourie méridionale et le nord de la Corée, entre en action et attaque les garnisons chinoises. Les 3e et 4e divisions Type B reçoivent pour ordre de suivre les rails de chemin de fer pour remonter jusqu’à Jilin. La 5e division Type B doit s’élancer contre la garnison chinoise de Mukden puis faire jonction avec les 3e et 4e divisions Type B. La 8e division Type B doit faire jonction avec les 3e et 4e divisions à Fengtian. Les 9e et 16e divisions Type B doivent attaquer la ville d’Harbin. La 12e division Type A se retranche dans les nombreuses concessions japonaises en Chine. Le reste des divisions de l’armée du Kwantung se contente de progresser pour occuper les territoires, elle ne devrait pas tomber sur des garnisons significatives d’hommes. Elle aura éventuellement pour tâche de faciliter la logistique des divisions à l’offensive contre les villes. L’aviation japonaise basée en Corée par le biais de la seconde armée aérienne entre en action afin harceler et pilonner les troupes chinoises. Enfin, l'armée de Corée a pour tâche de défendre les principales voies d'accès des territoires sous contrôle japonais de la péninsule.

Formulaire pour l'Administration :
TOUR 1 - ATTAQUE

Nature de l'action : Invasion de la Mandchourie.

Forces terrestres :
Armée du Kwantung
QG : Ryojun
Commandant : Général Eitaro Hata
Effectifs : 80 000 soldats actifs, 107 750 réservistes, 51 500 chevaux, 54 tanks, 804 canons antiaériens, 269 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 8 divisions

2e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Akai Shunkai
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

3e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Koizumi Roku Ichi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

4e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Hayashi yasakichi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

5e Division Type B
QG : Manpho
Commandant : Lieutenant-général Hisaichi Terauchi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

6e Division Type B
QG : Kanggye
Commandant : Lieutenant-général Kuroki Tamemoto
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

8e Division Type A
QG : Sinuiju
Commandant : Lieutenant-général Hajime Miyoshi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 22 000 réservistes, 8 800 chevaux, 54 tanks, 104 canons antiaériens, 59 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 14 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 59 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm et 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats, 54 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

9e Division Type B
QG : Hoeryong
Commandant : Lieutenant-général Nagai Rai
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

16e Division Type B
QG : Hyesan
Commandant : Lieutenant-général Hyozo Matsui Ichiro
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

Armée de garnison de Chine
QG : Tianjin
Commandant : Général Kenkichi Ueda
Effectifs : 32 000 soldats actifs, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 1 division

12e Division Type A
QG : Tianjin
Commandant : Lieutenant-général Shiba Gorō
Effectifs : 32 000 soldats actifs, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

Armée de Corée
QG : Séoul
Commandant : Général Jirō Minami
Effectifs : 44 000 soldats actifs, 20 000 réservistes, 17 600 chevaux, 100 tanks, 200 canons antiaériens, 120 canons de campagne, 60 obusiers, 40 obusiers de siège, 600 véhicules, répartis en 2 divisions

19e Division Type A
QG : Ranam
Commandant : Lieutenant-général Yoshiyuki Kawashima
Effectifs : 22 000 soldats actifs, 10 000 réservistes, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

20e Division Type A
QG : Yongsan
Commandant : Lieutenant-général Masutaro Nakai
Effectifs : 22 000 soldats actifs, 10 000 réservistes, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

Forces aériennes :
Deuxième armée aérienne
QG : Séoul
Commandant : Major-général Torashirō Kawabe
Effectifs : 10 000 soldats du Service aérien et 734 avions (202 NiD 29, 27 bombardiers Kawasaki Ka 87, 140 bombardiers légers Type 88, 235 biplans de reconnaissance Type 88-I/II, 100 biplans de reconnaissance Kawasaki Army Type Otsu 1, 30 biplans d'entrainement Yokosuka K2Y1), répartis en 10 régiments aériens de 1 000 soldats du Service aérien et 72 avions

Forces maritimes :
Marine impériale japonaise
QG : Tokyo
Commandant : Vice-amiral Eisuke Yamamoto
Effectifs : 75 000 marins et 277 navires, répartis en 8 flottes

Flotte combinée
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Koichi Shiozawa
Effectifs : 30 500 marins, 2 cuirassés, 3 portes-avions, 1 porte-avions léger, 10 croiseurs, 20 destroyers, 4 pétroliers ravitailleurs, 1 charbonnier, 10 sous-marins, répartis en 2 cuirassés de classe Ise, 1 porte-avions de classe Akagi, 1 de classe Kaga, 1 de classe Hosho, 1 porte-avions léger de classe Wakamiya, 6 croiseurs de classe Nagara, 2 de classe Kuma, 2 de classe Tenryu, 20 destroyers de classe Momi, 4 pétroliers ravitailleurs de classe Notoro, 1 charbonnier de classe Muroto, 10 sous-marins de classe K3

Première flotte
QG : Yokohama
Commandant : Contre-amiral Zengo Yoshida
Effectifs : 12 500 marins, 8 cuirassés, 9 croiseurs, 12 destroyers, 3 pétroliers ravitailleurs, 1 charbonnier, 9 sous-marins, répartis en 4 cuirassés de classe Kongo, 2 de classe Fuso, 2 de classe Nagato, 3 croiseurs de classe Sendai, 1 de classe Asama, 1 de classe Yakumo, 1 de classe Azuma, 1 de classe Tsuhima, 1 de classe Tone, 1 de classe Yubari, 6 destroyers de classe Enoki, 4 de classe Momo, 2 de classe Umikaze, 3 pétroliers ravitailleurs de classe Notoro, 1 charbonnier de classe Muroto, 9 sous-marins de classe L4

Seconde flotte
QG : Nagoya
Commandant : Contre-amiral Shigetarō Shimada
Effectifs : 12 500 marins, 12 croiseurs, 65 destroyers, 3 pétroliers ravitailleurs, 12 sous-marins, répartis en 4 croiseurs de classe Nachi, 2 de classe Izumo, 2 de classe Kasuga, 2 de classe Furutaka, 2 de classe Aoba, 15 destroyers de classe Minekaze, 12 de classe Mutsuki, 11 de classe Fubuki, 10 de classe Kava, 9 de classe Kamikaze, 8 de classe Wakatake, 3 pétroliers ravitailleurs de classe Ondo, 4 sous-marins de classe J1, 4 de classe KD3a, 4 de classe KRS

Première flotte expéditionnaire
QG : Busan
Commandant : Contre-amiral Mitsumasa Yonai
Effectifs : 7 250 marins, 3 croiseurs de classe Chikuma, 2 destroyers de classe Sakura, 2 de classe Kawakaze, 1 de classe Urakaze

Deuxième flotte expéditionnaire
QG : Ryojun
Commandant : Contre-amiral Kiyohiro Ijichi
Effectifs : 4 250 marins, 2 croiseurs de classe Kuma, 4 destroyers de classe Amatsukaze

Première flotte sous-marine
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Mineichi Koga
Effectifs : 3 500 marins, 18 sous-marins, répartis en 4 sous-marins de classe KD3b, 4 de classe KT, 4 de classe L2, 3 de classe L3, 3 de classe K4

Deuxième flotte sous-marine
QG : Yokohama
Commandant : Contre-amiral Shirō Takasu
Effectifs : 3 500 marins, 14 sous-marins, répartis en 3 sous-marins de classe F2, 2 de classe K1, 2 de classe F1, 2 de classe K2, 2 de classe L1, 1 de classe KD1, 1 de classe KD2, 1 de classe KD4

Flotte de protection côtière
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Saburo Hyakutake
Effectifs : 1 000 marins, 1 navire de défense côtière de classe CMB-55, 4 divers navires armés de classe Seta, 1 de classe Chihaya, 1 de classe Uji, 1 de classe Saga, 1 de classe Ataka, 1 de classe Sumida, 1 de classe Fushimi, 1 de classe Toba, 1 de classe Atami, 13 mouilleurs de mines de classe Natsuhima, 2 de classe Kamome, 1 de classe Tokiwa, 1 de classe Aso, 1 de classe Katsuriki, 1 de classe Shirataka, 1 de classe Itsukushima, 6 dragueurs de mines de classe Asakaze, 4 de classe W1, 2 de classe W5
Carte de l'invasion :

Détails de l'action :
- Les 3e et 4e divisions Type B reçoivent pour ordre de suivre les rails de chemin de fer pour remonter jusqu’à Jilin.
- La 5e Division Type B doit s’élancer contre la garnison chinoise de Mukden puis faire ensuite jonction avec les 3e et 4e divisions Type B.
- La 8e division Type B doit faire jonction avec les 3e et 4e divisions à Fengtian.
- Les 9e et 16e divisions Type B doit attaquer la ville d’Harbin.
- La 12e division Type A se retranche dans les nombreuses concessions japonaises en Chine.
- Le reste des divisions de l’armée du Kwantung se contentera de progresser pour occuper les territoires, elle ne devrait pas tomber sur des garnisons significatives d’hommes. Elle aura éventuellement pour tâche de faciliter la logistique des divisions à l’offensive contre les villes.
- L'armée de Corée doit défendre la péninsule coréenne.
- L’aviation japonaise basée en Corée par le biais de la seconde armée aérienne entre en action afin harceler et pilonner les troupes chinoises.
- La Marine impériale défend les eaux nippones.

avatar
Gosseau
Maréchal de Chacun Son Pays
Maréchal de Chacun Son Pays

Messages : 3691
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Shikkoku le Lun 24 Avr 2017 - 13:38

Modération :

Tour 1 :

A Nanjing, c'est la confusion. Le Japon vient de déclarer la guerre à la clique de Fengtian, en envahissant le Nord-Est de ce qui revient de jure à la République de Chine mais est de facto contrôlé par des miliciens locales de seigneurs de guerre.
La décision fut finalement prise par le Généralissime Chang Kaï-Chek d'ignorer l'attaque japonaise sur le Liaoning et le reste du Dongbei. La République avait des problèmes plus urgents et bien plus proches du pouvoir, notamment les milices communistes.

Zhang Xueliang, dirigeant du Fengtian, lui, suait à grosses gouttes.


Zhang Xueliang, Seigneur de Guerre de Mandchourie

L'offensive nippone était massive. Bien plus massive que tout ce qui était prévu dans ses plans de contingence. Il pestait également contre l'absence de réaction de la part du reste des chinois, et notamment du gouvernement républicain à Nanjing.

Face à la grande préparation, à la supériorité numérique et matérielle et à la rapidité extraordinaire de l'assaut japonais, Zhang Xueliang et ses hommes étaient totalement pris par surprise. La résistance chinoise était très faible, et les japonais pénétrèrent avec aisance dans le territoire mandchou.

Fengtian tomba sans même combattre. La garnison se rendit aux mains des japonais tandis que les officiers fuirent vers le Nord, vers Xinjing et Harbin. Ces deux villes tombèrent seulement une dizaine de jours plus tard, lors de petites escarmouches.
De très nombreux soldats de Zhang Xueliang furent capturés par les japonais.

Seule une petite partie de l'armée du seigneur de guerre et lui même réussirent à échapper à l'invasion nippone. Des rumeurs disent qu'ils seraient basés à Qiqihar et se préparent à la prochaine vague d'invasion nippone avec peur.

Pertes chinoises :
15 000 miliciens de Zhang Xueliang tués ou blessés
75 000 miliciens de Zhang Xueliang capturés par le Japon
2 400 civils tués ou blessés

Pertes japonaises :
1 400 soldats tués ou blessés

Carte de l'offensive :


Des rumeurs courent parmi les officiers capturés par les japonais que Zhang Xueliang, voyant la défaite cuisante et l'inaction du reste de la Chine, chercherait à entrer en contact avec le commandement de l'armée impériale japonaise pour négocier une paix et sauver sa vie.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Vailleuh le Lun 24 Avr 2017 - 23:29



Union des Républiques Socialistes Soviétiques



Armée Rouge des Ouvriers et des Paysans

L'Armée Rouge des Ouvriers et des Paysans se mobilise dans les conditions similaire au district du Caucase. Aucun communiqué n'est envoyé.
avatar
Vailleuh
Maître ronronneur
Maître ronronneur

Messages : 2391
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Sirda le Mar 2 Mai 2017 - 14:35



Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


● Invasion de la Mandchourie ●

……….L’offensive nippone originelle de septembre 1931 avait été d’une efficacité redoutable puisque en l’espace de quelques dizaines de jours seulement, l’intégralité du sud mandchou était tombé aux mains de l’Empire du Soleil Levant, sans que de lourdes pertes n’aient à être déplorées du côté de Tokyo, contrairement à la clique de Fengtian qui venait d’être amputée d’une large partie de son armée, soit copieusement massacrée par l’armée du Kwantung, soit faite prisonnière. Nonobstant cette victoire éclatante en ce début de conflit, l’Empire s’était comme soudainement affaibli, campant durant près d’une année sur ses positions, en dépit de quelques escarmouches ponctuelles destinées à harceler l’ennemi, sans chercher à réaliser une nouvelle offensive de taille à l’encontre de la clique pourtant aux abois, laquelle cherchait d’ores et déjà à négocier la paix à peine la guerre déclarée. Plutôt que de porter plus loin le fer, l’état-major avait préféré consolider son avancée sur les territoires nouvellement conquis afin d’y écraser toute éventuelle velléité sécessionniste ou rebelle, car malgré l’écrasante supériorité militaire nippone dans la région, il était tout de même à craindre que quelques soulèvements ne viennent retarder les opérations militaires – quand bien même l’armée de Corée avait été spécialement déployée pour empêcher cela –, cela par exemple en endommageant les lignes de ravitaillement, etc. Dès lors, les forces expéditionnaires s’étaient principalement employées à cela durant l’année 1932, tout en projetant parallèlement la seconde offensive – que l’on espérait finale – pour définitivement défaire la clique de Fengtian et ainsi s’emparer de la Mandchourie et des importantes réserves qu’elle recèle, vitales pour la prospérité de l’Empire.

……….Par voie de conséquence, cette même seconde offensive fut méticuleusement organisée par l’état-major japonais qui entendait là porter le coup de grâce aux renégats mandchous afin de définitivement asseoir l’autorité tokyoïte sur la région. Ainsi, les 3ème, 4ème et 8ème divisions Type B sont dépêchées sur les villes de Baichengzi puis Qiqihar afin de briser les troupes ennemies et s’emparer des cités, points majeurs de la région, tandis que la 16ème division Type B est envoyée à Jiamusi et la 9ème division Type B à Beian – celle-ci recevant l’ordre de partir ensuite sur Qiqihar en cas de difficulté notable lors de la bataille. La 5ème division Type B reçoit quant à elle le soutient de la 6ème division Type B afin de s’emparer de l’ouest de la Mandchourie, principalement en prenant les villes de Beipiao et Chendge, dont la chute devrait permettre de contrôler toute cette partie du pays mais aussi avec un accès quasi-direct à Beijing et Tianjin, où la 12ème Division Type A est présente pour défendre les concessions japonaises dans ces mêmes villes en cas de représailles de la part de la République nationaliste de Chine, laquelle est d’ailleurs restée absolument silencieuse depuis le début du conflit, un bon point pour elle. Comme pour la première offensive, le restant des divisions déployées assureront l’occupation desdits territoires tandis que l’aviation assurera un appui aérien autant que ce peut et de besoin ; et la marine continuera de protéger les eaux territoriales de l’Empire. Enfin, l'armée de Corée a toujours pour tâche de défendre les principales voies d'accès des territoires sous contrôle japonais de la péninsule. Quant à la proposition de négociations, Tokyo affirme qu’elle n’acceptera que la capitulation inconditionnelle de la clique de Fengtian, la cessation immédiate des combats et la reconnaissance du futur gouvernement qui sera institué en Mandchourie.

Formulaire pour l'Administration :
TOUR 2 - ATTAQUE

Nature de l'action : Invasion de la Mandchourie.

Forces terrestres :
Armée du Kwantung
QG : Ryojun
Commandant : Général Eitaro Hata
Effectifs : 80 000 soldats actifs, 107 750 réservistes, 51 500 chevaux, 54 tanks, 804 canons antiaériens, 269 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 8 divisions

2e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Akai Shunkai
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

3e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Koizumi Roku Ichi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

4e Division Type B
QG : Ryojun
Commandant : Lieutenant-général Hayashi yasakichi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

5e Division Type B
QG : Manpho
Commandant : Lieutenant-général Hisaichi Terauchi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

6e Division Type B
QG : Kanggye
Commandant : Lieutenant-général Kuroki Tamemoto
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

8e Division Type A
QG : Sinuiju
Commandant : Lieutenant-général Hajime Miyoshi
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 22 000 réservistes, 8 800 chevaux, 54 tanks, 104 canons antiaériens, 59 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 14 canons antiaériens Type 10 120mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 59 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm et 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats, 54 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

9e Division Type B
QG : Hoeryong
Commandant : Lieutenant-général Nagai Rai
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

16e Division Type B
QG : Hyesan
Commandant : Lieutenant-général Hyozo Matsui Ichiro
Effectifs : 10 000 soldats actifs, 12 250 réservistes, 6 100 chevaux, 100 canons antiaériens, 30 canons de campagne, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 3 900 soldats, 700 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 500 soldats, 2 000 chevaux et 30 canons de campagne Type 38 75mm), 1 régiment de reconnaissance (750 soldats), 1 régiment du Génie (900 soldats), 1 régiment de transport (2 500 soldats et 1 300 chevaux)

Armée de garnison de Chine
QG : Tianjin
Commandant : Général Kenkichi Ueda
Effectifs : 32 000 soldats actifs, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 1 division

12e Division Type A
QG : Tianjin
Commandant : Lieutenant-général Shiba Gorō
Effectifs : 32 000 soldats actifs, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

Armée de Corée
QG : Séoul
Commandant : Général Jirō Minami
Effectifs : 44 000 soldats actifs, 20 000 réservistes, 17 600 chevaux, 100 tanks, 200 canons antiaériens, 120 canons de campagne, 60 obusiers, 40 obusiers de siège, 600 véhicules, répartis en 2 divisions

19e Division Type A
QG : Ranam
Commandant : Lieutenant-général Yoshiyuki Kawashima
Effectifs : 22 000 soldats actifs, 10 000 réservistes, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

20e Division Type A
QG : Yongsan
Commandant : Lieutenant-général Masutaro Nakai
Effectifs : 22 000 soldats actifs, 10 000 réservistes, 8 800 chevaux, 50 tanks, 100 canons antiaériens, 60 canons de campagne, 30 obusiers, 20 obusiers de siège, 300 véhicules, répartis en 4 régiments d'infanterie (de 5 700 soldats, 1 000 chevaux, 90 canons antiaériens Type 88 75mm et 10 canons antiaériens Type 14 100mm), 1 régiment d'artillerie de campagne (2 400 soldats, 2 400 chevaux, 60 canons de campagne Type 38 75mm, 60 véhicules), 1 régiment d'artillerie lourde (1 000 soldats, 800 chevaux, 30 obusiers Type 38 12cm, 20 obusiers de siège Type 45 240mm), 1 régiment de reconnaissance (700 soldats, 200 chevaux et 60 véhicules), 1 régiment blindé (700 soldats et 50 tanks Type 89 I-Go), 1 régiment du Génie (1 000 soldats), 1 régiment de transport (3 400 soldats, 1 200 chevaux et 180 véhicules)

Forces aériennes :
Deuxième armée aérienne
QG : Séoul
Commandant : Major-général Torashirō Kawabe
Effectifs : 10 000 soldats du Service aérien et 734 avions (202 NiD 29, 27 bombardiers Kawasaki Ka 87, 140 bombardiers légers Type 88, 235 biplans de reconnaissance Type 88-I/II, 100 biplans de reconnaissance Kawasaki Army Type Otsu 1, 30 biplans d'entrainement Yokosuka K2Y1), répartis en 10 régiments aériens de 1 000 soldats du Service aérien et 72 avions

Forces maritimes :
Marine impériale japonaise
QG : Tokyo
Commandant : Vice-amiral Eisuke Yamamoto
Effectifs : 75 000 marins et 277 navires, répartis en 8 flottes

Flotte combinée
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Koichi Shiozawa
Effectifs : 30 500 marins, 2 cuirassés, 3 portes-avions, 1 porte-avions léger, 10 croiseurs, 20 destroyers, 4 pétroliers ravitailleurs, 1 charbonnier, 10 sous-marins, répartis en 2 cuirassés de classe Ise, 1 porte-avions de classe Akagi, 1 de classe Kaga, 1 de classe Hosho, 1 porte-avions léger de classe Wakamiya, 6 croiseurs de classe Nagara, 2 de classe Kuma, 2 de classe Tenryu, 20 destroyers de classe Momi, 4 pétroliers ravitailleurs de classe Notoro, 1 charbonnier de classe Muroto, 10 sous-marins de classe K3

Première flotte
QG : Yokohama
Commandant : Contre-amiral Zengo Yoshida
Effectifs : 12 500 marins, 8 cuirassés, 9 croiseurs, 12 destroyers, 3 pétroliers ravitailleurs, 1 charbonnier, 9 sous-marins, répartis en 4 cuirassés de classe Kongo, 2 de classe Fuso, 2 de classe Nagato, 3 croiseurs de classe Sendai, 1 de classe Asama, 1 de classe Yakumo, 1 de classe Azuma, 1 de classe Tsuhima, 1 de classe Tone, 1 de classe Yubari, 6 destroyers de classe Enoki, 4 de classe Momo, 2 de classe Umikaze, 3 pétroliers ravitailleurs de classe Notoro, 1 charbonnier de classe Muroto, 9 sous-marins de classe L4

Seconde flotte
QG : Nagoya
Commandant : Contre-amiral Shigetarō Shimada
Effectifs : 12 500 marins, 12 croiseurs, 65 destroyers, 3 pétroliers ravitailleurs, 12 sous-marins, répartis en 4 croiseurs de classe Nachi, 2 de classe Izumo, 2 de classe Kasuga, 2 de classe Furutaka, 2 de classe Aoba, 15 destroyers de classe Minekaze, 12 de classe Mutsuki, 11 de classe Fubuki, 10 de classe Kava, 9 de classe Kamikaze, 8 de classe Wakatake, 3 pétroliers ravitailleurs de classe Ondo, 4 sous-marins de classe J1, 4 de classe KD3a, 4 de classe KRS

Première flotte expéditionnaire
QG : Busan
Commandant : Contre-amiral Mitsumasa Yonai
Effectifs : 7 250 marins, 3 croiseurs de classe Chikuma, 2 destroyers de classe Sakura, 2 de classe Kawakaze, 1 de classe Urakaze

Deuxième flotte expéditionnaire
QG : Ryojun
Commandant : Contre-amiral Kiyohiro Ijichi
Effectifs : 4 250 marins, 2 croiseurs de classe Kuma, 4 destroyers de classe Amatsukaze

Première flotte sous-marine
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Mineichi Koga
Effectifs : 3 500 marins, 18 sous-marins, répartis en 4 sous-marins de classe KD3b, 4 de classe KT, 4 de classe L2, 3 de classe L3, 3 de classe K4

Deuxième flotte sous-marine
QG : Yokohama
Commandant : Contre-amiral Shirō Takasu
Effectifs : 3 500 marins, 14 sous-marins, répartis en 3 sous-marins de classe F2, 2 de classe K1, 2 de classe F1, 2 de classe K2, 2 de classe L1, 1 de classe KD1, 1 de classe KD2, 1 de classe KD4

Flotte de protection côtière
QG : Tokyo
Commandant : Contre-amiral Saburo Hyakutake
Effectifs : 1 000 marins, 1 navire de défense côtière de classe CMB-55, 4 divers navires armés de classe Seta, 1 de classe Chihaya, 1 de classe Uji, 1 de classe Saga, 1 de classe Ataka, 1 de classe Sumida, 1 de classe Fushimi, 1 de classe Toba, 1 de classe Atami, 13 mouilleurs de mines de classe Natsuhima, 2 de classe Kamome, 1 de classe Tokiwa, 1 de classe Aso, 1 de classe Katsuriki, 1 de classe Shirataka, 1 de classe Itsukushima, 6 dragueurs de mines de classe Asakaze, 4 de classe W1, 2 de classe W5
Carte de l'invasion :

Détails de l'action :
- Les 3ème, 4ème et 8ème divisions Type B doivent prendre Baichengzi et Qiqihar.
- La 16ème division Type B est envoyée s’emparer Jiamusi.
- La 9ème division Type B a pour ordre de prendre Beian, et si besoin est, rallier les trois premières divisions à Qiqihar pour s’emparer de la ville.
- Les 5ème et 6ème divisions Type B doivent s’emparer de l’ouest mandchou, notamment en prenant Beipiao et Chendge.
- La 12e division Type A se retranche dans les nombreuses concessions japonaises en Chine.
- Le reste des divisions de l’armée du Kwantung se contentera de progresser pour occuper les territoires, elle ne devrait pas tomber sur des garnisons significatives d’hommes. Elle aura éventuellement pour tâche de faciliter la logistique des divisions à l’offensive contre les villes.
- L'armée de Corée doit défendre la péninsule coréenne.
- L’aviation japonaise basée en Corée par le biais de la seconde armée aérienne entre en action afin harceler et pilonner les troupes chinoises.
- La Marine impériale défend les eaux nippones.





Dernière édition par Sirda le Mar 2 Mai 2017 - 16:46, édité 1 fois
avatar
Sirda
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1098
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Shikkoku le Mar 2 Mai 2017 - 15:44

Administration :

Merci, lors de la rédaction de vos posts, de fournir immédiatement une carte des opérations. La demande ne pourra être traitée sans carte.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Shikkoku le Mar 2 Mai 2017 - 16:59

Modération :

Tour 2 :

Défense de la Mandchourie :

Malgré les tentatives de Zhang Xueliang de fuir l'avancée de l'armée japonaise pour mieux regrouper ses troupes et offrir une résistance, la corruption et les divisions internes dans sa faction où peut se sentent obligé de défendre leurs terres mais préfèrent défendre leurs intérêts ont eu raison de la résistance du Fengtian et du Nord-Est chinois.

Les troupes nippones n'ont rencontré aucune résistance coriace non plus dans leur seconde percée à travers les vastes plaines fertiles des abords du Heilongjiang, le fleuve principal de la Mandchourie.


Soldats japonais utilisant des tactiques d'escouades pour sécuriser Qiqihar.

Si l'hiver avait protégé les hommes de Zhang Xueliang et stoppé l'avancée impériale, dès les premiers dégels, l'armée ennemie avança avec une rapidité, une fermeté et une efficacité impossible à contrer pour les soldats peu entraînés du seigneur de guerre.

Qiqihar, Jiamusi, Xing'an et Chengde sont toutes tombées. Les pertes militaires chinoises sont conséquentes, mais ne résultent pour la majorité pas d'attaques japonaises mais de luttes intestines désorganisées dégénérant en affrontements entre régiments. C'est une catastrophe.

Zhang Xueliang demande au Japon un cessez-le-feu et le début de la négociation d'accords de paix.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Sirda le Mar 2 Mai 2017 - 17:16



Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


● Invasion de la Mandchourie ●

……….A la suite de la violente seconde offensive nippone, il ne semble plus rien rester de la clique de Fengtian, sinon un dirigeant paralysé par la puissance militaire japonaise qui n’a de cesse de réclamer la paix. Son pays est désormais principalement contrôlé par l’armée impériale qui, en deux attaques seulement, est parvenue à s’en emparer quasi-intégralement, ne laissant que quelques territoires au nord, sans intérêt, puisque toutes les principales villes arborent désormais fièrement le drapeau impérial. Le premier-ministre Takahashi Korekiyo, conscient de cela, a estimé – après avis conforme de l’état-major – qu’il n’était plus nécessaire de poursuivre les offensives militaires et que l’ennemi se rendrait de lui-même, ses deux appels à la négociation le prouvant. Ainsi, le ministre des affaires étrangères, M. Kaneko Kentarō, a fait savoir au dirigeant de la clique, M. Zhang Xueliang, que la demande de cessez-le-feu était acceptée et que pouvaient s’ouvrir des négociations afin de définir la capitulation de la clique de Fengtian. D’emblée, l’Empire pose ses termes : capitulation définitive, démantèlement des troupes de la clique, cessation de tous les combats et reconnaissance de la disparition de la clique de Fengtian au profit du Grand État mandchou de Chine nouvellement créé sur l’ensemble dudit territoire, également appelé Mandchoukouo. Ledit ministre se veut être ferme : le refus de toute condition entraînera la fin immédiate des pourparlers ainsi que la reprise des offensives nippones et l’annihilation définitive des dernières troupes de la clique.


avatar
Sirda
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1098
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Shikkoku le Mar 2 Mai 2017 - 17:32

Modération :

Zhang Xueliang accepte les demandes nippones mais demande à pouvoir se voir allouer une retraite financière conséquente (de l'ordre de 5 000 dollars par mois) ponctionnée sur les frais du futur état de la Mandchourie. Si le Japon accepte, alors la paix sera signée.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Sirda le Mar 2 Mai 2017 - 17:43



Empire du Japon
Dai Nippon Teikoku
大日本帝國


● Invasion de la Mandchourie ●

……….Bien que grandement surprise par l'unique exigence de la part de Zhang Xueliang, la délégation nippone accepte la demande de retraite financière en échange de l'acceptation de toutes les conditions préalablement posées par le ministre des affaires étrangères, M. Kaneko Kentarō, qui signa le traité, ainsi que le premier-ministre Takahashi Korekiyo et enfin l'empereur, marquant ainsi la fin de l'invasion nippone de la Mandchourie.

avatar
Sirda
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1098
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Shikkoku le Mar 2 Mai 2017 - 17:51

Modération :

Paix signée

- Création du Grand État mandchou de Chine par le Japon
- Destruction du pouvoir de Zhang Xueliang dans le Nord-Est chinois

Pertes chinoises :  56 000 tués ou blessés
Pertes japonaises : 12 000 tués ou blessés

- 75 000 soldats de Zhang Xueliang sont toujours prisonniers du Japon.

Ci-dessous, carte politique mise à jour de la Mandchourie (sujette à corrections mineures dans les prochaines heures sur le contour des provinces proches de Pékin)


Guerre close, lock du topic.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5363
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre] Invasion japonaise de la Mandchourie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum