[Guerre civile] Une Turquie divisée

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par IbroPasic le Mar 9 Mai 2017 - 19:39





Shqipëria
Albanie

Mai à juin 1934:

À cause du rapprochement entre le sultanat islamique ottoman et les russo-communistes (l’URSS), le Président, Shefqet bej Vërlaci, annonce que l’Albanie retire son soutien au Sultan. Les volontaires mujahidin albanais partis en Turquie dans les rangs du sultanat islamique ottoman pour combattre les rebelles kémalistes sont rentrés en Albanie, ils étaient 700 mais 108 ont été tués au combat, il ne sont alors que 592 à être rentrés. La proposition d’accueil du Sultan si il s’exile est retirée, comme la proposition d’organisation de négociations entre le sultanat islamique ottoman et les rebelles kémalistes. Désormais, l’Albanie soutient diplomatiquement les kémalistes a annoncé Shefqet bej Vërlaci.



IbroPasic
Ministre d'État
Ministre d'État

Messages : 893
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Iska le Jeu 11 Mai 2017 - 18:01

Tous les volontaires partis en Turquie sont priés de revenir en URSS sinon ils seront poursuivis pour trahison. La sortie d'autres volontaires est bien sûr interdite.
avatar
Iska
Modérateur
Modérateur

Messages : 422
Date d'inscription : 01/09/2016
Localisation : FRONCE

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par PanzerJager le Ven 12 Mai 2017 - 16:11


État impérial d'Iran

دولت شاهنشاهی ایران







Affaire Interne

Dans un communiqué , le Shah annonce que l'envoie de volontaire a l'Empire Ottomans est stoppé et que les frontières vers la Turquie sont fermé.Vu les récentes nouvelle venant du front , le Shah refuse d'envoyé a la mort tant de personne , cependant l'État impérial d'Iran continuera a accueillir quiconque demande asile
avatar
PanzerJager
Pupille de Chacun Son Pays
Pupille de Chacun Son Pays

Messages : 137
Date d'inscription : 12/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Vautour le Ven 12 Mai 2017 - 19:12

Modération:


La débandade des Ottomans continue, eux dont la chute assurée a été plus rapidement encore précipitée par le retrait des soutiens voisins qui, secrets ou assumés, croyaient voir dans la restauration impériale un renouveau puissant. En réalité au nord comme au sud les armées se sont rejointes et ont éparpillé les derniers lambeaux de leurs adversaires dans les grandes viles de Turquie. Les côtes sont prises de la Mer Noire et de la Méditerranée, désormais la reconquête sera une lutte vers l’intérieur est des terres difficiles d’accès. Samsun fut prise dès février, pour exemple; Gaziantep en avril. Pendant l’été les forces étaient concentrées sur le siège d’Antalya, bastion ottoman dont l’âpre défense n’empêcha pas la prise finale et la déroute des autorités impérialistes.

Du côté du sud-est (incluant la frontière avec la Syrie puis l’Irak), des révoltes ont débuté contre des soldats sans commandement, perdus, dont les généraux firent preuve par loyauté et un certain opportunisme, d’une grande férocité, prêts à tenir leurs positions, comme à Diyarbakir. Plus encore Kars devient un enjeu majeur, le terrain où turcs et kurdes se rencontrent dans leur lutte, les seconds souhaitant profiter de cette opportunité pour arracher leur indépendance d’une quelconque emprise centrale d’Istanbul : sans aucun doute soutenus de l’étranger ceux-ci ont aussi parvenu à se développer au sud et à l’ouest sur les restes fumants des Ottomans.

Les kémalistes ne doutant plus de leur victoire commencent ainsi la difficile phase de la stabilisation dans la capitale où des factions cherchent à se démarquer ou à s’entendre. Ayant reçu du soutien de l’Italie fasciste autant que de la France républicaine, des partisans d’un resserrement autoritaire se confrontent à des modérés pour le moment minoritaires. Les premiers notamment souhaitent écraser les kurdes à l’est et profiter d’une aide italienne des plus prégnantes tandis que les négociations avec les Français piétinent. Élu Président par la Grande Assemblée nationale de Turquie, Mustafa Fevzi Çakmak a montré que ses préférences tendaient de leur côté en annonçant que le Parti Républicain du Peuple resterait le seul autorisé dans le pays et qu’il faisait confiance à ses armées pour réinstaurer la souveraineté du gouvernement sur l’intégralité du territoire de Turquie. Il a toutefois refusé que soit constitué un mouvement nommé « Les loups gris », panturc et obscur - malgré quelques contestations -, dont il doutait des intentions et de l’intégrité, le pays étant en ces temps troubles assailli par le ingérences extérieures.

Pertes républicaines :
- 1150 soldats et 800 miliciens tués

Pertes ottomanes :
- 5900 soldats et 4500 milices tués

Carte :

- Violet : territoire sous contrôle républicain
-  Vert : territoire sous contrôle ottoman
- Jaune : territoire disputé
- Vert clair : territoire disputé par des Kurdes
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2161
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Aetius le Ven 12 Mai 2017 - 22:11

:globe: Italie :globe:

5 divisions italiennes sont envoyées aux côtés des Kémalistes (:mac: en réalité au côté des loups blancs :mac:) pour lutter contre les Ottomans. Elles représentent une force de 21 000 hommes (dont 4 000 bersagliers) et de 700 carro veloce, elle est accompagnée de la mobilisation de la Regia marina et de la Regia aeronautica.

Aetius
Président
Président

Messages : 1731
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Vautour le Sam 13 Mai 2017 - 13:04

Modération :

L’état-major kémaliste, s’il avait accepté le déploiement de quelques volontaires italiens sur son sol, n’a pas autorisé une telle force constituée de tant de divisons à entrer sur le territoire de la République. Aussi les troupes italiennes envoyées n’ont pu entrer dans les eaux turques.



Par Babaants.


Dernière édition par Vautour le Lun 15 Mai 2017 - 0:29, édité 2 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2161
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Vautour le Dim 14 Mai 2017 - 20:47

Modération :

« Les loups gris », qui se sont faits remarquer en fin d’année 1934, continuaient à Istanbul de tenter d’asseoir une domination artificielle qui interrogeait de plus en plus les cadres du gouvernement kémaliste. En effet suite à une guerre civile sanglante ayant coupé le pays en deux dans les esprits avec des camps tout deux bâtis, malgré les soutiens étrangers, sur un fort sentiment patriotique, les influences extérieures étaient de plus en plus ressenties par le Président élu qui n’appréciait point du tout un tel constat. Des rapports de sa police secrète des plus actives et d’officiers dont la loyauté, après des années de combat, ne faisait plus de doute, mentionnaient ainsi des livraisons d’armes italiennes en plus de celles qui furent adressées à ses forces, à ces mêmes « loups gris ». Mustafa Fevzi Çakmak avait donc décidé de dévoiler aux yeux du monde entier cette affaire qui lui paraîssait un coup monté de toutes pièces par de faux panturcs et de véritables pro-italiens.

La constitution d’une branche paramilitaire parmi eux, crainte par l’état-major qui ne souhaitait pas à ce moment où la victoire contre les Ottomans était acquise trouver des traîtres dans leur dos, fit plus de peur que de mal une fois découverte : les « loups gris » attaquèrent en effet le 2 février 1935 le siège du parti kémaliste dans la capitale tandis que la mairie était attaquée au même moment. Les deux assauts furent facilement repoussés, quoiqu’employant du matériel moderne (dont plusieurs chenillettes), faute notamment d’entraînement des soldats - pour la plupart de jeunes embrigadés facilement manipulables.

Suite à ces deux événements qui firent 27 morts parmi les soldats kémalistes, 12 fonctionnaires, 56 « loups gris » et 42 civils, un insurgé capturé et interrogé méthodiquement révéla plusieurs noms de rares hauts placés « loups gris » co-organisateurs, ainsi que de diplomates italiens investis. Le Président a fat expulser l’ambassadeur italien, plusieurs dignitaires italiens, et ordonner l’exécution de tous les impliqués. Les armées ont aussi été purgées par les officiers, loyaux et perspicaces. Si Çakmak reste sur une ligne nationaliste forte et quasi-autoritaire, il répugne désormais totalement le modèle fasciste et toute relation avec Rome.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2161
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Aetius le Dim 14 Mai 2017 - 20:53

:globe: Italie :globe:

Le talentueux Galeazzo Ciano est envoyé pour résoudre cette impasse diplomatique. Dans une réunion secrète avec les dignitaires turcs, il assure que les objectifs italiens ne sont pas uniquement de soutenir les Kémalistes face aux Ottomans, mais également de lutter contre la République d'Aarat, le bastion des Kurdes. Les Italiens ne comprennent pas le revirement diplomatique turc, n'est-ce pas l'Italie qui est le plus gros soutien des républicains dans cette guerre ? La France fait preuve de complaisance envers les soviétiques et les kurdes, vos plus grands dangers.

Les dignitaires italiens assurent être un soutien des loups blancs, mais ils n'ont pas commandités le coup d'état contre le gouvernement kémaliste. Notre idée est de soutenir les "loups blancs" pour qu'ils entrent légalement dans le gouvernement et soutiennent votre présidence. Nous pensons que seule la ligne fasciste pourra vaincre vos ennemis.

Ciano demande une nouvelle chance, il promet l'armement massif de la Turquie. Ainsi que nombreuses aides financières.


Dernière édition par Aetius le Dim 14 Mai 2017 - 23:33, édité 1 fois

Aetius
Président
Président

Messages : 1731
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 76

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par galx le Dim 14 Mai 2017 - 21:12

République Française:


La France adresse ses condoléances à la Turquie suite à l'attaque terroriste contre le siège du parti kémaliste. Par la même occasion Pierre Laval a tenue à souligner en privé aux responsables turcs que l'aide de la France, contrairement à celle de l'Italie, n'avait jamais eu pour motif une quelconque ingérence. Enfin, le ministre des affaires étrangères a rappelé que la France se tenait toujours au côté des républicains turcs et que tout accord civil ou militaire serait le bienvenue.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1795
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Vautour le Lun 15 Mai 2017 - 15:59

Modération :

Galeazzo Ciano, secrètement entré en Turquie et cherchant à entrer en contact avec le gouvernement, est immédiatement reconduit à la frontière une fois son origine et ses intentions dévoilées. Le Président Çakmak a trouvé une insulte du plus haut degré dans le fait d’oser essayer de serrer la main de celui que l’on avait trahi un peu plus tôt; et de vouloir refaire immédiatement une réputation à des « loups gris » haïs désormais dans tout le pays et ayant tenté un coup d’État.

Les Italiens, leurs armes, leurs paroles, tout leurs produits, rien n’est désormais le bienvenu en Turquie. Le Président a par contre remercié M. Laval pour son soutien en ces temps troubles.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2161
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Shikkoku le Mar 23 Mai 2017 - 9:37

Modération :

La paix pour la Turquie :

Nous sommes le 5 janvier 1936. Depuis maintenant presque 5 ans, depuis le 11 mars 1931, la Turquie s'entre-déchire. Les troupes du Sultan et son rêve d'Empire Ottoman ont galvanisé les foules anatoliennes dans le début de la guerre, mais la République a tenu bon, et derrière son gouvernement provisoire d'Izmir, a réussi à stopper les avancées ottomanes dans l'est du pays. Izmir d'ailleurs, ville martyr de la Seconde Révolution Turque, a lourdement souffert des bombardements. Sans parler de Gaziantep, où la famine seule a emporté des milliers d'enfants, de femmes et de vieillards.

La Guerre Civile Turque a été d'une violence rare. Des exactions sur les populations civiles eurent lieu à travers le territoire. Les Kurdes déclarèrent leur indépendance il y a maintenant près de 2 ans. La République d'Ararat, nommée République-soeur de la Seconde République Turque, a vaillamment défendu les montagnes du Kurdistan contre les troupes ottomanes.

Aujourd'hui, la paix est signée. Le 5 janvier 1936 marque la fin de cette guerre monstrueuse et le début d'une nouvelle ère pour la Turquie. La République a triomphé, le Sultan a été exécuté la veille, et des procès sont en cours pour juger les officiers ottomans et les responsables des crimes civils. Certains journalistes appellent à une justice totale et notamment envers des officiers républicains responsables de massacres. Ils sont rapidement mis sous silence par le gouvernement.

La Turquie est pacifiée, la Seconde République, son chef Mustafa Fevzi Çakmak et son parti, le Parti de la Nation, dirigent d'une main de fer la reconstruction de la Turquie.


Violet : Seconde République de Turquie
Vert-Cyan : République D'Ararat

Sur le plan des relations internationales, la Turquie a du se replacer dans l'échiquier. Les tentatives italiennes de déstabiliser la République ne sont pas oubliées, et les relations sont très très froides entre Istanbul et Rome. De même, plusieurs indices ont laissé à penser que les Soviétiques avaient soutenu de diverses manières les Ottomans, et Mustafa Fevzi Çakmak a dénoncé les exactions soviétiques, augmentant les tensions entre les deux pays.
S'il est un pays que la Turquie n'oubliera pas, c'est la République Française, qui par son soutien dans un moment crucial, a réussi à redonner de l'espoir aux turcs, et a permit d'empêcher la chute d'Izmir.

Sur le plan intérieur, le pays est grandement meurtri : 330 000 turcs ont été tués ou blessés gravement. Plusieurs dizaines de milliers sont toujours portés disparus. Ce qui est certain, c'est que le gouvernement républicain en sort plus militarisé que jamais, et des milices continuent de chasser les derniers soutiens ottomans dans le territoire.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5405
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Shikkoku le Mar 23 Mai 2017 - 9:37

Modération :

Armistice signée. Sujet verrouillé.
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5405
Date d'inscription : 22/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guerre civile] Une Turquie divisée

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum