[x] Royaume de Belgique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[x] Royaume de Belgique

Message par Clemenceau le Ven 14 Avr 2017 - 23:16

¤ Royaume de Belgique ¤

 





¤ La Brabançonne ¤







¤ Carte ¤







¤ Informations globales ¤



Informations principales



Nom : Forme courte : Belgique | Forme longue : Royaume de Belgique

Nombre d'habitants : 8.4 millions d'habitants

Nombre d'hommes en âge de travailler : 3.5 millions d'habitants

Langues officielles : Français, néerlandais et allemand

Religion majoritaire : Catholicisme romain

Monnaies : Franc belge, franc congolais et belga

Superficie : 30 528 km²

Capitale : Bruxelles



Description



................La Belgique, en forme longue le Royaume de Belgique, en néerlandais België et Koninkrijk België, en allemand Belgien et Königreich Belgien, est un pays d'Europe de l'Ouest, bordé par la France, les Pays-Bas, l'Allemagne, le Luxembourg, et la mer du Nord. Politiquement, il s'agit d'une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire. La Belgique couvre une superficie de 30 528 km² avec une population de plus de huit millions d'habitants. Située à mi-chemin entre l'Europe germanique et l’Europe romane, la Belgique abrite principalement deux groupes linguistiques : les néerlandophones (qui constitue 57% de la population), et les francophones (qui représente 43% des Belges). De plus, il y a également un petit groupe de germanophones, officiellement reconnu. Les deux plus grandes régions belges sont la région néerlandophone de Flandre au nord et la région francophone de Wallonie au sud. L'arrondissement de Bruxelles, officiellement bilingue, est une enclave majoritairement francophone dans la Région flamande. La communauté germanophone se situe dans l'est de la Wallonie. La diversité linguistique de la Belgique et ses conflits politiques connexes sont reflétés dans son histoire politique et son système de gouvernement complexe. Historiquement, la Belgique, le Royaume des Pays-Bas et le Luxembourg étaient connus sous le nom de la région historique des Pays-Bas, qui correspondaient à un territoire un peu plus vaste que l'actuel Benelux. La région était appelée Belgica en latin, d'après la province romaine de Gallia Belgica, qui couvrait plus ou moins la même superficie. De la fin du Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle, le territoire correspondant à l'actuelle Belgique était un centre commercial et culturel prospère et cosmopolite. Du XVIe siècle jusqu'à la Révolution belge en 1830, quand la Belgique fit sécession des Pays-Bas, le territoire belge fut le théâtre de nombreuses batailles entre différentes puissances européennes, ce qui l'entraîna à être surnommé le « Champ de Bataille de l'Europe », une réputation qui fut renforcée par la Grande Guerre. Depuis son indépendance, la Belgique participa à la Révolution industrielle et, durant le cours du XXe siècle, elle se constitua plusieurs colonies en Afrique.

 

¤ Politique ¤



Caractéristiques du pays et description du système politique



Type de puissance : Puissance régionale européenne et coloniale

Type de gouvernement : Monarchie parlementaire et constitutionnelle



Description du système politique



................La Belgique est une monarchie constitutionnelle et parlementaire qui fonctionne de jure sur le principe de la démocratie représentative. Le Parlement est élu par scrutin proportionnel plurinominal. Le vote est obligatoire et secret. Seules les habitants ayant la nationalité belge peuvent voter pour les assemblées belges. Ce système politique, dans lequel le gouvernement est responsable devant un parlement élu à la proportionnelle, a généralement pour conséquence que l'exécutif doit être formé par une coalition de partis qui dispose de la majorité au Parlement. L'influence des partis, et singulièrement des présidents de partis, est donc très grande. La politisation, mais aussi le pouvoir d'initiative du gouvernement et la grande cohésion des groupes parlementaires, font que la majorité parlementaire suit la plupart du temps les décisions de l'exécutif. À l'origine, la Belgique était un État unitaire dont la seule langue officielle était le français, mais dont la majorité de la population parlait des dialectes germaniques. À la suite de la généralisation de l'enseignement en néerlandais et en français, et au rattachement des Cantons de l'Est germanophones en 1919, la Belgique est devenue un État officiellement trilingue néerlandais, français et allemand. La Constitution belge du 7 février 1831 a subi depuis sa création des révisions successives. L’État belge est un État unitaire décentralisé : un certain nombre de compétences sont accordées par la Constitution et la loi aux provinces et aux communes, mais ces entités restent soumises à la loi et à la tutelle de l’État.

 

Roi des Belges






Roi de Belgique : Albert Ier

   

................La Belgique étant une monarchie constitutionnelle, les pouvoirs du roi sont définis par la Constitution belge. Le premier paragraphe de l’article 33 de la Constitution dispose que « tous les pouvoirs émanent de la nation », ce qui au XIXe siècle contrastait fortement avec les monarchies parlementaires des pays voisins où les monarques détenaient le pouvoir Dei gratia. Ce faisant, le roi n'est pas couronné et ne porte aucun attribut habituellement associés aux rois. Néanmoins cela n'empêche pas de parler de « Couronne de Belgique » pour désigner l'État belge, comme il apparaît dans l'« Ordre de la Couronne ». La Constitution, dans ce qu’elle dit du roi, est restée depuis 1831 jusqu’à aujourd’hui pratiquement inchangée. Mais derrière cette stabilité des textes, la pratique a énormément évolué. En effet, on distingue traditionnellement les pouvoirs constitutionnels du roi : certains sont personnels au roi et d’autres sont de facto exercés par le gouvernement. Il reste que tout acte gouvernemental doit porter la signature royale en sus de celle d’un ministre au moins. Tout au long de l’histoire de la Belgique, l’autorité des actes gouvernementaux a crû au détriment de l’autorité royale. Néanmoins, le roi des Belges demeure un des souverains ayant conservé le plus de pouvoirs par rapport notamment aux souverains du Royaume-Uni et de Suède. Il conserve notamment l’initiative de s’adresser à la Nation, du choix des sujets traités et de la composition de ses discours, mais sous la surveillance ministérielle, alors que le discours du trône lu par Élisabeth II a été totalement rédigé, à la virgule près, par son premier ministre. Le principe fondamental de la monarchie belge est qu’aucun acte du roi n’est suivi d’effet sans la validation d’un ministre. Les ministres étant responsables devant la Chambre des représentants, l’action du roi est contrôlée indirectement par le Parlement. En outre, le roi des Belges est le chef des armées : dans les faits, il contrôle réellement les opérations et dirige son état-major. Depuis le 23 décembre 1909, le roi des Belges est Albert Ier.
Premier ministre







Premier ministre et ministre des Colonies : Henri Jaspar (PC)



................Le Premier ministre de Belgique est le chef du gouvernement du Royaume de Belgique dont il coordonne l'action. Le siège officiel du gouvernement belge, appelé Chancellerie, se trouve 16, rue de la Loi, connue aussi comme « le 16 ». La Résidence du Premier ministre de Belgique, située rue Lambermont, est communément appelée « le Lambermont ». Dès 1830, les gouvernements formés portaient le nom du ministre qui les avait constitués. Cependant, ce formateur n'avait pas de statut spécifique. En effet, dès 1831, le roi présidait les Conseil des ministres. Cependant, cette fonction s'est élargie et celui qui portait le titre de « chef de cabinet » devint bientôt compétent pour proposer au roi les titulaires des portefeuilles. Ce « chef de cabinet » avait aussi pour fonction de présider en l'absence du roi. En 1918, le terme de Premier ministre fut utilisé pour la première fois dans les documents officiels. C'est à cette date qu'il obtint aussi un cabinet. Peu à peu, le roi se fit remplacer de plus en plus souvent par le Premier ministre lequel vit son poste prendre de l'importance. Cependant, il continuait d'exercer un autre portefeuille. Le rôle du Premier ministre dans la formation et la démission des gouvernements été inscrit dans la Constitution belge. Il décide de la répartition des compétences et règle les conflits au sein du gouvernement. En plus de la coordination de la politique du gouvernement, le Premier ministre doit également s'assurer que l'accord ayant vu naître la coalition soit respecté. Il préside les réunions du Conseil des ministres et du Conseil ministériel restreint, le « kern ». Au Parlement, il répond aux interrogations des députés et sénateurs sur les politiques menées. Il dépose, avec ses ministres, des projets de loi qu'ils exposent aux commissions compétentes. En tant que représentant du gouvernement auprès des principales institutions, il est régulièrement reçu par le roi, réel détenteur de l'exécutif. Il représente aussi le gouvernement lors de ses déplacements en Belgique, dans d'autres États, ou dans les différentes organisations internationales (de concert avec le ministre des Affaires étrangères). Le Premier ministre est assisté par des vice-premiers ministres. Ensemble, ils forment le cabinet intérieur (dit « kern »), où les principales décisions sont préparées pour le Conseil des ministres. Il est habituel que chaque vice-Premier ministre nommé appartienne à un parti différent. L'un d'eux remplace le Premier ministre en son absence. Depuis le 20 mai 1926, le Premier ministre est Henri Jaspar, à la tête du gouvernement Jaspar II formé par le Parti catholique et le Parti libéral.



Membres du Conseil des ministres






Premier ministre et ministre des Colonies : Henri Jaspar (PC)

Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères : Paul Hymans (PL)

Vice-Premier ministre et ministre de la Défense nationale : Charles de Broqueville (PC)

Vice-Premier ministre et ministre de la Justice : Paul-Émile Janson (PL)

Ministre de l'Intérieur et de la Santé publique : Henri Baels (PC)

Ministre des Arts et des Sciences : Maurice Vauthier (PL)

Ministre des Finances : Maurice Houtart (PC)

Ministre de l'Agriculture et des Travaux publics : Jules Van Caenegem (PC)

Ministre de l'Industrie, du Travail et de la Prévoyance sociale : Hendrik Heyman (PC)

Ministre des chemins de fer, des Postes et du Télégraphe : Pierre Forthomme (PL)

Ministre sans portefeuille : Edith Schippers (PL)



Gouverneur-général du Congo belge : Auguste Tilkens

Consul de la concession belge de Tientsin : Tony Snyers

Consul de la concession belge de Tanger : Alphonse van Cutsem



................Le gouvernement belge se compose de plusieurs ministres, en général issus d’une coalition de différents partis, auxquels sont éventuellement adjoints des secrétaires d’État. Le pouvoir exécutif est exercé par le Roi et les ministres. Le Roi nomme et révoque les ministres. Avant de ce faire, il consulte d’abord : les présidents de chaque chambre du parlement, les présidents de partis, les syndicats, éventuellement les ministres d’État. Il désigne ensuite un informateur, qui est chargé de rédiger un rapport sur base de consultations, puis un formateur, qui est chargé de mettre au point la composition et le programme du futur gouvernement. Le premier ministre est nommé dès qu’un accord a pu être dégagé par le formateur (généralement nommé premier ministre). Les autres ministres et secrétaires d’État sont nommés sur proposition du formateur. Enfin, la Chambre des représentants est chargée de procéder à un vote de confiance. Le gouvernement est formé de plusieurs ministres qui forment le Conseil des ministres, en général majoritairement français. Des secrétaires d’État peuvent être adjoints à des ministres : ils font partie du gouvernement mais sont exclus du Conseil des ministres. Les ministres et secrétaires d’État ne sont responsables que devant la Chambre des représentants. Les ministres se regroupent de la manière suivante : le Conseil des ministres est chargé de la conception de la politique gouvernementale, il prend les décisions importantes et approuve les projets de lois ainsi que les arrêtés qui doivent être délibérés en son sein en vertu de la loi ; le Conseil de gouvernement comprend en outre les secrétaires d’État et il ne se réunit que pour les décisions les plus importantes ; les Comités ministériels sont formés afin de préparer les décisions à prendre par le Conseil des ministres ou le Conseil de gouvernement ; le Conseil de la Couronne est composé du gouvernement et des ministres d’État, il ne se réunit sous la présidence du Roi que pour les crises graves ; le Conseil des ministres restreint (ou Kern) est composé du Premier Ministre, des vice-Premiers Ministres (et éventuellement du Ministre ou secrétaire d'État en rapport à l'ordre du jour) afin de prendre les décisions les plus importantes ; enfin les ministres réunis en conseil qui exercent les prérogatives royales lorsque le Roi meurt ou se trouve dans l'impossibilité de régner. Le Conseil des ministres a le devoir d'élaborer et d'adopter les avants-projets de loi, il élabore le budget de l’État soumis à l'approbation de la Chambre des représentants, il doit exécuter les lois en vigueur, il dirige les relations internationales et il nomme avec le Roi les fonctionnaires, les magistrats, les gouverneurs et les bourgmestres.



Composition du Sénat






Président du Sénat : Charles Magnette (PL)



Parti catholique : 38 sièges

Parti libéral : 13 sièges



Parti ouvrier belge : 36 sièges

Frontpartij : 3 sièges

Parti ouvrier chrétien : 3 sièges



................Le Sénat est une des deux chambres du Parlement belge, l'autre étant la Chambre des représentants : il siège au palais de la Nation. À l'origine, l'existence d'un Sénat correspond à une conception du pouvoir dans laquelle une telle institution constitue un contrepoids conservateur à la Chambre des représentants. Pour être éligible, il fallait être âgé de 40 ans et payer 1 000 florins (c'est-à-dire 2 116 francs de l'époque) d'impôt, ce qui signifie que dans les années 1830, seules 400 personnes pouvaient être élues. Dans la pratique, pendant longtemps il ne se trouva personne dans la province du Luxembourg pour atteindre ce seuil très élevé. Lors de l'élaboration de la constitution, le Congrès national avait cependant prévu un nombre minimum d'éligibles (un par 6 000 habitants pour chaque province), en recourant aux personnes les plus fortunées de la province. Les sénateurs sont élus pour huit ans. Les élections ont lieu tous les 4 ans et concernaient la moitié des sénateurs. Le Sénat compte 93 parlementaires, dont 53 élus directs, 26 issus des conseils provinciaux et 14 cooptés. La Chambre des représentants et le Sénat ont les mêmes pouvoirs et une loi doit être votée et adoptée dans les deux assemblées, les sénateurs étant en moyenne plus âgés (âge minimal : 40 ans) et plus expérimentés que les députés (âge minimal : 25 ans).



Composition de la Chambre des représentants






Président de la Chambre des représentants : Émile Tibbaut (PC)



Parti catholique : 71 sièges

Parti libéral : 28 sièges



Parti ouvrier belge : 70 sièges

Frontpartij : 11 sièges

Parti communiste de Belgique : 1 siège



................La Chambre des représentants de Belgique ou, plus communément, La Chambre, est l'une des deux chambres du parlement belge siégeant au palais de la Nation, l'autre étant le Sénat. L'hémicycle se compose de 181 députés. La Chambre des représentants est, avec le Sénat, l’une des deux assemblées législatives de Belgique au niveau national ; ils constituent ensemble ce que l’on appelle parfois le « Parlement ». Ces deux assemblées forment avec le Roi, le pouvoir législatif national en Belgique puisque le Roi (sous la responsabilité de ses ministres) peut émettre des projets de loi et qu’une fois votées les lois sont sanctionnées par Lui. La Chambre se compose de 181 membres, que l’on nomme « députés », élus directement au suffrage universel pour une période de quatre ans : la « législature ». La dissolution de la Chambre des représentants peut toutefois survenir dans certains cas (telle une déclaration de révision de la Constitution) et abréger ainsi la législature. Les députés sont soumis à un statut conçu de manière à leur permettre d’exercer idéalement leur mandat : ils bénéficient ainsi de certaines immunités (non absolues) les protégeant de poursuites ou d’actions judiciaires abusives auxquelles les exposerait l’exercice de leurs fonctions et tombent, par ailleurs, sous le coup de certaines incompatibilités. La fonction législative est évidemment la plus connue de celles que doivent exercer les députés. Ils participent ainsi à l’élaboration de la loi, en votant celle-ci, mais également en prenant l’initiative de proposer des lois (on parle alors d’une loi adoptée sur initiative parlementaire). Cette fonction législative est exercée conjointement avec le Sénat et, formellement, le Roi. D’autres fonctions sont dévolues à la Chambre des représentants : ainsi en est-il, par exemple de l’approbation du budget et des traités internationaux auxquels la Belgique souscrit, ou encore du contrôle qu’elle exerce sur l’action du Gouvernement. Pour l’exercice de ce contrôle, la Chambre peut utiliser différentes techniques (interpellations parlementaires, commissions d’enquêtes parlementaires, etc.) ; elle bénéficie également des informations que lui communiquent différentes institutions, telle la Cour des comptes. Seule la Chambre (et plus le Sénat) peut mettre le Gouvernement ou un ministre en minorité, ce qui, dans certaines conditions, peut conduire à leur démission.



¤ Économie ¤



Description de l'économie



................Dans un pays comme la Belgique, le système économique est capitaliste mais avec intervention étatique. Il s'agit d'une économie de marché fondée sur l'initiative des entrepreneurs privés et sur l'intervention régulatrice de l'État. Divers facteurs sont à l'origine de développement du rôle de l'État dans la vie économique et sociale, comme par exemple les guerres et en particulier la Grande Guerre. La Belgique est un pays à l'économie développée. Actuellement, avec une superficie de 30 528 km² et une population de près de huit millions d'habitants, le produit intérieur brut de la Belgique se situe parmi les trente premiers du monde. Densément peuplée, la Belgique se trouve au cœur de l'une des régions les plus industrialisées du monde. Elle fut la première région d'Europe continentale à entrer dans la Révolution industrielle au début du XIXe siècle et s’empara dès 1889, d'un formidable réservoir à matière première, une colonie, le Congo. L’industrie belge acquit ainsi depuis 1889 d’énormes quantités de matière première à faible coût. Elle développa rapidement d'importantes infrastructures ferroviaires, routières et portuaires pour assurer son commerce avec les pays voisins. L'importance de sa position commerciale s'explique par la position géographique centrale en Europe, et une main d'œuvre globalement qualifiée, multilingue et productive. Le secteur industriel belge peut être comparé à une machine complexe : il importe des matières premières et des produits semi-finis, qui sont ensuite ré-exportés une fois traités. Sauf pour son charbon, la Belgique ne dispose pas de ressources minérales naturelles exploitables : elle les trouve donc dans ses colonies, notamment le Congo belge. Nombre de secteurs traditionnels sont cependant présents dans son économie : ceci est dû à ses infrastructures de transport routier, ferroviaire et fluvial mises à profit par la sidérurgie, les textiles, le raffinage pétrolier, la chimie, l'agro-alimentaire, les produits pharmaceutiques, la construction automobile, l'électronique et les constructions mécaniques. L'ensemble de ces activités est favorisé par la position de la Belgique entourée par les Pays-Bas, l'Allemagne et la France, au carrefour des communications entre la Grande-Bretagne et l'Europe continentale, au centre de la zone d'Europe de l'Ouest la plus développée.



Finances



Revenus publics : + 67.5 milliards de francs belges

Dépenses publiques : - 69.5 milliards de francs belges



Budget de l’État : - 2 milliards de francs belges



Exportations : + 46.2 milliards de francs belges

Importations : - 42.3 milliards de francs belges



Balance commerciale : + 3.9 milliards de francs belges



Informations complémentaires

Produit intérieur brut :
40 207 millions $ (1 453.2 milliards de francs belges)
Croissance du produit intérieur brut : -0,9%

Part du PIB dans le secteur primaire : 30%
Part du PIB dans le secteur secondaire : 52%
Part du PIB dans le secteur tertiaire : 18%

Taux de chômage : 2%
Parité USD/BEF = 1/50
Inflation : 4.5%

 

¤ Armée belge ¤






Effectifs



Nombre d'hommes : 220 000 hommes (184 500 actifs et 35 500 réservistes)



Nombre de tanks : 75 tanks

75 Renault FT



Nombre de véhicules légers : 400 véhicules légers

400 Berliet CBA

50 Ford Model A



Nombre de canons : 767 canons

350 75mm modèle 1897

200 105mm modèle 1913 Schneider

90 155mm modèle 1917 Schneider

58 155mm modèle 1917 GPF

32 155mm modèle 1915 St. Chamond

20 37mm modèle 1916 TRP

15 65mm modèle 1906 Montagne

2 194mm modèle 1917 GPF

L'armée était composée de sept corps d'infanterie garnis à Bruxelles, à Anvers et à Liège, et à deux divisions du Corps de cavalerie partiellement mécanisé à Bruxelles et aux Ardennes. Le Corps était le suivant:

I Corps avec les 1ère, 4ème et 7ème divisions d'infanterie
II Corps avec les 6e, 11e et 14e divisions d'infanterie
III Corps avec les 1er chasseurs d'Ardennais et les 2ème et 3ème divisions d'infanterie
IV Corps avec les 9e, 15e et 18e divisions d'infanterie
V Corps avec trois divisions
VI Corps avec trois divisions

¤ Aéronautique militaire ¤






Effectifs



Nombre d'hommes : 25 000 hommes (20 000 actifs et 5 000 réservistes)



Nombre d'avions de reconnaissance : 51 avions de reconnaissance

41 Br.19 A2

10 Potez 33.10



Nombre de bombardiers légers : 180 bombardiers légers

108 Fairey Fox II

72 Breguet 19 B2

Corps de Torpilleurs et Marins
Flottes:
.
9 Torpilleurs Classe A1
. 3 Torpilleurs Classe A22
. 1 Escorteur
En 1924, le Corps comprend 26 officiers, 70 sous-officiers et 585 marins. À ceux-ci s'ajoutent 3 officiers et 22 sous-officiers français servant de conseillers techniques.
Tout ceci est situé a Bruges

¤ Relations extérieures du Royaume de Belgique ¤



................L'indépendance du Royaume de Belgique et sa neutralité sont garanties par le traité des XXIV articles, signé en 1839, violé une fois uniquement par l'Allemagne pendant la Première Guerre Mondiale : pour éviter la réitération de cette erreur, la Belgique signa les accords de Locarno en 1925. Toutefois, Bruxelles préfère se protéger, comme le montre la signature de l'accord militaire et secret franco-belge imposant un pacte de défense collective entre ces deux nations en 1920.




Fiche très inspirée de la fiche d'Alaminsk.


Dernière édition par Clémenceau le Dim 16 Avr 2017 - 10:36, édité 5 fois

Clemenceau
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 59
Date d'inscription : 16/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Belgique

Message par galx le Sam 15 Avr 2017 - 15:58

Modération :

Équipement :
Spoiler:
Marine nationale :
- 9 Torpilleurs Classe A1
- 3 Torpilleurs Classe A22
- 1 Escorteur
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1795
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Belgique

Message par galx le Dim 16 Avr 2017 - 10:24

Validé.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1795
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Belgique

Message par Clemenceau le Dim 16 Avr 2017 - 19:56

¤Royaume de Belgique¤

                                                   
Affaires étrangères


En raison de la situation de l'Europe et la position du Royaume de Belgique, le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Paul Hymans a aujourd’hui proposé une rencontre à plusieurs pays telle que : La France, l'URSS, l'Allemagne, L'Italie et les Pays-Bas.

La République Française:

Paul Hymans a écrit:Bonjours mon amis Aristide Briand, du fait de la collaboration entre nos deux nations, il est essentiel pour nous peuples de Belgique et souverains de nos terres de proposer à la France une collaboration économique en effet nos deux marchés se doivent de devenir moins dépendant des États-Unis d'Amérique qui subissent une lourde crise qui pourrait nous touché à notre tours ! Si vous acceptiez je vous invite à ce que nos deux Ministres : Pierre-Étienne Flandin (Français) et  Maurice Houtart (Belge) se rencontre rapidement

République de Weimar:

Paul Hymans a écrit:Je souhaite vous rencontrez aujourd'hui pour vous posez une unique question : Quelle est votre position a notre égards.

Union des républiques socialistes soviétiques:

Paul Hymans a écrit:Au vu de l’émergence de votre puissance et la nécessite pour le Royaume de Belgique de se tourner vers vous pour des ressources industrielle car en effet nous possédons énormément de ressources minières mais nous n'avons pas une industrie assez compétentes pour produire un surplus considérable se qui nous pénalise mais avant tout nous aimerions savoir se que pense l'URSS du Royaume de Belgique.

Royaume d'Italie:

Paul Hymans a écrit:Il est important pour nous aujourd'hui de vous rencontrez, le Royaume de Belgique se dit inquiet par votre tournure politiques.

Royaume des Pays-Bas :

Paul Hymans a écrit: C'est avec une grande joie que j'accepte de vous rencontrez.

Paul Hymans

Affaires Intérieures


Le Ministre des Finances Maurice Houtart doit faire face à l'une des pires époques, la crise en Amérique est violente et menace d'arriver en Europe. Pour contrer celle-ci le Ministre compte sur un commerce nationalisé, en effet il ne s'agit pas d'attaquer le commerce intérieur mais de nationaliser les entreprises qui commercent à l'étranger, en effet la Belgique exportant en masse beaucoup de matières premières arrivées du Congo a bâti une bonne économie marchande, malheureusement elle est privée pour l'ensemble, le Gouvernement a donc dévoilé le Plan Houtart :
- Nationaliser 3/4 des entreprises belges de commerces de matières premières.
- Développer nos ports et nos infrastructures.
- Nommer la "méga"-entreprise : Compagnie Royale Belge.
- Fouiller le Congo à la recherche d'autres minerais.
- Réduire les importations en augmentant la production de bien civils
- Impôts douaniers augmentés pour les entreprises privées de commerce outre-marin
Tout ceci en 3 ans ce qui devrait selon Maurice Houtart nous épargner bien des embrouilles.

Maurice Houtart

Clemenceau
Haut Commissaire
Haut Commissaire

Messages : 59
Date d'inscription : 16/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Belgique

Message par Vautour le Mar 23 Mai 2017 - 19:03

Suite à une trop longue période d'inactivité le pays est repris par Twinkless.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2161
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [x] Royaume de Belgique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum