¤ V1930 ¤ Bilans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Vautour le Dim 9 Avr 2017 - 16:39

BILANS



• Les bilans sont des récapitulatifs le plus souvent économiques et géopolitiques donnant un résumé par pays des points les plus importants abordés d’une année à l’autre.
• Les bilans servent à la fois d’aiguillage pour les nouveaux venus dans le jeu mais aussi à donner des indications sur les effets d’une politiques, bon ou mauvais, avec notamment le plus souvent l’attribution d’un taux de croissance des PIB par pays.

[VOIR ICI.]


Dernière édition par Vautour le Dim 4 Juin 2017 - 20:24, édité 4 fois
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1549
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Mer 19 Avr 2017 - 22:06

BILAN ÉCONOMIQUE - 1930


Spoiler:
Albanie : -1.4%
Les mesures prisent par le nouveau gouvernement albanais ont un résultat mitigé. Si les conditions de vie des salariés se sont améliorées, le chômage a fortement augmenté. En effet les mesures prise ont alourdi le coût du travail sans pour autant améliorer la productivité. De plus les salaires étant bloqué à la baisse les quelques entreprises d’Albanie ont dû licencier massivement pour résister à la crise. Ainsi le dualisme entre les personnes ayant un travail et les autres a fortement augmenté.

Allemagne : -2.75%
La situation allemande se dégrade rapidement. Le retrait des capitaux couplés aux dettes de guerre ont paralysé l’activité économique du pays. Résultat 5 millions de personnes s’ajoute au 2.5 millions de chômeur déjà existant. L’investissement diminue de presqu’un point (en pourcentage du PIB) ce qui accentue les problèmes du manque de travail. La misère se développe rapidement surtout dans les grandes villes. Le pire reste dans la situation des banques allemandes dont la survie ne dépendait que des capitaux américains. Ainsi à l’aube de 1931 plusieurs grandes banques sont menacées de faillite ce qui pourrait encore aggraver la situation économique et politique.

Belgique : -3%
Pour l’instant l’économie belge a été plus impactée par les mesures récentes du gouvernement que par la crise. En effet la nationalisation d’un grand nombre d’entreprise a entrainé une forte désorganisation de la production. L’administration publique n’a pas reçu les moyens ou n’a pas eu les compétences nécessaires pour gérer un tel afflux de problème. Cette situation a parfois entrainé un arrêt de la production et donc des exportations préjudiciable à la croissance. Ces nationalisations ont aussi accélérer l’inquiétude des investisseurs entrainant ainsi une chute plus rapide des montants investis. Cependant à terme la nationalisation d’une partie du secteur du commerce des matières premières permettra sans doute à l’Etat de dégagé des recettes conséquentes. Enfin sur le plan monétaire la Belgique a elle aussi subis de nombreuse attaque sur son taux de change notamment à cause des anticipations liés à de possible augmentation des dépenses publiques.

Bulgarie : +3.1%

Canada : -3.2%

Égypte : -5.6%
La population égyptienne a rapidement déchanté quant à la création d’un régime parlementaire. En effet quelques mois après sa formation, le chef de l’assemblée pris la décision de nationaliser l’ensemble des terres agricoles. Cette décision fut un véritable désastre économique. En effet la désorganisation de la production est totale car aucune structure véritable n’a été mise en place pour remplacer la propriété privée. Les paysans ont tout simplement quitté leurs terres ou refusé de livrer leur production à l’Etat. En tout la production a chuté de plus de 35% sur l’année. De plus de nombreuses émeutes ont éclaté dans les campagnes ou les paysans se sont attaqués avec virulence au symbole du gouvernement. Les résidents britanniques se sont aussi fortement indignés contre la loi les excluant du marché du travail organisant plusieurs manifestations dans les grandes villes du pays.

Etats-Unis d’Amérique : -7.2%
En cette année 1930 l’économie américaine connait un ralentissement inouï et qui se propage rapidement au reste du monde. En l’espace d’un an plus de 1300 banques ont fait faillite entrainant une paralysie économique totale. Les derniers établissements de crédit encore debout entreprennent de rapatrier en masse les capitaux prêté en Europe ce qui amplifie d’autant plus la baisse du cours des titres. En tout le pays compte déjà 6 millions de chômeur aux conditions de vie de plus en plus précaire. Les mesures prises par le gouvernement comme l’expulsion de 30 000 mexicains n’ont suffi à endiguer le chômage. De plus en plus de fermier se retrouve exproprier par les banques fautes d’avoir pu honorer leurs engagement. Le prix des terrains agricoles comme ceux de la production connaissent une baisse importante (+ de 15%). Les aides de l’etat aux entreprises proposé par Hoover allait dans le bon sens cependant le manque de budget les ont rendu peu efficace. De plus de nombreux économistes ou membres du parti républicain critiquent violemment cette intervention jugée intrusive de l’Etat. En attendant les fermetures d’usine se multiplient à travers tout le pays créant ainsi d’immense zone sinistré.

France : -0.9%
La France est moins touchée par la crise que les autres pays européens grâce à son ouverture plutôt faible et à la solidité du Franc. Celui apparait en effet comme une valeur refuge face aux difficultés américaines. Fin 1930 le chômage ne touche que 2.9% de la population ce qui est faible par rapport aux autres pays européens. De plus le gouvernement dégage cette année-là un excédent record 15.1 milliard de Franc soit 3.5% du PIB. Les chantiers militaires liés à la Ligne Maginot et les investissements lié à la commande polonaise ont permis d’amortir la baisse de l’emploie. Il est cependant certain que la France sera touchée avec retard par la crise au vue de la situation dans les autres pays européens.

Iran : -2.2%
L’actualité économique de l’Iran a été marquée par la volonté annoncée de Reza Shah de nationaliser les installations pétrolière britannique ou du moins de renégocier les traités signés entre les deux pays. Cette annonce a provoqué une baisse des IDE britanniques en direction du pays mais aussi une forte méfiance sur les places boursières par rapport aux titres de l’APOC. Dans un autre domaine l’instauration d’une taxe sur certaines terres agricoles a provoqué un fort mécontentement dans le nord du pays. Plusieurs familles ont tout simplement refusé de payer et les envoyés du gouvernement ont parfois été accueillis à coup de pierre. D’une manière générale la perception de la taxe n’a pas été à 100% efficace mais elle a au moins permis au Shah de dégager une petite marge budgétaire.

Italie : -3%
Les investissements italiens réalisés au cours de l’année ont permis de limiter grandement la chute du PIB. Cependant les fortes dépenses italiennes ont aussi accru le déficit et n’ont pas réellement permis d’endiguer le chômage qui augmente rapidement. De plus la stabilité de la monnaie italienne a aussi été remise en question par les dépenses budgétaires trop importante.

Japon : -1.9%
Les mesures protectionnistes mise en place par les Etats-Unis et la chute de la demande ont fortement réduit les exportations japonaises plongeant ainsi le pays dans la crise. Sur le marché des changes le Yen est massivement convertit en or et en dollars ce qui asphyxie progressivement la banque centrale japonaise. Celle n’aura en effet bientôt plus les moyens de défendre sa monnaie face au retrait massif des capitaux américains. Alerté, le gouvernement devra prendre une décision rapidement pour éviter la complète crise de change. En attendant le chômage augmente fortement et l’investissement sur l’archipel connait une chute libre.

Pays-Bas : -1.1%
La chute de la croissance est limitée par le plan de relance enclenché par le gouvernement. Cependant cette brutale augmentation des dépenses a conduit à de nombreuses difficultés monétaires. Toute l’année la banque centrale a ainsi dû intervenir sur le marché pour éviter une osrtie du GES. La politique restrictive qu’elle a dû mener à non seulement réduit ses réserves en devises mais a aussi annulé l’impact du plan de relance initiale. Le chômage a donc légèrement augmenté dans le pays de même que les faillites d’entreprises.

Pologne : -2.4%
La Pologne subit de plein fouet la baisse important de la demande venant de l’Ouest de l’Europe. Ainsi les exportations de charbon diminuent fortement. Les investissements publics réalisés ont quand même permis de limiter la hausse du chômage. Cependant l’augmentation des dépenses publiques a aussi augmenté les tentions pesant sur le Zloty. La jeune banque centrale polonaise a donc dû intervenir à plusieurs reprises pour défendre la parité-or de sa monnaie faisant donc diminuer ses réserves de change.

Royaume-Uni : -1.5%
Malgré le ralentissement économique ambiant, le Royaume Uni résiste pour l’instant assez bien aux effets de la crise. La puissance de Livre permet toujours d’attirer les capitaux même si les investissements connaissent une tendance à la baisse. Certains secteurs souffrent quand même fortement de la crise et c’est le cas notamment de la construction naval où le chômage atteint 40% des actifs. De plus la fragilité des banques allemandes et autrichiennes auxquelles les britanniques ont massivement prêtés risque de remettre en cause c’est équilibre instable. En même temps un retrait des capitaux anglais aurait pour effet immédiat la faillite de ces banques et le non remboursement des créances.

Suède : +2.3%
La Suède est l’un des rares pays d’Europe à ne pas véritablement subir les effets de la crise mondiale. La dévaluation rapide de la monnaie a permis au pays d’augmenter de manière importante ses exportations à destinations des autres pays européens. Si quelques difficultés bancaires sont quand même survenues, la situation est globalement sous contrôle.

Turquie / Ottomanie : -2.5%

URSS : +5.6%
En Union soviétique l’industrialisation à marche forcée connait ses succès mais aussi ces revers. La production a ainsi fortement augmenté dans le secteur de l’industrie lourde (+10%) et dans les mines de charbon. Le nombre d’actif dans le secteur secondaire a ainsi augmenté de 14% en à peine un an. Cependant les biens de consommation et l’agriculture sont les oubliés de ce plan quinquennal. En effet la situation des paysans reste toujours problématique. L’approvisionnement des villes en denrée alimentaire est encore très aléatoire. De plus l’exode rural étant insuffisant, l’industrie connaisse une pénurie important de main d’œuvre. L’économique soviétique est aussi parcouru de nombreuse pénurie ainsi que de tensions inflationnistes.

Venezuela : +0.8%
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Durin le Mer 19 Avr 2017 - 22:58

BILAN GÉOPOLITIQUE - 1930


Spoiler:
Albanie :
Le Roi est assassiné au début de l’année. Shefqet bej Vërlaci est élu président. Le parti communiste est interdit. Les femmes obtiennent le droit de vote et la conscription est étendue de 18 à 24 mois. Au milieu de l’année, le pays bascule dans un système à parti unique.

Allemagne :
La politique allemande est dans une situation trouble. Le nouveau président Heinrich Brüning qui était vu comme un symbole d'espoir pour résoudre les différents problèmes (surtout économiques) de la République est en effet désormais en mauvaise posture face à un Reichstag hostile. La seule solution envisageable pour lui permettre de gouverner serait une coalition, chose qui n'est pas acquise car une des seules options serait le SPD, dont Hindenburg est un ennemi assumé. Pendant ce temps, les manœuvres politiques de Brüning pour passer outre le Parlement ont conduit à de violentes manifestations, composées principalement de militants d'extrême-gauche et d'extrême-droite. Sur le plan international, l'Allemagne est relativement transparente malgré quelques sollicitations sans importances.

Belgique :
La nationalisation de nombreuses entreprises belges à provoqué un grand remous politique, notamment au Parlement. L'opposition mais également le Parti Libéral se sont dits outrés par cette mesure, qu'ils contestent bien sûr avec forte véhémence. Le Premier Ministre belge a intérêt à trouver une solution s'il ne veut perdre le soutien du Parti Libéral et se retrouver en minorité parlementaire. Sur le plan international, la Belgique a été très active. Celle-ci à en effet multiplié les demandes de rencontres avec divers pays européens. De plus, de nombreux accords bilatéraux ont été signés avec les Pays-Bas et un renforcement de la ligne de défense avec l'Allemagne a été entrepris. Ce dernier fait est quelque peu surprenant, l'Allemagne n'ayant pas une position menaçante envers la Belgique ou le Bénélux. À l'heure de la crise économique, cette décision a été vivement critiquée pour son coût et son inutilité apparente.

Bulgarie :
Le tsar Boris III s'est marié à une princesse italienne. Pendant ce temps, la Bulgarie a lors d'une rencontre avec l'URSS établi plusieurs accords (importation de céréales ukrainiennes, soutien des revendications de l'URSS par la Bulgarie, cession sous crédit d'avions soviétiques à la Bulgarie). Le tsar, durant son voyage de noce, a également rencontré une délégation française. La France a accepté de vendre des avions de reconnaissances à la Bulgarie et d'éponger quelques dettes en échange d'un certain favoritisme pour les entreprises françaises en Bulgarie. Le fait le plus notable du royaume reste cependant la création d'une force aérienne, interdite par le traité de Neuilly, ce qui n'a pas manqué de provoquer de vives réactions dans la communauté internationale, notamment à la Société des Nations.

Canada :
Le Canada s'est fait remarquer par ses coupes massives dans le budget militaire visant à économiser le plus possible. Plusieurs généraux de l'armée canadienne se sont plaints de cette décision unilatérale et lourde de conséquences du gouvernement. Par ailleurs, le Canada a vainement tenté de persuader diplomatiquement États-Unis et le Royaume-Uni de ne pas mettre en place des mesures protectionnistes.

Égypte :
Une monarchie parlementaire est instaurée. Une grande politique de nationalisation est validée. L’Égypte cherche à s’éloigner de l’influence britannique.

États-Unis d'Amérique :
Les États-Unis ont été assez transparents durant l'année 1930, le gouvernement concentrant tout ses efforts sur l'économie du pays, durement touchée par la crise de 1929.

France :
La France a commencé de grands travaux de fortification dans tout l’est du pays. Une certaine instabilité gouvernementale se fait sentir, avec la chute du gouvernement Tardieu puis son retour quelques jours plus tard. Des réformes sociales sont entreprises. L’Armée Française continue à s’intéresser au développement de nouvelles armes, notamment de chars d’assaut. La politique étrangère s’intéresse de près aux changements survenus dans les Balkans et dans le Levant.

Iran :
En Iran, Reza Shah, dirigeant du pays, s'assure de son contrôle absolu du pays et élimine les contre-pouvoirs. Outre une réforme du service militaire, le gouvernement iranien a également passé commande de matériel de guerre à l'URSS. Bien que réticent en ce qu’elle suspecte que plusieurs assassinats visant des militants communistes en Iran aient été fomentés, la nation soviétique reste ouverte au dialogue. Une rencontre avec Londres est également en cours, l'Iran ayant de fortes revendications au niveau des ressources pétrolières.

Italie :
Le gouvernement fasciste poursuit sa politique sans trop de surprises. L'objectif d'auto-suffisance total de l'Italie est poursuivi avec volonté par Mussolini. Ce dernier cherche également à étendre le fascisme dans le monde. Dans ce but, il a invité les frères musulmans égyptiens en Italie dans le plus grand secret.

Japon :
Chute des marchés. Le gouvernement propose à la Diète Impériale des mesures déflationnistes, très mal reçues; il est forcé de démissionner. Les libéraux cèdent la place aux conservateurs, portés par leur refus de baisser le budget de l’armée, une mesure extrêmement impopulaire. Takahashi Korekiyo, le Premier Ministre, apporte de l’espoir en étudiant les réactions étrangères à la crise. Le pays conçoit son premier automitrailleur.

Pays-Bas :
Le pays lance une modernisation conséquente de plusieurs moyens de défense nationale. Un plan de relance industrielle est lancé, tandis que des débats sur le réarmement animent la vie politique. Les Pays-Bas se rapprochent de ses voisins du Bénélux.

Pologne :
L’armée est réorganisée et un nouveau plan d’industrialisation lancé. Après un ultimatum concernant la nomenclature de la Constitution Lituanienne à la République de Lituanie, Vilnius refuse de céder aux demandes polonaises. Les tensions entre les deux pays augmentent. Un attentat ukrainien frappe le pays. Le pays est inquiet de la montée du NSDAP en Allemagne.

Royaume-Uni :
Un grand ralentissement économique se fait sentir, et le chômage augmente. Le Royaume-Uni, comme la France, s’intéresse vivement à la Turquie et à la Bulgarie, en changements politiques constants durant l’année.

Suède :
Le Royaume poursuit différents programmes d’armement et voit un nouveau gouvernement arriver au pouvoir. Il désindexe sa monnaie de l’or.

Turquie / Ottomanie :
Mustafa Kemal Atatürk, grand dirigeant turc, longtemps très populaire malgré quelques oppositions en ce début d'année 1930, est mort. Au grand étonnement de tous, le califat a été remis en place. De nombreuses commandes militaires ont également été faites par le nouveau gouvernement à divers pays, et une rencontre a été organisée avec l'URSS.

URSS :
L’industrialisation du pays se poursuit massivement. La conscription est élargie.

Venezuela :
Les tensions sociales augmentent dans le pays et la répression militaire est puissante sur les milieux ouvriers.
avatar
Durin
Modérateur
Modérateur

Messages : 1296
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Mer 26 Avr 2017 - 23:18

BILAN ÉCONOMIQUE - 1931

 
Spoiler:
Albanie : -1.6%

Allemagne : -8.3%
La faillite du Credit Anslat a définitivement plongé la République de Weimar dans une nouvelle détresse économique de grande ampleur. La chute de cette banque célèbre a provoqué un véritable raz de marée dans le système bancaire. L’Etat allemand c’est lui-même retrouvé en difficulté car les marchés financiers lui ont fermé leur porte. Heureusement le moratoire décidé en urgence avec l’accord des puissances européennes a permis de relâcher légèrement la pression financière. Par ailleurs la politique de rigueur menée par le Chancelier n’a pas arrangé la situation de la population allemande privé des aides d’Etats. Ainsi le nombre de chômeur a augmenté de 1.3 million en un an. Qui plus est l’investissement privé c’est très fortement contracté devant les anticipations pessimistes des agents. Le tout donnant un cocktail extrêmement explosif socialement parlant.

Belgique : -4.3%

Bulgarie : -0.5%
Les réparations de guerres plombent toujours plus l’économie bulgare malgré l’aide française. A cause de cela le plan de construction d’infrastructure mis en place par le gouvernement a dû être interrompu faute de financement. De plus le financement par emprunt devient compliqué face au point de la dette bulgare (notamment lié à la guerre).

Canada : -9.7%
L’économie canadienne suit la dégringolade américaine notamment à cause de l’augmentation des barrières douanières qui nuisent aux exportations. Sur place, le chômage a donc fortement augmenté provoquant un fort mécontentement parmi la population.

Egypte : -2.5%
L’abandon de la nationalisation des terres a permis à la production de repartir à la hausse (+10.5%) par rapport à l’année précédente. De plus le rétablissement des relations avec les britanniques ont rassuré les investisseurs étrangers. Le pétrole égyptien produit en quantité importante mais non exporté n’a pas fait augmenter le revenu nationale. Les restrictions sur la vente menace d’ailleurs tout simplement l’entreprise de faillite. En effet celle-ci réalise des pertes considérables. En ce qui concerne l’agriculture le nouveau modèle proposé par l’Etat n’a pas rencontré un grand succès. Les campagnes plutôt traditionnalistes n’ont qu’une petite confiance dans celui-ci surtout après la nationalisation temporaire.

États-Unis : -12%
La conjoncture américaine est toujours à la baisse malgré les efforts du gouvernement. Depuis le début de la crise la production industrielle a chuté de 53% par rapport à son niveau de 1929. En matière d’emploi les mesures d’expulsion des mexicains calmes l’ardeur de la population mais ne sont d’aucune utilité face à la montée du chômage. Cette année le nombre de demandeur d’emploi est ainsi passé de 8.9% à 16.3% de la population active. Partout dans le pays des associations de chômeur se forment pour lutter contre les expulsions et les saisis. Sur le plan bancaire le système a été fortement attaqué. A l’heure actuelle plus de 2300 banques ont déjà fermé provoquant ainsi la ruine de tous leur épargnant. Les salaires ont aussi connu une baisse spectaculaire (jusqu’à 60% dans les secteurs les plus touchés) jetant encore d’avantage de personne dans la misère. La situation sociale tendue se traduit aussi par d’importantes manifestations de chômeurs quasi-quotidiennes dans les rues des grandes villes. Dans le même temps des milliers de fermiers expulsés de leur terre viennent grossir la taille des bidonvilles américains. L’Etat américain connait aussi des difficultés avec un déficit record de 420 millions de dollars.

Espagne : -3.2%

Ethiopie : +0.9%
L’Ethiopie a entreprit avec succès une politique de modernisation agricole. Les engins et les méthodes acquis notamment auprès de la France ont permis une augmentation importante de la production. Malheureusement dans le contexte de crise du prix des biens agricoles cela n’a pas conduit à une hausse des revenus du pays. De plus ces biens sont les premiers touché par les multiples augmentations de droit de douane ce qui freine grandement les exportations.

France : -3.9%
La France est rentré dans la crise avec retard mais la contraction qui frappe le pays n’en ait pas moins violente. Le nombre de chômeur est passé de quasiment 0 à 450 000 ce qui pour la France est déjà énorme. Heureusement le pourcentage de l’investissement dans le PIB reste relativement stable ce qui permet à l’économie de respirer. Cependant avec la hausse des taux d’intérêt promis par le gouvernement Laval la situation pourrait empirer grandement.

Iran : -3.5%
Le blocage des capitaux opéré par le gouvernement a entrainé une fonte drastique des investissements en direction du pays. En effet les occidentaux refusent de placer leur argent dans un pays qui ne leur permettra pas de le récupérer rapidement en cas de besoin. Cela a bien sur un impact considérable sur la croissance. Dans le contexte de crise agricole, le système de prix minimum mis en place par le gouvernement coûte extrêmement cher. Le plafond de dépense fixé par le gouvernement a déjà été dépassé provoquant ainsi une remise en cause du système. L’armée a aussi exprimé sa colère suite à la baisse de 30% de ses crédits.

Italie : +0.3%

Japon : -2.7%

Pays-Bas : -3.9%
La crise allemande c’est fortement répercuté sur l’économie néerlandaise à cause des nombreuses interdépendances. La dépréciation du Florin a permis de relancer les exportations mais a aussi provoqué une fuite massive des capitaux du pays déstabilisant notamment les banques. De plus la baisse des droits de douanes a été préjudiciable aux entreprises hollandaise face à la concurrence par toujours très loyal des autres puissances mondiales. Le plan de modernisation de l’armée a aussi alourdi considérablement le déficit budgétaire.

Pologne : -4.7%
Malgré le plan industriel du gouvernement, la situation économique continue de se dégrader notamment à cause de la chute des exportations. La baisse des droits de douanes sur les produits agricoles a aussi aggravé la situation des paysans polonais qui ont vu débarquer chez eux les surplus américains vendu à des prix ridicules. La situation reste donc toujours très complexe d’autant que le déficit polonais file ce qui tend à remettre en cause la conversion or de la monnaie

Royaume-Uni : -5.6%
La crise s’aggrave au Royaume-Uni alors que la banque d’Angleterre connait de graves difficultés. Chaque mois qui passe diminue considérablement ses réserves en or. En effet depuis le début de la crise bancaire allemande la demande de conversion de la Livre vers l’or a explosé. Si le gouvernement ne réagit pas rapidement cette situation pourrait donner lieu à une grave crise de confiance dans les banques britanniques. En matière de chômage le nombre de demandeur d’emploi a encore augmenté de un million environ. De même la part de l’investissement dans le PIB a atteint son niveau le plus faible depuis 1925 (environ 8.5%).

Siam : -1.3%

Suède : +1%
Passer les premiers effets de la dévaluation, l’économie suédoise a de nouveau ralentit. Cependant l’augmentation des dépenses de l’état a permis de conserver un niveau de PIB stable. Cela pourrait toutefois conduire à un problème de soutenabilité des finances publiques.

Tchécoslovaquie : -5.1%

Turquie / Ottomanie : -8.5%
La guerre civile a provoqué une fuite massive des capitaux ainsi qu’un arrêt des investissements. La situation chaotique du pays a plongé une bonne partie de la population notamment du sud dans la misère. Heureusement l’aide agricole de la Bulgarie a permis d’éviter qu’apparaisse de trop grande difficultés alimentaires.

URSS : +2.1%

Venezuela : -5.7%
L’instabilité politique couplée à la chute de la demande américaine et européenne ont conduit à une forte baisse du PIB. Dans le même temps le chômage augmente accentuant encore la tension sociale du pays.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Durin le Mer 26 Avr 2017 - 23:54

BILAN GÉOPOLITIQUE - 1931


Spoiler:
Albanie :
L'Albanie a mis en place un système de corporations professionnelles et s'est déclaré neutre sur le dossier turque, bien qu'ayant manifester son accord pour accueillir le Sultan en cas d'exil.

Allemagne :
L'Allemagne a signé les accords de Prague avec la Tchécoslovaquie (concernant entre autre la question sudète), permettant de mettre fin aux tensions de la région. Dans le même temps, une affaire interne lié à l'affiliation au NSDAP d'officiers de la Reichsheer a semer le trouble dans la vie politique Allemande. Le dirigeant du NSDAP s'est voulu rassurant et a permis de calmer les tensions. Peu après, la faillite d'une banque majeure a créé une opposition politiques entre différents partis. Un front républicain s'est ainsi formé face aux extrêmes tandis que les réparations de guerre ont été suspendus avec l'accord de la France et du Royaume-Uni. De très violentes tensions entre l’extrême gauche et l’extrême droite du pays ont conduits à la mort de plusieurs centaines de personnes. Un bloc monétaire et diplomatique a été proposé à l'Autriche, la Tchécoslovaquie et la Hongrie. Pendant ce temps, les partis d’extrême se sont organisés en deux fronts opposés.

Belgique :
Le gouvernement belge a signé et ratifié le traité de Bruxelles, un accord de coopération avec les Pays-Bas.

Bulgarie :
Les élections législatives bulgares se sont terminées par la victoire d'une coalition de gauche. Le leader de cette coalition, devenu premier ministre, s'est malheureusement éteint quelques mois après la prise de ses fonctions dans des conditions suspectes. Il a été remplacé par un premier ministre plus libéral. Le Roi bulgare renforce son influence dans le pays en utilisant l'armée tandis que le gouvernement soutient de manière officieuse l'Empire Ottoman en Turquie. Le traité avec l'URSS a également été conclu.

Canada :
Le gouvernement canadien a rassuré les généraux protestataires, qui sont contents d'avoir étés entendus. Sur le plan international, le Canada s'est félicité que le Royaume-Uni ne mette pas en place des mesures protectionnistes.

Égypte :
L’Égypte renforce sa volonté d'indépendance. Le gouvernement à mobilisé l'armée et une demande de rencontre urgente à été envoyé à Londres. Dans les même temps, les citoyens britanniques vivant en Égypte ont été rassurés grâce aux annonces publiques sur l'éducation et le droit de travail des sujets de sa Majesté.

États-Unis d'Amérique :
Les États-Unis poursuivent le renvoi des immigrés mexicains dans leur pays d'origine. De plus, une rencontre avec le Japon a été organisée.

France :
Pierre Laval devient président du conseil après l'échec du gouvernement précédent. La modernisation des forces armées françaises se poursuit tandis que la situation en Indochine devient alarmante. La France apporte également un très fort soutien officieux à la Seconde République Turque. Le nouveau président a été élu : Paul Doumer.

Iran :
L'Iran lutte contre l'opium avec beaucoup de volonté. Le développement de l'agriculture nationale semble également être une des priorités du gouvernement. Quelques commandes militaires ont été effectués tandis que l'Iran s'inquiète de la situation en Turquie. Enfin, un traité sur l'exploitation du pétrole est en négociation avec le Royaume-Uni.

Italie :
En Italie, c'est le calme plat.

Japon :
Au Japon, Takahashi Korekiyo est devenu premier ministre. Une importante révolte à Taïwan à été réprimée dans le sang. Une tentative de coup d'état a eu lieu sans succès. En Corée, de violentes manifestations ont provoqués la mort de 146 personnes. Le gouvernement japonais à lancé un très fort investissement militaire tandis que la lutte contre les “factions” devient une des priorités du gouvernement.

Pays-Bas :
Le traité de Bruxelles à été signé avec la Belgique, ce qui renforce la coopération entre les deux pays. Le Luxembourg s'est également ajouté au traité. Les pays-bas ont commandés des blindés français et s'inquiète de la situation Turque. Le gouvernement tente également de maintenir son contrôle des indes néerlandaises tandis que la menace Japonaise provoque de grandes dissensions politiques.

Pologne :
Les élections polonaises ont été remportées par le BBWR qui a engagée une ré-organisaiton de l'armée. La Pologne s'inquiète de la situation internationale et produit du matériel de guerre. Un sommet a été tenté avec plusieurs pays mais les négociations n'ont pas abouties suite à un incident avec les représentants de la Tchécoslovaquie. Cependant un accord a pu être conclu avec l'Allemagne, accord certifiant que tout conflit territorial sera réglé par la voie diplomatique.

Royaume-Uni :
Après une crise politique d'importance, des élections anticipées ont été organisées. Le parti conservateur en est sorti largement vainqueur. La situation égyptienne inquiète au plus haut point le gouvernement britannique.

Suède :
La Suède est transparente au niveau international. Une coalition entre les deux principaux partis politiques du pays s'est formé pour faire face à la crise économique mondiale tandis qu'un développement conséquent de la Marine a été enclenché.

Turquie / Ottomanie :
En Turquie la guerre civile fait rage. L'Empire Ottoman tout récemment proclamé doit faire face à une opposition prenant la forme de la Seconde République Turque, soutenue officieusement ou non par la majorité des démocraties occidentales. L'Ottomanie a cependant pu compter sur l'URSS pour lui fournir secrètement une grande quantité de matériel militaire.

URSS :
Le gouvernement soviétique a mis en place un plan d'aide aux handicapés. De plus, l'URSS contient de soutenir massivement et officieusement les partis communistes des nations européennes, du pourtour méditerranéenne voir même d'Amérique du Sud tout en encourageant les actions illégales (assassinats...). Les mouvements nationalistes ukrainiens sont violemment réprimés. Dans le même temps, l'URSS a annoncé son adhésion à la Société des Nations.

Venezuela :
Des troubles sociaux d'importance se sont déroulés au Vénézuela. Profitant de la rente du pétrole, des prêts ont été proposés à l'international. Une alliance défensive a également été proposé à la Colombie et à l'équateur.

Royaume du Siam :
Au Siam, le Roi est de plus en plus critiqué. Il en est de même pour l'influence européenne en Asie.

Tchécoslovaquie :
La Tchécoslovaquie a signé les accords de Prague avec l'Allemagne. D'importants investissements militaires ont été réalisés.

Empire d'Ethiopie :
L' Éthiopie réalise d'importants efforts au niveau agricole pour développer le pays. Dans le même temps le gouvernement investit fortement dans l'armée nationale et coopère avec la France.

avatar
Durin
Modérateur
Modérateur

Messages : 1296
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Sam 6 Mai 2017 - 19:57

BILAN ÉCONOMIQUE - 1932 / 1933


Spoiler:
Albanie :
1932 : -1.2%
1933 : -0.8%

Allemagne :
1932 : -7.5%
1933 : +3.2%
Durant l’année 1932 l’économie allemande a poursuivi sa décente aux enfers. Le chômage a cependant légèrement diminué passant de 6 à 5.6 millions de personne. Depuis 1929 les prix de gros ont diminué de 30% ce qui marque l’importance de la déflation. Cependant l’arrivé d’Hitler au pouvoir et la relance de l’économie ont permis d’atteindre un taux de croissance positif pour l’année 1933. Il reste maintenant à voir si cette croissance sera durable ou non compte tenu de l’état actuel de l’économie allemande.

Belgique :
1932 : -3.3%
1933 : +1.5%

Bulgarie :
1932 : +1.1%
1933 : +0.9%
La baisse du taux directeur bulgare a permis une augmentation de la croissance économique. La baisse n’a cependant pas véritablement permis de casser le cercle déflationniste que connait l’Europe entière. En attendant cela a au moins permis de limiter les effets de la crise.

Canada :
1932 : -7.1%
1933 : -6.5%

Égypte :
1932 : -0.5%
1933 : +1.2%
L’économie égyptienne re-décolle lentement après le krach de 1930 lié à la nationalisation des terres. Le gouvernement a su tirer un revenus important de l’extraction pétrolière qui c’est exporté facilement vers le reste du monde. Dans le même temps le programme agricole a séduit de nouveaux agriculteur sans pour autant qu’une majorité y adhère (30% des agriculteurs y participent). Cependant après le prêt de de quatre millions de livre égyptiennes couplé à l’augmentation des dépenses ont conduit à l’augmentation de l’inflation. Elle atteint aujourd’hui les 7% et menaces clairement la stabilité monétaire égyptienne. Le pays pourrait en effet être victime d’une importante crise de confiance lié au manque de réserve or.

États-Unis :
1932 : -11.2%
1933 : -5.11%
L’économie américaine continue sa dégringolade entamée en 1929. Rien ne semble réussir à enrayer la spirale déflationniste et le cercle vicieux de la crise. Le nouveau président va donc devoir réagir rapidement s’il veut éviter une trop forte augmentation de la contestation populaire. Durant l’année 1933 le chômage à un atteint un nouveau record à 25% de la population active soit 12.6 millions de personnes. Pendant ce temps, la misère continue d’augmenter partout à travers les Etats-Unis.

France :
1932 : -8.8%
1933 : +4.5%
L’année 1932 a été terrible pour l’économie française avec un recul de 8.8% du PIB. Dans le même temps le chômage a atteint 15.4% de la population active. La politique monétaire restrictive menée par les différents gouvernements a provoqué une déflation de 8.4%. Depuis 1929, les exportations françaises ont chuté de 62% provoquant la fermeture de nombreuses usines. Heureusement, l’année suivante a connu un léger rebond économique. Le chômage est ainsi passé à 14% de la population active et la déflation a diminué fortement (-3.9%). Cependant, la dette publique est passée à 150% du PIB et le déficit a encore augmenté (2% du PIB).

Iran :
1932 : -1.8%
1933 : +2.3%
Le plan d’investissement massif lancé par le gouvernement iranien a porté ses fruits. Il a permis de rétablir une croissance positive tout en augmentant la production dans les domaines visés. Cependant il s’est aussi traduit par une augmentation importante de la quantité de monnaie en circulation dans le pays. L’Iran connait donc une inflation importante durant toute l’année 1933 avec une moyenne de 9.5%. Le prix des biens ont donc fortement augmenté pénalisant ainsi les revenus les plus faibles et notamment des agriculteurs qui ne sont pas indexé sur l’inflation. Ceux-ci ont d’ailleurs manifesté à plusieurs reprises leur colère devant la hausse générale du prix des biens (hors produits agricoles).

Italie :
1932 : +3.3%
1933 : -0.8%
L’économie italienne poursuit sa lente croissance. L’année 1932 a été marquée par l’augmentation forte des dépenses publiques qui a dopé l’économie dans tous les domaines cités. Cependant comme partout ailleurs l’augmentation des dépenses a donné lieu à une légère hausse de l’inflation. C’est surtout au niveau du déficit que la situation est plus compliquée. La hausse du déficit a d’ailleurs provoqué une légère crise de confiance sur les marchés financiers entrainant ainsi un léger recul de l’économie italienne pour l’année 1933.

Japon :
1932 : +5.2%
1933 : +7.6%

Ottomanie :
1932 : -13%
1933 : -12.5%
L’économie turque est complétement ravagé par le conflit en cours. La mobilisation des hommes à la guerre ainsi que la destruction par les combats des terrains agricoles ont provoqué une chute massive de la production. Cette baisse est difficilement compensable par les importations venues de Bulgarie ce qui engendre un peu partout dans les pays des pénuries alimentaires. La destruction des villes et des infrastructures empêche aussi toute reprise de l’économie. Le part de la population plongé dans la misère augmentant continuellement depuis le début du conflit.

Pays-Bas :
1932 : -1.4%
1933 : -0.24%
Les mesures prisent par les Pays-Bas au début de l’année 1932 ont permis de ralentir fortement la baisse du PIB. La dévaluation du florin ainsi que le rétablissement d’un protectionnisme intelligent ont permis de soutenir les exportations et l’industrie nationale. Les échanges avec la France et le Benelux ont quant à eux fortement augmenté comme l’avait souhaité le gouvernement. Malheureusement cela n’a toujours pas été suffisant pour disposer d’une croissance positive sur l’année 1933.

Pologne :
1932 : -4%
1933 : -0.8%
Malgré la baisse du PIB polonais sur deux nouvelles années consécutives, le plan de relance a portée ses fruits en permettant d’atténuer grandement les effets de la crise. De plus la dévaluation du Zloty a permis une augmentation des exportations polonaises soulageant grandement le secteur industriel. Malheureusement la contraction de la demande mondiale a empêché d’atteindre pleinement les objectifs du gouvernement polonais.

Suède :
1932 : -3.8%
1933 : -2.1%

Tchécoslovaquie :
1932 : -4.8%
1933 : -3.2%

URSS :
1932 : -1.16%
1933 : +3.9%
La désorganisation causée par la collectivisation a atteint son paroxysme en 1932 provoquant ainsi de nombreux blocages économiques et une baisse de la production. La famine continue de faire rage en Ukraine mais aussi dans plusieurs autres territoires soviétiques. Pendant ce temps la production industrielle continue d’augmenter d’un peu prêt 10% par an. L’urbanisation de la pollution augmente aussi fortement notamment à Moscou ou à Saint-Pétersbourg.

Venezuela :
1932 : -8.2%
1933 : -4%
La nationalisation des terres par le gouvernement vénézuélien a entrainé une désorganisation totale de la production agricole. L’accaparement des terres par le gouvernement ne s’est bien sûr pas déroulé sans heurt. Une partie des propriétaires terriens ont ainsi préféré brulé les récoltes et leurs champs plutôt que de les céder à un gouvernement marxiste. Résultat la production a chuté de plus de 50% en l’espace d’un an. L’augmentation de 20% des salaires a aussi accru le déficit public ainsi que l’inflation. Par ailleurs l’arrivé au pouvoir des communistes a entrainé une importante crise de confiance à l’internationale. Les investissements étrangers au Venezuela ont chuté de 70% en deux ans tandis que le taux d’intérêt de l’Etat a fortement augmenté.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Sam 13 Mai 2017 - 23:42

BILAN ECONOMIQUE - 1934


Spoiler:


Albanie: +1.1%

Allemagne: +6.9%
Le retour de la croissance allemande a surpris tous les plus grands économistes. L’augmentation des dépenses publiques liée au réarmement a permis de doper considérablement l’économie. Dans le même temps le chômage a donc fortement diminué notamment grâce au recrutement militaire et à l’exclusion des femmes de certains métiers.

Belgique: -0.7%

Bulgarie: -4.5%

Canada: +5%

Egypte: +1.8%
Alors que l’Egypte a réalisé plusieurs investissements massifs dans des secteurs diverses, la croissance reste moyenne. En effet la production mondiale de pétrole a fortement augmenté ces 4 dernières années provoquant une crise importante de surproduction et une baisse du prix du baril. Heureusement les accords passés avec l’Italie ont permis de limiter l’impact de cette baisse. Concernant les multiples investissements industriels les résultats sont limités. Tout d’abord la qualité de la main d’œuvre égyptienne reste faible ce qui ne facilite par leur efficacité. Ensuite, le manque de technologies se fait aussi grandement ressentir dans la production qui est souvent de piètre qualité. Enfin les produits égyptiens peinent à se développer à l’internationale sachant que le marché intérieur est relativement modeste. De plus la population reste fortement attachée au secteur rural et certaines industries connaissent donc des pénuries de main d’œuvre. En tout cas, les investissements auront au moins permis une croissance positive malgré une forte hausse de l’inflation (10%).

Etats-Unis: +3.5%

France: -3.8%
Le rebond économique de 1933 n’aura été que de courte durée. En 1934 le pib français c’est de nouveau contracté notamment à cause des sévères politiques déflationnistes mises en place par les différents gouvernements. Ainsi en France la déflation atteint les 8% tandis que la dette publique atteint 200% du PIB. Seule petite consolation le chômage diminue de 0.5 points pour atteindre les 13.5% de la population active.

Iran: +0.2%
Pour l’année 1934 la croissance iranienne est restée à un niveau faible. La baisse du prix du pétrole à l’échelle mondiale (lié à la surproduction) a fortement diminué les revenus de l’Etat augmentant ainsi le déficit. Parallèlement la hausse des taux directeurs a aussi pénalisé la croissance en rendant l’investissement privé compliqué.  Celui-ci connait d’ailleurs une baisse importante tout au long de l’année. Par ailleurs, les nouvelles industries iraniennes sont très peu compétitive à l’internationale et son aussi concurrencé sur leur marché intérieur par les firmes étrangères. Une partie d’être arrive donc péniblement à être rentable. Cette situation est d’autant plus compliquée que les obligations de remboursement les empêchent de retarder leur échéance. En tout cas l’inflation a bien diminué en atteignant le seuil des 6.7%. Autre problème de taille, la dette iranienne augmente aussi fortement à cause de la baisse de cours du pétrole.

Italie: +0.1%
La réforme agraire lancée par les fascistes a provoqué une forte colère chez les grands propriétaires terriens qui avait pourtant soutenu l’arrivé au pouvoir de Mussolini. De nombreux heurts ont éclaté dans les zones rurales à cause du refus de céder ses terres. Par ailleurs de nombreux actes de vandalisme ont été déclarés notamment des incendies volontaires de terrain qui allait être redistribué. Les grandes familles rurales ont d’ailleurs clairement fait savoir au gouvernement qu’elles n’en resteraient pas là. Globalement, la croissance italienne est maintenue par les dépenses publiques mais ralentit par la hausse des taux directeurs qui pénalisent l’investissement privé.

Japon: +1%

Pays-Bas: +0.5%
Les commandes publiques couplées à la dévaluation de 5% du Florin ont permis à l’économie néerlandaise de connaitre une croissance positive pour l’année 1934. Cependant cette croissance se paye par une nouvelle augmentation du déficit publique et de l’endettement du pays.

Pologne: +2.1%

Tchécoslovaquie: -0.6%

Suède: +1.2%

URSS: +9.6%
L’industrialisation soviétique se poursuit à un rythme effréné accentuant encore les déséquilibres entre les différents secteurs. L’agriculture est toujours largement paralysée par la collectivisation surtout dans le secteur de l’élevage ou la reconstitution du cheptel est extrêmement longue. Pendant ce temps la famine ukrainienne poursuit son cours tuant des villages entiers. Certaines zones de l’Ukraine sont aujourd’hui vidées de leurs habitants tandis que le nombre de victime continue de grimper.  
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Lun 22 Mai 2017 - 20:51

BILAN ECONOMIQUE - 1935

Spoiler:
Allemagne: +7.9%
L’Allemagne poursuit sa remonter économique à l’ombre du nazisme. Les grands groupes industriels ravis par la politique du führer à l’égard des communistes se montrent très reconnaissant envers le gouvernement. Le chômage est devenu en l’espace de quelques années un problème minime. Le seul petit bémol réside dans les tentions inflationnistes généré par les fortes dépenses publiques.

Canada: +6.7%

Bulgarie: -4.1%

Egypte: +1.4%

Espagne: -5.3%
L’instabilité croissante de l’Espagne nuit considérablement à son développement économique. Dans les campagnes le système traditionnel ancre durablement les territoires dans une très faible croissance de la productivité. En ce qui concerne les villes et l’industrie, les nombreuses grèves, manifestations, occupation d’usine ont fait chuter drastiquement la production. Aujourd’hui le gouvernement républicain fait donc fasse à une forte récession mais au vue de la situation politique cela ne risque pas de s’améliorer.

Etats-Unis: +5.5%
L’économie américaine repart doucement malgré la prudence budgétaire adoptée par le gouvernement. Celle-ci a quand même permis de réduire le chômage tout en diminuant le déficit à 2.5 milliard de dollars. La production industrielle repart légèrement à la hausse sans pour autant qu’on atteigne le miracle escompter. En effet malgré tout cela le pays compte encore 9 millions de chômeurs et de nombreuses personnes éprouvent toujours des difficultés à subvenir à leur besoin primaire.

France:c-2.5%
Le PIB français continue de se contracté en cette année 1935. Le chômage à même raugmenter par rapport à 1934 signifiant bien l’échec complet des politiques menées depuis cinq ans. Le déficit continue de se creuser malgré les plans d’austérité successifs. Il atteint aujourd’hui les 2.6% du PIB soit environ 10 milliards de franc. Seule bonne nouvelle, la dette c’est stabilisé autour des 200% du PIB. Cependant la déflation de plus de 8% rend toujours l’endettement français extrêmement explosif.

Hongrie: +3.5%
La Hongrie a elle aussi choisit la voie du réarmement avec les mêmes conséquences que ces voisins européens. Si les chiffres de l’économie réelle se portent bien (croissance, chômage, production,…), cela est beaucoup moins vrai pour la sphère monétaire et budgétaire. En effet le plan d’industrialisation à creuse le déficit public et à fortement augmenter l’inflation.

Iran: +1.5%
Les baisses de charges sur les entreprises présentent en Iran leur a surtout permis d’accroitre leur marge. Si quelques emplois supplémentaires ont été créés, il ne faut pas oublier que ces entreprises jouent un poids minime par rapport au secteur primaire. Par ailleurs la limitation des exportations de pétrole n’a pas fait significativement remontée les cours notamment car l’Iran a été le seul pays à la mettre en place. Enfin l’investissement industriel iranien perde en efficacité à cause notamment de la corruption, du manque de formation de la main d’œuvre et du manque de technologie moderne.

Italie: +6.2%
La nouvelle hausse des dépenses publiques à doper la croissance italienne. Le secteur de l’automobile en est particulièrement bénéficiaire (indirectement) puisque c’est vente ont littéralement explosé ces derniers mois. Les ménages italiens de la classe moyenne (surtout dans le nord du pays) semble totalement conquis pas les joies de l’automobile. Les usines d’armement tournent elle aussi à plein régime ce qui leur permet d’embaucher de nombreux paysans du sud. Cependant l’économie de guerre coûte cher au gouvernement italien et même si les résultats sont bons, les tensions inflationnistes pourraient venir ternir le tableau.

Pays-Bas: +2.5%
La croissance néerlandaise est soutenue par les dépenses militaires du gouvernement. Cependant ce modèle n’est pas forcément viable à long terme dans le sens ou cela aggrave le déficit de jour en jour. De plus les ressources industrielles nécessaires au réarmement coûtent aussi cher au pays car celui n’est pas autosuffisant.

Pologne: +2.7%

Suède: +4.2%
Alors que le gouvernement suédois poursuit une politique militariste semblable au régime allemand, la croissance poursuit son cours. Les multiples commandes publiques en matière d’armement et l’ouverture de chantier de fortification ont permis de soutenir grandement le PIB tout au long de l’année 1935. Cependant, la marge de manœuvre du gouvernement suédois est faible et le déficit public se creuse rapidement. La dette pourrait donc augmenter fortement dans les prochaines années et déstabiliser l’économie suédoise.

Grèce: +1.4%
La réforme agraire passe très mal auprès des propriétaires terriens expropriés. Les plus puissants d’entre eux ne se gêne pas d’utiliser leur réseau de client pour faire remonter leur revendication au gouvernement. Dans certaines zones à reculer du pays, l’administration publique est même paralysée en signe de protestation. En effet la corruption endémique augmente considérablement les moyens de pression des riches propriétaires terriens qui n’hésitent pas à chasser les envoyés de l’Etat parfois même avec l’aide de la police locale.

URSS: +11.8%
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Vautour le Sam 27 Mai 2017 - 12:52

BILAN GÉOPOLITIQUE - 1932 / 33 / 34 / 35 / 36

Spoiler:

Allemagne :
Après l’élection de Paul von Hindeburg à la présidence de la République c’est Adolph Hitler du NSDAP qui a été élu au titre de Chancelier, maintenant par la suite sa majorité à l’Assemblée. Le Reichstag est peu de temps après frappé par un incendie tandis que les symboles allemands sont revus et les livres de penseurs déviants interdits. De vastes plans économiques sont engagés sur fond de haine anti-juive dans plusieurs endroits du pays et d’interdiction des partis et mouvements politiques. Hitler s’assura ainsi de sa pleine emprise sur l’Allemagne, évinçant ses opposants, chassant la SA, devenant le Führer du Reich après la mort du président. La suite fut une longue série de de mesures militaires. La dernière année est marquée par une remilitarisaton du Rheinland.

Amérique du Sud :
En 1932 deux guerres éclatent en Amérique du Sud : la Guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay; la Guerre colombo-péruvienne aux protagonistes évidents. La première est emportée après un conflit haletant, chancelant et éreintant, par la Bolivie, qui annexe tout le Chaco et dispose désormais d’une frontière aux portes de la capitale paraguayenne - l’inaction des deux géants voisins joua un grand rôle dans cette résolution. La seconde se solde par une victoire colombienne chèrement payée sur sa fin et l’intégration dans son giron du trapèze de Leticia. Le sergent Fulgencio Batista a sinon pris le pouvoir à Cuba. Au Brésil, Getúlio Vargas, fut élu Président par le Congrès national en 1934 et se maintient depuis au pouvoir, vainqueur d’une tentative de révolution et chassant aussi bien les fascistes (AIB) que les communistes (PCB).

Arabie Saoudite :
En mars 1934 les Saoudiens lancent l’assaut contre les forces idrissides et yéménites et avancent sur les côtes, prenant Hodeida. Ils sont pourtant forcés de reculer et les Yéménites parviennent à reprendre l’avantage faisant qu’en juillet 1935 ils négocient une paix très profitable, élargissant leur territoire et instaurant l’indépendance de l’Émirat d’Asir qui leur est désormais fidèlement allié.

Autriche :
En 1934 un coup d’État nazi avorte, et le Chancelier Dolfuss est assassiné. Les mouvements d’extrême-gauche mais aussi nationalistes-nazis sont interdits, l’annexion de l’Autriche est redoutée.

Belgique :
La Belgique est jusqu’à maintenant restée relativement silencieuse.

Bulgarie :
La rumeur d’un réarmement bulgare aura fait couler beaucoup d’encre en Europe, symbole du non-respect du traité de Neuilly.

Canada :
Le Canada est stable, calme. Aux dernières élections de 1935 les libéraux l’emportent et les socialistes créent la surprise.

Chine :
Les nationalistes parviennent en 1933 à chasser définitivement les communistes grâce à une vaste opération d’encerclement. Tournés vers le Tibet et les cliques hostiles (notamment le Xinjiang pro-soviétique) ils parviennent à susciter une révolution tibétaine et à soutenir la création d’une République du Turkestan Oriental, tout en avançant au nord via la Clique des Ma. Pour autant la RTO fut finalement écrasée par des troupes soviétiques les conquêtes de Ma ont un avenir incertain.

Égypte :
De vives tensions ont éclaté en 1932 entre le gouvernement du Roi Fouad Ier et le gouvernement britannique menant finalement à des pourparlers, et à une autonomie accrue de l’Égypte contre la séparation du Sinaï et, évidemment, du canal de Suez.

Espagne :
L’Espagne a été durement frappé par la division de son territoire avec la République de Catalogne devenue indépendante. Surtout, cela a motivé d’autres groupes de travailleurs et activistes politiques a mené de semblables mouvements, créant ainsi une nouvelle république aux Asturies et au Pays Basque (1935). Au printemps 1934 par ailleurs, un général ayant tenté un coup d’État raté est revenu et a provoqué une vague insurrectionnelle en Andalousie. La ligne de front au sud stagne, tandis que les socialistes du nord survivent sur le dos d’une Madrid vacillante.

États-Unis d'Amérique :
En Mars 1933 les États-Uns ont connu frayeur et vacarme lors d’une révolte ouvrière à San Francisco qui y a proclamé une commune insurrectionnelle. Mené par l’activiste Carlo Tresca, le mouvement a rapidement été réprimé avec une forte brutalité par le Président nouvellement élu, faisant plus de 2 500 victimes. Le reste de la période est marquée par une relative atonie, quoique le pays semble depuis peu se réveiller et entrer de plus en plus dans les affaires européennes.

France :
En 1932 Laval est renversé par le Sénat, suivant les nombreuses grèves et manifestations tenues en France. La même année le Président est assassiné, choquant l’opinion publique. Aux élections législatives, c’est le « Cartel des Gauches » qui l’emporte quoique, parallèlement, les ligues d’extrême-droite gagnent en importance. La crise est à la fois économique et politique, et à la première ce sont plutôt rigueur et coupes qui viennent tenter de combler les brèches. En 1933 la troisième guerre du Maroc est ouverte, les révoltés marocains étant écrasés par les autorités coloniales; plus tard l’Indochine et la Syrie causeront quelques soucis à la France, rapidement résolus eux aussi. L’année suivante une affaire de corruption ébranle une nouvelle fois le parlement menant le gouvernement Daladier à la démission. En 1935 les gouvernements continuent de se succéder et le Front Populaire d’appeler à la manifestation tandis que le budget est toujours plus resserré; il arrivera lors des élections législatives de 1936 en tête, provoquant une folle excitation et l’arrivée de Léon Blum à la présidence du Conseil, d’un gouvernement socialiste au sommet du pouvoir. Il entame un tournant, favorisant des mesures sociales, les nationalisations, la prise de contrôle de la politique monétaire. La France aura aussi passé bien du temps, toutes ces années, à parfaire ses défenses, l’engagement des citoyens, son équipement militaire.

Grèce :
En 1935 le général Nikolaos Plastira a échoué dans une tentative de putsch; début 1936 c’est le général Metaxás qui parvient cette fois à prendre le pouvoir, profitant de la mort brutale du premier ministre, réinstallant le Roi Georges II. Il cherche à relancer la production grecque par la planification, cherchant à industrialiser le pays et le doter d’un nombre de mains suffisant.

Hongrie :
Le gouvernement hongrois mène essentiellement de grands plans militaires et cherchent à se faire entendre dans le concert européen. Le pays a commencé un glissement autoritaire lorsque le Régent devint le Guide Suprême et le Parti Nationaliste le seul autorisé.

Iran :
Reza Shah se maintient tranquillement au pouvoir, mène de vastes plans d’investissement pour doter son pays d’une industrie moderne et profiter de la rente pétrolière ainsi que des ressources minières.

Italie :
Entre les mains du Duce Benit Mussolini l’Italie a passé les dernières années à faire grand soin de son armée. L’État s’imisce dans l’économie par plusieurs mesures, la formation de groupes industriels d’ampleur, de larges investissements et la spécialisation de l’industrie, le développement de politiques nationales, mais aussi la naissance d’un culte de la personnalité et, paradoxalement, du collectif placé sous ce chef. En 1935 l’Italie s’engage en Éthiopie pour étendre son domaine colonial et laver l’humiliation de la bataille d'Adoua.

Japon :
En 1932 le Japon envahit la Mandchourie, au nord de la Corée, en bien peu de temps et y introduit un État fantoche, le Mandchoukouo. Il va pendant plusieurs années resserrer son emprise sur les territoires ainsi contrôlés et chercher à ne pas perdre une miette de contrôle, notamment alors que des attentats de nationalistes coréens assaillaient ses installations en 1934.

Pays-Bas :
Le gouvernement s’est démené pour veiller sur ses intérêts dans les Indes néerlandaises où des mouvements indépendantistes ont pris de l’importance, réclamant davantage d’autonomie. Réprimant par les armes ces provocateurs, il s’est aussi avéré que le Japon aidait secrètement le Partindo en lui fournissant des armes en importantes quantités. Pour autant celui-ci a été forcé de se retrancher à l’intérieur des îles tandis que c’est le Parti Communiste qui prenait sa place. En Europe, les Pays-Bas se sont beaucoup rapprochés de voisins stratégiques : la Belgique et le Luxembourg, nommés désormais ainsi tous les trois le « Benelux » et développant entre eux des partenariats de différentes natures.

Pologne :
La Pologne est très marquée par les changements politiques en Allemagne, cherchant à se défendre en grossissant son budget militaire et démontrant sa force. Pour autant une explosion à un poste frontalier avec la Lituanie a embrasé les relations internationales un temps, Varsovie étant rapidement devenue cible de nombreuses critiques pour cet acte qui lui fut imputé. Même si le gouvernement lituanien a mobilisé ses troupes à la frontière il semble que la situation soit redevenue calme.

Suède :
En 1932 un scandale politique de corruption incluant des membres du centre-droit suédois, de violentes manifestations mettent à mal la légitimé du gouvernement, jusqu’à la destitution du Premier ministre ayant fui en Norvège. Aux nouvelles élections de 1933 les nationaux-socialistes l’emportent (Ekström) qui entament un rapprochement sérieux avec l’Allemagne et une politique de répression des contestataires, surtout communistes. Le Royaume devient le Stormaktstiden, l’Empire suédois, tandis que plusieurs commandes militaires sont passées.

Turquie :
La guerre civile a continué de faire rage en Turquie : Ottomans et Kémalistes s’affrontaient en effet durement pour le contrôle du pays, jusqu’à ce que la balance se renverse enfin complètement par des victoires fulgurantes des républicains au début de l’année 1934. À force de reconquêtes et de soutiens les Kémalistes deviennent maîtres définitivement en 1936, de longues années de guerre civile plus tard, un pays en ruines sur les bras et un État kurde devenu indépendant (la Seconde République d’Ararat) dans la foulée.

URSS :
En 1933 l’URSS connaît une famine d’ampleur en Ukraine difficilement réparée, élevant le taux de mortalité à 48%. Elle est aussi assaillie en 1934 par de nombreux cas de typhus qui se répandirent de Vladivostok vers les villes voisines (japonaises, coréennes, mandchoues comprises). L’Union ne fut donc pas gâter par la nature et dut ainsi relever ces défis sanitaires et continue de le faire - et d’en attendre. L’URSS a aussi développé son poids à l’international en intégrant la Société des Nations et en s’investissant davantage dans les conflits frontaliers, comme en Turquie et surtout en Chine, où des divisions soviétiques ont récemment mis à mal la jeune République du Turkestan Oriental.

Royaume du Siam :
Fin 1933 la monarchie absolue est renversé au profit d’une monarchie constitutionnelle imposée de force. En 1935 le roi Prajadhipok abdique au profit de son neveu Ananda Mahidol.

Tchécoslovaquie :
L’influence du fascisme ne s’est pas faite attendre avec la création par un certain Konrad Henlein du Front Patriotique des Sudètes. Pour autant le gouvernement est resté pragmatique, rencontrant ambassadeurs polonais comme allemands et modernisant ses forces armées.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1549
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Lun 29 Mai 2017 - 18:49

BILAN ECONOMIQUE - 1936


Spoiler:

Allemagne: +6%

Arabie Saoudite: +1%

Belgique: +1.7%

Bulgarie: +4.5%

Canada: +8.1%

Chine: -2.3%

Espagne: -20.8%

Egypte: +2.9%

Etats-Unis: +8.5%

France: +2%
Grace à la politique de relance budgétaire mené par les socialistes, la croissance française repart à la hausse (une première depuis le début de la crise). La dévaluation du franc a permis une reprise des exportations ce qui a grandement soulagé l’industrie nationales. La déflation est loin derrière puisque les prix ont augmenté de 7.7% tout au long de l’année 1936. Dans le même temps le chômage a diminué de 3 points de même que l’endettement qui passe à 165% du PIB au lieu de 200%. Cependant c’est au niveau du déficit budgétaire que la situation se complique. En effet celui-ci atteint maintenant les 4% du PIB.

Grèce: +0.5%
L’économie de la Grèce stagne en cette année 1936 et cela malgré les nombreux efforts du gouvernement. A l’origine de cette stagnation : la peur des créanciers devant l’augmentation des dépenses gouvernementales et l’explosion des taux d’intérêt. En effet la Grèce a déjà cesser de payer en 1931 et cela inquiète fortement les marchés. Malgré ce point négatif, les efforts des autorités pour centraliser l’administration sont très efficaces ce qui a permis une forte diminution de la corruption. Dans le domaine industrielle, la situation stagne sans pour autant qu’on puisse parler de véritable crise.

Hongrie: +4.1%
Le réarmement massif continue de soutenir une croissance élevé. Cependant cette augmentation de la production cache un faible niveau de développement. En effet pendant que la majeure partie des ressources du royaume part dans l’armement, le niveau de vie de la population n’augmente pas. Si pour l’instant le régime autoritaire permet d’éviter la moindre contestation, il n’est pas dit que cela dure éternellement. Par ailleurs la balance commerciale du pays c’est fortement dégradé. En effet le réarmement nécessite des importations massives d’acier, de pétrole et d’autres matériaux pour alimenter le complexe militaro-industriel.

Iran: +3.7%
Cette année la croissance iranienne décolle véritablement notamment grâce à la stabilisation du prix du pétrole. Celui a en effet raugmenté suite à l’augmentation  de la demande européenne. Dans le secteur primaire la modernisation de l’agriculture bat son plein avec un certain succès. D’abord récitent envers l‘utilisation de technique moderne les paysans des zones reculés se laissent petit à petit convaincre par les coopérative. L’augmentation de la production à l’échelle nationale a d’ailleurs permis de diminuer l’inflation qui revient à un niveau naturel. Au niveau du déficit la situation se stabilise aussi même si le gouvernement est encore loin de l’excédent budgétaire.

Italie: +6.2%
L’économie de guerre italienne lui permet d’atteindre une croissance élevée du même ordre que les autres pays « fasciste ». L’effort de guerre et les dépenses étatiques qui l’accompagnent permettent donc à l’Italie de développer rapidement son économie. Cependant, le pays reste très dépendant des approvisionnements extérieur notamment en pétrole, charbon ou acier pourtant indispensable à son économie.

Japon: +7.5%

Pays-Bas: +5.1%
La reprise économique semble définitivement acquise au Pays-Bas. Cependant, l’endettement total continue d’augmenter notamment à cause des importantes dépenses militaires. En ce début d’année 1936 celui-ci atteint les 105% du PIB tandis que le déficit s’élève à 9% du PIB. Par ailleurs l’inflation continue de monter en atteignant les 9.1%.

Pologne: +2.8%

Roumanie: +1.1%

Royaume Uni: +4.7%
Le Royaume Uni fut un des pays européens les moins touchés par la crise notamment grâce à sa politique précoce de relance et de dévaluation de la Livre. Aujourd’hui les derniers soubresauts de la crise semble loin derrière les britanniques mais certains secteurs traditionnels restent largement sinistré. C’est notamment le cas du textile, des chantiers navales et de l’ensemble des activités issue de la première révolution industrielle.

Tchécoslovaquie: +0.9%

Turquie: +8.1%
L’économie turque pense petit à petit ses plaies issues de cinq années de guerre civile. Au vu des résultats, on peut largement dire que le politique gouvernement a été efficace. Le dirigisme économique a en effet permis de sortir de la crise de confiance et de relancer la production industrielle. Pour l’agriculture la situation diverge en fonction des endroits. Les zones les plus saccagés par la guerre civile voit la production stagné tandis que celle des autres augmentent fortement. D’ici à quelques années la Turquie devrait normalement retrouver son économie d’avant-guerre.

Suède: +4.1%

URSS: +8%

Yougoslavie: +1.2%
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Lun 5 Juin 2017 - 17:39

BILAN ECONOMIQUE - 1937:


Spoiler:
Allemagne : +5%

Bulgarie : +3%

Canada : +7%

Chine : -3.5%

Egypte : +2.1%

Etats-Unis : +4.2%

France : +5.2%
L’économie française est largement repartie à la hausse grâce à la politique de relance menée depuis un an et demi par le Front Populaire. Le contrôle des changes provisoire a permis de calmer la fuite des capitaux mais l’inflation reste toujours élevée. A la fin de 1936 elle atteint quand même les 16%. La dette publique elle diminue à 120% du PIB ce qui soulage grandement le gouvernement. Cependant le budget reste déficitaire de 44 milliards de francs.

Grèce : +4.3%
Les efforts du gouvernement pour reprendre le contrôle du pays porte leur fruit. L’imposition devenue systématique dans les provinces les moins reculé du pays permet à l’Etat de dégager d’avantage de recette qu’il peut réinvestir dans le remboursement de la dette ou dans l’économie. En matière industrielle et agricole la production connait une forte hausse consécutive du plan quinquennal. Au niveau du budget le déficit se creuse sans pour autant que cela soit alarmant.

Hongrie : -2.1%
L’économie hongroise connait une légère récession due à une fuite importante de capitaux. Les variables macroéconomiques étant dans le rouges (endettement, déficit, balance commerciale) les investisseurs ont pris peur et ont retiré leur capital. Par ailleurs les forts recrutements de 1937 ont désorganisé le secteur agricole et industriel hongrois provoquant ainsi une légère baisse de la production.

Irak : +1.5%

Iran : +3.9%
L’industrialisation de l’Iran se poursuit à un rythme stable ce qui permet un retour à l’équilibre des variables macroéconomiques. Le déficit enregistre une baisse suffisante pour espérer le rétablissement de l’équilibre d’ici quelques années. De plus les produits iraniens notamment en matière de textile commencent à inonder le marché intérieur à la grande joie des industriels locaux dont le pouvoir économique se renforce de jour en jour.

Irlande : +1%

Italie : +6.9%

Japon : +5.1%

Pays-Bas : +4.8%
La hausse du cours du caoutchouc ne compense pas le poids du déficit et de la dette. De plus les opérations visant à financer la dette grâce à l’épargne des néerlandais est un demi succès. En effet les capitaux disponibles à l’échelle nationale sont trop faibles pour fiancer l’ensemble de la dette étatique. Pendant ce temps le taux d’intérêt des Pays-Bas explose sur les places boursières de Londres ou de Paris. Par ailleurs les fonctionnaires dont le salaire est gelé depuis le début de la crise ont manifesté leur colère face à la priorité donnée à l’armée. Pour les syndicats de fonctionnaire, le gouvernement sacrifie sa population au profit de l’armée.

Pologne : -7.5%
L’attaque surprise de la Pologne contre l’Allemagne et surtout la débâcle qui s’en suit ont paralysé l’économie polonaise. Les bombardements germano-soviétiques contre les centres industriels du pays risquent de plonger pour longtemps la Pologne dans les tréfonds de l’économie mondiale…

Roumanie : -3.4%

Royaume Uni : +3.5%
Au Royaume Uni la croissance semble reprendre sa tendance naturelle autour des 3%. L’industrie du coton qui a été l’objet de plusieurs réformes se porte de mieux en mieux même si des difficultés structurelles persistent. Grace à l’augmentation des taxes, la santé financière de l’Etat s’améliore même si les producteurs ont massivement répercuté cela sur les prix pénalisant ainsi les consommateurs qui voit leur pouvoir d’achat baisser.

Suède : +3.7%

Turquie : +7.5%
L’économie turque poursuit sa reprise post guerre civile. Dans le domaine agricole les subventions étatiques ont été accueillies avec joie par les agriculteurs. Les investissements réalisés dans les machines ont d’ailleurs permis une augmentation de la production. Malheureusement celle-ci reste toujours en dessous de son niveau de 1930. Par ailleurs le déficit public se creuse légèrement tandis que l’inflation augmente (10% actuellement).

URSS : +9.5%

Yougoslavie :+2.5%
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Vautour le Lun 5 Juin 2017 - 22:26

BILAN GÉOPOLITIQUE - 1937

Spoiler:

Allemagne :

L’Allemagne se défend et mobilise face à la Pologne, alors que l’année commençait sur un ton bon-enfant avec l’organisation des Jeux Olympiques dans le pays, dont l’Allemagne ressortit seconde en nombre de médailles.

Arabie Saoudite :

L’année en Arabie Saoudite est marquée par la signature d’un lourd contrat d’armement avec les États-Unis, sinon par une relative atonie.

Bulgarie :

Le chef d'État Major Kimon Georgiev a orchestré un coup d’État avec le consentement du Tsar Boris III et est devenu Premier ministre. La loi martial a été instaurée, la Constitution suspendue, et des lois anti-corruption radicales mises en place.

Canada :

Le calme revient tranquillement, économique et social, le Canada profite d’une croissance forte et sa population est heureuse. Durant l’été, le Roi britannique nouvellement couronné a rendu une visite au gouvernement qui a enchanté les habitants du Dominion.

Chine :

La lutte continue en Chine depuis l’entrée directe de l’URSS dans le conflit opposant la province du Xinjiang à la Clique des Ma, laquelle était parvenue à prendre Urumqi, la capitale, jusqu’à être bloqué dans leur avancée par le soutien soviétique. Depuis l’URSS avance, même si la résistance est forte. À l’ouest, le Tibet connaît une révolte qui déborde elle aussi sur le territoire des Sichuan.

Plus au sud le gouvernement central peine à conserver son autorité sur toutes les cliques d’autant que les initiatives de certaines ébranlent peu à peu son autorité, notamment avec la surprise de la constitution de l’État Fédéral Chinois entre les cliques du sud-ouest.

Espagne :

L’Espagne est marquée par des ingérences plus claires de la part du Royaume-Uni d’un côté et de l’Allemagne de l’autre, respectivement pour soutenir les républicains de Madrid et les militaires andalous insurgés. La situation stagne pour le moment, faute d’initiatives capables de faire basculer la situation d’un côté ou de l’autre, dans une guerre de position qui s’enlise.

États-Unis d'Amérique :

Les États-Unis se réveillent peu à peu, intervenant davantage dans certaines questions internationales après un grand silence, notamment sur la question chinoise ou saoudienne, dans une perspective certaine de lutte contre l’influence soviétique dans ces mêmes régions.

France :

La France a lancé un vaste emprunt de défense nationale et mené plusieurs mesures financières pour stabiliser son déficit. Mettant en place le contrôle des changes, la nationalisation des chemins de fer, plusieurs taxes, le gouvernement prend un tournant dans sa gestion économique. Sur les faits divers, un attentat visant la confédération générale du patronat a été fomenté par l’organisation « La Cagoule », qui semble être une organisation terroriste aux larges soutiens.

Grèce :

Le gouvernement grec est continue ses réformes sur le service administratif et les capacités militaires du royaume. Il est aussi à l’initiative d’un projet ambitieux d’organisation de coopération entre les pays balkaniques.

Hongrie :

La Hongrie se rapproche toujours plus de l’Allemagne et développe son agriculture, tout en traquant les communistes.

Irak :

Suivant une tentative de coup d’État par un jeune kurde, le général Hafez al-Duri est parvenu à s’imposer et à imposer ses vues.

Iran :

L’Iran continue de développer son industrie et la manne pétrolière, tout en passant plusieurs commandes militaires qui solidifient son armée.

Irlande :

L’Irlande est près de parvenir, après plus d’une décennie de tensions économiques voire militaires, à un accord sur son indépendance avec le Royaume-Uni, quittant le statut de Dominion contre quelques concessions pour devenir un État totalement libre.

Italie :

L’Italie s’assure de son contrôle sur les territoires éthiopiens conquis l’année passée

Japon :

Surprise et plus encore au Japon après un rapprochement avec les soviétiques concernant les ambitions de chacun et les luttes qui en ressortaient; plus encore car devant un tel retournement, soudain voire incohérent pour beaucoup, nombreux ont levé la voix pour montrer leur refus catégorique de tout rapprochement avec l’ogre rouge.

Pays-Bas :

Les Pays-Bas continuent de se rapprocher des voisins du Benelux tout en opérant une officielle retournée vers le Royaume-Uni en signant plusieurs accords avec les Britanniques.

Pologne :

Nul ne pourrait parler de la Pologne en 1937 sans évoquer le terrible conflit entamée par les Polonais qui, suite à un attentat aux origines encore inconnues mené en Lituanie, s’étaient braqué jusqu’à une offensive toujours en cours contre l’Allemagne. La guerre fait donc rage et ne tourne pour le moment pas en l’avantage de Varsovie qui doit faire face à la contre-attaque allemande ainsi qu’à l’entrée en guerre de l’URSS et de la Tchécoslovaquie.

Roumanie :

Suite à l’assassinat par un juif du leader de la Garde de Fer, organisation fasciste roumaine, le pays a connu un regain antisémite, ou réveil, notamment parmi les forces de police mais aussi dans la société civile en général. Des soupçons pèsent sur le Roi de batifolages avec une maîtresse juive.

Suède :

La Suède maintient son développement militaire.

Turquie :

La Turque se réarme et militarise certaines zones pourtant à démilitariser et d’autres stratégiques, comme autour des territoires kurdes de la Seconde République d’Ararat, surtout après les événements advenus en Irak.

URSS :

L’URSS s’investit davantage en Chine pour protéger le Xinjiang et en Pologne, où elle a profité de l’occasion pour agrandir son territoire.

Tchécoslovaquie :

La Tchécoslovaquie s’engage aux côtés de l’Allemagne contre la Pologne.

Yougoslavie :

La Yougoslavie cherche à réorganiser son industrie (militaire comprise). Les partis politiques ont aussi été légalisés et une Assemblée législative constituée.
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 1549
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par galx le Lun 19 Juin 2017 - 20:24

BILAN ECONOMIQUE - 1938


Spoiler:

Allemagne : +7.8%

Autriche : +5%

Arabie Saoudite : +1.5%

Brésil : +4.1%

Bulgarie : +1.3%

Canada : +2.5%

Etats-Unis : +2.9%

Fédération Chinoise : +4.5%

France : +0.8%

Grèce : +5.1%

Hongrie : +3.1%

Iran : +4.3%

Italie : +0.6%

Japon : +5.6%

Pays-Bas : -0.5%

Portugal : +0.7%

Royaume-Uni : +2.8%

Siam : +2.5%

Suède : +4%

URSS : +4.7%

Tchécoslovaquie : +3.1%

Turquie: +3.9%

Yougoslavie : +1.9%
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1695
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: ¤ V1930 ¤ Bilans

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum