[√] République Française

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Dim 11 Juin 2017 - 11:08

République Française:


Ligne Maginot et Affaires Militaires:

Spoiler:

Salle de commande des machines de ventilation de l'ouvrage fortifié du Hackenberg.

Depuis 1936 et la fin de la construction des gros ouvrages, des travaux complémentaires se poursuivent tout le long de la frontière Nord-Est. Le 3 juin 1938, le parlement a débloqué 1.1 milliard de francs supplémentaire pour continuer le chantier. Ces milliards seront pour l’instant attribués aux constructions suivantes :
. une ligne continue légère dans la première région militaire (secteur des Flandres, de Lille, de l’Escaut et de Maubeuge).
. une avancé autour de Rocroi, une ligne continue le long de la rive gauche de la Meuse, une série d’ouvrage sur les routes venant de la frontière franco-belge et enfin une ligne sur le plateau de Marville dans la 2ème région militaire.
. le renforcement des intervalles dans la 6ème région militaire (autour de Metz)  
. deux lignes de casemates barrant la troué de la Sarre et le renforcement de la région fortifié de la Lauter
. la construction d’une ligne de casemate en Haute-Alsace de Sierentz à Oberlag et de quelques barrages de route le long du Jura.
. la construction d’une série d’ouvrage antiaérien. Certain seront équiper de mitrailleuses de 25mm pour abattre les avions volants à basse altitude tandis que d’autre seront équipé des canons AA de 75mm. L’objectif étant que la ligne Maginot serve aussi de barrière aux attaques aériennes de l’ennemi.  

Ces nouvelles fortifications sont généralement basées sur la construction de petit bunker armée de plusieurs mitrailleuses mais aussi sur des ouvrages plus imposants. Sur ces nouvelles lignes, les fossés antichars remplacent les rails enterrés pour des questions d’économie budgétaire. La quantité de barbelé protégeant les casemates est aussi augmentée sur la majeure partie de la ligne. Plusieurs endroits ont aussi été minés afin de compléter les défenses de la Ligne. Du nord au Sud, les fidèles régiments de forteresse veillent sur les frontières françaises telles des gardiens de la civilisation.  Autre nouveauté, le téléphone équipe maintenant la quasi-totalité des casemates afin d’être en liaison permanente avec l’arrière. En cas d’isolement, certain gros ouvrages sont même doté de radio qui permette de communiquer sans fils. En visite d’inspection le long de la Ligne Maginot, le Général Georges s’est déclaré confiant sur la capacité des fortifications françaises à repousser toute tentative d’invasion.

Carte des fortifications frontalières (prévu pour 1939/1940)
Spoiler:


Après cette visite, le commandant suprême des forces françaises a retrouvé le président du conseil et ministre de la Guerre Paul Reynaud pour le tenir au courant de l’état des divisions françaises. Selon le général, la situation des troupes c’est largement amélioré et la majorité des divisions disposent maintenant du matériel réglementaire. Cependant il reste encore des efforts à effectuer dans les moyens antichars, dans les véhicules de reconnaissance et de découverte, dans les chenillettes ainsi que dans les AMC. Malgré cela, le général Georges a rassuré Paul Reynaud en lui expliquant que les dispositions avaient été prises pour combler rapidement ces déficits. En ce mois de juin 1936, la France peut donc aligner 2390 chars de bataille, 3437 chars légers d’accompagnement, 2900 automitrailleuses, 7855 canons, 5820 pièces AC, 4000 pièces AA,  2475 chasseurs et 1038 bombardiers.

Affaires Etrangères:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Reynaud.

La République Française annonce reconnaître officiellement la Fédération Chinoise. En tant que pays voisin par l'intermédiaire de l'Indochine, nous espérons que nos relations seront les plus amicales possibles.

La France valide le payement de 4 065 750 $ aux autorités américaines pour la livraison de 105 bombardiers Vought SB2U Vindicator.


Dernière édition par galx le Mer 2 Aoû 2017 - 16:48, édité 3 fois
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 13 Juin 2017 - 11:59

République Française:


Affaires militaires:

Spoiler:

Le Général Aimé Doumenc, commandant en chef de l'armée de terre, à cheval après une inspection des troupes.

En cette année 1938, le Général George accompagné du Général Doumenc sont venu présenté un nouveau plan d’organisation des forces armées au ministre de la guerre. Ce nouveau plan de concentration donne un peu plus d’importance au centre du dispositif français notamment en réduisant la distance couverte par la 5ème armée. Un deuxième plan prenant en compte un potentiel soutient britannique a aussi été mis en place. Celui-ci se base sur l’hypothèse d’un débarquement rapide de la « British Expeditionary Force » dans les ports français. Les anglais seraient donc chargés de tenir le flanc nord autour de Lille. La distance confiée aux corps britannique dépendant bien sûr du nombre de division que ceux-ci seront prêts à jeter dans la bataille. En attendant, il faut que l’armée française couvre à elle seule l’ensemble des frontières françaises enfin d’empêcher tout ennemis d’y pénétrer. Pour cela, voici la nouvelle organisation des forces :

Réserve du QG:Général Huntziger (autour de Paris) = 64 000 hommes (0/64)
1 Bataillon de char: 100 R-35
2 Bataillon de char: 160 FT
. Active : X
. Réserve : 4 DI

Armée de Réserve: (autour de Reims) = 64 000 hommes (0/64)
1 Bataillon de char: 100 R-35
2 Bataillon de char:  160 FT
. Active : X
. Réserve : 3 DI, 1 DIC

Groupe d’Armée 1: Général Blanchard

Armée 1: Général Flavigny (secteur Dunkerque/Orchies ) = 162 000 hommes (38/124)
1 Bataillon de char: 40 B1
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 50 FCM 36
1 Bataillon de char: 50 AMR 33
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 2 DIM, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC, 2 DC, 2 RF

Armée 2: Général Huntziger (secteur Orchies/Maubeuge) = 146 000 hommes (54/92)
1 Bataillon de char: 50 D-2
1 Bataillon de char: 40 B1
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 2 DIM, 1 DIC, 2 RF
. Réserve : 3 DI, 1 DIC, 2 DC, 2 RF

Armée 3: Général Giraud (secteur Maubeauges/Rocroi) = 156 000 hommes (54/102)
1 Bataillon de char: 50 D-2
1 Bataillon de char: 40 B1
1 Bataillon de char: 150 R-35
1 Bataillon de char: 40 H-35
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DI, 2 DIM, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC, 2 RF

Armée 8: Général Corap (secteur Rocroi/Stenay) = 164 000 hommes (68/96)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 H-35
1 Bataillon de char: 40 D-1
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DI, 1 DC, 2 DIM, 3 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC

Groupe d’Armée 2: Général Prételat

Armée 4: Général Condé (secteur Stenay/Metz) = 148 000 hommes (41/107)
1 Bataillon de char: 40 B1
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 H-35
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 2 DI, 3 RF
. Réserve : 6 DI, 1 DC

Armée 5: Général Requin (secteur Metz/Haguenau) = 263 000 hommes (76/187)
2 Bataillon de char: 100 D-2
1 Bataillon de char: 40 B1
2 Bataillon de char: 200 R-35
1 Bataillon de char: 50 AMR 33
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DIM, 1 DC, 2 DI, 1 REC, 1 REG, 1 DLM
. Réserve : 8 DI, 3 DIC, 1 DC

Armée 6: Général Bourret (secteur Haguenau/Colmar) = 178 000 hommes (44/134)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 H-35
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 2 DI, 4 RF
. Réserve : 6 DI, 2 DIC, 2 RF

Groupe d’Armée 3: Général Besson

Armée 9: Général Touchon (secteur Colmar/Mulhouse) = 156 000 hommes (38/118)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 H-35
1 Bataillon de char: 40 D-1
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 2 DI, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 2 DIC, 2 RF

Armée 7: Général Garchery (secteur de Dijon) = 80 000 hommes (16/64)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 D-1
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DI
. Réserve : 4 DI

Armée des Alpes: Général Olry = 123 000 hommes (48/75)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 50 FCM 36
1 Bataillon de char: 40 D-1
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 3 DA, 3 RF, 1 REI de type montagne
. Réserve : 1 DI, 1 DA, 5 RF, 2 DIC

Groupe des Pyrénées: 63 000 hommes (15/48)
. Active : 1 DA, 1 RME de type montagne
. Réserve : 2 DI, 1 DIC

Troupe du théâtre Nord-Africain:

Algérie: = Général de Larminat = 67 000 hommes (19/48)
2 Bataillon de char: 160 FT
. Active : 1 DIC, 1 REI
. Réserve : 3 DIC

Maroc: 19 000 hommes (19/0)
. Active : 1 DIC, 1 REI
. Réserve : X

Tunisie: Général Frère = 109 000 hommes (52/57)
1 Bataillon de char: 100 R-35
1 Bataillon de char: 40 D-1
2 Bataillon de char: 160 FT
. Active : 2 DIC, 1 DC, 1 RF, 2 RME
. Réserve : 3 DIC, 3 RF

Groupe des forces mobiles au Levant:Général Dentz = 55 000 hommes (55/0)
1 Bataillon de char: 40 D-1
2 Bataillon de char: 160 FT
. Active : 1 DIC, 1 DC, 1 DIM, 3 REI, 1 REG

AOF: 48 000 hommes (16/32)
. Active : 1 DIC
. Réserve : 2 DIC

. AEF: 48 000 hommes (16/32)
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DIC
. Réserve : 2 DIC

Madagascar: 16 000 hommes (16/0)
. Réserve : 1 DIC

Djibouti: 16 000 hommes (16/0)
1 Bataillon de char: 80 FT
. Active : 1 DIC

Indochine: Général Catroux = 83 000 hommes (35/48)
1 Bataillon de char: 50 R-35
2 Bataillon de char: 160 FT
. Active : 2 DIC, 1 REI
. Réserve : 3 DIC

Enfin une nouvelle liste des besoins de l’Armée de terre a été transmise à Paul Reynaud par l’intermédiaire du Général Doumenc :
Besoin Militaire:
Active:
. 1404 canons de 75mm (actuellement 5500) = +4096
. 924 canons de 105/155mm (actuellement 3255) = +2331
. 1898 canons de 25mm AC (actuellement 3992) = +2094
. 288 canons de 47mm AC (actuellement 1858) = +1540
. 800 canons AA de 25mm (actuellement 3000) = +2200
. 200 canons AA de 75mm (actuellement 1000) = +700
. 1130 AMR (actuellement 1380) = +250
. 540 AMD (actuellement 1450) = +910
. 2273 chenillettes (actuellement 4520) = +2247
. 500 transports de troupes (actuellement 500) = 0
. 300 chars S-35 (actuellement 480) = +180
. 252 H-35 (actuellement 270) = +18
. 216 AMR-33/35 (actuellement 350) = +134
. 240 AMC 35 (actuellement 500) = +260
Réserve:
. 3312 canons de 75mm (actuellement 4096) = +784
. 2208 canons de 105/155mm (actuellement 2331) = +123
. 4228 canons de 25mm AC (actuellement 2094) = -2134
. 728 canons de 47mm AC (actuellement 1540) = +816
. 1840 canons AA de 25mm (actuellement 2200) = +360
. 460 canons AA de 75mm (actuellement 700) = +240
. 1960 AMR (actuellement 250) = -1710
. 1032 AMD (actuellement 910) = -122
. 3249 chenillettes (actuellement 2247) = -1002
. 360 AMC 35 (actuellement 260) = -100

Enfin plusieurs promotions ont été attribuées par le Général Georges. Celui-ci en a d’ailleurs profité pour éliminer les derniers défenseurs de Gamelin au sein de l’état-major sous le regard impuissant de Daladier. Ainsi Pierre Héring, un défenseur de la guerre de mouvement et farouche opposant à Gamelin a été nommé commandant de la 2ème armée à la place de Huntziger. Ce dernier a quant à lui été « promu » responsable de la défense de Paris. A l’état-major de l’armée de terre, le Général Doumenc c’est entouré d’une série de jeune officier notamment le Colonel De Gaulle qui bénéficie d’important appuis politique mais aussi le Colonel de Lattre de Tassigny. Enfin, le Général de division Georges Bouffet a été promu Général de Corps d’armée et selon les rumeurs qui courent son ascension n’est pas encore terminé. Fort apprécié du commandant en chef, le Général Bouffet pourrait à terme prendre le commandement d’une des nombreuses armées françaises. Le Général d’armée Georges Catroux a aussi été propulsé gouverneur général de l’Indochine où il sera chargé à la fois de prérogative civile et militaire. Henri Dentz qui était jusqu’à lors chef du service de renseignement français au Proche-Orient a été promu commandant des forces armées du Levant.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 13 Juin 2017 - 13:57

République Française:


Affaires Etrangères:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Reynaud.

Pour la deuxième fois de sa carrière le Général Vuillemin c'est rendu aux Etats-Unis afin de négocier directement avec les autorités américaines l'acquisition de plusieurs Douglas A-20 Havoc. En effet devant les échecs à répétition des prototypes de bombardier léger français, le ministre de l'air Laurent Eynac a autorisé le commandant des forces aériennes à chercher une solution à l'étranger. Etant donné que la France c'est déjà tourné à deux reprises vers les Etats-Unis pour équiper son armée de l'air, c'est tout naturellement vers eux que la nouvelle commande sera adressée. Le Général Vuillemin aura donc pour mission d'aller assister à plusieurs vols tests du Douglas A-20 Havoc avant de valider une potentielle commande. Si le Douglas A-20 Havoc a été choisit c'est d'abord pour sa polyvalence. En effet, en fonction des versions il peut à la fois être utilisé comme bombardier léger, comme avion d'attaque au sol ou comme chasseur de nuit. D'ailleurs la commande français précise est la suivante:
. 170 DB-7A (version bombardier léger/attaque au sol)
. 100 DB-7 modifié chasseur de nuit


Dernière édition par galx le Mar 20 Juin 2017 - 11:27, édité 1 fois
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 15 Juin 2017 - 10:51

République Française:


Economie:

Spoiler:

Lucien Lamoureux, ministre des finances du gouvernement Reynaud.

Ces trois derniers moi le gouvernement Reynaud a enchaîné les mesures économique pour tenter de renouer avec la production économique d’avant crise. Tout d’abord le 2 mai 1938, une nouvelle dévaluation du franc de 25% a été voté pour alléger le poids qui pèse sur les exportations françaises. Dans le même temps, le contrôle des changes qui encadrait les transactions de devises depuis le premier gouvernement de Léon Blum a été définitivement supprimé. A sa place, le ministre des finances Lucien Lamoureux a présentation un projet portant sur la création d’un « Fond de stabilisation des changes » chargé grâce à plusieurs stocks de devise et d’or de limiter la fuite des capitaux ainsi que la spéculation.

En matière de relance économique, les autorités ont décidé de créer la « Caisse centrale de crédit coopératif » qui sera chargé de proposé des crédits aux entreprises de taille moyenne qui éprouve des difficultés à se financer. L’objectif est de relancer les perspectives d’avenir des petits patrons ou des artisans. En effet une relance de la croissance passe forcément par une reprise de l’investissement et donc une hausse du crédit.

Cependant,  ce n’est pas ces trois précédentes mesures qui ont provoqué un scandale à l’Assemblée. Le 21 août 1938, Paul Reynaud monte à la tribune et appelle « la France à se remettre au travail » attaquant frontalement les avancés sociales du Front Populaire et notamment la semaine de 40 heures. Les parlementaires socialistes outrés chahutent le reste du discours ce qui oblige la président à suspendre la séance. Le lendemain dans les presses les journaux de gauche tirent à boulet rouge sur le gouvernement Reynaud qui chancelle. La CGT menace d’ailleurs le gouvernement de relancer les grèves et les ralentissements de la production ce qui effraie les industriels mais aussi les autorités militaires. En effet en plein réarmement une grève de longue haleine serait désastreuse pour le gouvernement.  Alors que le bras de fer s’engage, Paul Reynaud tente de négocier avec la SFIO afin de mettre en place un simple assouplissement des 40 heures. Les négociations piétinent et finalement devant la pression, il est obligé de renoncer à l’assouplissement même. Heureusement pour Paul Reynaud, les socialistes acceptent le principe des heures supplémentaires dont la rémunération sera majorée. Le 29 août, Paul Reynaud présente donc son projet d’assouplissement de la loi des quarante heures devant la Chambre. En échange du vote d’une partie des socialistes, le président du conseil s’est engagé à ne pas toucher aux salaires des fonctionnaires et des ouvriers. Cette concession lui permet d’obtenir une majorité conséquente lors du vote. On espère que cette loi permettra véritablement d’augmenter la production dans les usines française notamment en matière d’armement.  
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 20 Juin 2017 - 11:31

République Française:


Politique:

Spoiler:

Daladier photographié à la sortie des débats du 3 janviers 1939 portant sur la politique internationale du gouvernement.

Dans les couloirs de l’assemblée les tentions étaient vivent entre le gouvernement de Reynaud et certains parlementaires de droite. En effet les tenants du pacifisme et du compromis avec les pays fasciste emmené notamment par Daladier ou Georges Bonnet. Cet affrontement perpétuel menace d’ailleurs gravement l’unité du parti radical tiraillé entre la ligne officielle qui prône la souplesse et un nombre croissant de dissidents. C’est dans ce contexte politique qu’Edouard Daladier entend bien renverser le gouvernement de Paul Reynaud en amenant à la tribune la question de la politique internationale. Le 3 janviers 1939, le chef de file des radicaux prend donc la parole et attaque violement le gouvernement. Il condamne l’opération « Castor » visant à libérer l’Indochine d’une menace siamoise qu’il juge insignifiante. Cette critique suscite de vive interruption venant des bans de la gauche et notamment du PCF. Les députés de droites appartenant au Parti Démocrate Populaire (chrétien-démocrate) ne sont pas en reste et conspue allégrement Daladier. Face à ce désordre, la séance est suspendue et reprend deux heures après les premiers incidents. Pendant ce temps, Edouard Daladier reste confiant. En effet il peut à la fois compter sur la majorité des radicaux et sur la majorité de l’Alliance Démocratique pour le soutenir dans sa tentative de renversement du gouvernement. En effet, Pierre-Etienne Flandin qui dirige l’Alliance Démocratique a déjà adopté une position défaitiste face à l’ogre allemand. Pour lui, l’Europe Centrale doit être abandonné à Hitler car elle est indéfendable. La France devrait pour lui se replier sur son empire colonial et tenté de le protéger sans se mêler des affaires européennes.

Une fois le discours de Daladier finis, c’est donc au tour de Flandin de prendre la parole. Beaucoup plus extrême que Daladier dans son pacifisme, les députés hurlent à la trahison lorsque celui-ci développe sa théorie du « replie impérial ». Pour les communistes et les socialistes il est inconcevable d’abandonner les républicains espagnols tandis que le pour la droite « ferme » il est impossible d’abandonner les pays alliés notamment l’Angleterre. Lorsque l’opposition a finis ses attaques contre Paul Reynaud, c’est aux défenseurs de la politique étrangère du gouvernement de prendre la parole. Joseph Paul-Boncour, le ministre des affaires étrangères fut le premier à prendre la parole. Dans un discours des plus brillants, la théorie du « repli impérial » de Flandin fut démontée point par point. Le ministre exposa d’abord la situation du Siam qui menaçait réellement l’intégrité de la Fédération Indochinoise de par son alignement sur le monstre japonais. A partir de là il expliqua qu’au nom de l’honneur la France ne pouvait abandonner ses alliés pour un repli nationale qui conduirait de toute manière à la guerre. Enfin il fit référence à 1914 où la France n’avait point céder devant la bête allemande. Au nom des morts de la Grande Guerre, la France ne pouvait laisser le monde basculer dans le fascisme ou le nazisme. Après Paul-Boncour, se fut au tour du chef du gouvernement de monter à la tribune. Paul Reynaud défendit donc bec et ongle son bilan et surtout sa politique à venir en matière de relation internationale et de défense. Que les choses soient claires, le gouvernement allait poursuivre sa fermeté dans tous les domaines ! Au vue des applaudissements, Daladier sentit le vent tourner en sa défaveur. Lorsque Léon Blum en personne monta à la tribune, le sort des « putschiste » allait être celé. Le chef des socialistes ne manque pas d’attaquer le bilan social du gouvernement mais sur la politique étrangère il le soutient sans sourciller. Après une dizaine de prise de parole diverse et varié, les parlementaires s’apprête à voter ou non la confiance au gouvernement.

A ce moment la, Daladier croit encore en ses chances de victoire grave au soutien de l’Alliance Démocratique. Cependant c’étant sans compter sur le Parti Communiste Français qui depuis quelques années a pris ses distances de Moscou. A l’avant-garde de la lutte antifasciste, celui-ci a bien sur soutenu la ligne de la fermeté prôné par Paul Reynaud. Ainsi une sorte d’alliance contre-nature c’est formé autour du président du conseil. En effet, Paul Reynaud, homme de droite pas excellence, est soutenu par des communistes, des socialistes et des centristes. Même si cette union est fragile, elle a permis d’arracher un vote de confiance qui conforte le gouvernement dans sa politique.


Affaires Militaires:

Spoiler:

D.520 en formation au dessus de la France.

En ce début d’année 1939, le complexe militaro-industriel français tourne à plein régime pour soutenir le réarmement national. En effet suite à l’observation de la guerre germano-polonaise il est apparu que l’Allemagne a acquis une quantité importante de matériel et de technologie militaire. Pour rester la première armée du monde la France doit donc mettre les bouchers doubles.

Tout d’abord, certain régiment d’artillerie seront motorisé afin de leur assurer une plus grande mobilité. Pour cela, la production du canon automoteur Sau40 vient de commencer dans les usines SOMUA. Basée sur le char S-35, ce canon dispose d’une portée de 2km en tir direct et d’une réserve de 102 obus. Il dispose aussi d’une cadence de tir correct (environ 10 coups toute les 55 secondes). Il sera pour l’instant produit à 75 exemplaires jusqu’en mars 1939 et introduit à tire expérimentale dans des régiments d’artillerie autotractée. Les Sau40 seront accompagné de FT 75SB, c’est-à-dire de canon de 75mm montée sur un char FT. Remotorisé pour l’occasion les chars FT 75SB seront produits à 108 exemplaires. Ainsi à la fin du mois de mars, les trois divisions légères mécaniques seront équipées de cette artillerie autotractée. Dans le domaine des blindés, l’état-major a validé la production des chars légers 1935 R modifié 1939 ou plus simplement R40. Il s’agit d’une version permettant une meilleure manœuvrabilité sur les terrains boueux tout en conservant un blindage d’une excellente qualité. Pour l’instant 300 R40 seront produit dans les usines Renault d’ici à la fin de l’année 1939. Enfin le premier chasseur de char français va entrer en service. Il s’agit du Laffly W15 TCC qui sera produit à 140 exemplaires avant décembre 1939. Enfin les équipements suivant vont être produit tout au long de l’année :
. 300 Panhard 179
. 3000 canons AC de 25mm
. 200 VPC et 150 VUM
. 150 Panhard 178
. 150 B1 bis
. 500 chenillettes UE
. 200 chenillettes d’infanterie Hotchkiss
. 200 AMC-35
. 100 chars D-2

Pour ce qui est du domaine aérien, 1939 rimes avec Dewoitine D520. Ce nouveau chasseur surclasse dans tous les domaines les autres appareils français. Il peut atteindre une vitesse maximale de 540 km/h avec un plafond de 11 100 mètres et une vitesse ascensionnelle de 800 mètres par minutes. Au niveau de l’armement il dispose d’un canon de 20mm HS-404 et de 4 mitrailleuses MAC-34 de 7.5mm. En tout, 1300 exemplaires ont été commandés et seront livré comme indiqué :
. Janviers à Mars 1939 : 100 exemplaires
. Mars à Septembre 1939 : 400 exemplaires
. Septembre à Décembre 1939 : 500 exemplaires
. Janviers à Mars 1940 : 300 exemplaires
En matière de reconnaissance aérienne les usines françaises ont débuté la production à grande échelle du Bloch MB.174. Doté d’une vitesse maximale de 530 km/h cet avion de reconnaissance est capable de dispensé facilement les chasseurs ennemis. Il sera produit à 150 exemplaires d’ici 1940 afin de remplacer petit à petit les potez dépassé. Il est à noter que le MB.174 peut aussi emporter 400 kl de bombe pour des missions plus offensives. Par ailleurs dans le domaine des avions d’assaut la France vient de lancer le Breguet Br.693 qui sera produit à 300 exemplaires avant septembre 1940. En plus de cela les équipements suivant seront produit au cours de l’année :
. 100 LeO 451
. 100 LN.402 (une version avec un moteur plus performent du LN.401).

Affaires Etrangères:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Reynaud.

L’ensemble des commandes militaires turques ont été validé par le ministre de la guerre et le quay d’Orsay.
En ce qui concerne le mandat en Syrie, les derniers fonctionnaires français viennent de quitter la région du Hatay qui a été cédé aux autorités turques. Une cérémonie officielle a été organisé à Alexandrette pour institué la passation de pouvoir. Le ministre des affaires étrangères française était d’ailleurs présent pour rencontrer son homologue turc lors d’une visite de courtoisie.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 22 Juin 2017 - 18:24

République Française:


Affaires militaires:

Spoiler:

Insigne de la 1ère DCR

En ce mois mars 1939 le ministère de la guerre a ressorti un projet qui trainait dans les cartons depuis longtemps. Défendu depuis plusieurs années par certains généraux avant-gardistes, l’idée de créer des divisions uniquement dédié aux blindés à fait son chemin. Un mois auparavant, le Général Doumenc avait fait part de son souhait de créer une première division blindée à Paul Reynaud. Après de longue tergiversation entre les partisans et opposant au projet, la création de la 1ère Division Cuirassée a été validé. En tant que ministre de la guerre, Paul Reynaud a confié sa mise en place à Aimé Doumenc qui a lui-même délégué la tache au Général Bruneau. L’objectif étant de pouvoir disposer avant 1940 de plusieurs unités blindés capable d’évoluer séparément de l’infanterie à auxquelles elles sont traditionnellement rattaché. Voici donc la composition théorique de cette première division cuirassée :

Division Cuirassée: 5000 hommes
. Etat-major : 100 hommes
. Une demi-brigade de char lourd : 70 chars B1, 18 Lorraine 36L et 700 hommes
. Une demi-brigade de char léger : 100 H-39, 18 Lorraine 36L et 700 hommes
. Un bataillon de chasseurs portés : 1000 hommes et 12 canons de 25mm AC
. Un régiment d’artillerie à tracteur tout terrain : 24 canons de 105mm et 500 hommes
. Une batterie divisionnaire antichar : 12 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Un groupe antiaérien : 20 mitrailleuses AA Hotchkiss de 25mm, 5 canons de 75mm et 500 hommes
. Autres (transmission, génie, bloc sanitaire,…) : 1000 hommes

Si tout se passe comme prévu la 1ère Division Cuirassée sera opérationnelle le 1er juin 1939. Par ailleurs si l’expérience est un succès plusieurs autres unités blindés pourrait voir le jour rapidement au sein des forces françaises.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 22 Juin 2017 - 18:42

République Française:


Affaires Etrangères:

A Paris, la nouvelle de la formation d'un gouvernement polonais en exil a été accueilli froidement par le gouvernement. En effet la trahison polonaise envers les idéaux prôné par la France a clairement refroidi les relations entre les deux pays. Plus encore que les autorités, s'est une partie des hommes politiques et de la presse de droite qui réclame immédiatement l'expulsion du gouvernement polonais en exil. Les tenants du pacifisme fustigent l'attitude polonaise jugée inconsciente et dramatique pour l'avenir de l'Europe.
Pour l'instant, Paul Reynaud a décidé de toléré la présence du gouvernement polonais sur le sol français. Cependant la demande concernant le prêt d'une partie du territoire français a été fermement refusé. Par ailleurs il sera pour l'instant interdit au Général Władysław Sikorskide former une armée ou de mobiliser ses citoyens sur le territoires français qui lui est en paix. Enfin, les citoyens français n'ont absolument pas le droit de rejoindre la potentielle armée polonaise en exil.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Ven 23 Juin 2017 - 14:34

République Française:


Affaires Militaires et technologiques:

Spoiler:

Principe de fonctionnement d'un barrage David mis en place par l'Armée française.

Alors que l’armée française se réarme à grande vitesse pour face au bellissime allemand, les chercheurs travaillent d’arrachepied pour améliorer sans cesse le potentiel technologique de notre pays. Le principal secteur concerné par ces recherches reste celui de la détection par onde qui pourrait apporter un avantage considérable à l’ensemble des forces françaises. Dans ce domaine, la mise en place des « barrages David » est une avancée considérable. Il s’agit de radars bistatiques qui permettent de détecter le passage d’un aéronef entre deux points, l’un émetteur et l’autre récepteur. Bien avancé en 1937, les recherches concernant cette barrière électromagnétique verticale ont enfin porté leur fruit. Plusieurs tests grandeurs nature ont eu lieu dans le nord de la France avec succès. Les avantages de ce système de radar sont nombreux : il est facile à transporté (une antenne peut être porté par un seul homme), peu coûteux mais surtout il n’est pas compliqué à fabriquer. Malheureusement ils présentent aussi des points négatifs notamment son incapacité à suivre le trajet d’une cible sans un réseau complet d’antenne. Faute de mieux pour le moment, les généraux français ont validé sa production et son installation. Un premier réseau de barrage David sera donc mis en place autour de Reims par une compagnie de détection électromagnétique au cours du mois. Ensuite, l’armée de l’air a commandé 30 équipements qui seront progressivement mis en place jusqu’en décembre 1939 le long de la frontière avec l’Allemagne et l’Italie. De son côté la marine nationale a décidé d’installer des barrages David autour de Cherbourg, Brest, Toulon et Bizerte. Ceux-ci seront opérationnels avant la fin de l’année 1939.

Devant le retard français en la matière seule la flotte sauve l’honneur en ayant lancé plusieurs recherches autour des radars à impulsion. Normalement terminée au mois de juin prochain, l’installation de plusieurs radars métriques à impulsion devrait débuter rapidement. Pour l’instant ces nouveaux engins seront installés à Toulon, Brest et à Bizerte pour une série de test. Le modèle le plus puissant sera bien sur construit à Toulon au niveau de l’île de Port-Cros. En théorie il devrait permettre de détecter les avions à 130 km de distance ce qui donnera un atout considérable à la chasse française dans la région.

Enfin toujours dans le domaine maritime, les recherches autour des systèmes ASDIC permettant de détecter la présence de sous-marin ont repris ces derniers mois. Le fonctionnement d’un ASDIC est assez simple : il émet un signal sonore à intervalle régulier et ensuite le délai de réception des échos permet d’évaluer la distance d’un potentiel sous-marin. Enfin la hauteur de la note permet de savoir si le bâtiment ennemi s’éloigne ou s’approche du système ASDIC. Pour l’instant la portée des systèmes français n’excède pas 2500 mètres mais les travaux pour améliorer celle-ci continue. Les premiers ASDIC équiperont donc l’ensemble des navires mis en service en 1938. Dans le même temps ceux de 1937 et 1936 seront équipé avant la fin de l’année 1939.
Si il reste de nombreux efforts à faire dans le domaine, les capacités de détection électromagnétique françaises s’améliorent de jours en jours avec la bénédiction des états-majors.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Ven 23 Juin 2017 - 21:59

République Française:


Affaires Militaires:

Face à la montée soudaine des tensions en Europe l'armée françaises se doit de parer à toute éventualité. Dans ce contexte, la moindre mobilisation même partielle en Italie ou en Allemagne entraînera immédiatement une mobilisation de la ligne Maginot. Si l'Italie ou l'Allemagne mobilise totalement alors la France lancera elle aussi la phase de mobilisation complète.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Dim 25 Juin 2017 - 21:11

République Française:


La France rappelle que toute menace à l'égard des intérêts britanniques entraînera automatiquement l'assistance de la France. Par ailleurs face aux menaces italiennes l'Armée des Alpes, les troupes basées en Algérie, Tunisie et AEF sont mobilisé de même que l'escadre de Méditerranée situé à Toulon.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 27 Juin 2017 - 10:27

République Française:


Politique Intérieure:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, l'artisan de la politique étrangère française de fermeté.

Le mois de juillet 1939 a été marqué par le retour sur le devant de la scène du pacifisme. La campagne du Siam lancé six mois auparavant à choquer sans aucun doute les esprits. Au parlement, les députés de la droite pacifiste et les partisans de l’apaisement avec les dictatures sont remonté au créneau. Daladier, une nouvelle fois porté par une partie du parti radicale et par des éléments d’une droite peu recommandable, a tenté de fragiliser au maximum le gouvernement. Ainsi, Paul Reynaud et son ministre des affaires étrangères Joseph Paul-Boncour ont été pris dans une violente tempête politico-médiatique. En effet encore plus que les parlementaires c’est surtout l’opinion publique de droite et les sympathisants radicaux qui sont attaché aux pacifismes. Dans les grands journaux, le gouvernement est attaqué tous les jours pour son bellicisme. On accuse ainsi Reynaud de vouloir conduire l’Europe à la guerre afin de servir ces propres intérêts. Une certaine presse n’hésite d’ailleurs pas à relier la politique de Reynaud et les intérêts du « peuple juif » dans un antisémitisme des plus abjects. Cependant grâce à la loi de 1936 plusieurs de ces journaux ont pu être temporairement suspendu pour diffamation.

Au parlement, les discours enflammés pour défendre ou accuser le gouvernement se sont succéder. D’une violence sans égale, les débats ont dû être suspendus à mainte reprise afin de calmer les esprits. L’affrontement « personnel » entre Reynaud et Daladier qui marque la politique depuis plusieurs années a pris une tournure dramatique. Au sein même de l’Assemblée, les députés en sont venus aux mains pour tenter de régler une fois pour tout ce long débat. Après plusieurs semaines de duel, un vote de confiance avait été fixé au 13 juillet. Ce vote, décisif pour l’avenir de la France devrait permettre de fixer la ligne politique française pour les années à venir.

Le 13 au matin, les députés pénètrent donc dans l’enceinte de l’Assemblée avec la volonté d’en découdre une bonne fois pour toute. Paul Reynaud effectue un dernier discours rappelant qu’en ces temps difficile la nation doit rester unie et surtout le gouvernement doit faire preuve d’une fermeté absolue sur la scène internationale. En réponse Daladier invoque les valeurs de la paix, du compromis et les bienfaits certains des négociations internationales avec les régimes fascistes. Une foi les deux discours terminés, l’heure est au vote. Autant dire que pendant les heures qui suivent la France retient son souffle. Fort de son accord à moitié secret avec les forces de gauche, Paul Reynaud est certain de succès. De son côté Daladier peu compté sur la majorité du parti radical et sur les quelques députés de la droite pacifiste. En milieu d’après-midi, le dépouillement commence….. Une nouvelle, l’habilité politique de Reynaud lui permet d’en sortir vainqueur. Dans la journée, il avait en effet négocié un accord avec Maurice Thorez et Léon Blum prévoyant d’envoyer des armes en Espagne en échange d’une aide à l’Assemblée. Dans le même temps, les radicaux se déchirent toujours entre pacifiste et partisan de la fermeté ce qui empêcher un vote uniforme. Enfin à droite les chrétiens-démocrates ont voté pour le gouvernement tandis que les pacifistes emmenés par Flandin ou Laval ont refusé de voter la confiance. Une partie de l’Alliance Démocratique favorable à Paul Reynaud a aussi voté en faveur de la poursuite de cette politique.

Répartition des voix par groupe parlementaire:
Parti Communiste Français : 72 pour
SFIO : 150 pour et 5 abstention
Union Socialiste Républicaine : 15 pour et 14 contre
Parti Radical : 100 contre et 10 abstention
Parti Radical-Socialiste : 3 contre
Parti Frontiste : 2 pour
Ligue de la Jeune République : 4 pour
Gauche Indépendante : 5 pour et 6 contre
Gauche démocratique et radical indépendante : 20 pour et 19 contre
Alliance Démocratique : 17 pour, 25 contre et 1 abstention
Indépendant d’Action Populaire : 10 pour, 3 contre et 3 abstention
Parti Démocrate Populaire : 12 pour et 1 contre
Républicain Indépendant et d’Action Sociale : 39 contre et 1 abstention
Fédération Républicaine : 58 contre et 2 abstention
Républicains Indépendants : 13 pour
Total pour: 320
Total contre : 268
Total abstention : 22

Cette large victoire conforte au moins la position du gouvernement à l’Assemblée même si les critiques se poursuivent au sein de la société civile. Ce vote a aussi fait apparaitre de large tension au sein des groupe parlementaires de droite et on pourrait bientôt assister à une recomposition de l’Assemblée tellement l’opposition entre les différentes lignes sont fortes. C’est notamment le cas pour le Parti Radical, l’Alliance Démocratique et d’autres formations centristes.

Fort de ce vote, le gouvernement a fait passer plusieurs mesures dans les jours qui ont suivi. Tout d’abord le parlement lui a accordé des pouvoirs spéciaux consécutifs à la montée des tensions en Europe. Ces pouvoirs seront utilisés dans la préparation d’un éventuel conflit entre la France et des nations hostiles. Enfin le 18 juillet 1939 un nouveau décret-loi a été validé. Celui-ci prévoit une augmentation des impôts afin de financer le réarmement français. Ainsi les impôts seront majorés de 20% tandis qu’une contribution nationale extraordinaire de 10% sera mise en place. Dans le même temps le Trésor a émis des milliers de bons d’armement pour financer les dépenses du ministère de la Guerre.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 27 Juin 2017 - 21:48

République Française:


Affaires Etrangères:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Reynaud.

La France par l’intermédiaire de son ministre des affaires en personne refuse catégoriquement de livrer le gouvernement polonais à l'Allemagne. Aucune négociation ne sera possible sur ce sujet car le gouvernement du Général Władysław Sikorski est la seule autorité reconnu par la France concernant le territoire polonais.

Par ailleurs la France ne peut céder un morceau de terre pour l'armée polonaise tant que celle-ci est en paix. Pour les mêmes raisons la mobilisation de volontaire polonais sur le sol français est impossible et sera empêché tant que la République n'est pas en état de guerre.


Dernière édition par galx le Sam 1 Juil 2017 - 14:31, édité 1 fois
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mer 28 Juin 2017 - 10:34

République Française:


Politique Intérieure:

Le 13 août 1939 l’Assemblée a légiféré concernant le code de la famille. Ainsi à l’initiative d’une majorité écrasante de député les peines sanctionnant l’avortement ont été fortement aggravé pour tenter de mettre fin à cette pratique barbare. Au cours de l’année 1935, 277 personnes ont été condamné pour de tel crime. Aujourd’hui, toute personne pratiquant l’avortement risque les travaux forcé à perpétuité voir la peine de mort dans certains cas extrême. Cet alourdissement des sanctions n’a pas provoqué véritablement de débat à l’Assemblée ou de toute manière les femmes ne sont pas représentées. Par ailleurs la presse de droite a salué la mesure tandis que celle de gauche l’a plutôt ignoré sans s’en préoccuper.

Toujours concernant la famille une nouvelle prime sera instituée à la naissance du premier enfant. Il s’agit d’encourager la reprise de la croissance démographique qui avait été remise en cause par la folie de la Grande Guerre. La situation démographique de la France étant plus que difficile, cette mesure devrait permettre d’augmenter le nombre de naissance mais aussi l’âge du premier enfant. Comme la précédente, cette mesure a été adoptée sans trop de débat à l’Assemblée tant le sujet fait consensus parmi les hommes politique français.

Dans un tout autre domaine, un décret-loi fixant les contours du « secret de la défense nationale » a été publié au journal officiel. Il s’agit de codifier les atteintes à la sûreté extérieure de l’Etat afin de lutter notamment contre l’espionnage. Ce décret-loi édicte que « présentent un caractère de secret de la défense nationale les renseignements, procédés, objets, documents, fichiers intéressant la défense nationale qui ont fait l’objet de mesure de protection destinés à restreindre leur diffusion ». Par ailleurs les peines requises pour espionnage ou activité nuisant à la sécurité extérieure de l’Etat ont aussi été augmenté afin de dissuader d’éventuel traître. Enfin, le budget de la Surveillance du Territoire (contre-espionnage) a été réévalué pour pouvoir embaucher des agents supplémentaires.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Sam 1 Juil 2017 - 14:31

République Française:


Affaires Etrangères:

Spoiler:

Joseph Paul-Boncour, Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Reynaud.

La France propose à l’Allemagne et au Royaume-Uni que le sommet prévu à Berlin soit organisé à Strasbourg. Cela serait un grand honneur pour la France d’accueillir sur son territoire les représentants britanniques et allemands.

:mac: Top Secret:

Lors du dernier vote de confiance le président du conseil Paul Reynaud avait réussi à négocier avec les socialistes leur soutient en échange d’une nouvelle livraison d’arme en direction des républicains espagnosl. Actuellement en difficulté sur l’ensemble du front, la France espère que cet approvisionnement en arme et en munition permettra aux forces de la démocratie de rétablir la situation. Pour tenir sa promesse, les armes suivantes seront donc livrées à la République avant la fin de l’année 1939 :
. 50 000 fusils Lebel ainsi que des quantités importantes de munitions
. 1000 mitrailleuses AA de 25mm
. 100 chars légers AMR 33
. 500 canons de 75mm
. 80 chasseurs D.510
:mac:
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par Vautour le Mar 4 Juil 2017 - 11:53

Précision : Publication de Galx envoyée par moi-même dans le cadre de la délégation de jeu le temps de son absence.

République Française:


Affaires Militaires:

Spoiler:

Un ARL 40 lors de tests en janvier 1940.

Le début de l’année 1940 est marqué par la poursuite du réarmement français. En matière de structure, trois nouvelles divisions cuirassées seront fondé au mois de janvier, février et mars. Il faudra quelques mois après leur création officielle pour que celle-ci soit parfaitement opérationnelle. Dans le but d’augmenter la motorisation de l’Armée de terre, deux divisions légères mécaniques de réserve seront formée. Il s’agit des premiers de ce genre puisque les anciennes étaient composées uniquement de soldat actif. Ces deux DLM seront créé à partir de deux divisions légères de cavalerie afin de ne pas dépasser les effectifs prévus. Enfin l’organisation divisionnaire va aussi changé avec l’augmentation de la dotation en arme antiaérienne. Actuellement composé de 20 mitrailleuses AA de 25mm et de 5 canons de 75mm, les groupes antiaériens vont voir leurs moyens renforcés. A partir du mois de mars 1940, ils seront équipés de 40 mitrailleuses AA de 25mm et de 20 Mitrailleuse de 37 mm Schneider modèle 1930. Les canons lourd de 75mm seront récupéré et utilisé pour défendre des positions fixes de l’Armée notamment des points de passages stratégique (pont, route, gare,…) ou des bases militaires.

En termes de matériel maintenant, l’augmentation des moyens des groupes AA a donné lieu à une nouvelle commande de matériel. Ainsi 2000 mitrailleuses AA de 37mm rejoindront progressivement les unités entre janviers et mars 1940. D’abord refusé à cause de son affut lourd et encombrant, des travaux progressifs d’amélioration ont permis de réduire ce problème néant. Finalement accepté par l’Etat-major, la mitrailleuse AA de 37mm peut abattre des appareils volants jusqu’à 3000 mètres avant un cadence de tir de 175 coups/minute. Au niveau de l’artillerie, les travaux autours des canons automoteurs continues. Si tout se passe bien, le nouveau modèle baptisé ARL 40 pourra rentrer en service d’ici à septembre 1940. Il s’agit donc d’un véritable canon d’assaut qui sera chargé d’équiper les divisions cuirassée mais aussi les divisions légères mécaniques et pourquoi pas la cavalerie en générale. L’ARL 40 est doté d’un canon de 75mm APX et d’un poids de 25 tonnes pour une vitesse de 42 km/h sur route. Une centaine d’ARL 40 seront donc produit avant septembre 1940. En matière de blindé, l’entreprise SOMUA vient de commencer la production du S-40 (version amélioré du S-35). Ce nouveau char de cavalerie a reçu une amélioration du train de roulement, un moteur plus puissant ainsi qu’une nouvelle tourelle baptisé ARL 2C construite à l’aide des nouvelles techniques de soudure électrique. Comme son prédécesseur, le S-40 sera armé d’un canon de 47mm SA-35 et d’une mitrailleuse coaxiale MAC-31. Environ 100 chars S-40 seront produits avant novembre 1940 selon la planification officielle. Les recherches autours d’un nouveau blindé moyen pour l’infanterie ont aussi commencé. Dénommé AMX-40, ce char avant-gardiste disposera d’un blindage arrondi sur une caisse en acier coulé. Normalement ce nouvel engin devrait être disponible à la production à partir de septembre 1940. De là, 70 exemplaires seront produit avant la fin de l’année et équiperont en priorité les divisions cuirassés. Enfin 1940 verra aussi la mise en service du « Chasseur de chars Lorraine » basé sur le châssis de la chenillette Lorraine L37. Ce chasseur de chars sera équipé d’un canon AA de 47mm. Pas moins de 100 exemplaires seront donc produits entre janvier et mai 1940. A tout cela s’ajoute la production d’équipement déjà en service :
. 180 R-40
. 60 B1 bis
. 1000 chenillettes UE
. 500 canons de 105mm

Pour l’Armée de l’air, le manque de ressource a poussé l’imagination des chercheurs au maximum. Grace à leur travail acharné, un nouveau chasseur a pu voir le jour. Il s’agit de l’Arsenal VG-33 qui commencera à équiper les escadrilles françaises au mois d’août 1940. La principale particularité du VG-33 est d’être construit en bois ce qui limite considérablement son coût. Il n’en reste pas moins un excellent appareil grâce à son moteur de 860 chevaux et ses quatre mitrailleuses de 7.5mm. Comme indiqué précédemment, 180 exemplaires seront en service d’ici le mois d’août 1940. Enfin, les équipements suivant rentreront aussi en service :
. 350 Potez 63.11 No.1
. 100 Potez 637
. 50 MB.174
. 50 MB.150
. 350 MS.406
. 20 Breguet Br.810 (pour les porte-avions)
avatar
Vautour
Administrateur
Administrateur

Messages : 2147
Date d'inscription : 05/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Dim 9 Juil 2017 - 12:44

République Française:


Politique:

Spoiler:

Auguste Champetier de Ribes, le nouveau Président du Conseil français.

Le 6 juin 1940 se tenait le premier tour des élections législatives françaises. Après une campagne plus que tendu entre les différentes factions politiques, les électeurs allaient enfin choisir leur nouveau représentant. Pour Paul Reynaud, cette élection législative s’annonçait plus que compliqué devant la fragmentation des partis de droite qui ont penné à s’allier véritablement. En effet sur la droite de l’échiquier politique les divergences sont énormes entre les sympathisants au régime autoritaire, les nationalistes, les tenants de la fermeté,…. A gauche la situation n’est guère mieux puisque si les divergences n’ont pas donné lieu à de véritable rupture dans les partis, elles n’en restent pas moins une cause de débat incessant. La tension internationale grandissante a d’ailleurs été un des thèmes majeurs de cette campagne 1940 renvoyant presque la situation économique au placard.

Ces élections législatives ont été marquées par de nombreux rebondissement notamment lorsque que l’Alliance Démocratique a définitivement éclaté en deux partis distincts. La ligne pacifiste de l’Alliance Démocratique emmené par Pierre-Etienne Flandin et Pierre Laval a fondé son propre parti baptisé Front National Républicain (FNR). De son côté Paul Reynaud (leader de la ligne « belliciste ») a tendu les mains aux différentes formations chrétienne populaire notamment le Parti Démocrate Populaire et les Indépendants d’action populaire. L’ensemble de ces formations chrétiennes démocrates se sont donc retrouvé autour d’un programme commun pour tenter d’emporter une majorité de siège. A l’extrême droite, la Fédération Républicaine à mal survécu à l’essoufflement du mouvement antirépublicain parmi la population française. Dès 1939, des premières tensions étaient apparu entre les partisans d’un fascisme calqué sur l’Italie (Jacques Doriot) et les défenseurs d’un Etat français fort mais toujours républicain. Dans le même temps le Front Républicain a été fortement concurrencé par le Parti Social Français qui a récupéré une partie des électeurs du FR. Cette forte perte de vitesse à entrainer une rupture lorsque plusieurs parlementaires ont décidé de quitter le front en janvier 1940. Ces multiples éclatements ont mis la droite dans une position délicate à l’approche des législatives. En effet les nouvelles formations politiques se cherchent encore entre alliance contre la gauche et divergences idéologiques.

Au même moment, c’est autour des radicaux d’être plongé dans le rouge. Plusieurs mini-scandales financiers révélés notamment par le Canard Enchainé ont fortement encorné sa popularité auprès des classes moyennes et encore plus auprès des ouvriers. Cette situation risque de peser lourd dans l’élection à venir surtout que les conflits ouverts entre l’aile droite et gauche du parti sont de plus en plus nombreux. Chez les socialistes, la question de la politique internationale fait aussi débat. La ligne majoritaire a soutenue Paul Reynaud dans sa fermeté face aux régimes fascistes mais rien de garantit que cette position sera éternelle. En effet en coulisse les minoritaires défendent encore un pacifisme absolu face aux horreurs de la guerre. Si cette position à peu d’adepte parmi les représentants de la SFIO, elle séduit en revanche un nombre important d’électeur traumatisé par le souvenir de la Grande Guerre. Enfin, le Parti Communiste Français dirigé par Maurice Thorez a poursuivi son éloignement de Moscou. De plus en plus autonome par rapport au Komintern, le PCF a pu adopter un ton un peu plus national et séduire ainsi de nouveaux électeurs parmi les classes moyennes notamment. Sur le plan international, les communistes ont soutenu le gouvernement en échange de livraison d’arme en direction de l’Espagne. Cependant, maintenant que la République c’est définitivement effondré, nul ne sait qu’elle sera la position à venir du PCF sur la scène internationale.

Ainsi une fois les deux tours passés, l’assemblée française disposait d’un tout autre visage. A la grande surprise, la SFIO restait le parti majoritaire avec 149 députés. Le changement vient surtout du centre et de la droite comme le montre les résultats détaillés :
. Parti Communiste Français (PCF) : 84  sièges
. Section Française de l’Internationale Socialiste (SFIO) : 152 sièges
. Parti Radical (PR) : 75 sièges
. Parti Radical-Socialiste (PRS) : 6 siège
. Ligue de la Jeune République (PJR) : 18 sièges
. Gauche Indépendante (GI) : 3 sièges
. Parti Frontiste (PF) : 4 sièges
. Gauche Démocratique et Radicale Indépendante (GDRI) : 18 sièges
. Parti Démocrate Populaire (PDP) : 74 sièges
. Indépendant d’Action Populaire (IAP) : 60 sièges
. Front National Républicain (FNR) : 32 sièges
. Républicains indépendants et d'action sociale le Groupe agrarien (RI) : 38 sièges
. Fédération républicaine de France (FR) : 22 sièges
. Parti Social Français (PSF) : 24 sièges

Après plusieurs jours de négociation plusieurs coalitions se sont formées pour briguer à la présidence du conseil :
. PCF : 84 sièges
. SFIO : 152 sièges
. Mouvement du Centre Gauche (PR, PRS, GI) : 84 sièges
. Mouvement Républicain Populaire (PJR, PF, GDRI, PDP, IAP) : 174 sièges
. Alliance de la Droite Républicaine (FNR, RI) : 70 sièges
. FR : 22 sièges
. PSF : 24 sièges

Une fois les coalitions formées, les négociations concernant la nomination d’un premier président du conseil commencèrent. Au vu des résultats deux possibilités s’offrait au président de la République : nommé un membre de la SFIO ou un membre du Mouvement Républicain Populaire. Devant le refus systématique des formations de droite d’accepter à nouveau un gouvernement socialiste, les chrétiens-démocrates s’imposèrent comme les seuls en mesure de gouverner. Cependant la encore-il fallu trouver un homme capable de faire un minimum consensus autour de lui. Paul Reynaud au pouvoir depuis plusieurs années fut écarté à cause de son côté clivant. Une semaine plus tard se fut finalement Auguste Champetier de Ribes qui fut nommé Président du Conseil. Son gouvernement regroupe des membres du Mouvement Républicain Populaire, du Mouvement du Centre Gauche et même des personnalités de la SFIO :
. Président du Conseil : Auguste Champetier de Ribes (PDP)
. Vice-Président du Conseil : Paul Reynaud
. Ministre de la Guerre et de la Défense : Paul Reynaud
. Ministre des Affaires Etrangères : Georges Bidault (PDP)
. Ministre de l’Intérieur : Camille Chautemps (PR)
. Ministre des Finances : Lucien Lamoureux (PR)
. Ministre de la Justice : Albert Sérol (SFIO)
. Ministre du Travail : Paul Simon (PDP)
. Ministre de l’Agriculture : Jean Raymond Laurent (PJR)
. Ministre de l’Education Nationale : George Irza (PF)
. Sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et de la Guerre : Charles de Gaulle
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mer 12 Juil 2017 - 13:51

République Française:


Services de Renseignement:

Spoiler:

Alors que les besoins en matière de renseignement et de documentation explosent à l’échelle nationale comme mondiale, la France se doit de se doter de services efficaces afin de garantir sa sécurité. A l’heure d’aujourd’hui, les services extérieures sont directement rattaché à l’armée par l’intermédiaire du fameux deuxième bureau. Cependant ses services sont sensé s’occuper uniquement du renseignement à visé militaire et non pas civil, politique ou autre. Enfin à l’échelle nationale il existe la Sécurité Intérieure chargé d’effectuer des missions de contre-espionnage. Dans la configuration actuelle, la France manque cruellement d’un service d’action permettant d’opérer des missions autres que la simple collecte d’information. Par ailleurs, il n’existe pas vraiment de service de renseignement extérieur autre que militaire ce qui pose de nombreux problèmes. Pour tenter d’y remédier, le président du conseil Auguste Champetier de Ribes a publié plusieurs décrets-lois réorganisant de manière durable les services de renseignement français.

Tout d’abord, le gouvernement a choisi de créer un nouveau service appelé « Direction Général du Renseignement Extérieur » (DGRE). Cet organisme sera placé sous la responsabilité du ministre de la guerre et sera chargé d’effectuer l’ensemble des missions de renseignement et de contre-espionnage à l’étranger pour le compte de l’Etat. La DGRE sera doté d’un service action auquel seront confiés l’ensemble des opérations clandestines. Ce service action sera composé de militaire français recruté après de nombreux contrôle et connu pour leur capacité exceptionnel. A la différence des forces spéciales, les actions du service action ne seront pas revendiquées par le gouvernement français. Il s’agit donc d’un service de l’ombre qui agira dans le plus grand secret. Finalement, la création de la DGRE correspond plus à une mutation du « deuxième bureau » auquel on pourra confier dorénavant des missions de renseignement civil. Dans les premiers mois qui suivent sa création, la DGRE va être chargé d’élargir la base d’agent du deuxième bureau en tentant de prendre contact avec un certain nombre de source. L’objectif étant d’infiltré de manière durable les pays visés par le gouvernement français afin d’obtenir sur le long terme des renseignements fiables et précis.

La Sécurité du Territoire, organisation créé en 1934 par Gaston Doumergue, changera officiellement de nom pour devenir la « Direction Générale du Renseignement Intérieur » (DGRI). La DGRI sera donc chargé de l’ensemble des missions de contre-espionnage sur le territoire nationale tout en étant placé sous l’autorité du ministère de l’intérieure. Dès les premiers mois de sa création, la DGRI devra accentuer la surveillance des ambassades étrangères souvent source d’espionnage. La liste exacte des ambassades surveillé sera transmise ultérieurement et de manière ultraconfidentielle. Le budget existant déjà pour la ST sera amplifié afin de garantir une protection suffisante de la sécurité de l’Etat. La DGRI sera organisé en sept directions régionales (Lille, Rennes Bordeaux, Marseille, Metz, Lyon, Tour, Alger) ainsi que neuf détachements (Indochine, Polynésie, AEF, AOF, Antilles-Guyane, Levant, Tunisie, Maroc, Nouvelle Calédonie)

Enfin les renseignements généraux seront maintenue avec toujours la même mission : protéger le territoire des mouvements pouvant porter atteinte à la sécurité de l’Etat. Dans les mois qui viennent leurs actions seront surtout concentrées sur les groupes politiques d’extrême droite et d’extrême gauche en coopération avec la DGRI afin d’essayer de détecter de possible intervention étrangère.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 20 Juil 2017 - 14:44

République Française:


Affaires Militaires:

Spoiler:

MS.406 à l'entrainement dans le ciel français.

En ce début d’année 1941, les ingénieurs français continuent de produire des équipements militaires de plus en plus sophistiqué pour l’ensemble des armées françaises. Une nouvelle automitrailleuse baptisé CDM fera sont entré en service dans les unités d’infanterie. Il s’agit d’un véhicule de conception classique mais armé d’un canon de 25 ou 90mm selon les modèles (CDM-1 pour le 25mm et CDM-2 pour le 90mm). Sa production en série débutera donc au mois de février afin de remplacer les anciennes automitrailleuses jugé obsolètes. En tout, la première commande de CDM prévoit une production à 250 exemplaires avant juin 1941 (150 CDM-1 et 100 CDM-2). Il s’agit du seul véhicule totalement nouveau dans la planification française. Autrement la liste du matériel qui sera produit au cours de l’année 1941 est la suivante :
. 50 chars B1
. 100 AMX-40
. 100 S-40
. 250 AMC 35
. 300 canons de 25mm AC
. 2000 canons de 47mm AC
. 150 canons ARL40
. 100 canons Sau40
. 1500 mitrailleuses AA de 25mm
. 1000 mitrailleuses AA de 37mm
. 500 Panhard 179
. 150 Panhard 178
. 500 chenillettes UE
. 200 chenillettes d’infanterie Hotchkiss

Pour l’armée de l’air, les innovations sont plus nombreuses. Tout d’abord, la gamme Bloch vient de valider la production d’un nouveau chasseur doté d’un moteur très puissant : le MB.157. Dérivé à la base du MB.150, ce chasseur est équipé d’un moteur Gnome et Rhône R14 lui permettant d’atteindre les 710 km/h et de monter à 8000 mètres d’altitude en seulement 11 secondes. Sous le charme, les responsables de l’Armée de l’Air ont validé la production de 50 MB.157 afin de réaliser d’avantage de test lors de véritable mission. Ensuite, la production en série débutera en novembre 1941 au rythme suivant :
. Novembre à décembre 1941 : 100 exemplaires
. Janviers à Mars 1942 : 150 exemplaires
. Avril à Juin 1942 : 300 exemplaires
Chez Dewoitine l’amélioration des appareils déjà existant bas aussi son plein. Le célèbre D.520, actuellement le meilleur chasseur qu’aligne l’Armée de l’Air française, va être décliné en deux autres versions. D’abord le D.530 qui sera équipé d’un moteur Hispano-Suiza 12Y-51 de 1800 chevaux. Avec une vitesse de pointe légèrement inférieure au MB.157, le D.520 reste quand même un appareil très prometteur pour les pilotes français. Selon les plans, il sera produit à 250 exemplaires avant la fin de l’année 1942. L’autre version du D.520 baptisé D.520 Z a bénéficié d’amélioration mineure sur la carlingue. De plus le D.520 Z est doté d’un moteur de 1600 chevaux plus puissant que l’original. Celui-ci sera construit à 150 exemplaires jusqu’en septembre 1941.  Le VG-33 a aussi reçu d’importante modification pour donner naissance au VG-39. Largement redessiné, le fuselage du VG-39 peut loger 6 mitrailleuses, un canon de 20mm dans le moyeu d’hélice ainsi qu’un moteur de 1600 chevaux. Grace à ces modifications, le chasseur peut atteindre les 650 km/h à 5000 mètres d’altitude. De plus sa conception a toujours été pensé dans un souci d’économie de matériaux stratégiques ce qui en fait un des avions les moins couteux du parc aérien français. Ainsi pas moins de 150 VG-39 rejoindront les rangs de l’Armée de l’Air française cette année. Un nouveau chasseur lourd va aussi faire son entrée : le SNCAC NC-600. Il s’agit d’un bimoteur biplace possédant un moteur de 700 chevaux. A pleine vitesse le NC-600 peut atteindre les 540 km/h ce qui en fait un appareil relativement rapide. Son armement est composé de trois canons de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.5mm. La commande initiale prévoit la livraison de 100 N-600 avant juin 1941. Enfin certains appareils déjà en service verront leur production étendu :
. 100 LN 402
. 150 LeO 451


Par ailleurs la composition même des divisions est réorganisé de la manière suivante. La réorganisation prendre bien sur du temps surtout pour les unités actuellement en mission à l'étranger.

Composition des divisions françaises 1941:
Spoiler:

Division Cuirassée (DCR) : 6000 hommes
. Un état-major : 100 hommes
. Une demi-brigade de char lourd : 100 chars B1/AMX-40, 20 Lorraine 36L et 700 hommes
. Une demi-brigade de char léger : 150 H-39, 20 Lorraine 36L et 700 hommes
. Un bataillon de chasseurs portés : 1000 hommes, 12 canons de 25mm AC et 5 mitrailleuses AA de 25mm
.  Un groupe d’automitrailleuse : 50 AMR, 250 motos et 1000 hommes
. Un régiment d’artillerie automotrice : 20 Sau40, 33 chenillettes, 10 ARL40 et 500 hommes
. Une batterie divisionnaires antichar : 15 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Autres (transmission, génie, bloc sanitaire,…) : 1000 hommes

Division Légère de Cavalerie (DLC) : 11 000 hommes
. Un état-major : 100 hommes
. Deux régiments de cavalerie mécanisée : 150 AMC-35 (ou AMR 35), 60 S-35/S-40 et 4000 hommes
. Un régiment de dragon porté : 3000 hommes, 12 canons de 25mm AC et 5 mitrailleuses AA de 25mm
. Un groupe d’automitrailleuse : 50 AMR, 250 motos et 1000 hommes
. Deux régiments d’artillerie : 36 canons de 75mm, 66 chenillettes, 24 canons de 105/155mm et 1000 hommes
. Une batterie divisionnaire antichar : 15 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Une compagnie antichar : 10 canons de 25mm AC, 15 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Autres : 400 hommes

Division d’Infanterie (DI) : 16 000 hommes
. Un état-major : 100 hommes
. Quatre régiments d’infanterie : 12 000 hommes, 48 canons de 25mm AC et 20 mitrailleuses AA de 25mm
. Deux régiments d’artillerie : 36 canons de 75mm, 24 canons de 105/155mm, 66 chenillettes et 800 hommes
. Une batterie divisionnaire antichar : 15 canons de 47mm AC et 400 hommes
. Une compagnie antichar : 10 canons de 25mm AC, 15 canons de 47mm AC et 400 hommes
. Un groupe de reconnaissance : 20 AMR, 12 ADM, 40 camions, 250 motos et 800 hommes
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Autres: 1000 hommes

Division d’Infanterie Coloniale (DIC) : 16 000 hommes
. Organisation identique à la DI avec cependant des différences en matière d’équipement

Division d’Infanterie Motorisée (DIM) : 16 000 hommes
. Un etat-major : 100 hommes
. Quatre régiments d’infanterie : 12 000 hommes, 48 canons de 25mm AC et 20 mitrailleuses AA de 25mm
. Une compagnie de pionnier (génie) : 500 hommes
. Deux régiments d’artillerie motorisé : 800 hommes, 66 chenillettes, 36 canons de 75mm et 24 canons de 105/155mm
. Un groupe de reconnaissance : 20 AMR, 12 AMD, 50 transports de troupes blindés, 250 motos et 800 hommes
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Une batterie divisionnaire antichar : 15 canons de 47mm AC et 400 hommes
. Une compagnie antichar : 10 canons de 25mm AC, 15 canons de 47mm AC et 400 hommes
. Autres : 500 hommes
+ Matériel de transport (véhicules automobile uniquement)

Division Légère Mécanique (DLM) : 11 000 hommes
. Un état-major : 100 hommes
. Un régiment de découverte : 40 AMD, des camions, 350 motos et 2000 hommes
. Un régiment de combat : 100 chars lourds (S-35/S-40), 160 chars légers (H-38 et AMC 35), 40 Lorraine 36L et 2000 hommes
. Une compagnie antichar : 10 canons de 25mm AC, 15 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Une batterie divisionnaire antichar : 15 canons de 47mm AC et 500 hommes
. Un régiment de dragon porté : 3000 hommes, 12 canons de 25mm AC et 5 mitrailleuses AA de 25mm
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Un régiment d’artillerie automotrice : 20 Sau40, 10 ARL40, 33 chenillettes et 500 hommes
. Un régiment d’artillerie motorisée : 33 chenillettes, 18 canons de 75mm, 12 canons de 105/155mm et 500 hommes
. Autres : 700 hommes

Division Alpine (DA) : 12 000 hommes
. Un état-major : 100 hommes
. Trois régiments d’infanterie type montagne : 9000 hommes, 18 canons de 25mm AC et 15 mitrailleuses AA de 25mm
. Deux régiments d’artillerie motorisé : 800 hommes, 66 chenillettes, 36 canons de 75mm et 24 canons de 105/155mm
. Un groupe de reconnaissance : 20 AMR, 12 AMD, 40 camions, des groupes à ski et 1500 hommes
. Une compagnie antichar : 25 canons de 25mm AC et 500 hommes
. Un groupe antiaérien : 30 mitrailleuses AA de 25mm, 20 mitrailleuses AA de 37mm et 500 hommes
. Autres : 700 hommes

Régiment d’Infanterie de Forteresse (RF) : 3000 hommes
. Trois bataillons d’infanterie de forteresse : 3000 hommes, 24 canons de 25 AC, 15 mitrailleuses AA de 25mm
. 13 chenillettes, 8 voitures de liaisons, 40 camions et 30 motos

Groupe d’infanterie de l’air (GIA) : 315 hommes
. Un état-major : 8 hommes
. Un escadron de transport : Potez 650 / Farman 224 et 100 aviateurs
. Une compagnie d’infanterie aéroportée : 207 hommes, 3 canons de 37mm à tir rapide, 3 canons AC de 25mm et 3 mitrailleuses AA de 25mm
+ Chaque peloton de 12 hommes possède deux FM 24/29, des grenades et lances grenades. Le reste des troupes sont armée de MAS 36 (version aéroportée) des PM MAS 38.

Composition et effectifs de l’Armée de Terre:
. Active:
Division d’infanterie : 11 = 176 000 hommes
Division d’infanterie coloniale : 10 = 160 000 hommes
Division alpine : 4 = 48 000 hommes
Division d’infanterie motorisée : 10 = 160 000 hommes
Division de cavalerie légère : 3 = 33 000 hommes
Division légère mécanique : 3 = 33 000 hommes
Division cuirassée : 4 = 20 000 hommes
Régiment de forteresse : 22 = 66 000 hommes
Régiment étranger d’infanterie : 6 = 18 000 hommes
Régiment étranger d’infanterie type montagne : 1 = 3000 hommes
Régiment étranger du génie : 2 = 3000 hommes
Régiment de marche de la Légion étrangère : 2 = 6000 hommes
Régiment de marche de la Légion étrangère type montagne : 1 = 3000 hommes
Régiment étranger de cavalerie : 1 = 3000 hommes
Total : 732 000 hommes
. Réserve:
Division d’infanterie : 57 = 912 000 hommes
Division d’infanterie coloniale : 27 = 432 000 hommes
Division alpine : 1 = 12 000 hommes
Division d’infanterie motorisée : 0
Division de cavalerie légère : 6 = 66 000 hommes
Division légère mécanique : 0
Division cuirassée : 0
Régiment de forteresse : 18 = 54 000 hommes
Total : 1 496 000 hommes

Besoin Militaire:
Active:
.  1422 canons de 75mm (actuellement 5500) = +4078
. 948 canons de 105/155mm (actuellement 4105) = +3157
. 2684 canons de 25mm AC (actuellement 8000) = +5316
. 1170 canons de 47mm AC (actuellement 1828) = +658
. 2416 canons AA de 25mm (actuellement 4000) = +1584
. 900 canons AA de 37mm (actuellement 2000) = +1100
. 1540 AMR/AMD (actuellement 2500) = +960
. 3124 chenillettes (actuellement 6620) = +3496
. 500 transports de troupes (actuellement 500) = 0
. 480 chars SOMUA (actuellement 700) = +180
. 840 H-38/H-39 (actuellement 1000) = +160
. 690 AMC 35/AMR 35 (actuellement 950) = +10
Réserve:
. 3276 canons de 75mm (actuellement 4078) = +802
. 2184 canons de 105/155mm (actuellement 3157) = +973
. 5454 canons de 25mm AC (actuellement 5316) = -138
. 2610 canons de 47mm AC (actuellement 658) = -1952
. 4695 canons AA de 25mm (actuellement 1584) = -3111
. 1820 canons AA de 37mm (actuellement 1100) = -720
. 3020 AMR/AMD (actuellement 960) = -2060
. 6174 chenillettes (actuellement 3496) = -2678
. 900 AMC 35/AMR 35 (actuellement 260) = -640

Parallèlement à ça les équipements suivant seront mis à la casse ou vendu/donné à des pays alliés au cours de l'année 1941:
. 500 chars R-35
. 10 FMC 2C
. 210 D1
. 1460 FT
. 380 NC1
. 100 AMR 33
. 270 H-35
. 120 AMR SOMUA 34
. 160 AMC P 16
. 50 Laffly S15 TOE
. 120 D.501
. 150 NiD.629
. 100 Breguet 19
. 100 Bloch MB.200
La disposition des troupes sera donc elle aussi rapidement revue pour correspondre aux dotations officielles de l'Armée françaises.  

Affaires Etrangères:

Spoiler:

Georges Bidault, ministre des affaires étrangères de la France, en 1934.

La France accepte avec plaisir la proposition égyptienne. Le ministre des affaires étrangères se déplacera donc en personne au Caire afin de signer un potentiel accord.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 27 Juil 2017 - 11:22

République Française:


Affaires Economiques:

Spoiler:

Un billet de 10 francs Mineur en 1941.

En ce mois de juillet 1941, le président du Conseil s’est exprimé devant l’Assemblée afin de faire un point sur la politique économique du gouvernement. Avec une croissance de 2.5% l’année dernière, la France subit toujours le contrecoup de la crise de 1929 plus de 10 ans après son arrivée en Europe. Si l’économie n’est pas encore totalement remise de ce terrible choc, la production industrielle est quand même revenue à son niveau d’avant-crise notamment grâce à la politique volontaire des différents gouvernements depuis le Front Populaire. Le charbon et l’acier vital au développement de la métropole comme des colonies ont vu leur production fortement augmenter ces dernières années. Ainsi en 1939 environ 48 millions de tonnes de charbon était extraite du sol français. En 1940 ce chiffre passe à 50 millions de tonnes notamment grâce aux efforts de modernisation du secteur. Les nouvelles machines disponibles et en partie financer par l’état permettent aux mineurs d’extraire 1.6 tonnes de charbon par jour en moyenne. En matière purement technologiquement, l’introduction par l’Etat de l’électricité au sein des mines a permis de généraliser l’utilisation du marteau piqueur et des couloir oscillant. Malgré ces efforts, le manque d’investissement privé entraine un surcout pour le charbon français. Selon les experts, le charbon national coût 25% plus cher qu’en Allemagne et 50% plus cher qu’en Grande-Bretagne. Cette situation difficile pour les charbonnages a poussé le gouvernement à réagir afin de garantir l’indépendance énergétique de la France. Plusieurs réunions ont eu lieu entre les principales compagnies minières et le ministre de l’économie nationale. Après d’âpre négociation et plusieurs menaces de nationalisation, le patronat des Houillères à enfin céder sur un plan d’investissement de 250 millions de francs. Cet argent sera à la fois utilisé pour augmenter les conditions de vie des mineurs mais aussi pour moderniser l’ensemble des puits français. Pas moins de 50 millions de francs seront directement fournis par l’Etat tandis que 100 millions seront prêté à un taux de 0.10% aux compagnies minières. Par ce plan massif, la France espère combler son retard en la matière afin de rejoindre rapidement le rang des grandes puissances industrielles. Dans les colonies la situation des Houillère est moins préoccupante. En effet la Société Française des Charbonnage du Tonkin est très largement bénéficiaire ce qui lui permet d’investir dans toute la région indochinoise. Avec 2.8 million de tonne extraite en 1940 et des coûts bien plus faible qu’en métropole, les charbonnages du Tonkin affiche une rentabilité exceptionnelle. En 1940, 25% de la production du Tonkin sera acheté par l’Etat français. Le reste sera exporté aux quatre coins de l’Asie depuis le port Hongay. Depuis le blocus contre le japon, les charbonnages du Tonkin ont quand même connu un ralentissement de leur croissance. En effet l’industrie japonaise était la première acheteuse de charbon indochinois. Cependant depuis le blocus, les exportations se sont diversifiées en direction notamment des colonies britanniques, américaines (les Philippines) ou de la Chine. Ainsi en 1940 le port de Hongay comptait 218 navires dont 115 anglais, 65 français, 17 américains, 12 chinois, et 9 russes.

Autres axes de la politique gouvernementale : la rationalisation de la production industrielle. D’abord observé aux Etats-Unis, cette politique dite tayloriste doit permettre d’augmenter drastiquement la productivité des ouvriers. Elle a commencé à émerger en France dans les années 1920 surtout dans les secteurs automobiles. Pour continuer cette rationalisation, le gouvernement a mis en place de nombreuses aides et baisses fiscales pour les entreprises qui moderniseraient leur technique de production. L’augmentation de la productivité des ouvriers a aussi permis d’importante augmentation de salaires ces trois dernières années. Indirectement l’industrie des biens de consommations connait donc un essor important grâce à la demande de la nouvelle « classe moyenne » française.

Enfin en matière boursière, le début des années 1940 voit enfin une véritable reprise des activités financières. Le nombre d’émission de 1939 a fortement augmenté et la capitalisation des entreprises françaises fait de même. La reprise économique très gourmande en énergie a permis aux sociétés minières de se développer extrêmement rapidement. En 1949, sur les 20 premières capitalisations boursières à Paris, 11 exploitent des matières premières sur le marché mondial. On y retrouve notamment Air Liquide (secteur de la chimie) avec 11 milliards de capitalisation, Cie Shell Berre (pétrole) avec 9 milliards, Omnium Nord-Africain (minerais) avec 5.7 milliards ou encore la Société de l’Ouenza (minerai de fer) avec 4.3 milliards. La bourse semble donc reprendre une croissance normale avec cependant une concentration des investissements autour de l’exploitation des matières premières. Cette baisse générale des coûts des matières premières permet donc à l’industrie française de reprendre une seconde jeunesse et d’oublier les années noires lié à la crise.

Affaires Etrangères:

Spoiler:

Georges Bidault, ministre des affaires étrangères de la France, en 1934.

La France accepte les rencontres proposé par l'Iran, la Royaume-Unis ainsi que les Pays-Bas.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Dim 30 Juil 2017 - 12:46

République Française:


Affaires militaires:

Spoiler:

Le général Georges en compagnie du britannique Lord Gort.

De part et d’autre les services secrets français alertent les autorités politiques sur les menaces planant sur la patrie. Face à ce contexte internationale plus que tendu la France doit pouvoir se défendre de manière forte et indépendante. Dans cette optique, les députés de la nation ont validé le prolongement de quelques mois du statut de réserviste. Cette mesure permet donc aux autorités militaires de former plusieurs nouvelles divisions de réserve qui seront répartit entre les différentes armées. En tout, une division alpine, une division d’infanterie motorisée, une division légère de cavalerie, deux divisions d’infanterie et une division d’infanterie coloniale seront dégagés de cette réforme. Par ailleurs, la fin de la guerre civile espagnole a aussi provoqué une augmentation soudaine des effectifs de la Légion Etrangère. A l’heure d’aujourd’hui 30% des légionnaires sont de nationalités espagnoles. Dans ce contexte particulier d’exode des républicains, 9000 nouvelles recrues ont donc été incorporé à la Légion. Cet afflux de personnel a obligé le commandement à créer trois nouvelles unités : un régiment étranger du génie, un régiment étranger d’infanterie et un régiment de marche de la Légion étrangère (type montagne). L’augmentation des effectifs aux seins de l’armée de réserve comme de l’armée d’active à aussi obligé l’état-major à commander de nouveau équipement militaire :
. 150 AMC-35
. 140 S-40
. 500 canons AC de 25mm
. 500 mitrailleuses AA de 25mm
. 500 mitrailleuses AA de 37mm
. 300 Panhard 178
. 300 canons de 75mm
. 400 chenillettes EU
. 150 canons de 105mm
. 200 canons de 47mm AC
. 50 VPDK

Par la même occasion, les précédentes modernisations de l’armée et notamment la mise à la casse de nombreux équipements ont poussé le Général Georges à réorganiser ses forces de la manière suivante :
Spoiler:
Réserve du QG: Général Huntziger (autour de Paris) = 64 000 hommes (0/64)
. Active : X
. Réserve : 4 DI

Armée de Réserve: (autour de Reims) = 75 000 hommes (0/64)
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
1 Bataillon de char de combat : 100 H-38
. Active : X
. Réserve : 3 DI, 1 DIC, 1 DC

Groupe d’Armée 1: Général Blanchard

Armée 1: Général Flavigny (secteur Dunkerque/Orchies ) = 162 000 hommes (38/124)
1 Bataillon de char de combat : 70 AMX-40
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
1 Bataillon de char de combat : 100 H-38
. Active : 2 DIM, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC, 2 DC, 2 RF

Armée 2: Général Héring (secteur Orchies/Maubeuge) = 146 000 hommes (54/92)
1 Bataillons de char de combat : 80 B-1
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
1 Bataillon de char de combat : 100 H-38
. Active : 2 DIM, 1 DIC, 2 RF
. Réserve : 3 DI, 1 DIC, 2 DC, 2 RF

Armée 3: Général Giraud (secteur Maubeauges/Rocroi) = 156 000 hommes (54/102)
1 Bataillon de char de combat : 50 D-2
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
1 Bataillon de char de combat : 100 H-38
. Active : 1 DI, 2 DIM, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC, 2 RF

Armée 8: Général Corap (secteur Rocroi/Stenay) = 164 000 hommes (68/96)
1 Bataillon de char de combat : 50 D-2
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 1 DI, 1 DC, 2 DIM, 3 RF
. Réserve : 5 DI, 1 DIC

Groupe d’Armée 2: Général Prételat

Armée 4: Général Condé (secteur Stenay/Metz) = 148 000 hommes (41/107)
1 Bataillon de char de combat : 50 D-2
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
. Active : 2 DI, 3 RF
. Réserve : 6 DI, 1 DC

Armée 5: Général Requin (secteur Metz/Haguenau) = 268 000 hommes (81/187)
2 Bataillons de char de combat : 100 D-2
1 Bataillons de char de combat : 80 B-1
1 Bataillon de char de combat : 80 R-40
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 1 DCR1, 1 DIM, 1 DC, 2 DI, 1 REC, 1 REG, 1 DLM
. Réserve : 8 DI, 3 DIC, 1 DC

Armée 6: Général Bourret (secteur Haguenau/Colmar) = 178 000 hommes (44/134)
100 FCM 36
. Active : 2 DI, 4 RF
. Réserve : 6 DI, 2 DIC, 2 RF

Groupe d’Armée 3: Général Besson

Armée 9: Général Touchon (secteur Colmar/Mulhouse) = 156 000 hommes (38/118)
. Active : 2 DI, 2 RF
. Réserve : 5 DI, 2 DIC, 2 RF

Armée 7: Général Garchery (secteur de Dijon) = 80 000 hommes (16/64)
. Active : 1 DI
. Réserve : 4 DI

Armée des Alpes: Général Olry = 123 000 hommes (48/75)
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 2 DA, 3 RF, 1 REI de type montagne
. Réserve : 1 DI, 2 DA, 5 RF, 2 DIC

Groupe des Pyrénées: 126 000 hommes (30/96)
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 2 DA, 2 RME de type montagne
. Réserve : 4 DI, 1 DIC, 1 DIM

Troupe du théâtre Nord-Africain:

Algérie:Général de Larminat = 67 000 hommes (19/48)
1 Bataillon de char de combat : 100 H-35
. Active : 1 DIC, 1 REI
. Réserve : 3 DIC

Maroc: 19 000 hommes (19/0)
. Active : 1 DIC, 1 REI
. Réserve : X

Tunisie: Général Frère = 125 000 hommes (52/73)
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 2 DIC, 1 DC, 1 RF, 2 RME
. Réserve : 4 DIC, 3 RF

Groupe des forces mobiles au Levant: Général Dentz = 55 000 hommes (55/0)
1 Bataillon de char de combat : 100 R-35
. Active : 1 DIC, 1 DC, 1 DIM, 3 REI, 1 REG

AOF: 48 000 hommes (16/32)
. Active : 1 DIC
. Réserve : 2 DIC

. AEF: 48 000 hommes (16/32)
1 Bataillon de char de combat : 70 H-35
. Active : 1 DIC
. Réserve : 2 DIC

Madagascar: 16 000 hommes (16/0)
. Réserve : 1 DIC

Djibouti: 16 000 hommes (16/0)
. Active : 1 DIC

Indochine: Général Catroux = 83 000 hommes (35/48)
1 Bataillon de char de combat : 50 D-2
1 Bataillon de char de combat : 100 H-35
. Active : 2 DIC, 1 REI
. Réserve : 3 DIC

Bulgarie: 6000 hommes
Sofia: 1 REI
Bourgass: 1 REG

Enfin l’armée de l’air a aussi subis une réorganisation :
Spoiler:
1ère Région Militaire (Lille): 100 D.530, 50 SNCAC NC-600, 100 P-36 / 100 LeO 451 / 50 MB.174, 100 Potez 63.11 No.1 / 100 LN.402
. 2ème Région Militaire (Amiens): 100 MB.157, 100 D.530, 100 MB.150, 100 D.520, 100 MS.406 / X / 60 Potez 637 /
. 3ème Région Militaire (Rouen): 100 MS.406 / X / X /
. 4ème Région Militaire (Le Mans): X / X / X /
. 5ème Région Militaire (Orléans): X / X / X /
. 6ème Région Militaire (Metz): 50 D.530, 100 D.520 Z, 50 VG-39, 100 D.520, 100 P-36, 100 MS.406, 150 C.174 / 200 LeO 451 / 50 MB.174, 100 Potez 63.11 No.1 / 100 LN.402
. 7ème Région Militaire (Besançon): 50 Potez 631, 100 MB.150 / X / X /
. 8ème Région Militaire (Bourges): X / X / X /
. 9ème Région Militaire (Tours): X / X / X /
. 10ème Région Militaire (Rennes): 50 Potez 631, 100 MB.150 / X / X /
. 11ème Région Militaire (Nantes): X / X / X /
. 12ème Région Militaire (Limoges): X / X / X /
. 13ème Région Militaire (Clermont-Ferrand): 100 D.520 / X / X /
. 14ème Région Militaire (Lyon): 100 D.520, 50 P-36, 100 MS.406 / 100 LeO 451 / 50 MB.174 / 100 Breguet Br.693
. 15ème Région Militaire (Marseille): 100 D.520, 50 P-36 / 100 LeO 451 / 50 Potez 63.11  No.1 /
. 16ème Région Militaire (Montpellier): 100 D.520, 100 Potez 631 / 100 LeO 451 / X / 50 50 Breguet Br.693
. 17ème Région Militaire (Toulouse): 100 D.520 / 138 Amiot 143 / X / 100 Potez 637 / 50 Breguet Br.693
. 18ème Région Militaire (Bordeaux): 100 Potez 631, 100 MS.406 / X / X /
. 19ème Région Militaire (Algérie): 100 D.520, 50 Potez 631, 100 MB.150 / 100 Potez 540 / 50 Potez 63.11 No.1 /
. 20ème Région Militaire (Nancy): 50 D.520 Z, 100 VG-39, 100 D.520, 100 P-36, 200 MS.406 / 100 LeO 451 / 50 MB.174, 50 Potez 63.11 No.1 / 100 LN 401
. 21ème Région Militaire (Epinal): 50 SNCAC NC-600, 100 D.520, 100 MS.406 / X / X /
. Maroc: X / X / X / X
. Indochine: 100 D.520, 50 MB.150, 50 MS.406 / 70 MB.210 / 50 Potez 63.11 No.1 / 50 Breguet Br.693
. AOF: 60 D.510, 50 MS.406 / X / 25 Potez 63.11 No.1  /
. AEF: 60 D.510, 100 MS.406 / X / 50 Potez 63.11 No.1 /
. Tunisie : 100 D.520, 50 Potez 631, 50 MB.150 / 100 MB.210 / 50 Potez 63.11 No.1 / 50 Breguet Br.693
. Levant: 100 MB.150, 50 MS.406 / 80 Potez 540 / 50 Potez 63.11 No.1 /
Sofia : 100 D.520, 50 MS.406 / 100 MB.210 / 25 Potez 63.11 No.1
Légende: chasseurs / bombardiers / reconnaissance / attaque au sol

Affaires étrangères:

Spoiler:

Georges Bidault, ministre des affaires étrangères de la France, en 1934.

La République Française propose aux républicains bulgares une livraison gratuite de matériel militaire afin de pouvoir anticiper le retrait des forces françaises. Ainsi la France offre en cadeaux les équipements suivants:
. 200 000 fusils Lebel
. 40 000 FM 24/29
. 20 000 mitrailleuses Hotchkiss mod1914
. 30 000 mortier de 81mm
. 160 AMC P-16
. 200 chars R-35
. 50 chars NC1
. 2000 canons de 75mm
. 100 chasseurs D.501
. 50 MB.200

Secret:

:mac: Parallèlement des stocks d'équipements de réserve seront aussi livré à la République de Chine via les concessions françaises en Chine. Avec l'autorisation de la Fédération Chinoise une autre partie du matériel pourra transiter par voie terrestre. La liste des équipements se trouve ci-dessous:
. 300 000 fusils Lebel
. 30 000 FM 24/29
. 15 000 mitrailleuses Hotchikiss mod1914
. 200 canons de 75mm :mac:
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 1 Aoû 2017 - 14:50

République Française:


Affaires Militaires:

Spoiler:

Unité de mortier le long de la ligne Alpine.

Etant donné le niveau de tensions actuelles en Europe et dans le monde le gouvernement à décréter une nouvelle fois la mobilisation partielle. Les unités frontalières d'active que se soient en métropole ou dans les colonies sont mises en alerte. Toute les permissions sont annulés jusqu'à nouvelle ordre. Enfin les réservistes appartenant aux régiment de forteresses sont mobilisé. Ainsi dans les trois prochains jours l'ensemble des ouvrages de la ligne Maginot, de la ligne Alpine mais aussi de la ligne Mareth en Tunisie seront opérationnels. Le niveau de tension est tel que des instructions ont été transmise à l'ensemble des généraux français pour qu'ils restent impérativement près de leur unité et à disposition de l'état-major.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 3 Aoû 2017 - 10:39

République Française:


Affaires militaires:

Spoiler:

Les plans du char SARL 42.

Au vue des fortes tensions géopolitiques enregistrées l’année précédente, les productions militaires françaises vont légèrement augmenter. Pour cela les députés ont voté hier une rallonge budgétaire de plusieurs milliards de francs. Cette rallonge prévoit à la fois le développement de nouveaux équipements, la production de matériel déjà existent mais aussi le début de travaux lié à la construction d’une ligne pyrénéenne.

En matière de nouveauté, un nouveau char de combat fait son apparition sur les lignes de production française : le SARL 42. Déjà développer en tant que prototype depuis plusieurs années, ce blindés équipera le gros des divisions françaises. Sa silhouette est inspirée du Somua-35 ou Somua-40. Il dispose d’une tourelle équipée d’un télémètre stéréoscopique qui permet actuellement des tirs direct jusqu’à 2000 mètres. Au niveau de l’armement, un canon de 75mm alimenté par des obus de rupture modèle 1940 est monté sur la tourelle. Au cours de l’année 1942, 300 exemplaires du SARL 42 seront produit et rejoindrons progressivement les rangs de l’armée de terre.

Pour l’armée de l’air, le bombardier Amiot 353 fait aussi son entrée sur les lignes d’assemblage. Il s’agit d’un bombardier stratégique disposant d’une autonomie de 1200 km et pouvant emporter 1200 kg de bombe. Son armement défensif est composé d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.5mm. Son moteur lui permet de développer 1030 chevaux à 5000 mètres d’altitude. Il sera produit à 250 exemplaires au cours de l’année afin de remplacer les bombardiers français vieillissant. Par ailleurs une version de l’Amiot 353 baptisé Amiot 357 est aussi à l’étude. Le projet prévoit une cabine pressurisée équipé de moteur Hispano-Suiza 12Y. Normalement, 20 appareils de cette série devraient être produits à l’essai avant 1943.  

Enfin, la liste des équipements suivant sera aussi produite dans les usines françaises :
. 500 canons de 47mm AC
. 500 chenillettes d’infanterie
. 230 AMX-40
. 160 S-40
. 220 R-40
. 200 H-39
. 150 Panhard 179
. 75 canons automoteurs Sau40
. 50 canons automoteurs ARL 40
. 200 chasseurs MB.157
. 50 chasseurs D.530
. 50 chasseurs D.520 Z
. 50 chasseurs VG-39
. 100 avions de reconnaissance MB.174

Affaires étrangères:

La France condamne fermement les provocations de l'Union Ibérique qu’elle juge totalement déplacé. Par ailleurs en représailles de nombreux navires de commerce ibérique ont été bloqué dans les ports français jusqu’à nouvel ordre. Les autorités douanières ont prétexté la réalisation de fouille générale des bâtiments dans le cadre d’une lutte contre la contrebande. Cette opération devrait faire perdre plusieurs centaines de milliers de franc aux compagnies ibériques.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Mar 8 Aoû 2017 - 13:41

République Française:


Politique:

Spoiler:

Paul Reynaud, le nouveau Président du Conseil français.

En ce milieu d’année 1942, le gouvernement mené par Champetier de Ribes c’est retrouvé en difficulté. En effet le déficit budgétaire prévu par le Ministre des Finances c’est révélé largement insuffisant. Dans le dernier budget présenté aux députés, le déficit devisait ainsi d’un demi-point de PIB supplémentaire soit environ deux milliards de francs. La cause est simple : une augmentation des dépenses publiques suite aux nombreuses opérations militaires. Ce regain de tensions internationales n’a donc facilité la stabilisation budgétaire en entrainant un nombre important de dépense non planifié. A l’heure actuelle le déficit budgétaire planifié pour l’année 1942 s’élève donc à 5.2% du PIB contre les 4.7 prévu initialement. Si ce petit dérapage ne menace pas la soutenabilité de la dette française notamment grâce aux faibles taux d’intérêt, il a pénalise quand même gravement le gouvernement.

L’opposition est en effet immédiatement montée au créneau en dénonçant une gestion dangereuse du budget de l’Etat français. Les pacifistes d’extrême-droite ont aussi attaqué le Président du Conseil sur sa politique étrangère jugée aventureuses et vorace en moyen financier. Les journaux proches des milieux fascistes ont d’ailleurs lancé une violente campagne de presse en désignant le gouvernement comme infiltré par le judaïsme. Selon eux ce sont littéralement les juifs qui pousseraient le peuple français vers la guerre afin de défendre leur intérêt économique. Malheureusement pour eux depuis quelques années les thèses pacifistes et fascistes sont en déclin au sein de la population française. Les heures de gloire de l’Action française ou des autres partis d’extrême droite semble s’éloigner à mesure que la situation économique et sociale de la France se relève. Finalement la majeure partie de la contestation est venue du Front National Républicain de Pierre Laval et de Pierre Etienne Flandin. Ce sont eux qui ont le plus violemment attaqué le gouvernement sur cette augmentation des dépenses militaires et donc du déficit budgétaire. Fortement attaché à l’austérité, le FNR a donc tenté de manœuvré pour renverser le gouvernement actuel.

Dans cette tâche il a trouvé un allié de poids : les socialistes. En effet la SFIO a tenté de profiter de cet affaiblissement gouvernemental pour remettre sur la table les questions sociales. Plusieurs grandes manifestations populaires ont d’ailleurs été organisées ce mois-ci pour appuyer les propos de Léon Blum. Rapidement l’accumulation des oppositions au gouvernement a entrainé une paralysie politique. Incapable de faire passer une loi et sachant très bien que malgré ces efforts il avait perdu la confiance de l’Assemblée, Auguste Champetier de Ribes décida de poser sa démission le 17 juin en fin d’après-midi. Dans les quelques jours qui suivirent, le manque de coordination entre les chrétien-démocrates profita aux socialistes qui sentaient revenir leur heure de gloire. Malheureusement pour eux au dernier moment un compromis fut trouvé entre les différents partis formant l’ancienne coalition gouvernementale. Ainsi avec la bénédiction du Président Lebrun qui déteste les socialistes c’est une nouvelle fois Paul Reynaud qui est amené à la présidence du conseil. Le compromis avec les autres factions prévoit notamment un volet social plus élargis ainsi que des nominations à des postes clés. A propos de nomination, voici la répartition des principaux ministères :
. Président du Conseil : Paul Reynaud
. Vice-Président du Conseil : Camille Chautemps (PR)
. Ministre de la Guerre et de la Défense : Paul Reynaud
. Ministre des Affaires Etrangères : Auguste Champetier de Ribes (PDP)
. Ministre de l’Intérieur : Albert Sérol (SFIO)
. Ministre des Finances : Lucien Lamoureux (PR)
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Jeu 10 Aoû 2017 - 12:20

République Française:


Economie et Colonies:

Spoiler:

https://www.youtube.com/watch?v=OMgoe5Xsg8k

La signature d’un récent accord de coopération économique entre la France et l’Egypte a ravi le gouvernement comme les investisseurs. Après négociation interne, l’exploitation pétrolière en Egypte sera confiée à la Compagnie Française des Pétroles. Cette compagnie créée en 1924 possède déjà de nombreux champs pétroliers à travers l’Irak puisqu’elle fut fondée à partir des actions de la Turkish Petroleum Company. C’est donc cette entreprise à capitaux mixte qui sera chargé de construire des puits sur les gisements accordés par le gouvernement égyptien. D’ailleurs cette nouvelle a fait bondir le court des actions de la CFP. Déjà deuxième plus grosse capitalisation de la bourse de Paris, les actions CFP ont pris 11% en l’espace d’une journée. Dans le domaine minier maintenant, l’exploitation des ressources égyptienne sera confiée à la société Omnium Nord-Africain. Déjà présente au Maroc comme société de transport et de tourisme, l’ONA a réalisé d’important investissement dans le secteur des mines à partir de 1934. Ainsi elle est devenue l’entreprise minière avec la plus forte capitalisation en seulement huit années. Grace au contrat égyptien, c’est plus de 1500 personnes supplémentaires qui seront engagé à court terme. Comme pour la CFP, l’annonce du contrat a aussi fait bondir le court en bourse de plus de 10%.

D’ailleurs à la Bourse de Paris la tendance générale est à la hausse. L’indice INSEE calculé de manière régulière a augmenté de 15% depuis 1940. Cette accalmie boursière rassure comme elle inquiète les autorités publiques. En effet les plus pessimistes y voient une répétition possible de la terrible crise de 1929 tandis que les plus optimistes affirment que la page est définitivement tournée. En tout cas le gouvernement est bien contant de voir les capitalisations repartir à la hausse. Les entrées de capitaux qui augmentent depuis maintenant plusieurs années vont de pair avec une baisse générale du niveau des prix. Ainsi en 1941 l’inflation n’était que de 4.2% et cela malgré une hausse des dépenses publiques liés aux tensions internationales. En métropole, cette reprise économique se traduit aussi et surtout par une baisse du nombre de chômeur. Le chômage de masse hérité de la crise de 1929 à définitivement disparu. L’augmentation des capitaux disponible permet aussi d’accélérer le processus de modernisation industrielle lancé par le gouvernement l’année précédente. D’ailleurs pour accélérer l’arrivé de nouveaux fonds, le ministre des finances et de l’économie a déclaré vouloir réévaluer légèrement le franc. Cette mesure permettra de défendre le caractère mondiale de la bourse de Paris a-t-il par ailleurs déclaré.

Dans les colonies la situation économique est aussi positive. La construction d’infrastructure que soit en Indochine, en AEF ou au Maghreb occupe une large part des dépenses publiques. Récemment c’est le port de Saigon qui a été mis en travaux afin de pouvoir accueillir d’avantage de navire qu’auparavant. Il s’agit aussi d’une restauration générale des grues, docks et autres équipements maritimes de la ville. En Afrique Equatoriale française et plus particulièrement au Gabon plusieurs gisements d’uranium ont été découverts notamment à Boyindzi, Oklo, Mikouloungou et Okelobondo. Ces découvertes ont donné lieu à la création de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville. Il s’agit d’une entreprise 100% étatique chargé d’exploiter et d’étudier les gisements ci-dessus. Au niveau de la Côte d’Ivoire, de la Haute-Guinée et du Soudan français, l’exploitation aurifère se développe à une vitesse folle. Chaque année c’est plus de 5000 kg d’or qui sont extrait des sols de l’AOF. En Guinée, ce sont les diamants qui pullulent. La firme franco-britannique « Société Guinéenne de Recherches et d’Exploitation Minière » chargé d’exploiter ces gisements enregistre depuis 1940 des bénéfices records. Ce ceux-ci sont sous l’influence de l’Etat réinvestit dans la modernisation du matériel minier ainsi que des installations. En 1941 la production de diamant annuelle atteignait 65 000 carats. Par ailleurs une loi obligeant les entreprises minières présentent en Afrique a redistribué une infime parti de leur bénéfice sous forme d’investissement pour les populations indigènes a été voté. Ainsi de nombreuses écoles, puits, ponts, routes, système d’irrigation naissent dans ces régions traditionnellement très pauvre. Au Sénégal c’est l’extraction du titane qui est mise en avant depuis 1934. Chaque année grâce aux dépôts de sable noir du littoral 5300 tonnes de titanes sont extrait des sols français. Sur la presqu’île de Kaloum en Guinée, c’est le fer qui est majoritairement exploité. Récemment les ressources ont été évaluées à 2 milliards de tonnes de minerai d’une teneur en fer de 52%. Déjà exploité marginalement, des travaux sont actuellement en cours pour en faire un des sites les plus modernes d’Afrique. Par ailleurs une voix ferrée est aussi en construction pour relier ces mines avec le port de Conakry. Sur les îles de Loos, l’exploitation de la bauxite avait été confiée à la Compagnie des Bauxites du Midi en 1932 mais neuf ans plus tard aucuns travaux n’avaient encore commencé. Pourtant le gisement ne manque pas de potentiel avec ces 10 millions de tonnes de minerai d’une teneur en alumine de 53%. Face à cette situation le contrat a été retiré à la compagnie du Midi. A la place une entreprise à capitaux mixtes baptisé Compagnie des Bauxites de Guinée a été fondé avec pour mission de débuter les travaux d’exploitation dès cette année. Profitant du boum des matières premières à la bourse de Paris, le projet présenté par la compagnie a été rapidement financé par les investisseurs privés. Enfin en Mauritanie les équipes du Service des Mines ont mis en évidence les richesses de la région. A Fort-Gouraud, le minerai prend la forme d’hématite dont la teneur en fer atteint les 69%. Par ailleurs les réserves dans la région sont estimées à 200 millions de tonnes. Après plusieurs sondages, les géologues ont aussi découvert des gisements de cuivre et d’or. Ainsi on estime à 500 000 tonnes la quantité de cuivre présente dans le sol mauritanienne. Cependant un problème se pose quant à l’exploitation de ces ressources. En effet le premier port minier se trouve à 650 km de Fort-Gouraud ce qui nécessite donc la construction d’une importante voie ferrée. Enfin, l’approvisionnement en eau et en électricité s’avère aussi compliqué dans une zone aussi désertique. Après plusieurs années d’hésitation de la part des pouvoirs publics, les travaux ont enfin été lancés. D’ici quelques années, l’exploitation du sous-sol mauritanien devrait donc commencer.

Une chose est sûre, ces richesses incommensurable remplisse durablement les caisses de la France. C’est notamment grâce à tous ces minerais que la France soutient depuis des années sont développement.

Affaires étrangères:

Spoiler:

Auguste Champetier de Ribes, le Ministre des Affaires étrangères de la France.

En réaction au massacre de Qingdao la France a décidé de durcir ses sanctions à l'égard de l'Empire du Japon. Dorénavant l'embargo est étendu à l'ensemble des matières premières y compris les biens agro-alimentaires. Hors il est certain que ces augmentation des sanctions pèsera lourd pour le Japon qui est un gros importateur de métaux et de riz en provenance d'Indochine. Par ailleurs nous invitons les nations du monde qui ne l'ont pas déjà fait à adopter elles aussi l'embargo afin de défendre la liberté et l'indépendance du peuple chinois.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par galx le Sam 12 Aoû 2017 - 22:35

République Française:


Indochine:

Spoiler:

Depuis des années, l’Indochine est la véritable perle de l’empire coloniale français. Son activité économique et culturelle débordante en fait une vitrine de la colonisation pour le reste du monde. Comme le reste de la France, l’Indochine vient tout juste de se relever de la crise de 1929 qui l’avait durement touché. Afin de continuer sa politique de développement, le gouverneur Catroux a décidé d’axer ces efforts sur l’agriculture.

Depuis les années 1920, l’agriculture indochinoise a en effet connu une immense boum. Rien qu’entre 1930 et 1941, 400 000 hectares de ont été mis en valeur. Les plantations permettent principale la récolte du riz mais aussi du caoutchouc. Ce dernier est une véritable mine d’or pour les propriétaires fonciers de la région. C’est d’ailleurs durant ces années 1920/1930 et grâce à cette politique de concessions agricoles qu’on a vu se développer une petite bourgeoisie vietnamienne vivant principalement de la rente. La progression des plantations de caoutchouc est impressionnante. En 1929, la surface plantée équivaut à 78 620 hectares contre 181 860 hectares en 1941. A l’heure actuelle, 62% des surfaces plantés appartiennent à des holdings métropolitaines. A eux seuls les groupes Rivaud-Hallet, Michelin et Banque de l’Indochine détiennent les deux tiers des plantations cultivés. Pour corriger ces déséquilibres coloniaux, le gouverneur a prévu de mettre en place un programme visant à aider les paysans vietnamiens à devenir propriétaire dans des régions agricole déserté. Ainsi les paysans des terres surpeuplés du nord sont invités contre indemnisation financière à devenir propriétaire dans les terres vacantes du Delta du Mékong. Parallèlement, d’importants travaux hydrauliques seront entrepris autour du delta afin de rendre les conditions agricoles plus propices. Ces travaux devraient par exemple permettre de systématiser la double récolte. En tout, c’est 42 millions de piastres qui seront investi dans l’aménagement du delta du Mékong. La politique du paysannat mené par Catroux ne s’arrête pas là. L’objectif est aussi d’améliorer considérablement les rendements des plus petites exploitations. En effet dans les grandes plantations coloniales la mécanisation est achevée mais ce n’est pas le cas dans les cultures détenu par de petits propriétaires vietnamiens. Ainsi sur ordre du gouverneur, cinq coopératives agricoles vont voir le jour : la coopérative agricole du Tonkin, de l’Annam, du Cambodge, du Laos et de la Cochinchine. Ces coopératives financées par des cotisations prélevées sur les plus grosses exploitations et par l’argent de l’Etat, auront pour but de mettre à disposition des petites exploitations des semences de meilleures qualités, des engins agricoles ainsi que des engrais ou des traitements chimiques.

Les régions de la Cochinchine et du Tonkin sont les principales motrices de l’économie indochinoise. On y trouve de nombreuses industries forestières largement encouragé par les autorités locales, des filatures, des usines de ciment, des mines d’étain, de plomb, de zinc,…. En Cochinchine, l’activité économique tourne principalement autour des plantations de caoutchouc, de riz, de tabac ou de sucre. A côté de cela, les protectorats du Laos et du Cambodge accusent un net retard de développement. Au Cambodge l’économie locale gravite autour du riz, du maïs, du poisson, du poivre et du bétail. La présence occidentale est très faible par rapport aux régions vietnamiennes ce qui entraine un déficit d’investissement. Le Laos compte quelques mines d’étain mais la majorité de l’activité réside dans une agriculture et un élevage traditionnels. Pour tenter de développer ces territoires, plusieurs incitations fiscales ont été mise en place. Ainsi toute entreprise s’installant au Laos payera moins d’impôt que dans le reste de l’Indochine. Le groupe Michelin a d’ailleurs annoncé récemment sa volonté d’installer deux autres plantations au Laos afin de bénéficier de cette imposition moindre. Par ailleurs le gouverneur compte aussi sur les coopératives agricoles cité plus haut pour améliorer grandement les conditions de vie des paysans dans ces régions reculés.

Enfin dernier territoire de l’Indochine française, la région de Kouang-Tchéou-Wang n’a pas connu le développement espéré. Appelé à devenir le Hong-Kong français, le manque de budget avait finalement mis à mal de le projet français. Qu’importe, le gouverneur Catroux a décidé de le relancer en investissant plusieurs millions de piastres. La stabilisation définitive de la Fédération Chinoise a en effet permis une augmentation considérable des échanges commerciaux dans la région. Cette situation se traduit par une fréquentation accrue dans le port de Fort-Bayard. Plusieurs entreprises industrielles françaises ont été invitées par les autorités à s’y installer moyennant des compensations financières. Le trafic de l’opium est aussi une des sources principales de revenu de la concession française et les pouvoirs publics ont tendance à fermer les yeux. De même les casinos se sont fortement développés en lien avec les activités criminelles. Cette politique de modération policière sera maintenue afin de permettre le développement de la ville. Dans le domaine martial, une partie du port sera fortifié pour devenir une base navale de la Marine Nationale. Le port militaire pourra ainsi accueillir une vingtaine de navire. Au niveau du commerce, Kouang-Tchéou-Wang permettra à la Fédération Chinoise d’importer massivement le riz indochinois déjà très prisé par l’ensemble de la Chine du Sud.

En parlant d’exportation, les principaux débouchés actuels de l’Indochine sont les Etats-Unis, la Chine, le Siam et Singapour. D’ailleurs l’économie indochinoise est une grande exportatrice. Depuis 1891 la balance commerciale de la colonie est positive à de très rare exception. Il s’agit d’une pièce majeure de l’économie française puisqu’elle fournit à elle seule 4.1% des importations de la métropole et elle absorbe 3.1% de ses exportations. Dans cette optique il est capital d’améliorer continuellement les infrastructures de la colonie afin qu’elle reste au cœur des échanges. Cette nécessité, les autorités françaises l’ont bien compris. C’est pourquoi dès novembre 1942, 15 millions de piastres seront investi dans la modernisation des infrastructures. A l’heure actuelle, l’Indochine compte 2767 km de voies ferrées auquel il faut ajouter les 464 km de la ligne du Yunnan. Les liaisons avec la Chine du sud et notamment au niveau de la RC4, RC1, RC18 et RC3 seront considérablement amélioré. L’objectif est que les routes soient praticable tous le long de l’année par camion. Un effort particulier sera appliqué au niveau de la route coloniale n1 car elle relie Bangkok à Lang Son en passant par Hanoï. Il s’agit donc d’un axe commercial extrêmement important pour l’ensemble du Tonkin. Les voies ferrés qui relient Hanoï à la Chine du sud seront aussi modernisé afin d’accentuer le trafic et donc le commerce. Enfin les autres liaisons terrestres entre la Thaïlande et l’Indochine (RC9, RC10, et voies ferrées) seront aussi modernisé. Au niveau des routes, l’Indochine n’est pas à plaindre. En effet en 1942 elle dispose d’un des meilleurs systèmes routiers d’Asie du Sud avec 32 000 kilomètres de route empierrés et 5 700 asphaltés, ainsi qu'un parc automobile de 18 000 véhicules pour un trafic de 40 à 50 millions de voyageurs. Au-delà du commerce c’est aussi un moyen concret pour désenclaver certain région et y garantir ainsi l’autorité de la République. Des travaux seront aussi entrepris pour améliorer le port de Haiphong au Tonkin. L’objectif est d’en faire une plateforme moderne d’exportation pour tous le nord Vietnam. Toujours en matière de transport, un nouveau projet de liaison ferroviaire entre Saigon et Pnom Penh a vu le jour. Les travaux dirigés par la Compagnie des chemins de fer du Yunnan commenceront dès novembre 1942. Un autre projet vise à relier Vientiane et Luang Prabang à Hanoï grâce à un nouveau chemin de fer. Ambition dans sa volonté d’ouvrir au monde le Laos, ce projet ne débutera qu’au début de l’année 1943.

Autre mesure importante promulgué par le gouverneur général : la baisse des taxes sur les produits essentiels. A travers cette mesure, les autorités françaises veulent limiter le phénomène de vie chère qui touche principalement les vietnamiens mais aussi les laotiens ou les cambodgiens. Ainsi des produits comme le riz ou le sel verront leur prix diminuer sensiblement au cours des prochains mois.

En dehors de l’aspect économique, l’action de la France en Indochine concerne aussi la santé publique. Grace à la mission civilisatrice française l’Indochine compte en 1942 pas moins de 419 médecins dont 256 indigènes, 4562 infermières et 1053 accoucheuses rurales. L’ensemble de ce personnel contribue chaque jour à enrayer les pandémies et à lutter contre le paludisme. Certain maladie comme la peste ont été définitivement éradiqué des possessions française en Asie. Grace aux différentes campagnes, 62% de la population est actuellement vacciné contre la variole. Les efforts des autorités en la matière continue puisqu’une nouvelle campagne a été lancée au mois de juin. L’objectif du gouverneur est d’atteindre d’ici 1945 les 75% de la population. L’amélioration des conditions d’hygiène permet aussi la lutte contre le choléra qui a encore fait 35 000 victimes entre 1931 et 1940. Pour lutter contre cette maladie, des travaux de rénovation des quartiers ouvriers ont été lancé. En effet la majorité des épidémies se déclarent dans ces quartiers souvent insalubre et surpeuplé. Enfin la mortalité infantile a considérablement diminué en passant de 44% en 1925 à 11.9% en 1941. Il s’agit bien sûr d’une moyenne car celle-ci est plus élevée dans certain zone de la colonie. Puisque la santé est capitale dans la mission française en Indochine, l’investissement en la matière se poursuive. Ainsi l’objectif des autorités est de construire des hôpitaux dans l’ensemble des « grandes villes » du pays. Dans les zones rurales le nombre de dispensaire sera doublé d’ici les quatre prochaines années et notamment dans les zones reculées du Laos, du Cambodge ou d’Annam.

Autre et dernière mission civilisatrice de la France en Indochine, l’éducation tient aussi une place importante dans le budget géré par le gouverneur. Les efforts cumulés ces trente dernières années ont permis d’obtenir de nombreux résultats positifs. En 1940, 700 000 enfants vietnamiens sont scolarisés dans le primaire tandis que 6550 étudient dans le secondaire. Au Cambodge, 30 000 enfants sont scolarisé dans le primaire en 1940 contre 15 700 en 1930. Toutefois, le nombre d’école dans les campagnes reste faible et c’est d’ailleurs la dessus que les français veulent mettre l’accent. D’ici à 1945, plus d’un million de piastre seront dépensé dans la construction d’école. Les enseignants seront indemnisé lorsqu’ils se porteront volontaires pour les régions reculés de l’Indochine. Par ailleurs de nombreuse campagne de sensibilisation seront menée pour faire comprendre aux parents l’importance de l’école. Ces campagnes s’accompagneront d’une prise en charge totale des frais de scolarité ainsi que par une petite récompense financière pour chaque enfant envoyé à l’école. En matière d’enseignement supérieur, l’objectif est d’atteindre rapidement 2500 étudiants à l’université de Saigon contre 1500 actuellement. Au Laos un nouveau lycée sera ouvert à Luang Prabang pour compléter celui déjà existant à Vientiane. Une autre des missions confier à Catroux par le gouvernement est de faire en sorte que les diplômes obtenu par les indochinois leur garantisse un métier adéquat au-delà de la ségrégation. C’est pour cela que dans un premier temps le nombre de fonctionnaire indigène sera augmenté et cela à partir des étudiants sortant de l’Université de Saigon. Dans le primaire et le secondaire, les programmes ont aussi été revus pour intégrer d’avantage la particularité des civilisations asiatiques.

L’ensemble de ces mesures vise aussi bien à améliorer le sort de la population qu’à calmer les tensions palpables entre colons et indigènes.

Affaires Etrangères:

Spoiler:

Auguste Champetier de Ribes, le Ministre des Affaires étrangères de la France.

Afin de soutenir la République de Chine dans son juste combat, la France a décidé de lui livrer gratuitement et secrètement les équipements suivants:
. 100 chars R-35
. 100 chars NC1
. 150 Nid.629
. 1000 canons de 25mm AC
. 1000 mitrailleuses AA de 25mm
. 500 canons de 75mm

Enfin la France répond favorablement à la proposition de rencontre brésilienne. Le Ministre des Affaires Etrangères se rendra donc à Rio de Janeiro le 1er Novembre afin d'y entamer des discussions avec le gouvernement du Brésil.
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1781
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [√] République Française

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum