[Fic] Chacun sa France

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Lun 6 Fév - 10:48


Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Lun 6 Fév - 11:19

Donc je m'apprête à écrire une fic impliquant des membres de csp.
Si vous ne souhaitez pas apparaître dans celle ci, je vous invite à le dire expressément ici. Dans tous les cas, soyez rassurés, ça restera bon enfant et pas moqueur. Inutile de demander un caméo aussi. Mon intrigue est déjà plus ou moins cousue. J'espère que ce sera du lourd :)

Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par VLAD le Lun 6 Fév - 13:53

Oh putain oui ! Merci ! Ce générique tellement badass !

Merci putain :copé-illuminé:
avatar
VLAD
L'abruti engagé
L'abruti engagé

Messages : 932
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 73
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Lun 6 Fév - 14:34

Chapitre 1

Sur discord, c'était l'effervescence. Alors que Gosseau et quelques autres savouraient  la victoire de leur poulain, l'extrême droite explosait de rage face à ce qu'ils désignaient comme un coup d'Etat. Dans leur coin, Vlad et quelques gauchistes pleuraient la division de la gauche, et la victoire du capitalisme et du fascisme. Tout cela se déroulait dans l'humeur bon enfant caractéristique du forum.
On évoquait, à un rythme soutenu, les législatives, la position de Mélenchon, Trump.. quand soudain, babaants brisa le flot général. Comme à son habitude, il posta un lien sur la discussion. Jusque là, rien de nouveau. Sauf que l'information de l'article qu'il avait partagé bouleverserait totalement le destin du pays. Cette dépêche de l'AFP semblait surréaliste : Marine Le Pen avait appelé le peuple et l'armée à se soulever contre le coup d'Etat d'Emmanuel Macron.
Pendant une minute, un silence de mort parcoura la conversation discord. Puis, enfin, 37 posta ce qui deviendrait le premier message du discord de csp post guerre civile : ":Issou:".

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


A ce moment là, l'internet s'amusait du moment, encore deconnecté face aux enjeux de la situation. Ce déni était peut être un mécanisme de défense, pour ne pas faire face à la réalité de ce conflit. Car il était bien réel. Emmanuel Macron l'apprendrait bientôt à ses dépends. A peine une heure après la déclaration de Marine Le Pen, une escouade de soldats ayant fait allégeance à l'extrême droite prit d'assault le palais de l'Elysée, dans une organisation laissant penser que ce putsch était prédemité.
Une prise de pouvoir rapide aurait sans doutes épargné à la France bien du sang et des larmes. Mais pour le meilleur ou pour le pire, le putsch échoua. 14 gardes périrent pour protéger le président de la république, mais ce dernier parvint à s'échapper de Paris, malgré une blessure à l'épaule. Sa femme, Brigitte, tomba néanmoins, touchée par une balle perdue à la tête. La première victime civile de ce conflit, mais pas la dernière.
Alors que les forces d'Extrême droites, principalement des militants venus de toute la France, investissaient la capitale, le président ne pouvait pas décemment rester dans la capitale. Il ne l'abandonna néanmoins pas, postant la majorité de l'armée qui lui était resté fidèle dans les rues Parisiennes. Par facetime, il enjoignait également le peuple à se soulever contre le putsch. Pendant ce temps, Jean Luc Mélenchon annonçait lever ses bannières "pour la défense de l'humanité", et avait déjà investit la Place de la République. La ville de Paris promettait de devenir un enjeu central du conflit, et il n'aurait décemment pas été sage d'y rester.  
Ce serait donc à la ville de Caen qu'il installerait sa capitale provisoire. La ville fut choisie pour sa position solide, dans l'ouest de la France, majoritairement Macroniste, et sa proximité avec Paris et le Royaume Uni.


Spoiler:
Jaune : macroniste. Bleu : Le Pen. Gris : Contesté


____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Alors que la France assistait à ce spectacle funeste, attristée, une personne jubilait des événements. Le destin avait amené le président du pays dans sa ville. Tout ce qu'il voyait, c'était un chaos, qui créait des opportunités. Et aujourd'hui, il avait enfin rendez vous avec l'histoire, il n'y avait plus qu'une dernière petite étape avant son ascension : Sirda n'avait plus qu'à devenir Macroniste.

Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par galx le Lun 6 Fév - 15:53

Le fameux :issou: de 37 :rire:
GG à toi en tout cas pour cette fic qui s'annonce magique !
avatar
galx
Administrateur
Administrateur

Messages : 1779
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 20
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Sirda le Lun 6 Fév - 17:03

Je proteste avec vigueur ce simulacre de bassesse digne d'une tragédie crypto-islamo-stakhanovo-gauchiste tendant à atteindre mon honneur en me faisant passer pour un opportuniste !

J'AI ÉTÉ MIS EN CAUSE PAR LE CONGOIDE OBERYN ! J'AI LE DROIT DE RÉPONDRE ! J'AI LE DROIT DE DÉFENDRE MON HONNEUR !

https://youtu.be/ePO2sgeKujA?t=5m33s

Sirda
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1098
Date d'inscription : 18/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Youngpanther le Mar 7 Fév - 21:43

Excellent :rire:
MAIS JE VEUX PAS PLEURER AVEC VLAD
avatar
Youngpanther
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 421
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 17
Localisation : Rijsel

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Mar 7 Fév - 22:08

Chapitre 2




Vlad fulminait.
Les bribes d’informations qui lui provenaient annonçaient un événement sans précédent à Paris. Toutes les brigades rouges, brunes, et libérales, s’y étaient donnés rendez vous. Partout, dans les rues, écrivait-on, des barricades se dressaient, pendant que les armées Macronistes et Lepenistes se regardaient en chien de Fayence aux abords de la ville. Peu d’informations étaient fiables. Néanmoins, on pouvait sentir que la ferveur était grande pour les forces communistes. Ils avaient prit l’avantage dans le nord de la ville, même si les arrivées constantes de petits bras tendaient à remettre en question cette position. Ils avaient sans doutes besoin de sang neuf. Mais alors que l’histoire s’écrivait sous ses yeux, il se retrouvait bloqué dans son pavillon à Meudon, avec sa femme, ses deux marmots, et son labrador.
« Voilà un grand révolutionnaire. » Se dit-il.
Cela ne pouvait pas continuer. Peu importe ce que dirait sa femme, il ne pouvait pas laisser passer cette occasion. C’était décidé, il prendrait la barricade. Mais par où commencer. Cela faisait une semaine qu’il était bloqué à Meudon. Comment rejoindre la révolution ? Où était-elle précisément, déjà ?
Puis tout d’un coup, cela lui vint comme une illumination : Mirage et Oberyn étaient à Paris. Ils savaient peut être.
« Est-ce que vous participez à la commune ? » demanda t-il sur Whatsapp.
Mirage et Oberyn répondirent par la négative au bout de quelques minutes, au grand dam de Vlad.
« Ah, merde. Donc vous n’avez pas de contacts ou de plans ? » Demanda t-il à nouveau, avec peu d’espoir.
Une réponse imédiate d’oberyn : « Si, il me semble que j’ai vu un évent ce matin sur facebook. Les cocos de sciences po font une barricade devant l’école. Il va y avoir du monde, j’ai une vingtaine d’amis signalés comme intéressés. Et les pintes sont à 2,50, si vous voulez qu’on y aille...»
Et comme cela, la journée de Vlad s’illumina. Il ferait la révolution aujourd’hui.

Deux heures plus tard, les trois jeunes hommes se retrouvaient rue saint Guillaume. Ses confrères céespéens n’avaient pas changé : Oberyn était, comme à son habitude, un modèle de prestance et de charisme. Mirage, quand à lui, était plus roux que jamais ce jour là, le soleil aidant. La rue était assez sale, quelques poubelles avaient été renversées au milieu de la Rue. Personne n’était dehors. Le 7eme arrondissement n’avait jamais été aussi calme.
Mirage demanda :  « Du coup, où est la barricade ? »
Oberyn, l’air un peu coupable, répondit : « J’ai regardé sur maps, je crois qu’on y est.
- Mais il n’y a personne !
- Oui, je sais c’est bizarre. J’avais une vingtaine d’amis intéressés par l’événement facebook. Après, il est que 14 heure, ils arriveront peut être plus tard.. on a qu’à défendre la barricade en attendant…
- Quelle barricade ? lui répondit Mirage,
- Ca doit être 5 poubelles posées par terre.. Si on réorganise ça, ça doit faire un petit muret..
Dans son coin, Vlad enrageait. Que lui avait-il pris de faire confiance à ces petits bobos des beaux quartiers pour faire la révolution ? Même en matière de barricades, les plans d’Oberyn étaient décidément tous pourris..
N’ayant rien d’autres à faire de la journée, ils la passèrent à agrandir le muret de poubelle, et à boire de la bière de mauvaise qualité. Personne n’arriva de tout l’après midi. Jusqu’à 5 heure, en tout cas.

Spoiler:
Assez vite, leur glorieux grand soir révolutionnaire se transforma en sieste. Mais après un bout de temps, celle ci se vit interrompue par des bruits, allant crescendo.
Par curiosité, Mirage leva la tête au dessus des poubelles pendant deux secondes… Puis la baissa aussitôt. Une centaine d’hommes, le crâne rasé, marchaient vers leur début de barricade, l’air menaçant.
« Les mecs… Il y a cent… cent skinheads dehors… » Bredouilla t-il, livide.
A mesure qu’ils se rapprochaient, leurs chants s’intensifiaient. Ils parlaient de casser du bobo, du coco... Et derrière la barricade, ils n’étaient que trois. Les opinions divergeaient sur la position à adopter. Oberyn souhaitait courir dans la direction opposée. Il comptait sans doutes sur son héritage congoïde pour distancer ses assaillants. Mais Mirage et Vlad ne semblaient pas aussi certains d’une issue positive.
Vlad, quand à lui, voulait rester, et défendre la barricade, coûte que coûte. Et mourir pour le drapeau rouge si il le fallait. Autant dire que sa proposition fut refusée assez vite.
On s’orienta donc vers la solution de Mirage, d’autant plus intéressante que ce dernier se proposait de s’en charger : il s’agissait de l’envoyer négocier avec les corps francs, pour leur expliquer que leur barricade n’était pas sérieuse.

Spoiler:


Mirage se redressa donc, traversa la barricade, et partit à la rencontre des cranes rasés. Ils étaient tous armés : point américain ou batte de baseball pour la plupart, révolvers et opinels pour les plus téméraires. Ils l’accueillirent au doux son de « Socialope » et de « pd ».
Alors que Mirage contemplait son lynchage prochain, une silhouette émergea de la foule. Celle si ce tut aussitôt devant ce qui devait être son leader. Mais alors que celui ci se rapprochait, Mirage eut une illumination. Ce visage, ce crane rasé.. il l’avait déjà vu quelque part. C’était Traian !
- Hey camarade céespéen, tu vas bien ? demanda Mirage, essayant tant bien que mal de faire un grand sourire.
Son interlocuteur resta silencieux, interloqué, quelques instants
« Qui est-tu ? » finit t-il par demander.
« Mirage mec. Tu deviens quoi ? »
Le visage de Traian s’illumina tout d’un coup. « Putain, Mirage ! C’est fou de se retrouver ici. Ca va plutôt bien moi. Un vrai âge d’or. Pouvoir taper du coco et du noir sous les ordres de son chef d’Etat, c’est magique. Vous êtes combien là dedans ?
- Juste Obe, Vlad, et Moi » répondit Mirage.
- Putain, c’est bien le dernier endroit où j’aurais cru faire une IRL CSP. Vlad, Obe, ramenez vous ! on a des bières !
Et comme cela, ils discutèrent pendant près d’une heure, de leur vie depuis le début de la guerre civile. Traian avait rapidement commencé à monter les échelons, pour devenir le leader d’une milice fasciste importante, qui sévissait dans la région. Il était aujourd’hui un personnage central dans la stratégie militaires du Front National. Les hommes de ce dernier regardaient la scène à quelques mètres, indécis.
Mais alors qu’ils étaient au milieu du café, le bruit d’une trompette retentit de l’autre côté de la rue. Traian releva subitement la tête. Et tout d’un coup, des hommes surgissaient de toutes les rues adjacentes. Des tirs de sniper et de mitraillette provenaient des fenêtres. Alors que la milice cherchait désespérément un moyen de se défendre, Oberyn Vlad et Mirage eurent le reflexe de retourner se cacher derrière leur barricade. Une bien faible protection face à ce qu’il semblait être un massacre à quelques mètres d’eux. Instinctivement, Vlad ferma les yeux. Il resta en boule, quelques minutes, alors que le bruit des rafales retentissait dans ses oreilles. Puis il s’arrêta subitement. Vlad rouvrit ses yeux, et se redressa, seulement pour voir un fusil braqué contre sa tête.

Spoiler:
Il resta muet quelques instant, il avait du mal à réaliser la scène à laquelle il assistait. Mélenchon lui braquait un fusil à pompe sur le visage. Il devait sans doutes les prendre pour des miliciens fascistes partis se cacher. Il devait bredouiller une réponse.
« On est.. On est avec vous monsieur… Can’t stenchon the Mélenchon » Bafouilla t-il.
Jean Luc Mélenchon abaissa aussitôt son fusil à Pompe, et le prit dans ses bras.
« C’est donc vous qui avez tenu la barricade ? »
Vlad hocha la tête.
« Et bien, je vous remercie du fond du cœur. Sans votre défense acharnée de cette barricade, cette grande victoire n’aurait jamais été possible. Messieurs, vous êtes des héros. Des chansons seront écrites sur ce que vous avez fait ce jour là pour la cause communiste. Si vous l’acceptez, j’aimerais que vous me suiviez jusqu’à mes quartiers généraux. J’aurais besoin d’hommes de votre trempe pour relever la France.
Sans débattre, les trois jeunes hommes décidèrent de suivre Jean Luc Mélenchon jusqu’au QG de la France Insoumise. Sur le chemin, Mirage ne put s’empêcher de baisser les yeux sur le corps inanimé de Traian, au milieu des cadavres de la milice. Un profond sentiment de tristesse envahit son corps. Quelque chose lui disait que ce ne serait pas la dernière connaissance qu’il perdrait dans cette guerre.


Dernière édition par Oberyn le Mer 8 Fév - 0:37, édité 1 fois

Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Youngpanther le Mar 7 Fév - 22:29

Ducoup si Gio n'était pas aux côtés de Traian j'en conclus qu' il s'est enfui en Italie :troll:
avatar
Youngpanther
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 421
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 17
Localisation : Rijsel

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Iska le Mer 8 Fév - 6:33

37 est devenu quoi, après son "issou" ? Ban ou kick de Gio, avant de rejoindre l'Italie.
avatar
Iska
Modérateur
Modérateur

Messages : 416
Date d'inscription : 01/09/2016
Localisation : FRONCE

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par VLAD le Mer 8 Fév - 17:49

J'avais pas lu depuis le poste du topic, c'est magnifique Oberyn. J'explose de rire :jesus-q:

EDIT : j'ai tout lu, putain que c'est beau, Mirage en PLS : "Socialope" "Pd" :risitas-rire: ,c'est tellement épique :risitas-snif:
avatar
VLAD
L'abruti engagé
L'abruti engagé

Messages : 932
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 73
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Lun 20 Fév - 14:52

Merci à tous, désolé pour l'attente. Voilà le chapitre 3, on transitionne lentement mais sûrement vers le climax :) . Inchallah on finit la saison cette semaine.


Caen




Aussi vite qu’il avait su qu’Emmanuel Macron s’installait à Caen, Sirda avait adhéré à En Marche. Aujourd’hui, son intuition était récompensée.
Avec son acolyte de toujours, Jhe, ils s’étaient vus inviter à une réception à la mairie de Caen. Il s’agissait d’organiser une rencontre entre l’intelligentsia à la tête du pays, et les autochtones locaux. Macron y participerait, et c’était l’occasion où jamais de grimper les échelons.
Dès le petit matin, Sirda et son auxiliaire rentrèrent les vaches dans leurs blocs, et entamèrent leur progression vers la Grand Ville de Caen. 4 heures plus tard, ils arrivaient pile à l’heure pour la réception, habillés dans leurs habits de Messe. Ils avaient une journée pour impressionner la présidence. Si ils réussissaient, il s’agirait de la première étape d’une ascension sans limites. Mais ils n’auraient pas deux invitations à rencontrer Macron. Un échec aujourd’hui, et Sirda et Jhe n’auraient plus qu’à s’habituer à l’odeur du Purin pour le reste de leur existence.


Spoiler:



Paris



Dans les rangs des rouges également, on progressait, lentement, mais sûrement.  
En moins de deux mois, Vlad, Mirage, et Oberyn s’étaient fait leur place dans les hautes sphères de l’opposition Rouge dans la région Parisienne.
C’était par ailleurs des interlocuteurs privilégiés des hautes sphères du pouvoir communiste, et particulièrement, de Jean Luc Mélenchon.
Leur rôle consistait principalement à coordonner les actions de la section qu’ils commandaient : chacun sa commune.
Les réseaux sociaux jouaient un rôle central dans leur action. Et en premier lieu, discord. Les connexions que leur offrait chacun son pays leur avait permit d’établir des connexions dans toute la France. Galx devenait ainsi le leader d’une section Bretonne, quand Young, lui, opérait à Lille. Au total, c’était une quinzaine de joueurs de chacun son pays qui dirigeaient des sections sous leurs ordres.
Certes, ce n’était pas la section la plus active de la résistance rouge, ni la plus puissante. La plupart de leurs actions se limitaient à la distribution de tracts. Néanmoins, ils aspiraient à faire plus, et à s’engager réellement dans la guerre civile. Mais toutes leurs tentatives s’étaient pour l’instant révélées vaines, les paiement paypal qu’ils avaient contracté auprès de 37 pour qu’il leurs fournisse « des kalash de la tess » s’étant perdu dans la nature.
Ils étaient inutiles (surtout Young), mais Mélenchon les appréciait. Le vieux Rouge ne connaissait pas tellement l’internet, et tout ce qui ressemblait à une action en ligne en sa faveur était fortement apprécié. Et ce, même si le maximum que la section « CSP » faisait pour le mouvement consistait en des photomontages d’Utyi. Malgré tout, Vlad fulminait, voyant bien que son mouvement échouait à faire un réel impact dans le combat. Au sein de l’équipe de Mélenchon, on se moquait de la section csp, plaçant même son importance derrière les petits bras du 18-25.
Puis un jour, sur la conversation du discord du Syndicat , qui rassemblait la résistance Rouge du forum, Young écrivit quelque chose qui changea l'histoire de ce mouvement pour toujours.
« Les gars, il y a Marine Le Pen qui défile en dessous de ma maison la semaine prochaine : risitas : »
Et comme ça, Vlad eut l’idée d’un plan. Un plan qui ferait taire tous les gens qui doutaient d’eux. Un plan qui changerait l’histoire du pays. Ils allaient tuer Marine Le Pen.


Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Jhe le Lun 20 Fév - 16:47

avatar
Jhe
Ministre
Ministre

Messages : 524
Date d'inscription : 25/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par VLAD le Lun 20 Fév - 23:43

:mao1:
avatar
VLAD
L'abruti engagé
L'abruti engagé

Messages : 932
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 73
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par 37 le Mar 21 Fév - 0:14

37 toujours stigmatisé, tout ça parce qu'il est noir :ok2: :ok2: :ok2: :ok2: :ok2: :ok2:

37
Jeune fou
Jeune fou

Messages : 384
Date d'inscription : 03/05/2015
Age : 96
Localisation : Chateau d'eau Paris, Ligne 4

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Alaminsk le Mer 22 Fév - 9:03

A quand un chapitre sur la traitrise de la Bourgogne ? Excellent sinon.

Alaminsk
Conseiller de la Gouvernance de Chacun Son Pays
Conseiller de la Gouvernance de Chacun Son Pays

Messages : 2594
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 21
Localisation : Paris, France.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Youngpanther le Jeu 23 Fév - 17:05

Je crois que j'aurais préféré rester avec des punks à chiens anarcho-ivrognes plutot que de me joindre à Mélenchon,ce modéré de la gauche du système :troll:

Diffamation ! Je condamne cette fiction ! :caoki:
avatar
Youngpanther
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 421
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 17
Localisation : Rijsel

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Ven 24 Fév - 21:02

Ala, merci beaucoup t'inquiète pas, les bourguignons sont prévus  :sournois:  Et young, désolé, réduction budgétaire, j'ai dû me limiter aux mouvements utiles :troll:

Chapitre IV


Caen



Au milieu des petits fours et du champagne, Sirda et Jhe déchantaient.
Aucun des normands invités n’avait accès au président. Une muraille de courtisans Parisiens formait un obstacle impénétrable entre eux et leurs Ambitions. Toutes les tentatives de Jhe pour amuser la gallerie et attirer l’attention se soldèrent par un cuisant échec. Ni ses cabrioles, ni ses chansons paillardes Normandes ne captèrent l’œil du Président. Après plusieurs heures d’actions infructueuses, Sirda et Jhe étaient prêts à se résoudre à repartir à leur ferme, défaits.
Mais alors que tout semblait désespéré, Jhe eu un éclair de génie. En bon paysan normand, il avait toujours une grosse bouteille de Calvados sur lui quand il se déplaçait. Et le Punch de fragiles qui trônait au milieu de la sale manquait désespérément d’alcool. Une simple correction de Jhe, et au bout d’une demi heure, la garde de parisiens aux dents longues qui entourait Emmanuel Macron était complètement éméchée. Passer du Mojito Parisien au Calvados n’était semble t-il pas aisé. Jhe n’eut aucun mal à les convaincre d’organiser un bain de minuit dans la Manche, puis à les mettre au défi de rejoindre l’Angleterre. La seule difficulté consista à empêcher le président de la République de se joindre à la fête funeste.
Alors que Jhe organisait méthodiquement un génocide d’énarques par hydrocution, Sirda avait le champs libre pour atteindre Macron : il ne restait plus que des normands dans la salle. Eux, et le président de la République. Ce dernier avait également été sérieusement touché par le Punch.
Garde de Macron écartée, Président alcoolisé. Il ne restait plus qu’à soigner son entrée.
Mais il avait beau chercher, aucune bonne accroche ne lui venait. Et des requins de l’UNI l’avaient déjà devancé.
Et ainsi, quand Jhe revint de la plage, fier d’avoir parfaitement accompli sa part, il trouva un Sirda démoralisé et défait.
Un simple regard interrogateur de Jhe suffit pour que Sirda tisse une funeste conclusion.
« Le peuple élu n’aura pas son président » confirma-il, dépité.
Néanmoins, le destin lui était visiblement bienveillant, car il lui réservait un coup du sort bienvenu: Emmanuel Macron était bien plus ivre qu’il en donnait l’air. Il en avait visiblement gros sur la conscience. Et il avait entendu sa phrase.
Immédiatement, le visage du Président changea de couleur, et il accourra vers Sirda.
« Vous..vous.. vous venez de la part du peuple élu ? »
Sirda n’eut même pas le temps de répondre, que le Président était agenouillé devant lui. « Laissez moi du temps, s’il vous plait ! », l’implora t-il.
« Pardon ? » demanda Sirda. Interloqué.
« Je vous promets, je suis entrain de rétablir la situation, le pays sera bientôt de nouveau sous votre contrôle. S’il vous plait, ne me liquidez pas comme Ali Juppé ! Je suis un bon goy !»
Sirda mit du temps à comprendre. L’Alcool aidant, Emmanuel Macron l’avait pris pour un agent du Mossad ! Et, ivre mort, il avait décidé que cette réception serait le bon moment pour révéler un complot sioniste international.
Immédiatement, Sirda rentra dans le jeu et prit un air compatissant. « Ne vous inquiétez pas, suivez moi, nous allons régler tout cela tranquillement, en privé. » fit-il sur un ton suave.
Et comme cela, progressivement, les griffes de Sirda se refermaient sur sa proie à mesure que son plan se déroulait. Restait le coup de grâce final.







Lille


« On va tuer marine le Pen. »
Ces mots avaient raisonné, avec gravité, sur la conversation discord. On s’était moqué de Vlad, l’avait accusé de troll, puis de connerie, puis de folie.
Mais une semaine après, le plan était monté.
Marine Le Pen devait se présenter en public sur le Boulevard de la Liberté. L’appartement que Young partageait avec ses parents donnait sur ce même boulevard. Bien entendu, la rue avait été bouclée, et les appartements seraient contrôlés la semaine précédant son passage. C’est pourquoi Oberyn, Vlad, et Mirage devaient arriver à l’appartement de young plusieurs semaines avant le passage de Le Pen, et s’y cacher. Puis quand elle viendrait défiler, ils la tueraient. C’était aussi simple que ça. Il n’y avait pas de plan après ça. Si ils s’échappaient, tant mieux. Sinon, ils auraient fait l’histoire.
D’abord, il fallait se débarrasser des parents de celui ci. Une collecte fut organisée. Leur payer des vacances surprises d’un mois dans le sud. Assez longtemps pour commettre un attentat terroriste chez eux, provoquer la mort probable de leur fils, et les mettre sur la liste noire du FN pour le reste de leur vie.
Restait à trouver des armes. Rien n’était plus facile dans Paris en ce moment, mais la section CSP galérait tout de même pour en trouver. Ils auraient pu parler de leurs plans au QG communiste, et la mission aurait sans doutes été bien plus aisée. Mais ils ne voulaient pas courir le risque de se voir retiré l’affaire. C’était leur chance, leur occasion de marquer l’histoire. Ils se débrouilleraient tous seuls. Ils finirent par trouver un vieux Roumain qui vendait des armes pas trop cher. Bien sûr, la qualité laissait à douter. Néanmoins, ils prirent quatre vieux fusils de chasse. Ils ne pouvaient pas se permettre de faire les difficiles.
Passer la frontière ne fut pas si difficile que ça. La frontière était poreuse entre les nationalistes et les libéraux. Rien que dans Paris, on pouvait traverser plusieurs fois la frontière sans parfois s’en rendre compte.
Et ainsi, le 3 septembre 2017, Oberyn, Vlad et Mirage se retrouvaient à Lille.
Ils avaient jusqu’alors été habitués à l’ébullition d’une capitale enflammée. Paris était tombée dans une anarchie. Des barricades s’établissaient de tous côtés, tous les courants politiques, religieux et culturels, défilaient. Les vrais combats entre armées se déroulant pour l’instant surtout en dehors de la ville, peut être par respect mutuel pour ce qu’elle incarnait. La Capitale française était devenue le théâtre de la société civile, qui s’y exprimait dans toute sa diversité et toute sa colère.
Lille, en comparaison, était une ville fantôme. La capitale du Front National avait été enveloppée d’un lourd nuage de fumée depuis qu’ils y étaient arrivé, il y a deux semaines. Les passants étaient rares, et marchaient vite, la tête basse. D’une certaine manière, cela les arrangeait. Moins de gens dehors, moins de chances de se faire découvrir.
L’appartement de Young Panther était petit. Mais la pièce à vivre donnait sur un grand balcon, qui surplombait parfaitement le Boulevard.
Les fusils étaient en place, les hommes aussi, il n’y avait plus qu’à attendre.
Pendant ce temps, on passait le temps : on jouait au carte, on s’intéressait à la vie de Young. Ce dernier était censé s’inscrire en première L cette année. Mais le FN ayant jugé à juste titre, qu’il s’agissait d’une filière inutile de tafioles assistées, il s’était retrouvé déscolarisé. Depuis, il trainait en pyjama sur JVC tous les jours, à troller les Soraliens et Assen Yaha. Bizarrement, cela ne le dérangeait pas tant que ça. Il regrettait juste de ne pas avoir eu accès au harem de jeunes filles en fleur qu’il espérait en L.
On essayait de s’occuper tant bien que mal, mais au fond, Mirage trouvait le temps long. Encore une journée, et ils agiraient. Il fallait en profiter, c’était peut être leur dernière journée. Mais que faire.
Soudain, quelque chose sortit Mirage de ses pensées : un bruit sourd venant de l’extérieur de l’appartement. Puis encore un autre, plus bruyant. Quelqu’un défonçait la porte. Les quatre céespéens eurent à peine le temps de se retourner, seulement pour voir deux grands gaillards venaient de s’introduire dans l’appartement. Par réflexe, Oberyn attrapa son arme, l’ajusta, et tira sur le plus grand des intrus, un rouquin assez solide. Le fusil s’enraya. La réplique de l’autre ne se fit pas demander. Il lacha une rafale sur Oberyn avant qu’il ne puisse recharger. Le jeune homme s’effondra sur le coup, touché à l’abdomen.
Les trois autres avaient agrippés leurs fusils. Mais un simple regard du deuxième homme, leur fit comprendre que cet effort était vain. Ils se résolurent à se rendre, et se couchèrent, laissant l’autre homme les attacher.
Le Roux toisa d’un regard Oberyn. Le pauvre jeune homme se tordait de douleur, agonisant.
« Je reconnais les cheveux de nègres, tu dois être Obe », fit son agresseur, sur un ton méprisant. Il lui cracha à la gueule. « Tu as de la chance », continua t-il. « Je suis de bonne humeur aujourd’hui. Et on ne fait pas attendre un confrère céespéen.» Et comme cela, il lâcha son chargeur sur la tête d’Oberyn.
Il se tourna vers les trois autres. « Vous les pédés. Vous allez me suivre. J’en ai toujours pas fini avec vous. »

Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par VLAD le Sam 25 Fév - 11:27

Que c'est épique, j'ai du mal à discerner qui est Le Roux, on verra bien :rire:

C'est vraiment excellent Obe' :ok:
avatar
VLAD
L'abruti engagé
L'abruti engagé

Messages : 932
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 73
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Durin le Sam 25 Fév - 22:27

:bave:

Durin
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1357
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Utyi le Dim 26 Fév - 11:40

Les roux, y en a pas des milliers:L’alsacien qui va en chine :mao1: :mao1: :mao1:
avatar
Utyi
Premier Ministre
Premier Ministre

Messages : 1254
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : entre 180 O et 180 E , 90 S , 90 N

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Youngpanther le Dim 26 Fév - 18:56

Habiter boulevard de la liberté,cette adresse de capitaliste :jdg: Putain ça dois être l'une des rues les plus chères de Lille
Et ne me retirez pas mon harem sinon je pars au rojava :risitas-doigt:

Plus sérieusement,j'étais mort de rire et franchement je kiffe ta fic,camarade congoïde
avatar
Youngpanther
Secrétaire d'État
Secrétaire d'État

Messages : 421
Date d'inscription : 17/06/2016
Age : 17
Localisation : Rijsel

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par VLAD le Dim 26 Fév - 22:49

Utyi a écrit:Les roux, y en a pas des milliers:L’alsacien qui va en chine :mao1: :mao1: :mao1:

:lesquen:
avatar
VLAD
L'abruti engagé
L'abruti engagé

Messages : 932
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 73
Localisation : La Havane, Cuba

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Shikkoku le Lun 27 Fév - 10:29

VLAD a écrit:
Utyi a écrit:Les roux, y en a pas des milliers:L’alsacien qui va en chine :mao1: :mao1: :mao1:

:lesquen:
aca-pfff
avatar
Shikkoku
Administrateur
Administrateur

Messages : 5405
Date d'inscription : 21/08/2011
Localisation : Dans un bunker secret

http://chacunsonpays.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Oberyn le Mar 28 Fév - 23:03

Déjà le cinquième et dernier chapitre de la saison !! ça aura été un plaisir d'écrire ça, et d'enfin clore tous ces noeuds. Profitez, la prochaine saison n'arrivera pas avant au moins un mois :)



Chapitre V

Caen


Tranquillement, suavement, Sirda amenait sa victime dans son antre. Une petite chambre qu’il connaissait dans le bâtiment de la réception. Il n’avait plus qu’à élaborer un mensonge qui tiendrait la route à propos d’une prétende conspiration sioniste, et le coup était joué. Emmanuel Macron lui obéirait comme une marionnette.
Il assit, tant bien que mal, le président, ivre mort, sur le lit de la chambre. Puis il s’assit sur la chaise en face de lui.
Sentant que son interlocuteur s’endormait, Sirda claqua des doigts prestement.
« Monsieur Macron, réveillez vous, nous n’avons pas encore pu discuter de vos résultats »
Douloureusement, le président ouvra les yeux, et leva son regard
« Mes… mes résultats ? » Son regard sombra à nouveau. « Quels résultats ?»
« Vos résultats à la tête de la France. Les personnes que je représente ne sont pas contentes du tout. Ils m’ont envoyé pour vous conseiller, et vous faire changer de cap. Vous n’avez pas été un bon goy du tout.
« Un bon goy.. Me conseiller… mais de quoi parlez vous ? Qui êtes vous d’abord ? » Il semblait redevenir conscient.. Ce n’était pas bon du tout. réfléchir, réfléchir... Il fallait contre-attaquer.
« C’est le peuple élu qui m’envoie ! Et si vous continuez à résister comme cela, nous n’aurons plus qu’à vous remplacer, comme nous avons remplacé Ali Juppé !! »
« Ali Juppé ? Mais vous êtes complètement fou ? Je ne sais pas du tout de quoi vous me parlez. Laissez moi dormir en paix, ou j’appelle la sécurité ! »
Et merde… La personnalité décuvante de Macron venait d’adopter une toute nouvelle position. Et celle ci était beaucoup moins favorable à Sirda. Il était si près du but !! Pourquoi fallait-il qu’il redevienne conscient à ce moment là ? Il fallait réfléchir. Urgemment. Réfléchir, réfléchir, réfléchir… Un bruit le sorti de sa réflexion. Un ronflement. Macron dormait à nouveau.
Que faire ? C’était l’instant ou jamais pour le lancement de sa carrière ! Il ne pouvait pas abandonner maintenant ! Il décida de réveiller à nouveau Macron. Qui sait, après s’être assoupi, peut être le président avait-il oublié l’incident.
« Qui a t-il.. qui êtes vous ? » Fit ce dernier d’une voix endormie.
Dernière chance. Il fallait prendre une nouvelle approche. « Je suis Sirda » fit-il en aussi chaleureusement qu’il le pouvait.
« Pourquoi êtes vous là ? » fit Emmanuel Macron d’une voix suspicieuse.
« Je suis là pour vous rencontrer » dit Sirda, en souriant suavement.
Le visage de Macron se rapprocha subitement. « Etes vous un escort boy ? » demanda le président ingénument.
« Un.. un escort ? » Sirda esquissa un mouvement de recul instinctif.
« C’est bizarre. C’est Brigitte qui les commande normalement » se dit Macron en fronçant les sourcils. « Mais Brigitte est… » Il ne finit pas sa phrase.
Emmanuel Macron le prenait pour un escort boy... Que faire ? Abandonner ses chances en politique ou Perdre tout honneur ? réfléchir, réfléchir, réfléchir…
« Tant pis », repris le président. « tu es à mon goût, je veux bien de toi. »
Réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir...
La main d’Emmanuel Macron vint se poser sur la cuisse de Sirda.
Réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir, réfléchir... Sirda se leva et se dirigea rapidement vers la porte d’un pas preste.
Il la ferma à clef.



Lille

« Hé, pédé, réveille toi »

Une sensation désagréable sur son visage.. Peut être des gifles. C’était difficile de savoir. Toutes les sensations se confondaient sur son visage boursouflé par la torture. Il savait que si il ouvrait les yeux, la douleur reviendrait, et la lumière les brûlerait. Mais d’un autre côté, la curiosité le taraudait peut être encore plus. Allez, un peu de courage.

Young ouvra les yeux. Comme il l’avait prévu, un flot de douleur les envahit instantanément. Et au milieu, de la lumière. Trois silhouettes émergeaient. Celle d’une femme assise derrière un bureau. Derrière elle, un homme, peut être un garde. Et penché sur lui, un deuxième homme.  Ce dernier se retourna, et prit la parole : « C’est bon, ils sont tous réveillés ».
« Tous… » Cela lui revenait. Mirage, Vlad.. Oberyn. Il tourna douloureusement la tête. A sa droite, également à genoux, se tenaient Vlad et Mirage. Enfin, il le pensait. Comment être sûr de quoi que ce soit, avec une tête dans cet état ?

Si cela peut vous rassurer, ne vous inquiétez pas. Vous n’auriez jamais pu me toucher de toutes façons. Cela faisait bien longtemps que vous étiez condamnés. Au moins 5 ans, au sens large.

« J’espère que Punishernc vous a bien traité, je sais qu’il a tendance à être parfois un peu… tatillon. » Elle attendit un instant une réaction, qui n’arriva pas. « Je suis sincèrement désolée aussi pour ce qu’il a fait à votre ami. Si cela peut me racheter à vos yeux, Je vous assure que j’avais donné l’ordre de vous prendre vivant. »

Elle esquissa un sourire, qui se voulait rassurant.

« Vous n’êtes pas censé vous défendre face aux forces de l’ordre de votre état légitime. Mais je pense que vous le savez. Comme vous devez savoir que vous n’êtes pas censé essayer de tuer votre présidente. »

Elle était désormais assez près pour que Young puisse sentir son râle. Elle avait mangé de la saucisse purée à midi.  Mais quelque chose le tiquait. Il la connaissait, il le savait. Il avait vu son visage des milliers de fois. Et pourtant,  impossible de mettre un nom sur ces cheveux blonds, sur ces yeux bleus, sur ces rides. Sa commotion jouait peut être des siennes, mais il n’avait pas pu l’oublier entièrement.
Le sourire changea de sens. Il avait quelque chose de carnassier.
« De me tuer. »
De tuer la présidente.. De me tuer.. C’était donc la présidente. Il fallu une bonne trentaine de seconde pour que la tête ensanglantée de Young accomplisse le raisonnement. Assez longtemps pour qu’il ne la remarque pas aller chercher la batte de baseball qui trônait au fond de la pièce. La présidente.. Mais qui était la présidente. Il tourna lentement et difficilement la tête, espérant peut être trouver une réponse dans le regard de ses amis.
Aucun des deux ne semblait être dans un meilleur état.
La présidente repris son monologue.
« Vous étiez si près de faire l’histoire. J’en aurais presque de la peine pour vous. Si près… et pourtant tellement loin. Vous devez sans doutes vous demander comment j’ai été mis au courant de votre petit plan. » Elle fit une pose.
« Je ne suis pas méchante. Je vais tout vous raconter. Vous méritez bien ce petit sursis, après tout. »
Avec un peu d’ironie, elle s’assit en tailleurs devant les trois jeunes hommes enchaînés, comme un maitre d’école passionné et paternaliste qui venait faire la leçon à ses élèves.
« En réalité, ce dernier était condamné avant même qu’il soit formulé. » commença t-elle d’une voix douce et didactique. « Des années avant que tout commence, d’ailleurs. »
« Si cela peut vous rassurer, pas à un moment, vous n’avez pu mettre quoi que ce soit en danger. A chaque plan que vous élaboriez. A chaque pensée que vous évoquiez. A chaque blague que vous formuliez. J’étais là. »
« Cela a été long, oui, mais j’ai toujours su que cela me servirait un jour. Que vous auriez un jour un rôle à jouer dans l’histoire de ce pays. Que vous soyez des atouts. »Elle se tourna vers ses deux gardes avec un sourire. Puis se retourna vers Vlad, Mirage et Young, reprenant sa mine sévère. « Ou des ennemis. »
« Ces années d’observation patiente prennent aujourd’hui tout leur sens. Même si cela fait longtemps que cela me sert : je me suis inspirée du jeu de certains d’entre vous pour mon programme. » Elle partit dans un léger gloussement coupable.
« Certes, cela n’a pas été facile tout les jours. Et à plusieurs reprises, j’ai senti que vous étiez proches de découvrir mon identité. Par exemple, quand j’élaborais des pensées et des théorèmes d’un niveau avancé, vous étiez nombreux à pointer du doigt ma différence. »
« Alors pour me cacher, j’ai utilisé plusieurs stratagèmes. Je faussais mon orthographe et mon âge, pour paraître aussi jeune et peu dangereuse que possible. Je prenais des pays insignifiants, et restait dans un strict rôle d’observateur, à me contenter de réformes intérieures en évitant méticuleusement le centre de l'attention... Je peux assez fièrement déclarer que personne ne me suspectait. Du moins, je l’espère.»
Elle se releva lentement.
« Pour rester anonyme, j’ai ainsi dû me créer un personnage. »

« Je suis Utyi. »

Et avant que quiconque ne puisse réagir, la batte de baseball de Marine Le Pen vint s’écraser avec force et fracas contre la Mâchoire de Vlad. Une dizaine de dents éclatèrent dans toute la salle.
Puis un deuxième coup toucha violemment son cou. Sa tête se torda dans un sens peu naturel. Mais il avait encore les yeux ouverts.
Et enfin, la condamnation. Le troisième coup. Le cou encore. Mais plus fort, plus précis.. Vlad était décapité.

Mirage resta sous le choc. Un instant, son ami se tenait tant bien que mal à ses côtés. La minute suivante, Le Pen faisait valser sa tête avec un coup de pied jusqu’à l’autre côté de la pièce. Fixant le sol, ébété, Mirage ne vit ni le petit regard de Marine Le Pen, ni Juggs qui approchait son pistolet sur sa tempe. Il s’éteint sans souffrir, ni vraiment se rendre compte de la situation.

« On fait quoi de celui là ? » Demanda Juggs, chauffé par le meurtre qu’il venait d’accomplir.
Marine Le Pen n’eut qu’à faire un signe de tête interrogateur à Punishernc pour que ce dernier fasse son rapport.
« A l’heure qu’il est, tous les membres de la section CSP situés sur notre territoire ont été appréhendés ou exécutés. » fit-il d’une voix lacunaire.
« Très bien » fit-elle d’une voix satisfaite. « laissez le partir dans ce cas. Il n’y a rien à craindre, celui là est inoffensif. Et il faut bien envoyer un message à Mélenchon. »
« Le laisser partir comme ça, sans le punir ? » s’étrangla Juggs.
Pour toute réponse, La présidente parti dans un long rire guttural. Il fallu deux longue minutes, pour que cette dernière reprenne ses esprits, et fixe à nouveau Juggs, de son regard précis et inquisiteur.
« Ne sois pas con. Apporte moi mon couteau. »


Dernière édition par Oberyn le Mar 28 Fév - 23:51, édité 5 fois

Oberyn
Le Parvenu
Le Parvenu

Messages : 564
Date d'inscription : 30/10/2013
Age : 18
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fic] Chacun sa France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum